En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
Gardiens de la paix ?
Manifs policières : les forces du désordre ?
Publié le 23 octobre 2016
S'ils ont bien des raisons d'en avoir gros sur la patate, les flics pourraient éviter de jouer les séditieux masqués et armés qui marchent vers la place Beauvau en conspuant leur ministre. Ça rassure moyen.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
S'ils ont bien des raisons d'en avoir gros sur la patate, les flics pourraient éviter de jouer les séditieux masqués et armés qui marchent vers la place Beauvau en conspuant leur ministre. Ça rassure moyen.

Comme Renaud, qui va jusqu'à chanter qu'il les embrasse dans les rues, j'ai pas mal de respect pour les flics. Et encore comme Renaud, ça n'a pas toujours été le cas : dans mon jeune temps, les flics, c'était plutôt les affreux qui nous empêchaient de protester contre telle ou telle réforme scolaire dont les profs nous avaient assuré qu'elle préfigurait l'arrivée du fascisme.

 

Autant dire qu'on ne les aimait pas beaucoup, ces matraqueurs en bleu, ces CRS-SS, ces nervis du pouvoir armés jusqu'aux dents. En prenant de la bouteille, j'ai un peu changé mon fusil à bouchon d'épaule : oui, il y a certainement de gros relous dans cette corporation dont on nous dit qu'elle vote FN à plus 50%, il y a sûrement des racistes, des homophobes ou des cow-boys qui jouent les outlaws, mais, pour l'essentiel, ce sont bien eux que l'on retrouve en première ligne lorsque ça tourne vraiment mal - le dernier rempart d'une société confortable, pacifiée et prospère qui ne le resterait sans doute pas longtemps sans leur présence plus ou moins discrète.

 

Ces derniers mois, plus que d'habitude, entre ces manifs anti-loi El Khomri qui finissaient systématiquement en pugilat, ces terroristes qu'il fallait stopper avant de nouveaux carnages, ces supporters de foot qu'il fallait empêcher de mettre nos villes à sac, ils ont enquillé les heures sup' sans broncher, pris des coups, reçu des cocktails-Molotov, éteint leurs collègues qui prenaient feu, essuyé les insultes des comiques qui les confondaient avec leurs confrères américains, arpenté les cités dans leurs épaves cabossées, tapé des rapports inutiles sur des PC hors d'âge dans des commissariats miteux, survécu avec des salaires à faire ricaner un dealer...

 

On conçoit qu'ils en aient gros sur la patate, les poulets.

 

On le conçoit, mais ça n'empêche pas d'avoir un petit souci avec la manière qu'ils ont désormais de demander à leur hiérarchie qu'elle les respecte davantage et leur donne les moyens de nous protéger efficacement. Parce que voir, une semaine durant, chaque nuit, des types armés, masqués, marchant vers la place Beauvau ou faisant des rodéos toutes sirènes hurlantes sur le Vieux-Port de Marseille en conspuant leur ministre, n'est pas exactement un spectacle qui rassure. Et on n'a pas besoin d'y voir la main du FN pour trouver flippant que les "forces de l'ordre", les "gardiens de la paix" se mettent à foutre le souk au prétexte d'y mettre un terme.

 

Et si ça dégénère, on leur enverra qui pour ramener le calme ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Cet autre mea culpa que devrait envisager Emmanuel Macron pour préserver la fin de son quinquennat
05.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
06.
La droite s'insurge contre un nouveau clip raciste et haineux du rappeur Nick Conrad
07.
L'association WWF accusée de soutenir des programmes de stérilisation forcée aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
05.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Européennes : François-Xavier Bellamy a exposé sa vision de l'Europe face à Nathalie Loiseau lors d'un débat organisé par l'Institut Montaigne
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 24/10/2016 - 18:02
Le mépris de la caste bien pensante
vis à vis des laquais en livrée de la République dégouline dans les propos de M Serraf. Aristocratie arrogante!
JMAndré
- 24/10/2016 - 15:36
Contrairement à certains
Je trouve cet article équilibré. Il rend justice et hommage aux policiers tout en s'interrogeant sur la manière employée pour manifester leur exaspération qui peut être contre-productive. Plus profondément il est à craindre que les policiers ont perdu confiance en leur vocation et en leur mission de protection des personnes et du maintien de l'ordre. A cause de décennies de relativisme et de laxisme (surtout de gauche dont c'est l'idéologie mais aussi de droite "contaminée") qui ont progressivement sapé les fondements de la société tout en victimisant le délinquant et en négligeant la victime. C'est aussi le drame de la société française écartelée entre individualisme (je vis ma vie) et besoin d'ordre (j'ai droit à la tranquillité). Et la police à cran est peut-être aussi le signe que chacun de nous doit se sentir plus civiquement responsable face aux incivilités quotidiennes.
vangog
- 23/10/2016 - 21:38
@jasmin84 Après Mai 2017, ça dégénérera!
Si Camba-le-mafioso-grec a fait un appel du pied aux syndicats et aux associations gauchistes, c'est bien pour préparer le troisième tour des élections 2017! La gauche n'ayant jamais accepté de perdre le pouvoir sans foutre la merde, partout en France, ils le feront. Il faudra alors un (une) Présidente bien accrochée pour résister à ce flot de manifestations fascistes et corporatistes, méprisantes de la democratie...je ne vois que Marine Le Pen, une femme qui en a...