En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 11 heures 22 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 12 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 14 heures 59 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 15 heures 11 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 16 heures 11 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 17 heures 17 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 18 heures 38 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 19 heures 26 sec
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 19 heures 3 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 19 heures 3 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 11 heures 54 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 12 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 15 heures 2 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 15 heures 40 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 16 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 18 heures 7 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 18 heures 45 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 19 heures 53 sec
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 19 heures 3 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 19 heures 3 min
© ADEM ALTAN / AFP
© ADEM ALTAN / AFP
Geopolitico-scanner

L’Union européenne et les Etats-Unis ferment les yeux devant les menaces grandissantes de la Turquie néo-ottomane d’Erdogan envers Chypre et la Grèce

Publié le 12 mars 2018
Les récents épisodes survenus à Chypre et en mer Égée (îles grecques situées à l’ouest de la Turquie) confirment l’évolution de plus en plus néo-impériale et menaçante de la Turquie d’Erdogan.
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les récents épisodes survenus à Chypre et en mer Égée (îles grecques situées à l’ouest de la Turquie) confirment l’évolution de plus en plus néo-impériale et menaçante de la Turquie d’Erdogan.

Ces évènements, hautement sismiques, ont de quoi inquiéter sérieusement, mais ils sont toutefois presque systématiquement occultés dans la presse et les discours des dirigeants ouest-européens, littéralement tétanisés par la nouvelle Turquie du néo-Sultan irascible Erdogan forte d’une armée de 700 000 hommes et membre de plus en plus problématique de l’OTAN . La toute dernière crise géopolitique survenue dans les eaux de la mer Égée a culminé avec la collision entre le navire de patrouille grec « Gavdos 090 » et le bâtiment militaire turc « Umut » puis avec le viol, par l’armée turque, de l'espace aérien grec (138 fois en un seul jour…). Le 13 février dernier en effet, un navire de la Garde côtière grecque a été touché près de l'atoll d'Imia, l'une des nombreuses îles grecques que la Turquie, pourtant candidate à l’entrée dans l’UE, revendique. En réalité, ce clash n’est qu’un choc parmi une longue série de heurts plus ou moins larvés entre les deux pays. D’autant qu’Ankara n’a jamais reconnu les frontières entre la Grèce et la Turquie et n’a jamais cessé de revendiquer les îles de la Mer Egée que l’empire ottoman a occupées durant des siècles, comme d’ailleurs il a occupé jadis la Grèce, les Balkans, le Proche-Orient et Chypre.

Le 2 août dernier, déjà, onze F16 turc avaient provoqué les autorités d’Athènes pendant 12 heures d'affilée en violant de nombreuses fois l’espace aérien grec et en provoquant ainsi treize décollages d'avions hellènes tentant d’intercepter les intrus au risque d’une guerre entre les deux pays. Bien que le ministère de la Défense d'Athènes signale à chaque nouvelle crise le comportement menaçant de la Turquie irrédentiste, les autorités de l'OTAN, européennes et onusiennes n’ont jamais condamné de façon vigoureuse la Turquie et encore moins sanctionné ce pays, lequel continue d’ailleurs d’envahir et coloniser 37 % de l’île de Chypre, elle aussi membre de l’Union européenne, comme la Grèce, et que ses partenaires européens devraient pourtant défendre.

Certes, les provocations turques dans le ciel grec, les prétentions d’Ankara sur les îles hellènes et même sur les territoires de la Grèce où vivent des communautés musulmanes turques, ne sont pas des nouveautés, pas plus que l’occupation (condamnée à maintes reprises par des résolutions des Nations unies) du nord de l’île de Chypre qui date déjà de 1974 et qu’Erdogan a récemment promis de ne « jamais lâcher ». Mais les débordements militaires turcs sur les îles orientales de la mer Égée (Limnos, Lesvos, Samos, Chios, etc), n’ont jamais été aussi inquiétants, au point de faire craindre une guerre entre les deux membres de l’OTAN. On se rappelle aussi que, le 28 juillet dernier, un avion espion turc CN-235 avait été repoussé par l'aviation grecque.

La reconquista à rebours ou l’irrédentisme turco-islamique

Personne n’ignore que le parti de Recep Taiyyp Erdogan, l'AKP, qui gouverne la Turquie depuis 2002, affirme régulièrement qu'un jour, il va « reconquérir ces îles grecques qui sont en fait un territoire turc » puisqu’anciennement partie intégrante du territoire du sultanat ottoman. Concernant la République de Chypre (entité grecque de l’île, seule partie légalement reconnue par la communauté internationale), l’Union européenne n’a jamais condamné de façon ferme le fait que le gouvernement d’Ankara colonise le Nord de Chypre et menace même le gouvernement chypriote légal de représailles militaires si celui-ci persiste à vouloir exploiter ses réserves de pétrole et de gaz offshore découvertes dans les années 2000 et dont l’exploitation a été confiée entre autres à des compagnies italiennes (ENI) et américaines (Exxon). C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la route empruntée par le navire de forage et perforation loué par l’Eni Saipem 12000 a été récemment bloquée par Ankara qui a ainsi empêché le bateau du groupe italien ENI d'atteindre la zone exclusive (ZEE) de Chypre. Ce blocage découle du fait que le président turc Erdogan revendique non seulement une partie de Chypre, mais aussi la jouissance de l’ensemble des ressources énergétiques offshore trouvées dans les eaux territoriales chypriotes, comme si celles-ci étaient turques, ceci en violation flagrante des traités internationaux.

Le retour aux frontières d’avant la première guerre mondial : Erdogan/Al-Bagdadi même combat irrédentiste-néo-califal

Rappelons tout de même que sur plan juridique, le traité de Montego Bay de 1982 stipule clairement que la souveraineté de l'État peut s'étendre sur un maximum de douze milles à une zone maritime adjacente à sa côte, la mer territoriale, sur laquelle l'État exerce ses prérogatives. Cela signifie que normalement, le seul Etat qui a des droits exclusifs sur les ressources minérales de l’ensemble de l’île n’est ni la Turquie, ni même la République turque fantoche du Nord de l’île - non reconnue internationalement -, mais la République de Chypre membre à part entière de l’Union européenne. Révélant sa nouvelle politique étrangère néo-impériale et toujours plus agressive, notamment lors d’un discours prononcé à l’université qui porte son nom le 15 octobre 2016, Erdogan avait déjà clairement annoncé son intention de « reconquérir » les territoires ex-ottomans dont son pays aurait été « privé » après la défaite turque de 1918, conformément au serment national (Misak-ı Millî) du dernier Parlement ottoman du 12 février 1920. Il avait notamment cité la Thrace Occidentale et le Dodécanèse… Encore plus inquiétant, ii y a un mois, Kemal Kilicdaroglu, le chef du parti d’opposition kémaliste CHP, a emboité le pas à Erdogan et à l’AKP en déclarant que s’il gagnait l'élection de 2019, Ankara « envahira et prendra plus de 18 îles grecques de la mer Égée, parce qu'il n'y a « aucun document qui prouve que ces îles appartiennent à la Grèce »…. Maral Askenner, chef de la nouvelle opposition "Le bon Parte", a également invoqué l'invasion et la conquête des îles grecques.

De son côté, le président Erdoğan n’a cessé ces derniers temps de multiplier les déclarations néo-impériales et belliqueuses de type « néo-ottomanes », tant pour les îles de la mer Egée, que pour Chypre ou la Syrie, dont il a justifié l’invasion de la partie nord-ouest (Afrine) face aux « ennemis kurdes » : "Ne pensez pas que la recherche de gaz naturel à Chypre et l'opportunisme en mer Égée restent ignorés par notre radar", a-t-il déclaré à la presse locale il y a quelques jours. Et en référence aux derniers moments de l'Empire ottoman, Erdogan a poursuivi ainsi son discours du 13 février 2018 : « Ceux qui pensent que nous avons effacé de nos cœurs les terres dont, il y a cent ans, nous nous sommes retirés en larmes, ont tort, a lancé Recep Erdogan devant son parti, l’AKP. Nous disons à chaque occasion que la Syrie, l’Irak et d’autres endroits de la carte de nos cœurs ne sont pas différents de notre propre patrie. Partout où l’appel à la prière est entendu, nous luttons pour qu’un drapeau étranger ne soit pas brandi. Les choses que nous avons faites jusqu’ici ne sont rien en comparaison des attaques encore plus grandes que nous prévoyons dans les prochains jours. Dieu le veut ! ».

Le djinn néo-impérial du Califat ottoman est sorti de sa bouteille.

En réalité, Erdogan a réveillé au nom de l’islamisme politique les vieux démons impérialistes et bellicistes néo-ottomans, allant jusqu’à contester ouvertement le traité de Lausanne de 1923, qui a tracé les frontières de la Turquie, de la mer Égée (dont les îles ont été allouées à la Grèce) puis celles séparant la Turquie de l'Irak et de la Syrie, deux pays où Ankara revendique également des territoires (villes de Kirkuk et Mossoul en Irak, régions d’Afrin en Syrie, etc). Le traité de paix signé en juillet 1923 entre la Grande-Bretagne, la France, l'Italie, le Japon, la Grèce, la Roumanie, la Yougoslavie et la Turquie, avait justement fixé les limites du nouvel État turc formé après la dissolution de l'Empire ottoman, mais il est clair que le néo-sultan Erdogan veut terminer sa carrière « en beauté » non seulement après avoir réislamisé et dékémalisé le pays d’Atatürk, mais également en rétablissant une partie de l’empire califal turco-ottoman au détriment des Etats voisins affaiblis ou inférieurs en puissance. Alors que cette question est longtemps restée un souhait enfoui en Turquie, Erdogan a réussi par sa démagogie islamo-nationaliste outrancière et son fanatisme néo-ottoman à réhabiliter l’idée de la « nécessaire révision » du traité de Lausanne, ce qui laisse augurer une multiplication des risques de conflits avec au moins quatre pays frontaliers de la Turquie.

Lâcheté européenne lourde de conséquences pour l’avenir

Pour revenir aux menaces de guerre et d’invasion proférées par Ankara au sujet de l’exploitation de gaz naturel offshore au large de Chypre par le gouvernement de Nicosie et les compagnies italienne ENI et américaine EXXON, l’Europe a tort de ne pas réagir plus fermement, car elle envoie ainsi un message de manque de solidarité et donc de faiblesse, qui est en tout cas parfaitement perçu ainsi par Ankara. En outre, on ne doit pas oublier, comme l'explique l'expert Panos Lipsos, que c'est l'indépendance énergétique même de toute l'Europe qui est en jeu en Méditerranée orientale. En empêchant le projet "east med" qui doit relier sur le plan énergétique les champs d'hydrocarbures d'Israël et de Chypre (pays de l'UE) à la Crète, à la Grèce continentale et à l'Italie, la Turquie perturbe de façon décomplexée la libre exploitation des hydrocarbures chypriotes et elle affirme de la sorte en toute impunité sa puissance hégémonique en mer Egée. Toutefois, rien de ces gesticulations et menace n’est le fruit du hasard et ne doit être à la légère. Aux termes de cette « stratégie de l’intimidation »*, la Turquie veut en réalité que tous les "tuyaux" passent par son territoire, ceci afin de pouvoir contrôler une grande partie de l'énergie qui transite vers Europe et afin de dicter ses conditions en vue de faire admettre son adhésion à l’UE, comme elle l’a déjà fait grâce aux accords ubuesques sur les migrants qui ont obligé l’Europe à verser des milliards à la Turquie en échange d’une récupération de migrants clandestins qu’elle a sciemment laissé venir en Europe"… L’idée est de devenir de plus en plus incontournable, un peu à l'exemple de ce que fait la Russie avec le gaz, mais à la différence près qu’en tant que pays musulman membre de l’OTAN et proche des Etats-Unis, Ankara bénéficie d’une incomparable indulgence de la part des Occidentaux qui sont bien moins sévères avec l’irrédentisme turc qu’avec son équivalent russe. De la même manière, on reste stupéfait du silence de ladite communauté internationale à propos de l’occupation-colonisation du Nord de Chypre par la Turquie en comparaison avec les multiples condamnations internationales de l’occupation israélienne de territoires supposés palestiniens. Deux poids, deux mesures.

Prochain ouvrage d’Alexandre del Valle, à paraître le 22 mars prochain : La stratégie de l’intimidation, éditions l’Artilleur.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Sangha26
- 03/04/2018 - 10:50
glaçant !
Il faut aller à Chypre et VOIR !!!! C'est glaçant de retrouver des routes bordées de clôtures surmontées de barbelés ! ça m'a ramenée à bien des années en arrière dans notre pays, et ça paraît complètement anachronique dans cette ile ensoleillée et bien belle !
Anouman
- 12/03/2018 - 20:21
Turquie
Il y a longtemps qu'on aurait du le remettre à sa place mais il n'y a pas si longtemps beaucoup en Europe rêvaient de faire entrer la Turquie dans l'UE. Que disent-ils ceux-là aujourd'hui?
markina
- 11/03/2018 - 11:45
UE
SDN - ONU - UE même combat !