En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 8 heures 45 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 9 heures 47 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 10 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 12 heures 58 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 15 heures 23 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 15 heures 54 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 16 heures 28 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 16 heures 45 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 9 heures 5 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 10 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 12 heures 48 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 13 heures 9 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 15 heures 15 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 15 heures 49 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 16 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 16 heures 34 min
décryptage > Politique
Lourde tâche

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

il y a 16 heures 59 min
© Artsper - Chris Morin-Eitner
© Artsper - Chris Morin-Eitner
Atlantico Green

Pourquoi les 25 entreprises françaises ayant le plus d'impact sur l'environnement sont à la fois le problème et la solution

Publié le 24 avril 2016
En à peine 10 ans, les entreprises françaises se sont mises au pas du développement durable alors que dans le même temps, business et écologie étaient mis en opposition. Or, depuis notamment la COP21, nombreux sont les acteurs économiques à pouvoir imaginer une croissance durable qui offre aux entreprises de nouveaux marchés à conquérir.
Myriam Maestroni est présidente d'Economie d'Energie et de la Fondation E5T. Elle a remporté le Women's Award de La Tribune dans la catégorie "Green Business". Elle a accompli toute sa carrière dans le secteur de l'énergie. Après huit...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Myriam Maestroni
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Myriam Maestroni est présidente d'Economie d'Energie et de la Fondation E5T. Elle a remporté le Women's Award de La Tribune dans la catégorie "Green Business". Elle a accompli toute sa carrière dans le secteur de l'énergie. Après huit...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En à peine 10 ans, les entreprises françaises se sont mises au pas du développement durable alors que dans le même temps, business et écologie étaient mis en opposition. Or, depuis notamment la COP21, nombreux sont les acteurs économiques à pouvoir imaginer une croissance durable qui offre aux entreprises de nouveaux marchés à conquérir.

Atlantico: Dans la dernière tribune à WWF, Pascal Canfin, directeur de l'institution, pointe du doigt les 25 entreprises françaises qui impactent le plus les écosystèmes mondiaux. Quel est le point commun entre ces entreprises?

Myriam Maestroni: Les sociétés auxquelles Pascal Canfin fait référence se trouvent dans tous les secteurs. On y voit des entreprises de l'agroalimentaire, de la construction, de la cosmétique et on pourrait continuer la liste encore longtemps. Mais leur particularité est qu’elles ont toutes une histoire. Il en va ainsi de L'Oréal qui vient de fêter ses 100 ans ou bien de Sodexo qui vient de fêter ses 50 ans. Ces grandes maisons françaises se sont développées sans avoir connaissance de la matière, des enjeux qui pouvaient avoir un impact sur leurs activités, dont nous disposons aujourd'hui après la COP 21.  Rappelons-nous qu'en France, le développement durable est une notion récente. Les lois NRE qui ont obligé pour la première fois les entreprises cotées à publier un rapport sur le développement durable date de 2001. Seulement maintenant, on commence à imposer cette démarche à des sociétés de moyenne et de plus petite taille. Finalement, il a fallu 10 ans, et c’est très peu, pour passer de l'apprentissage de ce que pouvait vouloir dire le développement durable à cette notion de RSA  (Responsabilité sociétale de l'entreprise). Les entreprises s'engagent donc dans une démarche qui va bien au-delà de la notion économique de l'entreprise. Elles deviennent partie prenante de la solution écologique et sociétale.

 

Pascal Canfin souligne le fait que ce sont ces mêmes entreprises qui font partie de la solution écologique. Comment peut-on concilier industrie et écologie ?

On a beaucoup opposé ces dix dernières années, d'un côté, le développement durable et l'écologie et, d'un autre côté, le business et l'économie. Je pense que la COP 21 a marqué un point final à cette opposition absurde. On s'accorde tous aujourd'hui à dire qu'il y a une troisième voie possible : pouvoir imaginer de la croissance durable. Tout cela est devenu possible sous l'effet de quatre forces combinées.

 

La première de ces forces, ce sont les consommateurs qui sont devenus partie prenante de la question écologique. Après Al-Gore en 2005, il y a eu une véritable prise de conscience générale, quelque soit notre niveau, notre métier, notre âge, sur le problème du réchauffement climatique. Cela nous confère un rôle de "consom'acteur". La deuxième force, ce sont les réglementations issues du traité de Kyoto. Depuis, l'ensemble des acteurs économiques sont obligés de faire des bilans carbone, de réduire leur empreinte environnementale, de réduire la consommation énergétique, d'utiliser plus d'énergies renouvelables. Vient ensuite la réglementation qui a obligé les entreprises à s'intéresser au développement durable et à être, surtout, active en terme de responsabilité sociétale.Enfin, la quatrième force qu'il ne faut pas oublier, c'est le fait que, depuis la crise économico-financière de 2008, une division s'est opérée entre les économies d'équipement et les économies de renouvellement. Par exemple, on achète moins "trois pizzas pour le prix d'une" pour préférer acheter une "pizza bio" ou "préparée avec des produits locaux". Nous voyons se développer l'économie de la rénovation, de l'optimisation, en bref, l'économie de l'économie.

 

Je crois que ces économies vont de plus en plus se fonder sur la mobilisation de l'investissement privé : on investit dans sa maison, dans sa santé, dans sa façon de vivre, et donc on va voir émerger une troisième vague de croissance. Après la croissance soutenue par les investissements publics et la croissance liée à une consommation débridée, on arrive à la croissance de l'investissement privé. Voilà pourquoi les entreprises font partie du problème et de la solution : en s'adaptant à cette nouvelle situation, elles vont trouver des marchés, ce qui est financièrement intéressant pour elles. Citons l’exemple de l'amélioration du logement, que je connais bien : nous avons 200 millions de logements en Europe qui consomment 6 à 9 fois plus d'énergie qu'un logement construit en respectant  les réglementations thermiques de logements applicables pour construire un logement neuf. Certes, cela veut dire que l’on émet autant de CO2. D'un autre côté, cela signifie aussi qu’il reste un énorme marché dans l’amélioration du logement qui va créer des compétences, des emplois locaux non-délocalisables, ainsi que de l'innovation puisqu'on va avoir besoin de nouveaux matériaux etc...

 

Le label vert des grandes entreprises industrielles résulte-t-il d'une réelle démarche écologique ou d'un bon coup de com' pour s'acheter la paix sociale?

Je crois qu'il y a eu effectivement une vague, au début du développement durable, où l’on s'est donné bonne conscience et où les sociétés voulaient surtout s'acheter une paix sociale. Il y a certainement des entreprises aujourd'hui où cela se produit encore.  Mais ce qui me paraît plus important, c'est cette compréhension qu'il y a, dans ce défi environnemental, un nouveau marché. Et qui dit nouveau marché dit emploi et profits à faire. Les entreprises y trouvent une motivation. Si on leur parle seulement de risque environnemental et d'empreinte carbone, je ne suis pas sûre que cela fonctionne. Tandis qu'en ventant les mérites d'un nouveau marché profitable, qui respecte la planète, cela change la donne. C'est gagnant-gagnant. Dans cette perspective, il faut souligner qu'il y eu, l'année dernière, le premier Business Climate Submit à Paris où l’on a vu que beaucoup d'entreprises prennent en compte ce nouveau paradigme éco-climatique. J'ai, par exemple, rencontré un designer de Levi's qui connaissait parfaitement l'empreinte carbone de son jean 501. Retenons, pour finir, cette nouvelle pleine d'espoir, que protéger l'environnement peut donner lieu à de la croissance durable et profitable.

 

 

Propos recueillis par Clémence Houdiakova

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 24/04/2016 - 11:28
Grandes entreprises et environnement
Voilà beaucoup de mots pour constater une évidence, càd ne rien dire.