En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© JIM WATSON / AFP
Trumpés
Syrie : désarroi chez les petits télégraphistes de Moscou
Publié le 09 avril 2017
Nos (nombreux) candidats pro-Poutine sont désorientés par la réaction de Trump au gazage d’enfants syriens. Ils avaient sans doute oublié que chef d’État, c’est un vrai métier.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos (nombreux) candidats pro-Poutine sont désorientés par la réaction de Trump au gazage d’enfants syriens. Ils avaient sans doute oublié que chef d’État, c’est un vrai métier.

En frappant l’armée syrienne, Donald Trump est en train de mettre le souk chez nos candidats pro-Poutine qui pensaient qu’il faisait partie du gang. On ne s’en félicite pas franchement parce que qu’une telle imprévisibilité chez le « leader of the Free World », comme on dit dans les séries TV, n’est sans doute pas une très bonne chose. Qui sait ce qui lui passera par la tête la semaine prochaine ?

 

Mais on s’en réjouit tout de même un peu aussi parce qu’avoir les moyens d’écrabouiller un massacreur de petits enfants et ne pas s’en servir, ça fait surtout non-assistance à personne à danger. C’est d’ailleurs pour ça qu’en dépit de tout le baratin révisionniste sur l’intervention en Libye, lorsque Kadhafi promettait un nouveau Guernica à Benghazi, on peut rester fier de l’attitude de la France à l’époque.

 

Grossièrement, la doctrine d’une Le Pen, d’un Mélenchon, d’un Fillon ou même d’un Lassalle, est que le conflit syrien est un bordel sans nom auquel il convient surtout de ne pas se mêler. Il n’y aurait là-bas que des méchants, des islamistes et des fascistes, et, à tout prendre, les premiers étant plus dangereux que les seconds pour notre propre sécurité, il serait préférable de les laisser gazer des civils sans lever le petit doigt, la publication de 140 caractères d’indignation sur Twitter assortie d’un énième appel à une introuvable concertation onusienne tenant lieu de réaction « raisonnable ».

 

Mais la capacité des États-Unis à réagir concrètement à une telle tragédie, y compris en période de tentation isolationniste, est surtout la marque d’un courage et même d’une certaine forme d’intégrité morale qui fait manifestement défaut à nos pathétiques aspirants. Et leurs références constantes à de Gaulle, qui serait leur modèle de non-alignement et de préservation farouche de notre indépendance, ressemble surtout à de la pusillanimité et de la faiblesse.

 

François Hollande, qui termine son mandat en inaugurant piteusement les chrysanthèmes, ne laissera certainement pas le souvenir d’un champion du redressement économique. A l’international, il pourrait pourtant donner deux ou trois leçons bien senties à ses successeurs potentiels sur ce que le concept de président de la République française recouvre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
06.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
07.
Près d'un milliard d'euros de dons pour Notre-Dame : une occasion en or pour repenser le lien entre sens de la dépense publique et consentement à l'impôt
01.
Procès Chirac
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Beredan
- 10/04/2017 - 00:50
Nominé pour un pin's anti-russe.....
.... pour un Minable réquisitoire de pisse-copie en mal d'objectivité .
JG
- 09/04/2017 - 22:36
Mr Serraf, vous êtes désolant
Qui a dit que les successeurs de Hollande seraient des beni oui-oui admirateurs de Poutine et de Assad ? ...Quand un crime pareil est commis, il faut réfléchir avant de réagir à chaud comme l'a fait Trump. A qui profite le crime, sinon aux islamistes (et aux rebelles anti-Assad) ou peut-être à une frange de l'armée syrienne qui cherche à déstabiliser Assad.
Avez vous la preuve que Assad est directement responsable ?...
Personne n'a dit qu'il était blanc comme neige, ni Poutine, mais les boycotter ou refuser de leur parler d'une part et croire instantanément tout ce que dit la presse et les US est d'une bêtise qui témoigne de votre ignorance....Lisez Alexandre Del Valle dans ces colonnes un peu plus souvent, cela vous évitera de raconter des conneries
cagnotte
- 09/04/2017 - 19:07
Constat d'un journaliste
Constat d'un journaliste américain pro Trump , avant cette attaque
: « J’ai l’impression qu’il y a quelque chose de spécial dans l’eau que boivent les gens, à Washington, qui les rend fous. Les gens deviennent fous à Washington... »
comment ce journaliste,Seraf, ne voit il pas l’extrême dangerosité pour le monde, nous , nos enfants et petits enfants de ce qui vient de se passer! Comment ?Le chef d'un état surarmé décide seul
, sans l'avis de personne, en violation de sa constitution, en violation des règles internationales d'une agression guerrière , sur son seul jugement, sans prévenir ses alliés et CE SERAIT BIEN!
Considérer les choses ainsi et c'est accepter évidemment n'importe quelles autres agressions et ce sera la troisième guerre mondiale.
Le silence gêné des européens en dit d'ailleurs long sur leur pensées et pusillanimité!
cette rédaction se doit de réagir.
Ma conclusion est à l'inverse:J'ai envie de voter Mélenchon