En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
Le monde à l'envers

Ecole, hôpital : quand le privé fait mieux pour moins cher

Publié le 08 janvier 2017
A l'école comme à l’hôpital, le privé se révèle désormais plus efficace et moins coûteux que le public. Est-ce une fatalité ?
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'école comme à l’hôpital, le privé se révèle désormais plus efficace et moins coûteux que le public. Est-ce une fatalité ?

J'apprends par Le Monde qu'un nombre toujours plus grand de parents abandonne l'école publique au profit d'établissements privés, généralement pour des raisons de qualité de l'enseignement prodigué et de sécurité de leurs enfants. Et le phénomène ne se limite ni aux classes sociales favorisées (il serait même plus marqué dans les catégories dites populaires), ni aux adeptes du "white flight" et de l'entre-soi (il concernerait toutes les origines ethniques ou religieuses).

 

Je ne m'en réjouis pas spécialement et, à tout prendre, je préférerais que ce soit le contraire, mais c'est d'autant plus intriguant que l'école privée se débrouille pour obtenir de meilleurs résultats avec des moyens et des prestations a priori inférieurs, qu'il s'agisse du coût d'un élève (nettement plus élevé dans le public) ou des effectifs par classe (davantage surchargées dans le privé).

 

Mais cette aptitude du privé à faire mieux pour moins cher est également avérée dans le domaine de la santé, les cliniques se révélant globalement plus compétitives que les hôpitaux y compris pour des interventions lourdes et des traitements complexes. On imaginerait pourtant que ces centres de soins, appartenant pour la plupart à des groupes financiers côtés en bourse, soient plus attentifs au niveau des dividendes qu'ils versent à leurs actionnaires qu'au bien-être et au portefeuille de leurs patients.

 

Je n'en tirerai pas une théorie générale sur l'incapacité pathologique des structures publiques à être aussi efficaces et performantes que leurs équivalents privés, mais pour avoir moi-même transféré mes gosses d'une école communale vers sa voisine catho pour cause d'absentéisme endémique des instits et comparé le calme et la propreté d'une clinique au petit parfum de tiers-monde de certains de nos hôpitaux, je me dis que les premières feraient bien de s'inspirer des seconds.

 

A l'exception d'une minorité d'allergiques à l'intervention de l’État dans ces missions, les Français aspirent essentiellement à être instruits et soignés dans les meilleures conditions possibles pour un coût raisonnable. Et les discours alarmistes sur la "société à deux vitesses" censée émerger d'un poids toujours plus grand du privé dans des domaines aussi vitaux tiendrait moins du baratin si le public se souvenait qu'il ne sert pas seulement à protéger les fonctionnaires d'une inscription à Pôle Emploi (une administration elle-même moins performante que ses concurrentes, soit dit en passant...).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

03.

Finale de la CAN : cinquante nuances de troubles de la visibilité (identitaire) en France

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

06.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

07.

Contamination au tritium des rivières françaises : anatomie d’une opération destinée à générer une peur infondée sur le nucléaire

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Kukenhoff
- 10/01/2017 - 10:08
L'école
Pour l'école, c'est très clair. le privé fait mieux parce qu'il se soucie d'obtenir des résultats alors que le public se soucie avant tout de mettre en oeuvre les choix idéologiques q'impose la Rue de Grenelle.Si vous voulez faire carrière comme enseignant, appliquez les directives sans vous soucier des dégâts, vous aurez de bons rapports d'inspection et vous grimperez rapidement les échelons jusqu'à la hors-classe.
Ganesha
- 09/01/2017 - 06:12
JG
Le seul commentaire qui m'intéresse ici est celui de JG, parce qu'il dit être chirurgien et, contrairement aux autres et à l'auteur de l'article, il est supposé connaître le sujet dont il parle. Pourrait-il me confirmer que si la clinique privée touche moins pour une même pathologie que l’hôpital public, par contre le patient, assuré social ordinaire, paye plus en sortant de la clinique privée ?
pdeando
- 08/01/2017 - 22:55
Tout le monde le sait depuis longtemps .... .
.... et tout le monde évite de le dire car cela couperait les ailes à l'administration publique, qui a seule la parole . Maintenant, un exemple, certes réducteur, simplificateur, mais vrai : .... Tchernobyl, c'était le service public .... .