En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

02.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

03.

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

04.

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

05.

Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature

06.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

07.

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Alerte à l’aliénation idéologique : pire que les nouveaux extrémistes progressistes, les idiots utiles qui leur ouvrent les portes

03.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

PMA pour toutes : le conservatisme sociétal est-il une cause définitivement perdue ?

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 9 heures 6 min
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 10 heures 39 min
light > Europe
Enquêtes en cours
L'ancien roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, décide de quitter l'Espagne
il y a 12 heures 13 min
pépites > Santé
Wuhan
Covid-19 : la mission de l'OMS en Chine a terminé son travail préparatoire dans le cadre de l'enquête sur l'origine du virus
il y a 14 heures 45 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Relance ou investissement ? Présent simple ou avenir composé ? Être en France ou aux USA ?

il y a 17 heures 55 min
pépite vidéo > Science
Mission accomplie
SpaceX : les images de l'amerrissage des deux astronautes américains
il y a 18 heures 40 min
décryptage > Société
Sélection inclusive

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

il y a 20 heures 34 min
décryptage > Economie
Incertitudes sur les marchés

Le COVID-19 s’attaque surtout au dollar

il y a 21 heures 10 min
décryptage > International
Centre d'attraction

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

il y a 22 heures 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

TikTok première victime du bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Donald Trump va décider de fermer la star montante des réseaux sociaux

il y a 22 heures 56 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 9 heures 58 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 11 heures 16 min
light > Religion
Inquiétudes
L'ancien pape Benoît XVI serait dans un état "extrêmement fragile"
il y a 13 heures 30 min
pépites > Justice
Nouveau rebondissement
Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature
il y a 15 heures 19 min
pépites > Environnement
Temps d’adaptation
Barbara Pompili décide de repousser l'interdiction des terrasses chauffées à l'hiver 2021
il y a 18 heures 13 min
décryptage > Environnement
Environnement

C’est la biodiversité du "beau" qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul, du chiffre, du nombre

il y a 20 heures 10 min
décryptage > Santé
Avertissement

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

il y a 20 heures 50 min
décryptage > Consommation
Cocktail & Terroir

Les idées cocktails originales de l’été : avec de l’Absinthe, essayez le Green Beast

il y a 21 heures 43 min
décryptage > Politique
No non-sense

Séduire les "vrais gens" : le match des résultats Boris Johnson / Emmanuel Macron. Avantage...

il y a 22 heures 38 min
décryptage > Europe
Milliards à l'eau

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

il y a 23 heures 9 min
© Artsper - Chris Morin-Eitner
© Artsper - Chris Morin-Eitner
Atlantico Green

Pourquoi les 25 entreprises françaises ayant le plus d'impact sur l'environnement sont à la fois le problème et la solution

Publié le 24 avril 2016
En à peine 10 ans, les entreprises françaises se sont mises au pas du développement durable alors que dans le même temps, business et écologie étaient mis en opposition. Or, depuis notamment la COP21, nombreux sont les acteurs économiques à pouvoir imaginer une croissance durable qui offre aux entreprises de nouveaux marchés à conquérir.
Myriam Maestroni
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Myriam Maestroni est présidente d'Economie d'Energie et de la Fondation E5T. Elle a remporté le Women's Award de La Tribune dans la catégorie "Green Business". Elle a accompli toute sa carrière dans le secteur de l'énergie. Après huit...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En à peine 10 ans, les entreprises françaises se sont mises au pas du développement durable alors que dans le même temps, business et écologie étaient mis en opposition. Or, depuis notamment la COP21, nombreux sont les acteurs économiques à pouvoir imaginer une croissance durable qui offre aux entreprises de nouveaux marchés à conquérir.

Atlantico: Dans la dernière tribune à WWF, Pascal Canfin, directeur de l'institution, pointe du doigt les 25 entreprises françaises qui impactent le plus les écosystèmes mondiaux. Quel est le point commun entre ces entreprises?

Myriam Maestroni: Les sociétés auxquelles Pascal Canfin fait référence se trouvent dans tous les secteurs. On y voit des entreprises de l'agroalimentaire, de la construction, de la cosmétique et on pourrait continuer la liste encore longtemps. Mais leur particularité est qu’elles ont toutes une histoire. Il en va ainsi de L'Oréal qui vient de fêter ses 100 ans ou bien de Sodexo qui vient de fêter ses 50 ans. Ces grandes maisons françaises se sont développées sans avoir connaissance de la matière, des enjeux qui pouvaient avoir un impact sur leurs activités, dont nous disposons aujourd'hui après la COP 21.  Rappelons-nous qu'en France, le développement durable est une notion récente. Les lois NRE qui ont obligé pour la première fois les entreprises cotées à publier un rapport sur le développement durable date de 2001. Seulement maintenant, on commence à imposer cette démarche à des sociétés de moyenne et de plus petite taille. Finalement, il a fallu 10 ans, et c’est très peu, pour passer de l'apprentissage de ce que pouvait vouloir dire le développement durable à cette notion de RSA  (Responsabilité sociétale de l'entreprise). Les entreprises s'engagent donc dans une démarche qui va bien au-delà de la notion économique de l'entreprise. Elles deviennent partie prenante de la solution écologique et sociétale.

 

Pascal Canfin souligne le fait que ce sont ces mêmes entreprises qui font partie de la solution écologique. Comment peut-on concilier industrie et écologie ?

On a beaucoup opposé ces dix dernières années, d'un côté, le développement durable et l'écologie et, d'un autre côté, le business et l'économie. Je pense que la COP 21 a marqué un point final à cette opposition absurde. On s'accorde tous aujourd'hui à dire qu'il y a une troisième voie possible : pouvoir imaginer de la croissance durable. Tout cela est devenu possible sous l'effet de quatre forces combinées.

 

La première de ces forces, ce sont les consommateurs qui sont devenus partie prenante de la question écologique. Après Al-Gore en 2005, il y a eu une véritable prise de conscience générale, quelque soit notre niveau, notre métier, notre âge, sur le problème du réchauffement climatique. Cela nous confère un rôle de "consom'acteur". La deuxième force, ce sont les réglementations issues du traité de Kyoto. Depuis, l'ensemble des acteurs économiques sont obligés de faire des bilans carbone, de réduire leur empreinte environnementale, de réduire la consommation énergétique, d'utiliser plus d'énergies renouvelables. Vient ensuite la réglementation qui a obligé les entreprises à s'intéresser au développement durable et à être, surtout, active en terme de responsabilité sociétale.Enfin, la quatrième force qu'il ne faut pas oublier, c'est le fait que, depuis la crise économico-financière de 2008, une division s'est opérée entre les économies d'équipement et les économies de renouvellement. Par exemple, on achète moins "trois pizzas pour le prix d'une" pour préférer acheter une "pizza bio" ou "préparée avec des produits locaux". Nous voyons se développer l'économie de la rénovation, de l'optimisation, en bref, l'économie de l'économie.

 

Je crois que ces économies vont de plus en plus se fonder sur la mobilisation de l'investissement privé : on investit dans sa maison, dans sa santé, dans sa façon de vivre, et donc on va voir émerger une troisième vague de croissance. Après la croissance soutenue par les investissements publics et la croissance liée à une consommation débridée, on arrive à la croissance de l'investissement privé. Voilà pourquoi les entreprises font partie du problème et de la solution : en s'adaptant à cette nouvelle situation, elles vont trouver des marchés, ce qui est financièrement intéressant pour elles. Citons l’exemple de l'amélioration du logement, que je connais bien : nous avons 200 millions de logements en Europe qui consomment 6 à 9 fois plus d'énergie qu'un logement construit en respectant  les réglementations thermiques de logements applicables pour construire un logement neuf. Certes, cela veut dire que l’on émet autant de CO2. D'un autre côté, cela signifie aussi qu’il reste un énorme marché dans l’amélioration du logement qui va créer des compétences, des emplois locaux non-délocalisables, ainsi que de l'innovation puisqu'on va avoir besoin de nouveaux matériaux etc...

 

Le label vert des grandes entreprises industrielles résulte-t-il d'une réelle démarche écologique ou d'un bon coup de com' pour s'acheter la paix sociale?

Je crois qu'il y a eu effectivement une vague, au début du développement durable, où l’on s'est donné bonne conscience et où les sociétés voulaient surtout s'acheter une paix sociale. Il y a certainement des entreprises aujourd'hui où cela se produit encore.  Mais ce qui me paraît plus important, c'est cette compréhension qu'il y a, dans ce défi environnemental, un nouveau marché. Et qui dit nouveau marché dit emploi et profits à faire. Les entreprises y trouvent une motivation. Si on leur parle seulement de risque environnemental et d'empreinte carbone, je ne suis pas sûre que cela fonctionne. Tandis qu'en ventant les mérites d'un nouveau marché profitable, qui respecte la planète, cela change la donne. C'est gagnant-gagnant. Dans cette perspective, il faut souligner qu'il y eu, l'année dernière, le premier Business Climate Submit à Paris où l’on a vu que beaucoup d'entreprises prennent en compte ce nouveau paradigme éco-climatique. J'ai, par exemple, rencontré un designer de Levi's qui connaissait parfaitement l'empreinte carbone de son jean 501. Retenons, pour finir, cette nouvelle pleine d'espoir, que protéger l'environnement peut donner lieu à de la croissance durable et profitable.

 

 

Propos recueillis par Clémence Houdiakova

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 24/04/2016 - 11:28
Grandes entreprises et environnement
Voilà beaucoup de mots pour constater une évidence, càd ne rien dire.