En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 13 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 8 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 9 heures 38 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 11 heures 25 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 13 heures 25 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 14 heures 12 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 14 heures 47 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 15 heures 17 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 15 heures 30 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 8 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 9 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 9 heures 43 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 12 heures 15 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 13 heures 53 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 14 heures 19 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 15 heures 4 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 15 heures 24 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 5 heures
© AFP
© AFP
Géopolitico Scanner

L’islamisme institutionnel de l’OCI : plus grand lobby théocratique mondial

Publié le 27 juillet 2018
Retour sur l’Organisation de la Coopération islamique (OCI) qui vise à "promouvoir la coopération dans les domaines économiques, sociaux, culturels et scientifiques" et qui regroupe 57 pays membres.
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Retour sur l’Organisation de la Coopération islamique (OCI) qui vise à "promouvoir la coopération dans les domaines économiques, sociaux, culturels et scientifiques" et qui regroupe 57 pays membres.

Organisme intergouvernemental à finalité politique, économique et culturelle, l’Organisation de la Coopération islamique (OCI), créée en 1969, à Djedda, en Arabie saoudite, est une sorte de «Nations Unies du monde musulman ». L’OCI est d’ailleurs le second rassemblement d’États le plus large après l’ONU. Regroupant 57 pays-membres, sa vocation affichée est de « promouvoir la coopération dans les domaines économiques, sociaux, culturels et scientifiques» grâce notamment à la Banque islamique de Développement (BID, saoudienne), la «sauvegarde des Lieux saints (al-Haramaïn), le soutien au peuple palestinien (d’où un fort antisionisme), ou la défense des minorités et pays musulmans dans le monde, notamment en Occident où elles seraient victimes de l’«islamophobie». Sur le plan international, l’OCI n’a aucun autre équivalent.

C’est un cas unique d’organisation interétatique de type confessionnelle dont les membres signataires et actifs sont des États poursuivant un projet de promotion planétaire de lois et règles théocratiques. L’OCI défend les intérêts de 57 États musulmans (sunnites et chiites) en exerçant des pressions sur les pays, les instances internationales, les personnalités politiques, etc., spécialement lorsqu’il s’agit de conflits opposant musulmans et non-musulmans, comme on a pu le constater en Israël, au Cachemire, en Bosnie, au Kosovo ou en Syrie. L’OCI soutient les groupes séparatistes-irrédentistes islamiques partout où ils sont en conflit avec les non-musulmans, qu’il s’agisse des musulmans face aux chrétiens pendant la guerre civile libanaise, des légions islamiques en Bosnie et au Kosovo durant les guerres d’ex-Yougoslavie, des séparatistes islamistes du Cachemire face à l’Inde, des albanophones musulmans en Macédoine face aux Slaves, des Tchétchènes face aux Russes dans les années 1990, etc. En Europe et en Occident, l’OCI, parrainé notamment par la Turquie et l’Arabie saoudite (qui la président depuis 2003), essaie d’embrigader les musulmans afin qu’ils maintiennent leur identité dans une sorte de « ghetto volontaire» et qu’ils ne s’intègrent pas à la société «mécréante» d’accueil jugée hostile et infréquentable. La stratégie d’expansion et de pénétration de l’OCI en milieu occidental et non-musulman, pilotée en grande partie par les pôles saoudien, turc, marocain et pakistanais, est double: Premièrement, contrôler les communautés musulmanes issues de l’immigration et éviter à tout prix leur « désislamisation ». Deuxièmement, profiter de l’état de fait qu’est la présence musulmane en terre infidèle pour tenter d’en faire des vecteurs de propagation de l’islam. Déjà, en 1983, la revue de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI), L’islam aujourd’hui, explicitait sa stratégie d’expansion mondiale: «Chaque majorité musulmane est en danger permanent de devenir une minorité si elle se laisse soumettre à des effets de désintégration culturelle et politique [...]; La Oumma islamique, entière, a commencé comme une minorité réduite à une seule personne, le Prophète. Elle s’est ensuite élargie à quelques centaines de personnes (...). Le succès d’une minorité musulmane est de devenir un jour (...) une majorité. Ce phénomène se fait par un effet d’assimilation réciproque entre la majorité non-islamique et la minorité islamique, la majorité acceptant petit à petit la morale et la religion islamique et finissante par s’identifier à l’islam (...). Le but est d’établir un plan commun des pays musulmans qui aiderait chaque minorité musulmane à établir les conditions nécessaires à lui donner une dynamique de minorité réussie. Plus ces communautés seront fortes et acceptées dans leur pays, plus elles défendront les intérêts du monde musulman puisque la Oumma est une et indivisible, chaque fraction de cette Oumma est d’une importance primordiale». Peut-on appeler ce type de discours autrement qu’un plan de conquête politico-spirituelle du monde?

 

Jérusalem n’est pas une ville sainte juive pour l’UNESCO et l’OCI...

 
En ce qui concerne le conflit israélo-palestinien et sa dimension religieuse, notamment autour du statut de Jérusalem, jadis ville sainte des trois religions abrahamiques et surtout principale ville sainte et capitale du judaïsme, l’OCI a réussi depuis le début des années 2000, grâce à son puissant lobbying, à faire condamner l’État d’Israël plus de fois que n’importe quel autre État dans le monde, y compris des États qui occupent des territoires plus importants encore (Turquie, Chine, etc.). L’organisation a également réussi à faire reconnaître Jérusalem comme le «troisième lieu saint de l’Islam», alors que les deux lieux saints officiels mentionnés dans le Coran sont La Mecque et Médine (al-Haramaïn, qui signifie en arabe «deux sacrés» et non trois). Elle a même réussi à faire adopter par l’UNESCO une résolution déniant toute souveraineté et historicité d’Israël à Jérusalem (mai 2017, le jour des célébrations des 69 ans de l’indépendance de l’État hébreu)1, alors qu’avant les guerres israélo-arabes de 1948, l’est de la ville était majoritairement juif et que des lieux saint juifs s’y trouvent.
Plus ubuesque encore, l’Arabie saoudite, qui préside l’OCI, a même réussi à infiltrer une autre grande instance des Nations Unies: le Conseil des Droits de l’Homme basé à Genève, en intégrant la Commission de la condition de la femme (CSW). Quand on connaît le sort des minorités, des non-croyants et des femmes en Arabie saoudite, second pays au monde pour les exécutions capitales, où les femmes n’ont pas eu le droit de conduire jusqu’à la timide réforme du Prince Ben Salmane de janvier 2018 et ne peuvent pas se déplacer sans un parent ou mari mâle, il y a de quoi en perdre son latin. Ceci fut le résultat du lobbying intense exercé dans les chancelleries du monde entier et aux Nations unies par Riyad et l’OCI. Notons que l’admission de l’Arabie saoudite au sein de la commission de
la condition des femmes a été validée par cinq pays-membres de l’Union européenne (pas la France). A partir de 2018 et jusqu’en 2022, grâce au vote du Conseil économique et social de l’ONU (l’ECOSOC), le royaume veillera donc à promouvoir avec 45 autres États les droits des femmes, notamment celui de l’égalité entre les sexes.
 
Rappelons aussi qu’en 2015, déjà, malgré les centaines d’exécutions annuelles recensées chaque année et l’application de la version la plus totalitaire de la charià qui permet pendaisons, égorgements, lapidations et même crucifixions – l’Arabie saoudite avait été nommée à la tête de l’une des commissions consultatives de l’ONU relatives aux droits de l’Homme, au moment même où nombre de prisonniers politiques croupissaient en prison pour avoir osé exprimer leurs convictions, comme le célèbre blogueur chiite Raïf Badawi, condamné en septembre 2016 à dix ans de prison et mille coups de fouets pour apostasie.
D’autres furent condamnés à mort comme le dignitaire chiite pacifique Nimr al-Nimr (avec 47 autres personnes exécutés en un seul jour). Chacun sait en effet que le Royaume saoudien décapite publiquement ou lapide régulièrement des sujets en laissant ensuite leurs corps pendus sur des grues et déchiquetés par des pierres. Rappelons que dans ce pays, les exécutions brutales sont si fréquentes qu’un grand espace public a été surnommé Chop Chop Square en raison du nombre d’exécutions très fréquentes perpétrées par les autorités saoudiennes.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires