En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Capture d'écran / Twetter Michael Szames
Choix cornélien

Primaire de gauche : j'y vais ou j'y vais pas ?

Publié le 22 janvier 2017
Le succès de la primaire de gauche, prolongeant l'agonie du PS, tiendrait de l’acharnement thérapeutique. Un échec, voire l'élimination de Valls par ses concurrents archéos, ouvrirait un boulevard à Fillon en cas d'effondrement de Macron. Je vais commencer par aller bruncher. On réfléchit mieux le ventre plein.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le succès de la primaire de gauche, prolongeant l'agonie du PS, tiendrait de l’acharnement thérapeutique. Un échec, voire l'élimination de Valls par ses concurrents archéos, ouvrirait un boulevard à Fillon en cas d'effondrement de Macron. Je vais commencer par aller bruncher. On réfléchit mieux le ventre plein.

J'hésite pas mal à aller voter à la primaire PS. J'ai toute la journée pour me décider, le bureau de vote est juste en bas de chez moi et il n'y pas vraiment d'urgence, mais je me remue les méninges sur ce sujet depuis le dernier débat télévisé, celui où Montebourg a proposé de nationaliser les mutuelles de santé et Hamon de recruter 40 000 enseignants en plus des 60 000 du quinquennat Hollande sous les regards mi-narquois mi-amusés de Valls et de Rugy...

 

C'est que je me demande ce qui est préférable stratégiquement : aller à la pêche à la ligne et accélérer, en m'abstenant d'arbitrer entre archéos et modernes, la décomposition du parti de la rue de Solferino et l'indispensable redistribution des cartes à gauche ; aller voter Valls pour lui donner une chance de battre Fillon au cas où Macron se dégonflerait comme une baudruche au dernier moment.

 

La mort du PS, dont j'ai tout de même été membre à une époque où j'étais sans doute moins cynique, indépendemment de l'issue de la présidentielle, serait évidemment une bonne chose. Il y a longtemps que l'obsolescence de cette manufacture d'élus sans projet ni vision est programmée. Prolonger son agonie n'aurait plus beaucoup de sens : à Mélenchon les chavistes protectionnistes pro-russes, à Valls les sociaux-libéraux réconciliés avec l'entreprise et l'intégration européenne et les vaches "progressistes" seront enfin bien gardées.

 

Et l'idée d'aller voter Fillon pour éviter Le Pen le vrai jour J ne m'enchante que modérément même si, à tout prendre, le Sarthois à gros sourcils ne me fiche pas spécialement les jetons.

 

Selon toute vraisemblance, le prochain président de la République sera un type qui, à défaut de remettre le pays en marche pour de bon, en aura au minimum le désir. Le gagnant de la primaire LR le ferait dans le sang et dans les larmes, Macron ou Valls avec un peu plus de respect pour les plus faibles (OK, je n'envisage même pas l'hypothèse Bleu Marine, mais je peux me Trumper, bien sûr). C'est plutôt encourageant.

 

Ça ne m'empêche pas de me prendre la tête avec cette fichue primaire. Ira, ira pas. Si je n'y vais pas, mon euro de participation pourra toujours s'ajouter au pourboire du serveur de mon brunch de gauche caviar. Si j'y vais, et que Hamon et Montebourg se débrouillent pour être au second tour, j'aurais servi de caution à ceux qui me donnent plus de boutons de la bande, ce que je n'aimerais pas, tout en facilitant la tâche de Macron, ce que j'aimerais bien.

 

C'est compliqué, la politique. Je crois que je vais attendre jusqu'à la dernière minute. Et si j'arrive trop tard, je pourrais toujours dire que c'était la faute d'Hidalgo et de ses restrictions de circulation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

06.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

07.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 22/01/2017 - 20:43
@ horus35
Votre générosité vous honore mais rassurez-vous : à droite comme à gauche, le con n'est pas hélas, une espèce en voie de disparition, il est d'ailleurs très bien représenté sur ce site. Mais je vous l'accorde aussi, il y a une concurrence farouche ailleurs !...
horus35
- 22/01/2017 - 17:20
Laisse aller c'est une Valls !
Cotisons nous chers amis pour payer une thérapie aux survivants de ce socialisme qui vit ses derniers soubresauts ! Nous leurs devons bien ca,car se diluer lentement mais sûrement comme ils l'ont fait restera un fait marquant de ce 21eme siècle ! Mettons une plaque rue de Solférino afin de ne pas oublier qu'ici fut décidé le suicide d'une doctrine mortifère ! Mr Seraff a beau faire le brave, lui qui fut un soldat rose dévoué , nous sentons le desarroi face à cette disparition annoncée de la rose déjà bien fanée ! Rien de grave au fond! Juste un soulagement !
langue de pivert
- 22/01/2017 - 16:33
Laissons faire la nature ! ☺
Ne touchez à rien !