En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Crédit Tatyana ZENKOVICH / POOL / AFP
Géopolitico-Scanner
Comment le sommet de l’Otan a révélé l’impuissance auto-infligée des Européens
Publié le 13 juillet 2018
Retour sur une organisation désuète et sur la guerre géoéconomique entre l’Amérique forte et l’Europe divisée…
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Retour sur une organisation désuète et sur la guerre géoéconomique entre l’Amérique forte et l’Europe divisée…

Une fois de plus, les provocations du président américain ont fait couler de l’encre, Donald Trump a encore ravi la place du diable médiatique en chef à Vladimir Poutine et à Kim Jong Un ou même quelques temps à Bachar Al-Assad lui-même.. Et une fois encore, la Russie a été « l’ennemi utile » au centre de la double rivalité géostratégique économique et énergétique qui oppose d’une part les Etats-Unis à la vieille Europe et, de l’autre, ces mêmes Etats-Unis à la Chine. Les deux premières leçons à tirer des menaces trumpiennes adressées aux Européens de l’Ouest - Allemagne de Merkel en tête – accusés de non-loyauté vis-à-vis de l’empire US, puis aux Chinois, eux aussi cibles d’une nouvelle guerre économique et financière, sont double. 

Premièrement, force est de constater que l’OTAN demeure une organisation désuète, fortement divisée, voire déchirée en au moins deux blocs, et anachroniquement tournée contre la Russie. Cette organisation aurait dû être supprimée en 1991 au profit d’un double pôle de défense « pan-occidental » alliant un pilier américain et un pilier paneuropéen, ce dernier devant intégrer peu à peu la Russie. Occidentaux et Russes doivent en effet faire face depuis la fin de la guerre froide aux mêmes menaces majeures (terrorisme/islamisme) et autres « défis » géopolitiques de l’Après-guerre froide : risques migratoires, démographiques et criminels transnationaux. Cette idée est d’ailleurs toute d’actualité et elle a motivé le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, à proposer que l’OTAN s’engage de plus en plus dans lutte contre les migrations illégales, elles-mêmes porteuses de flux de réseaux terroristes. 

Deuxièmement, si le président américain Donald Trump choque peut être par ses méthodes peu diplomatiques, il dit vrai lorsqu’il affirme que les Européens ne paient pas le minimum convenu pour leur défense dans le cadre de l’OTAN. Rappelons que deux semaines avant le sommet, le président américain avait adressé un courrier officiel à neuf membres de l’Otan (dont l’Allemagne, le Canada et la Norvège) en les sommant de réévaluer leurs dépenses militaires à 2 % de leur PIB d’ici en 2024. Trump n’exerçait pas là un quelconque « chantage » mais il confirmait sa requête formulée lors de la campagne présidentielle et il ne faisait qu’emboiter le pas à (certes moins poliment) de ses prédécesseurs de la Maison Blanche, républicains comme démocrates. Ces derniers ont en effet demandé depuis les années 2000 aux « alliés » européens qu’ils consacrent un plus important budget à l’effort de défense, en vain… Pas étonnant donc que cette requête ait été placée par Trump au centre du Sommet de l’Alliance atlantique. Cette réalité du déséquilibre Etats-Unis-Canada-Europe dans le financement de la défense a d’ailleurs été confirmé le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, lui-même norvégien, et il n’est pas nié par les Européens qui ont déjà promis de rehausser leurs budgets de défense depuis l’arrivée de Donald Trump au pouvoir. Ainsi, lorsque l’on analyse de façon dépassionnée les propos du président américain, ils ne sont pas en contradiction totale avec la réalité, certes difficile à entendre pour des Européens. Ceux-ci sont en effet trop habitués à se reposer sur les Américains pour leur défense, d’ailleurs officiellement confiée par eux-mêmes à l’OTAN comme le rappelle le traité de Lisbonne lui-même en toutes lettres. «L’Allemagne est à 1 % (de son PIB), les Etats-Unis sont à 4 %, et l’Otan bénéficie bien davantage à l’Europe qu’aux Etats-Unis », a lancé Trump ». Et Jens Stoltenberg a déclaré pour sa part, dimanche dernier, dans le quotidien Bild, que l’Allemagne devait «en faire davantage»… Le fait de négocier à la dure en menaçant de « laisser tomber les Européens » et de mettre fin au principe de solidarité atlantique, notamment en cas de conflit face à la Russie, a finalement permis à Trump d’obtenir des Européens bien plus que ses prédécesseurs Obama, Bush père et fils et Clinton, puisque les alliés ont d’ores et déjà accepté d'augmenter leurs dépenses militaires, ce qu’ils ont refusé de faire lorsque les Etats-Unis leur demandaient de façon moins menaçante… Le président américain estime de ce fait à juste titre que les Etats-Unis paient trop par rapport aux autres membres de l'Alliance atlantique, et il l'a en l’occurrence réaffirmé dans une très violente pique contre l’Allemagne d’Angela Merkel accusée d'être «contrôlée» par la Russie en raison du fait que l’Allemagne est approvisionnée en gaz naturel russe et est toujours le partenaire stratégique de Moscou et Gasprom pour le projet North Steam 2 qui renforcerait la dépendance des pays  européens membres de l’UE envers le gaz russe. 

De la géopolitique à la guerre commerciale et énergétique 

Le président Donald Trump, en bon adepte de « l’art du deal », ne s’est donc pas privé de mélanger les genres et de faire monter les enchères, notamment en évoquant la question du gaz russe et les différends commerciaux qui l’opposent aux Européens : « l’Union européenne a un excédent commercial de 151 millions de dollars avec les Etats-Unis, avec d’importantes barrières commerciales sur les produits américains. NON ! », a-t-il lancé en confondant d’ailleurs en passant millions et milliards, car il s’agit bien pour l’année 2017 d’un déficit commercial américain de 151 milliards de dollars vis-à-vis de l’Union européenne. En réalité, ce mélange des genre qui consiste à culpabiliser les Européens pour leur dépendance énergétique envers la Russie (qu’ils « enrichissent » en leur achetant du gaz), puis à exiger tout à coup des membres de l’OTAN non plus seulement 2% mais bientôt 4 % du PIB consacré à la défense, tout en accusant l’UE d’être un concurrent économique déloyal, vise à la fois à satisfaire le noyau-dur de l’électorat américain puis à faire monter au maximum les enchères afin d’obtenir ensuite le plus possible. Personne n’est dupe de la guerre énergétique qui oppose le géant géo-énergétique russe, qui utilise l’Allemagne et le Sud de l’Europe comme points d’accès au marché européen, et le nouvel exportateur de gaz naturel liquéfié (GNL) à partir du gaz de schiste que sont les Etats-Unis. Ces derniers cherchent en fait simplement à prendre la place de Moscou et Gazprom en brandissant la très opportune « menace russe ». Cette menace-utile permet en réalité de justifier la vassalité de l’Europe vis-à-vis de Washington et de « vendre » les énergies concurrentes américaines en s’appuyant notamment sur les pays les plus anti-russes que sont la Pologne et les pays baltes. Ces mêmes pays achètent d’ailleurs des armes américaines plutôt qu’européennes et tentent de bloquer les projets de gazoduc emportant le gaz russe  comme le « South Stream 2 », qui passe à travers la mer baltique et va vers l’Europe de l’Ouest via l’Allemagne). Toutefois, cette désignation permanente du « danger » russe n’empêche pas Donald Trump de rencontrer le 16 juillet Vladimir Poutine, qu’il veut d’ailleurs faire revenir au sein du G8… Pendant ce temps, les Européens, qui n’ont pas osé le demander, demeurent divisés, passifs et spectateurs.  

En guise de conclusion

En réalité, si les Européens ont eu raison de riposter ces dernières semaines à l’offensive protectionniste américaine en listant à leur tour les secteurs de l’industrie et de l’agriculture américaine frappés de droits de douane supplémentaires par Donald Trump mais qui sont liés aux zones électorales favorites du président, leur unité s’arrête là. Car leur volonté d’impuissance est quasiment intacte : pas de politique de défense et de sécurité réellement unifiée et viable, pas de politique commerciale et énergétique cohérente, division entre pays de l’Est très atlantistes et anti-russes (Pologne, Pays Baltes, etc) et pays neutres ou favorables à une autonomie européenne et à des liens forts avec Moscou (Italie, Hongrie, Grèce, Allemagne, etc) ; absence d’armée européenne digne de ce nom et absence de politique d’immigration commune. 

Et à ceux qui accusent les Etats-Unis tantôt de vassaliser l’Europe avec l’OTAN en « empêchant » la défense européenne et tantôt de nuire à la sécurité de l’Europe en menaçant de quitter l’OTAN ou de rompre sa solidarité interne, il convient de répondre que PERSONNE n’oblige les Européens à demeurer une « zone molle » d’un point de vue stratégique. Personne n’a obligé durant des décennies les pays de l’UE à baisser leurs budgets de défense, ce que Washington au contraire dénonce. PERSONNE n’a obligé les Européens à réaliser un élargissement chaotique vers des pays qui ont plus d’allégeance envers les Etats-Unis que vis-à-vis de Bruxelles. Les Etats-Unis n’ont pas « comploté » pour rendre les Européens « impuissants » et pour les empêcher de défendre leurs intérets vitaux. Cette « impuissance volontaire » de l’Europe et l’absence de loyauté de certains pays de l’UE qui préfèrent le gaz, les armes et les avions américains aux équivalents européens ou russes ne sont pas le fait de Washington mais du suicide stratégique de l’Europe qui ne s’est pas remise de sa terrible guerre civile (première et seconde guerres mondiales).

De ce point de vue, la nouvelle inquiétante du Brexit d’un côté, et l’anti-européisme de l’Administration Trump, qui flatte d’ailleurs les régimes eurosceptiques et moque la faiblesse européenne, de l’autre, ne doivent pas être perçus comme des échecs mais au contraire comme de formidables opportunités pour relancer enfin une vraie politique de défense européenne autonome vis-à-vis des Etats-Unis. Ainsi, la menace trumpienne d’un refus américain de défendre un de ses alliés face à la Russie ou à un autre ennemi (article 5 de l’OTAN) devrait au contraire pousser les Européens à accélérer leur marche vers une défense européenne, notamment permise par l’augmentation des budgets de défense que réclame Trump. La France est d’ailleurs dans ce domaine un leader au niveau européen, puisque Paris a enrôlé huit Etats-membres de l'UE au sein d’un « Groupe européen d'intervention » capable de conduire très rapidement des opérations militaires dans des pays en guerre. It’s up to us !

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
02.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
03.
Sauver la France en travaillant plus, pourquoi pas… Pourquoi le diagnostic initial ne correspond que de loin à la réalité vécue par les Français
04.
Travaux à Paris : « Je creuse donc je suis ! »
05.
La guerre du pétrole n’aura pas lieu. Mais avec Donald Trump qui veut asphyxier l’Iran, on joue avec le feu
06.
Une série d’erreurs serait à l'origine de l’incendie de Notre-Dame de Paris
07.
Pourquoi la France est malade de son immobilier
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
06.
Tous végétariens ou vegans ? Quand l’OMS met le hola sur les régimes universels écologiques
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
05.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
06.
Tous addicts à la polémique : votez-vous encore pour ce que les candidats se proposent de faire ou uniquement pour ce qu’ils sont ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 13/07/2018 - 10:20
Très juste, Del Vallee!
l'opposition à la Russie est totalement anachronique, et l'OTAN aurait dû être abandonné, depuis longtemps, au profit d'un pôle de défense européenne ("défense des frontières européennes"...les gauchistes hurlent à la mort!...) et américain, alliés pour des objectifs précis: défense contre l'immigration sauvage, contre l'islamisation abrutissante etc...mais les europeistes sont trop rétrogrades, et trop idéologisés pour comprendre les enjeux du monde moderne...patience! car, dans un an, les patriotes européens arrivent...