En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

07.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 1 heure 19 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 3 heures 6 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 5 heures 18 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 5 heures 59 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 7 heures 26 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 7 heures 43 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 8 heures 12 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 8 heures 12 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 8 heures 14 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 8 heures 16 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 2 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 4 heures 37 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 5 heures 38 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 6 heures 41 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 8 heures 3 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 8 heures 12 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 8 heures 14 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 8 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 20 heures 24 min
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT/AFP
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT/AFP
Géopolitico-Scanner

"L'islam modéré" de la Ligue islamique mondiale (LIM) : mensonge pieux, ruse de guerre ou sujet d'espoir ?

Publié le 14 février 2020
Alexandre del Valle revient cette semaine sur la Ligue islamique mondiale et sur le rôle du Secrétaire général de l'organisation, Mohamed Al-Issa, ainsi que du dirigeant de l'Arabie saoudite, Mohamed Ben Salmane.
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle revient cette semaine sur la Ligue islamique mondiale et sur le rôle du Secrétaire général de l'organisation, Mohamed Al-Issa, ainsi que du dirigeant de l'Arabie saoudite, Mohamed Ben Salmane.

Bientôt à nouveau de passage en France, le Secrétaire général de la Ligue islamique mondiale (LIM) Mohamed Al-Issa, qui semble avoir convaincu des responsables politiques français et nombre d'Occidentaux, ne cesse d'affirmer que la LIM a changé et qu'elle appuie un "islam modéré". Et Mohamed Ben Salmane (MBS), le prince héritier saoudien aux méthodes expéditives (affaire Khashoggi), mais réputé "réformateur", semble vouloir réformer son pays et dénonce le fanatisme et le jihadisme. Mais ni l'un ni l'autre n'ont remis en questions les textes officiels coraniques, chariatiques, jurisprudentiels, qui légitiment la violence et l'intolérance propres au salafisme wahhabite, l'islam fondamentaliste en vigueur dans le Royaume saoudien et exporté à coups de pétro-dollars partout dans le monde, tel un virus idéologique, depuis des décennies. 

Le 26 septembre dernier, le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale (LIM), Mohamed Al-Issa) avait suscité la polémique en participant à l'inauguration, à Lyon, de l'institut français de civilisation musulmane (IFCM) au côté de Christophe Castaner et d'élus lyonnais. La présence de cet homme politique saoudien a fait polémique non seulement parce qu'il est en charge de l'instrument majeur de diffusion du poison salafiste-wahhabite dans le monde depuis des décennies, mais aussi parce qu'Al-Issa, lorsqu'il était ministre de la Justice du Royaume en 2012, avait permis la condamnation à 1000 coups de fouet et 10 ans de prison de Raif Badawi, le jeune défenseur des droits de l'homme et célèbre blogueur saoudien d'ailleurs toujours incarcéré au moment où nous écrivons ces lignes. La présence d'Al-Issa en France avait été justifiée par l'inauguration officielle de l'IFCM dans le cadre d'une tournée du secrétaire général de la LIM. La polémique avait fait tellement rage qu'Emmanuel Macron annula sa présence à un autre événement qui devait réunir de hauts responsables juifs, chrétiens et musulmans, dont Al-Issa à l'occasion de la Conférence internationale de Paris pour la paix et la solidarité. En réalité, la présence de ce haut dignitaire saoudien-wahhabite était logique, surtout à Lyon, où la Grande Mosquée est depuis des années soutenue par l'Arabie saoudite et la LIM. Rappelons que la Ligue islamique dépense 1,5 million d'euros annuels pour entretenir l'Institut d'ailleurs situé juste à côté de la mosquée de Lyon. D'après Kabtane, le Recteur de la mosquée de Lyon, le Saoudien aurait tenus des "propos intéressants". Et une grande voix de l'islam modéré comme Ghaleb Bencheikh, patron de la Fondation de l’islam de France, assure que l'Homme aurait changé et que la LIM serait bien plus modérée qu'auparavant. “Mohamed Al-Issa a tenu des propos sans équivoque condamnant notamment le terrorisme et toutes formes de violence au nom de Dieu. Il a changé et reconnaît ses erreurs du passé”, a affirmé Ghaleb Bencheikh. Un avis que ne partage pas du tout Dalil Boubakeur, recteur de la Mosquée de Paris et alors président par intérim du CFCM, lui aussi adepte d'un islam modéré, et qui a officiellement dénoncé “l’instrumentalisation du dialogue interreligieux dans notre pays par des organisations étrangères" comme un "fait grave". Certes, ses détracteurs rétorquent que la Mosquée de Paris est soutenue par l'Etat algérien, mais le Recteur Boubakeur répond à raison que la mosquée de Paris n'agit jamais en outil de puissance algérien ou de façon communautariste et a au contraire toujours œuvré en faveur d'un islam de France, en bonne intelligence avec les autorités républicaines françaises, contrairement aux autres pôles fréro-salafistes, turco-né ottomans, tablighis ou même marocains. 

Réel changement? On aimerait y croire... mais on est encore loin d'un aggiornamento

Pour prouve que l'Institution saoudienne aurait changé, Mohammed Al-Issa a déclaré par exemple lors de sa dernière venue en France qu'« un musulman qui ne respecte pas les lois de la République ne pratique pas l’islam authentique ». Dans plusieurs interviews accordées à la presse française, Al-Issa a confirmé que la nouvelle politique de son pays - depuis que les rênes du pouvoir ont été prises par le prince-héritier Mohamed Ben Salmane - serait de promouvoir un islam plus modéré, rappelant notamment que d'après le texte officiel de "la charte de La Mecque" signée en mai 2019 par la LIM avec 1 200 savants de tous les pays, "l’essence des religions est le bien de l’humanité, non la guerre ou la confrontation entre cultures ou civilisations. Leur but est d’assurer la sécurité et la stabilité, la miséricorde pour les êtres humains et entre eux". Des propos étonnants de la part d'un Royaume dont le virus idéologico-religieux wahhabite-salafiste a littéralement inondé le monde musulman depuis les années 1970 jusqu'à défigurer l'islam jadis plus modéré de nombreux pays d'Asie, d'Afrique (Mali, Burkina, Somalie, Maghreb, etc) au profit d'un islam "standardisé" salafiste foncièrement totalitaire et obscurantiste dont s'inspirent les jihadistes qui ne viennent pas de nulle part. On se souvient que depuis la guerre d'Afghanistan contre les Soviets jusqu'à la création de DAESH, ce salafisme-wahhabite qui a fini certes par échapper à ses créateurs est devenu avec l'idéologie des Frères-musulmans une véritable "matrice" du totalitarisme dans ses versions "piétistes", étatiques comme jihadistes. D'ailleurs, lorsque Mohamed al-Issa affirme que l'Islam ne permet la violence qu'au nom du "principe de défense" et que le fanatisme et l’extrémisme seraient issus d’une "interprétation fallacieuse des textes qui ne seraient pas propres à l’islam", on préfère en effet cet islam capable d'interpréter et de contextualiser et on aimerait bien sûr le croire, mais on a du mal à être convaincus non pas de sa sincérité personnelle mais de celle de son pays où les textes de l'école juridique hanbalite, (source du wahhabisme/salafisme, foncièrement chargés d'intolérance, de violence et de haine, ont fanatisé et continuent de fanatiser des générations de Saoudiens, de pèlerins et de musulmans venus "se former" en Saoudie. Ces millions de musulmans qui ont été "salafisés" depuis des décennies dans ce Royaume wahhabite y ont appris dans équivoque que le dit "jihad-défensif" commence dès que le non-musulman exerce un prosélytisme (donc sa liberté de culte) en milieu islamique, ce qui en fait un "ennemi" de l'islam, et que la peine prévue pour l'apostasie ou le blasphème est la mort. Lorsqu'il affirme dans un entretien que "Toutes les religions ont connu ces dérives : il suffit de regarder l’histoire. Certaines personnes, parmi les combattants de Daech, sont malades psychologiquement. D’autres ont suivi cette tendance en raison de problèmes économiques ou sociaux", cela ne correspond pas à la réalité: le judaïsme et ses rabbins même orthodoxes ont-ils jamais lancé des raids de conversion ou organisé des décapitations de musulmans, d'athées, de païens ou de chrétiens coupables d'exercer leur liberté de culte en Israël ou ailleurs? Les croisades chrétiennes elles-mêmes ne sont pas à mettre sur le même plan que les siècles de jihadisme, de pillages-conquêtes et autres pirateries arabo-berbères  ou turco-ottomanes pour la bonne raison que les chrétiens ont déclenché les croisades en Proche-Orient plus de quatre siècles après les premières conquêtes islamiques de terres chrétiennes (711, Espagne). On se demande par ailleurs si l'homme fait semblant d'ignorer le corpus wahhabite qui prescrit l'inégalité entre religions, le jihad contre les Infidèles, les châtiments corporels, les peines de mort pour apostats, "blasphémateurs" ou prosélytes non-musulmans. Dire que les violences au nom de l'islam sont étrangères aux textes sacrés et au corpus islamiques orthodoxes revient à exonérer le salafisme de toute remise en questions. 

Un œcuménisme fondé sur les bases bancales du dialogue de dupes

Le 17 septembre dernier, à l’issue d’une conférence pour la paix organisée à Paris par la LIM, Al-Issa a signé un « mémorandum d’amitié » avec le grand rabbin de France Haïm Korsia et François Clavairoly au nom du Conseil d’Églises chrétiennes de France. Cet acte œcuménique peut paraître sympathique. Peut-être que le Secrétaire de la LIM l'a signé dans un sincère esprit réformiste ou de dialogue interreligieux, mais d'un point de vue géopolitique, rien ne compte plus que la réalité des faits, or en Arabie Saoudie, les religions non-musulmanes sont interdites aux musulmans, passibles de la peine de mort s'ils choisissent leur religion. Le wahhabisme salafiste, qui y règne en maître, punit de mort l'apostasie, l'athéïsme et le polythéisme. Un autre geste a surpris les uns et touché les autres: lorsque le dignitaire saoudien a rendu hommage au père Jacques Hamel à Saint-Étienne-du-Rouvray le 15 décembre dernier, ville normande devenue, trois ans après l’égorgement de ce père dans sa propre église par deux jihadistes abreuvés de salafisme-wahhabite, un lieu de pèlerinage informel. D'un côté, on peut saluer la venue d'un leader religieux wahhabite dans cette ville du martyr Hamel. De l'autre, sachant qu'en Arabie saoudite l'on enseigne toujours la légitimité du Jihad et la haine envers les juifs ou les chrétiens trinitaires prosélytes et sachant que l'on fait toujours tuer (pendaison, crucifixion, égorgement) les "ennemis de l'islam" et autres "blasphémateurs" ou "apostats", on peut aussi voir dans cette visite (qui ne s'accompagne d'aucune remise en question ni réforme théologique des textes religieux islamiques-wahhabites qui permettent la violence), une marque d'hypocrisie ou de duplicité frisant la provocation.  

De qui se moque-t-on? 

La Conférence internationale pour la paix et la solidarité entre juifs, chrétiens et musulmans (sous-titre : « Un engagement commun au service de l’homme ») a été organisée par la Fondation de l’islam de France, institution reconnue d’utilité publique, créée en 2016 par Bernard Cazeneuve dans le but officiel de favoriser « l’affirmation d’un islam humaniste, d’un islam de France qui reconnaît les valeurs et principes de la République », avec à sa tête le très cultivé et modéré Ghaleb Bencheikh, nommé président fin 2018 à la suite de Jean-Pierre Chevènement. On peut justement se poser la question suivante: comment une institution vouée à la création d'un "islam modéré" avec à sa tête un érudit musulman reconnu comme ouvert et éclairé peut-il collaborer avec la Ligue islamique mondiale, qui a dépensé 80 milliards de dollars en 50 ans pour propager l'idéologie totalitaire salafiste dans le monde? Une multitude de recherches universitaires et des milieux du renseignement ont prouvé que depuis sa création à La Mecque, en 1962, la LIM n'a jamais rien fait d'autre que de lutter contre le réformisme musulman, jugé "apostat", et contre les pôles modérés de l'islam. On se souvient qu'en France, en 2006, la LIM avait poursuivi aux côtés de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF, Frères-musulmans) et de la Grande Mosquée de Paris (qui est revenue sur cette position depuis, sur demande de Dalil Boubakeur, réellement modéré) la revue Charlie Hebdo en raison des "caricatures de Mahomet", ceci alors même qu'en France, le délit de blasphème, propre à une vision chariatique totalitaire de l'islam ne peut être sanctionné par la loi puisqu'il y est au contraire un droit fondamental lié à la liberté d'expression et à la laïcité.  

Il est vrai que depuis l'accès au pouvoir du roi Salman en 2015, lequel a déjà mis de facto à la tête du pays son fils préféré et nouveau prince-héritier ¬Mohammed ben Salman en 2017, l'Arabie saoudite "moderne" chère à MBS, adepte de la "vision 2030", a introduit des réformes : les femmes ont acquis le droit de conduire, même si nombre des militantes pro-Permis sont en prison, elles peuvent aller au stade et sortir seules sous certaines conditions. Les cinémas et parfois les salles de concerts sont à nouveau autorisées. Le tourisme est en pleine expansion et les zones high Tech et autres clusters ultra-modernes sont en construction avec à la clef une volonté du prince de mieux former et mettre au travail tous les Saoudiens... Vaste programme. En janvier 2020, la Ligue islamique du même Alissa a même reçu une délégation juive, une véritable révolution, et son Secrétaire général apparemment devenu un croisé contre l'antisémitisme, a prévu un voyage à Auschwitz en janvier 2020, à l'occasion du 75e anniversaire de la libération des déportés... Difficile à croire, même si cela va bien sûr dans le bon sens. Mais aucune de ces belles paroles et rencontres n'a été assortie d'une remise en question des textes officiels de l'islam sunnite qui incite à haïr les non-musulmans et tuer les apostats ou les non-musulmans prosélytes ou non-soumis. Au contraire, wahhabisme est systématiquement dédouané par l'affirmation-manipulation selon laquelle cette doctrine salafiste officielle n'aurait "jamais enseigné pareilles horreurs imputables aux seuls "ignorants" ou "dérangés" et aurait toujours été "mal interprété pour salir l'islam". Mohammed Alissa n'a-t-il pas été, de 2009 à 2015, donc jusqu'à une période récente, ministre de la Justice? A-t-il cherché à empêcher les exécutions publiques de 149 personnes sauvagement massacrées sur les places publiques en 2018, 140 en 2019? dont un crucifié? A-t-il seulement dénoncé ces exécutions barbares et leurs fondements juridiques? Rappelons tout de même que pour les cas "graves" d'apostasie", un musulman peut être crucifié en Saoudie après décapitation, son corps pourrissant sur une poutre au soleil durant des jours... N'oublions pas aussi que si l'Arabie a condamné (dans le cadre de rivalités avec les Frères-Musulmans du Hamas aidés par l'Iran chiite et le Qatar frère-ennemi) le terrorisme palestinien, surtout, mais aussi parfois DAECH et Al-Qaïda, pourtant en partie issus du wahhabisme, le grand mufti du Royaume saoudo-wahhabite, le cheikh Abdelaziz Al Cheikh, a réitéré l’âge du mariage pour les filles à 10–12 ans et a appelé officiellement en 2016 à détruire toutes les églises chrétiennes des pays du Golfe... Ces dispositions ont été certes contredites par le moderniste ou "despote-éclairé" Mohamed Ben Salmane, qui a annoncé l'ouverture d'églises et synagogues en Saoudie (en fait au profit exclusif d'étrangers non-musulmans), mais les Saoudiens n'ont pas plus qu'avant le droit de ne pas croire ou de choisir leur religion, ils ne peuvent être que musulmans, et l'apostasie, le prosélytisme chrétien ou le blasphème sont toujours interdits et punis de mort... 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 15/02/2020 - 09:16
le jour où l'islam
abandonnera la peine de mort pour les apostats, alors on pourra parler d'islam modéré.
hoche38
- 14/02/2020 - 17:53
Question de vocabulaire!
Un islamiste normal exige que la charia soit appliquée aujourd'hui. Un islamiste modéré tolère que ce ne soit que demain.