En direct
Best of
Best Of
En direct
© CHRISTOPHE SIMON / AFP
Principe de Peter
Faut-il (re)mettre Marseille sous tutelle de l’État ?
Publié le 11 novembre 2018
D’un dossier l’autre, l’équipe municipale fait la preuve de son incapacité à gérer Marseille et la relève probable semble tout aussi indigente. Il existe une solution.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D’un dossier l’autre, l’équipe municipale fait la preuve de son incapacité à gérer Marseille et la relève probable semble tout aussi indigente. Il existe une solution.

En 1938, Marseille avait été placée sous tutelle de l’État et son maire Henri Tasso révoqué à la suite de l’incendie des Nouvelles galeries, un grand magasin de la Canebière. Désorganisés, insuffisamment équipés, mal dirigés, les pompiers municipaux n’étaient pas parvenus à empêcher la mort de 73 personnes, le président de l’époque, Edouard Daladier, s’étant fameusement emporté devant l’ampleur de l’incurie : « Qui commande ici ? Il n'y a-t-il donc pas de chef, pas un homme pour diriger ? C'est lamentable ! ».

En 2018, des immeubles s’effondrent spectaculairement dans un centre ville laissé à l’abandon en dépit d’alertes multiples ; des décharges publiques se constituent à tous les coins de rues sous les effets cumulés d’une absence notoire de civisme chez les Marseillais et d’une gestion calamiteuse des services de collecte ; des dealers s’affrontent quasi quotidiennement à la kalachnikov pour le contrôle de leurs zones de chalandise ; la pollution automobile et portuaire bat tous les records et l’on imagine mal que les choses puissent s’améliorer…

D’abord parce que les élections ne sont pas pour tout de suite et que le pouvoir de nuisance des équipes en place reste préoccupant (un PPP de plus d’un milliard d’euros pour la rénovation d'écoles délabrées est en passe d’accroître un surendettement déjà stratosphérique ; un nouveau terminal de ferries sans raccordement au réseau électrique verra bientôt le jour…), mais surtout parce qu’il y a fort à parier pour qu’elles soient intégralement reconduites une fois Jean-Claude Gaudin invité à s’occuper de son potager à temps complet.

Système électoral et découpage des circonscriptions permettant la victoire de candidats minoritaires en voix ; opposition socialiste en déshérence et de toute manière historiquement affectée des mêmes travers clientélistes et affairistes que ses adversaires LR ; incapacité troublante de la Macronie à faire émerger une personnalité susceptible de rompre avec des pratiques de moins en moins plaisamment folkloriques et de plus en plus tragiquement sordides ; pompiers pyromanes du RN et de la FI en embuscade... On élaborerait difficilement un scénario plus décourageant.

La reprise en main d’une collectivité locale à bout de souffle par l’État, au-delà du précédent marseillais d’avant-guerre, n’a pourtant rien d’une incongruité juridique. Un certain nombre de communes, généralement de petite taille, financièrement exsangues ou ne respectant pas leurs obligations en matière de logement social, sont ainsi déjà passées sous tutelle préfectorale ces dernières années. A l’échelle de la seconde ville de France, de surcroît embourbée dans un processus de métropolisation à peu près aussi maîtrisé que son propre budget, l’humiliation serait sans doute terrible. Mais si le ridicule ne tue toujours pas, l’incompétence, elle, fait désormais de vrais morts.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires