En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

03.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

04.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

05.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

ça vient d'être publié
pépites > Politique
La saga Huawei
Le Royaume-Uni est soumis à la pression accrue de son allié américain pour l'interdiction de la controversée Huawei
il y a 11 heures 11 min
pépite vidéo > Faits divers
Catastrophe climatique
L'est de l'Espagne sous le choc de la tempête Gloria
il y a 15 heures 32 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Un immense populicide mondialisé ? : l’histoire tragique de la fin du communisme et des ultimes heures de la guerre froide

il y a 16 heures 33 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

il y a 16 heures 36 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Grandeurs et misère de la vie politique : le regard et le jugement de Tocqueville sur son engagement

il y a 16 heures 39 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute
il y a 16 heures 54 min
décryptage > International
Donne moi ton signe, je te dirai ce que tu vas faire

Année du rat de métal : voilà comment les dirigeants chinois pourraient adapter leur stratégie en fonction de leurs horoscopes

il y a 17 heures 41 min
décryptage > Politique
Mission impossible

Retraites : pourquoi la complexité du système fiscal et social français fragilise la crédibilité des études d’impact

il y a 18 heures 54 min
pépites > Santé
2019-nVoC
Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète
il y a 1 jour 3 heures
pépites > International
Vive inquiétude
L’association française SOS Chrétiens d’Orient a annoncé la disparition de quatre de ses collaborateurs en Irak
il y a 1 jour 7 heures
light > Science
Flashs cosmiques
La compréhension d'un des derniers phénomènes cosmologiques identifié se poursuit mais sera encore longue
il y a 12 heures 34 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Make the Internet Great Again : le style Trump sur Twitter

il y a 16 heures 32 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

il y a 16 heures 35 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le peuple français est-il une fiction ? : la France face au spectre de l’identité

il y a 16 heures 38 min
décryptage > Politique
Debout les morts

Miracle à Jérusalem : Emmanuel Macron va rencontrer Yasser Arafat !

il y a 16 heures 45 min
décryptage > Economie
Raréfaction des ressources

Une économie beaucoup plus économe en matières premières : l’idée présentée à Davos par Ellen Mac Arthur qui pourrait vraiment faire la différence

il y a 17 heures 23 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

il y a 18 heures 30 min
décryptage > Politique
SOS contrat social

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

il y a 19 heures 22 min
pépite vidéo > Santé
Prévention
Trois premiers cas du coronavirus en France : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Agnès Buzyn
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Santé
Enrayer la progression du virus
Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris
il y a 1 jour 8 heures
© Reuters
© Reuters
Ressemblance

Jean-Luc Mélenchon est-il l'héritier de la France qui votait Georges Marchais ?

Publié le 05 mai 2017
Avant le score de Jean-Luc Mélenchon (19,6 % des voix au premier tour de cette élection présidentielle), il faut remonter à l’élection présidentielle de 1981 et à Georges Marchais pour trouver un candidat situé à la gauche du Parti socialiste et ayant franchi la barre des 15 %. Quelles sont les différences et les continuités de ces deux votes sur le plan géographique ?
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avant le score de Jean-Luc Mélenchon (19,6 % des voix au premier tour de cette élection présidentielle), il faut remonter à l’élection présidentielle de 1981 et à Georges Marchais pour trouver un candidat situé à la gauche du Parti socialiste et ayant franchi la barre des 15 %. Quelles sont les différences et les continuités de ces deux votes sur le plan géographique ?

Analyse avec Jérôme Fourquet et Chloé Morin, pour l’Observatoire de l’opinion.

À l’époque, le candidat du Parti communiste avait obtenu 15,4 % des voix. Comme le montre la carte suivante, il avait enregistré ses meilleurs résultats dans quatre grandes régions où l’influence du communisme était alors très importante. Il s’agissait tout d’abord des terres industrielles nordistes, avec les départements du Nord, du Pas-de-Calais, de la Somme et de l’Aisne, auxquelles on peut ajouter les Ardennes, l’Oise et la Seine-Maritime. Second bastion, la ceinture rouge de Paris avec les départements de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. Les campagnes rouges du Limousin et des bordures du Massif central constituaient la troisième zone de force de Georges Marchais, avec les départements comme l’Allier, la Haute-Vienne, la Creuse, la Corrèze, la Dordogne et le Cher. Enfin les départements d’un vaste Midi rouge, courant de Perpignan à Marseille, offrirent également de très bons résultats à Georges Marchais. Ce dernier était en revanche à la peine dans toutes les régions catholiques : le Grand-Ouest (à l’exception des Côtes d’Armor), l’Alsace, la Savoie, le sud du Massif central et les Pyrénées-Atlantiques.

 

Le leader de la France insoumise, qui s’est notamment appuyé sur les communistes (même si une partie de l’appareil a rechigné à s’impliquer dans sa campagne), améliore de plus de 4 points le score de Georges Marchais à l’époque : 19,6 % contre 15,4 %. Par ailleurs, Jean-Luc Mélenchon s’est distancé du Parti communiste, tant dans le contenu idéologique de ses discours que dans ses rapports récents avec l’appareil. Mais la comparaison de la géographie de ces deux votes est intéressante, en ce qu’elle dit des mutations économiques et sociales que la France a connues depuis 1981.
 
Première observation : si l’étiage est relativement proche, on note que la géographie de ces deux votes diffère assez nettement. Certes, certains fiefs communistes figurent encore parmi les départements ayant placé Jean-Luc Mélenchon le plus haut. C’est le cas de la Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne, de la Seine-Maritime, ou bien encore de la Haute-Vienne, de la Dordogne, de l’Hérault et des Bouches-du-Rhône. Mais certains bastions manquent à l’appel. À l’inverse, le candidat de La France insoumise obtient des scores significatifs en Loire-Atlantique, où la tradition communiste est pourtant faible. Ces divergences nous amènent à la conclusion que le vote Mélenchon ne saurait être réduit à une réminiscence du communisme.Les écarts entre les niveaux des votes Marchais en 1981 et Mélenchon en 2017 permettent de bien saisir les réalignements sociologiques et politiques ayant affecté le territoire français depuis le début des années 1980. Mais ils permettent aussi de mettre en évidence le principal ingrédient de la dynamique de Jean-Luc Mélenchon lors de cette campagne, à savoir sa capacité à capter toute une partie de l’électorat socialiste – 26 % des électeurs Hollande du premier tour de 2012 ont voté pour lui.
 
 
On voit ainsi sur la carte ci-dessus qu’il amplifie très fortement le score de Georges Marchais dans tous les départements de l’Ouest de la France : +12 points en Ille-et-Vilaine, +10 points dans le Maine-et-Loire et en Mayenne. C’est le cas également en Alsace (+10 points dans le Bas-Rhin) mais aussi dans le Sud-ouest : Haute-Garonne (+8 points), Pyrénées-Atlantiques (+9 points), Aveyron (+10 points) et Lozère (+11 points). Ce basculement d’un électorat socialiste vers La France insoumise coïncide avec une autre évolution, sur un temps plus long. En effet, la plupart de ces régions (Grand-Ouest, Pyrénées-Atlantiques, sud du Massif central et Alsace) sont des territoires de tradition catholique. Et à mesure qu’au cours des trente dernières années, la pratique religieuse y refluait, la gauche socialiste y était montée en puissance. L’avenir dira si cette mutation va connaître un nouveau stade, avec l’affirmation d’un ancrage de la gauche radicale dans ces terres de tradition catholique.
 
Dans le même temps, comme mentionné plus haut, on note que Jean-Luc Mélenchon n’est pas parvenu à retrouver l’étiage du vote Marchais de 1981 dans toute une série de bastions historiques du Parti communiste. C’est vrai dans le bloc ouvrier du nord : -4 points dans le Pas-de-Calais et la Somme, -5 points dans l’Aisne. C’est le cas également dans le centre du pays où il s’agissait d’un communisme rural : -3 points dans l’Allier, -2 points en Haute-Vienne par exemple. De la même façon, le niveau d’aujourd’hui est un peu plus faible dans les Bouches-du-Rhône et le Var (-2,5 points), les Alpes-Maritimes (-1 point), la perte étant plus lourde dans le Gard (-3,5 points). Ceci renvoie aux mutations socio-économiques qu’ont connues ces territoires : désindustrialisation et paupérisation dans le nord, déclin de la petite propriété paysanne dans les campagnes rouges du centre de la France et tertiairisation du littoral méditerranéen, qui ont fait disparaître les bases sociales sur lequel le Parti communiste s’appuyait. À l’issue de sa campagne dynamique, Jean-Luc Mélenchon est parvenu à reprendre une partie du terrain perdu mais n’a pas enrayé le processus de déclin du Parti communiste au profit d’une montée du Front national, notamment dans ses bastions historiques du nord et du sud.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

03.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

04.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

05.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Fran6
- 03/05/2017 - 18:41
pour la gouaille
et la répartie, je dirais plutôt Marine Lepen
emem
- 03/05/2017 - 16:33
Les scores... Sans importance !
Le premier n'a jamais été élu et le second ne le sera jamais. Mais Marchais était drôle et Mélenchon est sinistre (Le bruit et la fureur)
André Pol DIEVERI
- 03/05/2017 - 12:06
Vraiment ?
L'héritier de Georges MARCHAIS ? Rappelons-nous que Mr MARCHAIS dénonçait déjà à son époque, l'immigration massive de travailleurs étrangers qui poussait les salaires à la baisse et prenait des emplois aux nationaux ! Alors que Mr MELENCHON prône l'inverse...