En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 22 min 50 sec
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 1 heure 56 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 3 heures 25 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 3 heures 40 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 4 heures 3 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 4 heures 24 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 4 heures 57 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 5 heures 21 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 5 heures 50 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 6 heures 44 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 52 min 55 sec
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 3 heures 15 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 3 heures 36 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 3 heures 59 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 4 heures 23 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 4 heures 39 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 5 heures 1 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 5 heures 47 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 6 heures 27 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 6 heures 50 min
Atlantico Bourse

Japon : est-ce que cela peut finir bien ?

Publié le 02 janvier 2017
Cela fait maintenant des années que le Japon se débat pour sortir de la spirale déflationniste commencée suite au krach immobilier des années 90.
Alain Pitous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cela fait maintenant des années que le Japon se débat pour sortir de la spirale déflationniste commencée suite au krach immobilier des années 90.

L’arrivée au pouvoir de Shinzo Abe avait suscité beaucoup d’espoirs.  Son plan  très ambitieux, les fameuses 3 flèches,  semblait pouvoir sortir le Japon de l’ornière.  Un mix de relance budgétaire expansive, de politique monétaire très accommodante et de réformes structurelles devait logiquement conduire à une croissance plus solide et installer une dynamique de développement plus vertueuse.

Pour le moment les résultats sont bien décevants. La croissance reste désespérément faible : 0.5% en 2016 après 0.4% en 2015 et 0% en 2014. La consommation, qui devrait être le socle de la reprise, reste faible : -1.5% pour la dépense des ménages en novembre par exemple. La raison est simple : les entreprises n’augmentent pas les salaires au Japon et l’investissement ne repart toujours pas. L’effet positif du change avec un Yen en nette baisse depuis l’arrivée de Shinzo Abe s’est ressenti favorablement sur les exportations et sur les marges des entreprises exportatrices. Mais cet effet compense à peine la faiblesse de la consommation domestique.

Les choses pourraient un peu changer si les PME Japonaises se mettaient à suivre l’exemple des grandes entreprises et augmentaient les salaires. En effet, des pénuries de main d’œuvre commencent à apparaître dans certains secteurs : le taux de chômage n’a jamais été aussi bas au Japon et le vieillissement de la population génère ponctuellement des tensions sur l’emploi. Il existe 140 offres d’emploi pour 100 demandes. L’un des axes du plan d'Abe était de permettre une meilleure intégration des femmes dans le monde du travail : les résultats sont faibles pour le moment et n’ont pas changé profondément la composition de la population active au Japon. Un éventuel recours à l’immigration n’est pas accepté par les Japonais pour le moment.  Les évolutions sur des aspects aussi sensibles prendront au minimum une génération avant d’avoir un  effet quel qu’il soit. 

En attendant tout ceci a un coût et un impact potentiel extrêmement importants. La Banque Centrale du Japon (BOJ) continue d’acheter des actifs quasiment sans limite. Le bilan de la BOJ (reflet de ces achats) poursuit sa progression. La FED (Etats-Unis) et la BCE (Zone Euro) affichent également des bilans en forte progression depuis la crise de 2008…la différence avec la BOJ, est que cette dernière a procédé à d’importants achats d’actions ! La BOJ en 2016 a ainsi acheté l’intégralité des actions vendues par les investisseurs internationaux, sachant que les institutions japonaises ont également accru le poids des actions dans leurs portefeuilles, une forme d’étatisation rampante de la bourse japonaise est clairement sur les rails. La BOJ est déjà l’actionnaire principal d’une part importante de la cote japonaise.

Bien que la dette japonaise représente déjà 250% du PIB, le fait que la BOJ détienne énormément d’obligations avait fini par être, plus ou moins, accepté par les investisseurs comme un épisode nécessaire le temps de relancer l’économie. Même si les effets se font attendre, l’idée d’une échéance sur les obligations rendait la politique d’achat d’obligations acceptable. Le temps permettrait, on le voit aux Etats-Unis, de réduire progressivement le bilan de la Banque… un jour. Sur les actions, il en va différemment…Un jour il faudra bien les vendre pour revenir à une politique monétaire plus conventionnel. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Innocent
- 02/01/2017 - 14:44
Frustration
Les banques de toute le planète, empêchées de se gaver avec la dette japonaise, parce qu'elle est détenue majoritairement par les japonais eux-mêmes. Alors on dénigre cet exemple (cf futur Frexit), comme ici, en service commandé.