En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

04.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

05.

Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif

06.

Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel

07.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les secrets de la Maison Blanche" de Nicole Bacharan et Dominique Simonnet : Lincoln, incroyable !

il y a 3 heures 48 min
light > Culture
Joie des touristes
Post-Covid-19 : le Musée du Louvre va réouvrir ce lundi 6 juillet
il y a 4 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
Nouveau Premier ministre
Retour sur le parcours politique de Jean Castex
il y a 5 heures 44 min
light > High-tech
Game over
Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel
il y a 9 heures 29 min
pépites > Politique
Fin du suspense
Michèle Rubirola est élue maire de Marseille
il y a 10 heures 23 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le courage du personnel soignant face au Covid-19 : une médecine de guerre sans protection

il y a 12 heures 50 min
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 15 heures 18 min
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 16 heures 18 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 17 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Peau d'homme" de Zanzim et Hubert : une fable "genrée"

il y a 4 heures 15 min
pépites > Santé
Négociations
Le Ségur de la santé a été prolongé en l’absence d’un accord
il y a 5 heures 8 min
pépites > Politique
Plus que quelques heures à patienter ?
Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif
il y a 7 heures 1 min
pépites > Politique
Première visite officielle
Le nouveau Premier ministre, Jean Castex, effectue son premier déplacement sur le site de production de X-Fab
il y a 10 heures 1 min
pépite vidéo > International
Campagne électorale
Donald Trump estime que l'Amérique doit être fière de son histoire
il y a 11 heures 38 min
décryptage > Santé
Trop, c’est trop

Si la pandémie vous a rendu maniaque de la propreté, voilà ce que vous devriez savoir pour tempérer vos ardeurs

il y a 13 heures 22 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 15 heures 47 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 16 heures 51 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 17 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 1 jour 3 heures
© Reuters
© Reuters
Ressemblance

Jean-Luc Mélenchon est-il l'héritier de la France qui votait Georges Marchais ?

Publié le 05 mai 2017
Avant le score de Jean-Luc Mélenchon (19,6 % des voix au premier tour de cette élection présidentielle), il faut remonter à l’élection présidentielle de 1981 et à Georges Marchais pour trouver un candidat situé à la gauche du Parti socialiste et ayant franchi la barre des 15 %. Quelles sont les différences et les continuités de ces deux votes sur le plan géographique ?
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avant le score de Jean-Luc Mélenchon (19,6 % des voix au premier tour de cette élection présidentielle), il faut remonter à l’élection présidentielle de 1981 et à Georges Marchais pour trouver un candidat situé à la gauche du Parti socialiste et ayant franchi la barre des 15 %. Quelles sont les différences et les continuités de ces deux votes sur le plan géographique ?

Analyse avec Jérôme Fourquet et Chloé Morin, pour l’Observatoire de l’opinion.

À l’époque, le candidat du Parti communiste avait obtenu 15,4 % des voix. Comme le montre la carte suivante, il avait enregistré ses meilleurs résultats dans quatre grandes régions où l’influence du communisme était alors très importante. Il s’agissait tout d’abord des terres industrielles nordistes, avec les départements du Nord, du Pas-de-Calais, de la Somme et de l’Aisne, auxquelles on peut ajouter les Ardennes, l’Oise et la Seine-Maritime. Second bastion, la ceinture rouge de Paris avec les départements de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. Les campagnes rouges du Limousin et des bordures du Massif central constituaient la troisième zone de force de Georges Marchais, avec les départements comme l’Allier, la Haute-Vienne, la Creuse, la Corrèze, la Dordogne et le Cher. Enfin les départements d’un vaste Midi rouge, courant de Perpignan à Marseille, offrirent également de très bons résultats à Georges Marchais. Ce dernier était en revanche à la peine dans toutes les régions catholiques : le Grand-Ouest (à l’exception des Côtes d’Armor), l’Alsace, la Savoie, le sud du Massif central et les Pyrénées-Atlantiques.

 

Le leader de la France insoumise, qui s’est notamment appuyé sur les communistes (même si une partie de l’appareil a rechigné à s’impliquer dans sa campagne), améliore de plus de 4 points le score de Georges Marchais à l’époque : 19,6 % contre 15,4 %. Par ailleurs, Jean-Luc Mélenchon s’est distancé du Parti communiste, tant dans le contenu idéologique de ses discours que dans ses rapports récents avec l’appareil. Mais la comparaison de la géographie de ces deux votes est intéressante, en ce qu’elle dit des mutations économiques et sociales que la France a connues depuis 1981.
 
Première observation : si l’étiage est relativement proche, on note que la géographie de ces deux votes diffère assez nettement. Certes, certains fiefs communistes figurent encore parmi les départements ayant placé Jean-Luc Mélenchon le plus haut. C’est le cas de la Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne, de la Seine-Maritime, ou bien encore de la Haute-Vienne, de la Dordogne, de l’Hérault et des Bouches-du-Rhône. Mais certains bastions manquent à l’appel. À l’inverse, le candidat de La France insoumise obtient des scores significatifs en Loire-Atlantique, où la tradition communiste est pourtant faible. Ces divergences nous amènent à la conclusion que le vote Mélenchon ne saurait être réduit à une réminiscence du communisme.Les écarts entre les niveaux des votes Marchais en 1981 et Mélenchon en 2017 permettent de bien saisir les réalignements sociologiques et politiques ayant affecté le territoire français depuis le début des années 1980. Mais ils permettent aussi de mettre en évidence le principal ingrédient de la dynamique de Jean-Luc Mélenchon lors de cette campagne, à savoir sa capacité à capter toute une partie de l’électorat socialiste – 26 % des électeurs Hollande du premier tour de 2012 ont voté pour lui.
 
 
On voit ainsi sur la carte ci-dessus qu’il amplifie très fortement le score de Georges Marchais dans tous les départements de l’Ouest de la France : +12 points en Ille-et-Vilaine, +10 points dans le Maine-et-Loire et en Mayenne. C’est le cas également en Alsace (+10 points dans le Bas-Rhin) mais aussi dans le Sud-ouest : Haute-Garonne (+8 points), Pyrénées-Atlantiques (+9 points), Aveyron (+10 points) et Lozère (+11 points). Ce basculement d’un électorat socialiste vers La France insoumise coïncide avec une autre évolution, sur un temps plus long. En effet, la plupart de ces régions (Grand-Ouest, Pyrénées-Atlantiques, sud du Massif central et Alsace) sont des territoires de tradition catholique. Et à mesure qu’au cours des trente dernières années, la pratique religieuse y refluait, la gauche socialiste y était montée en puissance. L’avenir dira si cette mutation va connaître un nouveau stade, avec l’affirmation d’un ancrage de la gauche radicale dans ces terres de tradition catholique.
 
Dans le même temps, comme mentionné plus haut, on note que Jean-Luc Mélenchon n’est pas parvenu à retrouver l’étiage du vote Marchais de 1981 dans toute une série de bastions historiques du Parti communiste. C’est vrai dans le bloc ouvrier du nord : -4 points dans le Pas-de-Calais et la Somme, -5 points dans l’Aisne. C’est le cas également dans le centre du pays où il s’agissait d’un communisme rural : -3 points dans l’Allier, -2 points en Haute-Vienne par exemple. De la même façon, le niveau d’aujourd’hui est un peu plus faible dans les Bouches-du-Rhône et le Var (-2,5 points), les Alpes-Maritimes (-1 point), la perte étant plus lourde dans le Gard (-3,5 points). Ceci renvoie aux mutations socio-économiques qu’ont connues ces territoires : désindustrialisation et paupérisation dans le nord, déclin de la petite propriété paysanne dans les campagnes rouges du centre de la France et tertiairisation du littoral méditerranéen, qui ont fait disparaître les bases sociales sur lequel le Parti communiste s’appuyait. À l’issue de sa campagne dynamique, Jean-Luc Mélenchon est parvenu à reprendre une partie du terrain perdu mais n’a pas enrayé le processus de déclin du Parti communiste au profit d’une montée du Front national, notamment dans ses bastions historiques du nord et du sud.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Fran6
- 03/05/2017 - 18:41
pour la gouaille
et la répartie, je dirais plutôt Marine Lepen
emem
- 03/05/2017 - 16:33
Les scores... Sans importance !
Le premier n'a jamais été élu et le second ne le sera jamais. Mais Marchais était drôle et Mélenchon est sinistre (Le bruit et la fureur)
André Pol DIEVERI
- 03/05/2017 - 12:06
Vraiment ?
L'héritier de Georges MARCHAIS ? Rappelons-nous que Mr MARCHAIS dénonçait déjà à son époque, l'immigration massive de travailleurs étrangers qui poussait les salaires à la baisse et prenait des emplois aux nationaux ! Alors que Mr MELENCHON prône l'inverse...