En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 59 min 28 sec
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 1 heure 48 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 3 heures 17 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 4 heures 35 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 6 heures 55 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 9 heures 5 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 10 heures 1 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 11 heures 4 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 11 heures 26 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 1 heure 23 min
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 2 heures 34 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 3 heures 54 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 6 heures 18 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 8 heures 31 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 9 heures 35 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 10 heures 36 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 11 heures 16 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 11 heures 48 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 13 heures 8 min
Politico Scanner

Manuel Valls fort chez les jeunes, Emmanuel Macron fort chez les vieux, cet étrange écart générationnel qui sépare les dauphins de François Hollande

Publié le 13 avril 2016
Parmi plusieurs personnalités politique à gauche, Emmanuel Macron et Manuel Valls arrivent en tête de celles qui seraient choisies par les Français au 1er tour de la présidentielle de 2017 s'ils étaient candidats, selon un sondage Ifop-Le JDD. Avec des disparités générationnelles importantes d'un candidat à l'autre cependant.
Frédéric Dabi est directeur général adjoint de l'Ifop et directeur du pôle Opinion et Stratégies d’entreprise.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Dabi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Dabi est directeur général adjoint de l'Ifop et directeur du pôle Opinion et Stratégies d’entreprise.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Parmi plusieurs personnalités politique à gauche, Emmanuel Macron et Manuel Valls arrivent en tête de celles qui seraient choisies par les Français au 1er tour de la présidentielle de 2017 s'ils étaient candidats, selon un sondage Ifop-Le JDD. Avec des disparités générationnelles importantes d'un candidat à l'autre cependant.

Atlantico : Dans un sondage Ifop-Le JDD paru ce dimanche, Emmanuel Macron apparaît comme le candidat le plus plébiscité chez les 65 ans et plus (44%), tandis que la popularité de Manuel Valls est la plus forte chez les 18-24 ans (44%). Le ressort de l'opposition entre les deux hommes serait-il donc essentiellement générationnel ? Comment expliquer cette fracture ? 

Frédéric Dabi : Manuel Valls et Emmanuel Macron ont le potentiel électoral le plus élevé aux deux extrêmes contraires du spectre générationnel. Il convient d’être prudent sur la génération  des moins de 25 ans où l’échantillon est plus petit que celui pour les 65 ans et plus. Il convient également de se demander s’il y a réellement rivalité entre les deux hommes. Certains disent oui, si l’on reprend certaines déclarations de Valls qui parle notamment de "l’égoïsme" de certains. A partir de là, il est facile de construire cette mythologie de la rivalité. D’un point de vue sondage et politique, cette place centrale de Macron dans l’univers politico-médiatique, pourrait peut-être, au final, rendre service à Manuel Valls par les prises de position très transgressives de Macron qui remettent ainsi Manuel Valls au centre de gravité du peuple de gauche et de ses attentes. Ceci peut donc lui être profitable dans une stratégie post-2017.

Je pense qu’il faut minorer cette fracture générationnelle, même si elle est réelle. Auprès des moins de 35 ans, cette fracture n’existe pas. Aussi bien la tranche des 18-24 ans que celle des 25-34 sont à égalité. Chez les personnes plus âgées, il y a effectivement un véritable plébiscite pour Emmanuel Macron. Mais est-il vraiment générationnel, ou bien plutôt politique ? Je pense qu’il est plutôt politique. Les 65 ans et plus constituent le cœur de cible de l’électorat de droite. On connait le ressort de la popularité des personnalités politiques dans l’opinion publique si l’on prend notre dernier sondage Ifop-Fiducial pour Paris-Match paru ce matin : le niveau de popularité le plus élevé pour Emmanuel Macron s’exprime chez les 65 ans et plus (70%). Manuel Valls, lui, atteint un score de 57% pour cette tranche d’âge. Si l’on considère maintenant les –moins de 25 ans, Manuel Valls réalisé un très bon score (54%) quand Emmanuel Macron est très en-dessous de sa moyenne, avec 43%. Je pense qu’il y a là un double effet politique : le score relativement faible de Valls chez les plus âgés relève d’un mécontentement de ce segment générationnel votant massivement  à droite ; l’impopularité de l’exécutif, surtout de François Hollande, et dans une moindre mesure de Manuel Valls, est fortement exprimée par cette population. Le score de Macron chez les plus jeunes traduit le sentiment chez eux qu’Emmanuel Macron n’est pas véritablement un homme de gauche, à cause notamment de ses prises de position souvent en faveur du patronat (la mise en avant notamment des difficultés des chefs d’entreprise au détriment de celles des salariés). Les –moins de 25 ans sont l’une clientèles électorales traditionnelles de la gauche ; c’est sur ce segment d’ailleurs que François Hollande réalise son meilleur résultat de popularité. On pourrait donc considérer cette double sanction.

Il y a un chiffre qui m’a tout particulièrement frappé : chez les sympathisants des Républicains, le « oui, certainement » est estimé à 10% pour Macron, quand il est de l’ordre  de 3 ou 4 % pour Valls. Le clivage générationnel recoupe en réalité un clivage partisan. 

Source : Ifop- Le JDD

N'est-il pas étonnant que Manuel Valls soit le plus plébiscité par l'électorat jeune (18-24 ans) alors qu'il est l'un des principaux défenseurs du projet de loi El Khomri, contre lequel des jeunes manifestent depuis plusieurs semaines ? Quels sont les moteurs politiques permettant d'expliquer cette popularité de Manuel Valls au sein de la jeunesse ?

Il faut encore une fois être très prudent. En termes de popularité, nous sommes sur le même mouvement : dans le sondage Ifop-Fiducial pour Paris Match, Valls est à 54 % chez les moins de 25 ans. En revanche, chez les 25-34 ans, la génération de l’insertion comme je l’appelle, sa position est beaucoup plus fragile. Cette tranche d’âge est beaucoup plus critique sur la politique de l’emploi du gouvernement, et notamment donc sur le projet de loi El Khomri ; c’est d’ailleurs dans cette tranche d’âge que le score d’Hollande est le plus faible dans le baromètre Ifop-Le JDD.  N’oublions pas également que c’est la catégorie où le FN a été au-dessus de sa moyenne. Lorsque l’on regarde la catégorie globale des moins de 34 ans, on constate que Macron rattrape son retard sur Valls ; ils sont quasiment à 1 point de différence.  

Dans les questions ouvertes, soit les verbatim du baromètre Ifop-Le JDD où les personnes s’expriment, on remarque davantage une appréciation de la personnalité de Manuel Valls depuis son arrivée au gouvernement ; en revanche du côté de son action, ça pêche plutôt. Aussi bien chez les – de 25 ans que les plus de 65 ans, on est plus sur l’incarnation, l’image personnelle de Valls basée sur l’autorité et l’énergie. Tout en étant prudent dans la comparaison, c’est un peu ce que l’on avait avec Nicolas Sarkozy : l’énergie, la détermination, le volontarisme, etc. Les autres tranches d’âge sont les plus critiques quant à l’action de Manuel Valls, notamment sur la déchéance de nationalité - qui n’est pas considérée comme une mesure de gauche - ou bien encore sur le projet de loi El Khomri et la politique économique d’une manière générale. 

Source : Ifop- Le JDD

Comment expliquer le paradoxe d'un Emmanuel Macron, symbole du renouveau politique alors que la frange de l'électorat qui lui est le plus favorable est aussi la plus âgée ? Cette situation paradoxale ne peut-elle pas également s'illustrer par les scores importants de Bruno Lemaire auprès des plus de 65 ans ?

Effectivement. En termes d’image, Emmanuel Macron incarne le renouveau, venant et souhaitant bousculer le sérail d’un système à bout de souffle, ce qui explique sa popularité appréciable chez les moins de 34 ans. Pour l’électorat de droite chez qui Emmanuel Macron fait de très bons scores, celui-ci est vu comme un ovni et non pas comme une personnalité de gauche même s’il se revendique ainsi. C’est peut-être là la force d’Emmanuel Macron : rassembler des personnes des deux rives du champ politique,  bien que cette tendance puisse changer dans les mois à venir. Ce qu’il faut surveiller, c’est le fait que le levier majeur de popularité se fait auprès de l’électorat ou de sympathisants périphériques de l’électorat de gauche. Pour reprendre les chiffres du baromètre Ifop pour Paris Match, Emmanuel Macron fait 48% chez les sympathisants de gauche et 64 % chez ceux du PS ; mais ses deux meilleurs scores sont réalisés chez les sympathisants de l’UDI (74%) et des Républicains (71%). 

Source : Ifop- Le JDD

 

Source : Ifop-Fiducail pour Paris-Match

Propos recueillis par Thomas Sila

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kaprate
- 13/04/2016 - 14:31
selon Freud...
Valls comme figure paternelle structurante pour des jeunes en mal de repères et angoissés? Macron comme figure filiale idéale, en passe de réaliser le rêve de ses parents symboliques de plus de 60 ans?