En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

05.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

06.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

07.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

05.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 48 min 51 sec
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 1 heure 29 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 2 heures 8 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 10 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 10 heures 58 min
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 18 heures 24 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 21 heures 5 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 23 heures 28 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 1 heure 8 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 1 heure 45 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 2 heures 4 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 2 heures 8 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 11 heures 17 min
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 18 heures 51 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 23 heures 15 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 23 heures 29 min
Géopolitico-scanner

Le retour de la Realpolitik an Moyen-Orient : du triumvirat Russie-Iran-Turquie à la convergence israélo-saoudienne

Publié le 24 novembre 2017
Alexandre del Valle revient sur le sommet de Sotchi dédié à la résolution politique la crise syrienne, et sur le rapprochement spectaculaire entre l’Arabie saoudite et Israël sur fond de lutte commune contre la République islamique iranienne et le Hezbollah.
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle revient sur le sommet de Sotchi dédié à la résolution politique la crise syrienne, et sur le rapprochement spectaculaire entre l’Arabie saoudite et Israël sur fond de lutte commune contre la République islamique iranienne et le Hezbollah.

Lors du sommet tenu mercredi dernier à Sotchi (Sud de la Russie), Vladimir Poutine a reçu ses homologues turcs Recep Tayyip Erdogan et iranien Hassan Rohani pour évoquer l'avenir de la Syrie. Le Président russe a appelé à construire des «axes de l'ordre» composés d’Etats souverains « partenaires » face à l’« axe du Bien et du Mal» manichéen cher aux Occidentaux qui ont accentué l’instabilité du monde de l’après-guerre froide. L’idée est d’assumer une Realpolitik puis de favoriser les coopérations pragmatiques au niveau régional dans le cadre d’un monde multipolaire décrit et vanté comme tel par le chef du Kremlin. Le but de la réunion de Sotchi était de préparer les rencontres à venir dites du format d'Astana, prévues le 12 décembre prochain, entre le triumvirat « vainqueur de Da’ech et d’al-Nosra », destinées à préparer une solution politique pour la Syrie de l'après-guerre.

Dans cette même logique « multipolaire », ces trois composantes de « l’axe de l'ordre » proche-oriental ont convenu que l’objectif des zones de désescalade en Syrie (provisoires) était, à terme, « la pleine indépendance de la Syrie ». En réalité, toute la question est de savoir de quelle opposition il s'agira, sachant que le Congrès du dialogue national syrien de décembre prochain devra être étudié par l'Iran, la Russie et la Turquie. Cette dernière reste le parrain des rebelles islamistes syriens sunnites et demeure totalement opposée à la participation des forces kurdes de Syrie aux négociations, ce que le Président Erdogan a bien souligné lors du sommet en pointant du doigt les « éléments terroristes qui s'attaquent à la sécurité nationale de notre pays et à l'intégrité territoriale de la Syrie ». De son côté, Vladimir Poutine, qui sait transformer un obstacle en opportunité stratégique, escompte monnayer chèrement l’abandon des Kurdes de Syrie, en échange d’une reconnaissance de la légitimité d’Assad par la Turquie.

L’autre pierre d’achoppement concerne le choix des opposants arabes syriens légitimes : L’Occident ne reconnaît vraiment que les opposants dits de la « délégation de Ryad », c’est-à-dire essentiellement les forces sunnites islamistes du « Haut comité des Négociations » (majoritairement islamiste) liées au Conseil National Syrien. C’est cette opposition sunnite violemment hostile à Bachar al-Assad a été accueillie à Riyad afin de préparer les négociations de paix de Genève qui reprendront le 28 novembre prochain sous l’égide des Nations unies. Alors que l’opposition privilégiée par la Russie (délégations de Astana, de Moscou et du Caire) accepte de négocier sans faire du départ de Bachar une condition, les représentants de l’opposition pro-saoudienne, également reconnus par l’ONU et les Occidentaux, demeurent arc-boutés sur l’exigence du départ d'Assad.

L’étrange rencontre Assad-Poutine

Rappelons que deux jours avant la réunion tripartite sur la Syrie, le lundi 20 novembre, Vladimir Poutine a reçu à Sotchi le président syrien Bachar Al-Assad, officiellement pour une « visite de travail », en réalité pour pousser Assad, qui veut rester au pouvoir le plus longtemps possible, à accepter un règlement politique « à long terme ». Pour le président russe, qui a affirmé que l’opération militaire russe touche à sa fin, veut accélérer le passage à l’étape suivante, politique, ceci en amont des négociations de paix qui doivent reprendre à Genève, le 28 novembre, sous l’égide des Nations unies et sont censées, selon lui, traduire en termes diplomatiques et politiques les nouveaux rapports de forces constatés sur le terrain. Le but est de poursuivre, aux côtés de la Turquie et de l’Iran, les pourparlers d’Astana qui ont déjà fait leur preuve, contrairement aux rencontres de Genève, puisqu’ils ont abouti à réduire les affrontements grâce à la création de quatre « zones de désescalade » en Syrie qui ont permis aux humanitaires de faire parvenir des vivres et des secours puis aux combattants rebelles sunnites des villages repris par Damas de partir. L’entente entre, d’un côté, la Russie et l'Iran, qui soutiennent chacun à sa manière le régime de Damas, et, de l’autre, de la Turquie, qui appuie les rebelles sunnites obsédés au contraire par son renversement, peut paraître paradoxale, même si Ankara a mis en sourdine ces derniers mois ses critiques les plus dures à l'endroit du régime de Damas. Toutefois, la nature extrêmement pragmatique et cynique de cette entente a bien plus contribué à la déconfliction que toutes les leçons de morale occidentales. Malgré leurs positions contradictoires, la Turquie et la Russie, qui ont traversé une grave crise diplomatique après que l'aviation turque eut détruit en novembre 2015 un appareil russe au-dessus de la frontière syrienne, ont su mettre leurs différends de côté pour coopérer de façon efficace sur le dossier syrien, chacun négociant avec les autres la préservation de ses intérêts et profondeur stratégiques. C’est dans ce cadre que la Turquie a déployé des troupes notamment dans la province rebelle d'Idleb (nord-ouest).

Dans ce contexte, on peut analyser la visite de Bachar en Russie non pas comme une visite amicale mais comme une « convocation » du leader syrien par Vladimir Poutine. Ce dernier s’est en effet ironiquement « félicité » du fait que Bachar al-Assad allait « soutenir l’initiative russe et internationale visant à contribuer à un règlement politique de la crise en acceptant notamment des négociations entre l’opposition et le régime »... En fait, cette volonté de trouver une solution politique inclusive n’est en fait pas du tout du goût du dictateur syrien, comme le rappelle à juste titre l’opposante syrienne Randa Kassis (auteur du Chaos syrien), car Bachar préfère largement l’agenda iranien visant à le maintenir en place et à refuser de donner des gages à la vraie opposition au régime de Damas. Peu relatée dans les médias occidentaux, souvent très manichéens, la divergence entre Russes et Iraniens quant à l’avenir de Assad et à la nature de la Syrie post-guerre civile est pourtant un enjeu important des tractations au sein du triumvirat turco-irano-russe décidé à régler le problème syrien sans les Occidentaux, vus comme des forces de déstabilisation.

A la différence de Téhéran, en froid avec l’Administration Trump et en guerre larvée avec Israël et les monarchies sunnites du Golfe (excepté la Qatar), la Russie tient à trouver une solution qui associerait une partie de l’opposition syrienne. Et elle accepte l’éventualité de remplacer à termes, le président syrien Bachar al-Assad, tandis que Téhéran n’a aucune autre option sur la table. Dans ce contexte de recherche d’une solution pragmatique, Moscou coopère étroitement avec la Turquie d’Erdogan, qui soutient certes l’opposition sunnite islamiste syrienne, mais dont le concours cynique (en échange du renoncement à appuyer les dessins sécessionnistes kurdes), vise à accélérer la reprise de nombreuses places-fortes des jihadistes. Moscou a d’ailleurs accepté depuis le début de la guerre de laisser Occidentaux soutenir militairement et politiquement les forces kurdes du PYD (et YPG) puis du FDS, ces deux parties ayant activement participé à la lutte contre Da’esh en Irak et en Syria (Rawka). Poutine a même activement échangé ces derniers jours tant avec Recep Tayyip Erdogan que Donald Trump, ce que l’Iran n’est pas en mesure de faire étant donné son isolement. La réalité est que Bachar al-Assad joue en ce moment bien plus la carte des Iraniens, qui voudraient faire capoter les pourparlers de Sotchi et Genève, que celle des Russes, qui l’ont certes sauvé face aux jihadistes, mais dont l’agenda syrien ne se limite pas à sauver sa peau. Le vrai objectif stratégique des Russes en Syrie consiste en fait à trouver une solution pragmatique qui donnera certes des garanties aux forces pro-russes et pro-iraniennes en Syrie, mais aussi aux forces d’opposition liées aux autres parties, y compris les rebelles sunnites. Et cela impliquera de remplacer tôt ou tard Bachar al-Assad par un autre leader favorable à Moscou mais acceptable par l’opposition.

Le renforcement de la présence de Téhéran en Syrie : le casus belli avec l’Arabie saoudite

Alors que Vladimir Poutine a proclamé la fin imminente de la guerre en Syrie après la reprise de villes tenues par Da’esh, le chef d'État iranien, Hassan Rohani et son charismatique et intriguant général Kassem Soleimani, qui commande les opérations des Gardiens de la Révolution islamique en dehors de l’Iran, dans le « chiitistan » libano-syrien, ont quant à eux proclamé depuis Téhéran, mardi 21 novembre, la veille d’une réunion entre la Russie, l’Iran et la Turquie à Moscou, « la fin de l'EI en Irak et en Syrie ». Rappelons que Kassem Soleimani est un véritable héros national en Iran, où on le considère comme l’artisan du recul de l’EI dans l’Irak voisin, et que plus d’un millier de Pasdarans, dont de hauts commandants, ont été tués en Syrie et en Irak. Cela veut dire que Téhéran va réclamer ses dividendes de guerre et ne se résignera pas facilement à retirer ses pions de Syrie, ce qui risque de déboucher sur un affrontement déjà imminent avec Israël qui n’acceptera pas qu’une nouvelle zone de front s’ouvre à ses frontières au profit de l’axe-chiito-iranien et du Hezbollah. En réalité, pour l’Iran comme pour les autres parties, la guerre n’est pas finie en Syrie, ce qui est attesté par l’envoi de nombreux "conseillers militaires" et de "volontaires" venus combattre les derniers groupes rebelles sunnites et jihadistes retranchés essentiellement dans le sud de la Syrie. Les Occidentaux puis les Israéliens ne veulent pas les voir remplacés par des bases permanentes du Hezbollah et des forces chiites pro-iraniennes.

Dans ce contexte, le risque d'escalade entre Israël et le Hezbollah - qui ne cesse d’élargir sa profondeur stratégique et ses bases en Syrie - a atteint son point culminent depuis la démission du Premier ministre Saad Hariri, et depuis que le chef d'Etat-major de l’armée israélienne, Gadi Eizenkot, a brisé un tabou en s’exprimant directement dans le pure player saoudien Elaph, basé à Londres, pour rappeler que l'Etat juif est sur « la même ligne anti-iranienne que Riyad »…. Les derniers évènements et rapprochements israélo-saoudien et américano-saoudien ont ainsi confirmé l’intensification de la rivalité géostratégique et religieuse qui oppose d’un côté l’axe irano-chiito-syro-hezbollah avec ses visées hégémoniques sur le croissant chiite Irak-Syrie-Yémen de l’Ouest-Liban-Gaza, et, de l’autre, l’axe sunnite-pro-saoudien et israélo-américain qui ne tolère pas les immixtions de la république islamique iranienne au Liban, en Syrie, en Irak et au Yémen, sans oublier la pierre d’achoppement du nucléaire iranien. Le chef d’Etat-major de Tsahal n’a d’ailleurs pas hésité à déclarer qu’il voyait dans ces nouvelles alliances et rapprochements –certes amorcés depuis des années -  mais renforcés par les révolutions arabes et l’arrivée concomitante de MBS en Saoudie et de Trump aux Etats-Unis, une « opportunité pour une nouvelle coalition internationale dans la région. Il devrait y avoir un plan régional majeur pour stopper la menace iranienne ». Le chef de Tsahal n’a pas non plus fait mystère du fait qu’Israël est disposé à partager des « expériences et renseignements avec les pays arabes modérés pour confronter l’Iran ».

Ces propos font évidemment échos à ceux du belliqueux prince-héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS), qui a déclaré une guerre totale à l’Iran et à ses alliés. Ceci explique d’ailleurs le « recadrage » très médiatisé du premier ministre libanais Saad Hariri, qui a été « démissionné » MBS et qui a été sommé de « choisir son camp » en faisant une profession de foi anti-iranienne et anti-Hezbollah, ceci dans le cadre d’une purge sans précédent entreprise par le prince saoudien à l’encontre de tous ceux qui font obstacle à son ambition et sa politique interne et externe. Ce spectaculaire rapprochement israélo-saoudien serait, selon certains observateurs, le signe avant-coureur d’une intervention militaire israélienne (appuyée par Riyad et bénie par le camp sunnite en général) contre le Hezbollah libanais et ses alliés chiites irako-iraniens présents en Syrie, désormais bien trop prêts de la frontière israélienne et désireux de progresser toujours plus au sud. Cet axe  «sioniste-saoudien» apparemment contre-nature, a été fustigé par le chef du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, qui l’a accusé de préparer une nouvelle « destruction du Liban ». En réalité, les experts prévoient plutôt une attaque israélienne en Syrie sur les bases du Hezbollah et non pas sur le Liban, du moins pour le moment, puisque la politique d’Israël depuis le début de la guerre civile syrienne a été de frapper ponctuellement les bases arrières du Hezbollah libanais présentes sur le territoire syrien et susceptibles de renforcer la milice-parti dans son action contre l’Etat hébreu.

Il est vrai que, depuis la « guerre des 33 jours » de 2006, lorsque l’armée israélienne tenta, malgré la réprobation de la « communauté internationale », de réduire le Hezbollah en frappant ses bases au Liban suite à une série d’attaques militaires lancées par ce dernier sur le nord d’Israël, nombre d’observateurs sont persuadés que Tsahal attend l’occasion de « terminer » le travail qui avait été empêché par les pressions internationales exercées sur Israël qui dut mettre fin à ses frappes massives contre le Hezbollah. Tsahal avait d’ailleurs averti à l’époque les dirigeants israéliens que la paix - et donc l’interruption des frappes de Tsahal sur le Hezbollah - allait permettre au mouvement terroriste chiite de se reconstituer et même de se renforcer, ce qui est d’autant plus vrai que la guerre civile syrienne a motivé Téhéran à investir dans l’aide au Hezbollah. Ce dernier disposerait aujourd’hui, malgré la mort au combat de milliers de miliciens chiites hezbollahis, de 100 000 à 130 000 roquettes, c’est-à-dire dix fois plus qu’en 2006, et environ de 20 000 combattants et presque autant de réservistes, par ailleurs aguerris en Syrie et ayant reçu d’importants stocks d’armements de la part de leurs alliés iraniens. Certes, le fait que les faucons du gouvernement Netanyahou laissent entendre que le sort du Hezbollah devra être définitivement réglé tôt ou tard, ne signifie pas que les militaires israéliens aient reçu des ordres allant dans ce sens. Ce qui fera basculer l’armée en faveur du camp des faucons sera l’issue de la guerre civile syrienne et la progression des forces chiito-irano-hezbollahis en Syrie dans le cadre de la reconquête en cours sur les bases jihadistes. Il est clair que si l’armée syrienne et ses alliés du Hezbollah prennent le contrôle de la province syrienne de Kuneitra, sur le plateau du Golan, qui touche la ligne de l’armistice entre Israël et la Syrie, l’armée israélienne qui y verra une agression directe et comme une nouvelle ligne de front, devra réagir, et des échanges de tirs pourront dégénérer en conflit général.

L’intérêt du Hezbollah n’est cependant pas de provoquer l’Etat hébreu comme en 2006, car à la différence de la dernière fois, l’axe sunnite arabe est plutôt sur la même ligne que celle des faucons israéliens et si une guerre a lieu, Israël a déjà averti qu’il frappera bien plus fort et devra raser une partie du Liban, notamment les quartiers chiites de Beyrouth, une partie de la Bekaa et du Liban sud tenus par le Hezbollah, ainsi que les bases arrières du mouvement libanais en Syrie. Ceci serait par ailleurs perçu favorablement par les rebelles syriens sunnites islamistes pris en tenailles entre les forces syriennes pro-régime, l’aviation russe, les Kurdes au nord et les milliers de miliciens chiites. Ceci serait difficilement acceptable par Moscou qui ne pourrait pas accepter un recul des forces progouvernementales et un retour des rebelles sunnites pro-saoudiens dans les zones de conflits au sud de la Syrie. En fait, si Israël voulait en finir avec le Hezbollah, on sait que l’Etat hébreu subirait en retour des attaques de roquettes et missiles bien plus violentes et meurtrières pour les civils israéliens que durant la guerre de 2006, le Hezbollah disposant d’ogives de 400 kilos pouvant toucher le centre de Tel-Aviv et même l’aéroport Ben Gourion, perspective à laquelle la société israélienne n’est pas prête. Par ailleurs, du côté saoudien, la politique belliqueuse du prince Ben Salmane en Syrie (via les jihadistes sunnites) et au Yémen (dans le cadre de la guerre directe contre les rebelles chiites houtistes pro-iraniens) est un véritable fiasco stratégique, tandis que le coup de force contre le Qatar, secouru par la Turquie et son armée, n’a pas abouti aux résultats escomptés. Et l’escalade avec l’Iran est une voie périlleuse pour l’Arabie saoudite. Enfin, un conflit Israël-Liban n’aboutirait qu’à relégitimer le Hezbollah chiite auprès de la « rue arabe », y compris en Arabie saoudite, où la convergence, voire la coopération avec Israël contre l’axe irano-hezbollah seraient assimilées à une impardonnable trahison.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hermet
- 24/11/2017 - 23:12
merci Poutine
En clair, c'est la Russie qui seule peut permettre la paix dans la région, car elle dialogue avec tous le monde et est respectée de tous, à la fois Israel et l'Iran,et même avec les Saouds qui constituent pourtant leur ennemi numéro 1 dans la région.
vangog
- 24/11/2017 - 21:57
Bel imbroglio!
Une seule chose ressort, c’est que les occidentaux se sont fait éjecter d’une zone éminemment stratégique, et que les russes, accessoirement les Iraniens, sont les grands gagnants de ce jeu d'échecs. L’enjeu numéro un des russes était de garder le contrôle sur les gazoducs d’approvisionnement vers la faible UE, et un contrôle géographique sur les champs pétrolifères de la péninsule: c’est gagné, à 100%! L’UE est à la merci des décisions conjointes des Russes, Iraniens, et turcs pour son approvisionnement énergétique. Les diplomates occidentaux pourront continuer ce qu’ils savent faire le mieux: le léchage de babouches. Et le Sultan Erdogan va sortir renforcé, et pourra ainsi imposer aux bécasses occidentales immigrationnistes, et à notre inverti présidentiel sa vision du grand remplacement occidental...