En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 3 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 3 heures 24 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 6 heures 50 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 7 heures 45 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 8 heures 30 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 9 heures 28 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 11 heures 44 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 12 heures 31 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 14 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 3 heures 11 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 3 heures 48 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 7 heures 12 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 8 heures 6 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 8 heures 44 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 9 heures 50 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 12 heures 5 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 12 heures 57 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 13 heures 52 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 14 heures 50 min
Politico Scanner

Manuel Valls fort chez les jeunes, Emmanuel Macron fort chez les vieux, cet étrange écart générationnel qui sépare les dauphins de François Hollande

Publié le 13 avril 2016
Parmi plusieurs personnalités politique à gauche, Emmanuel Macron et Manuel Valls arrivent en tête de celles qui seraient choisies par les Français au 1er tour de la présidentielle de 2017 s'ils étaient candidats, selon un sondage Ifop-Le JDD. Avec des disparités générationnelles importantes d'un candidat à l'autre cependant.
Frédéric Dabi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Dabi est directeur général adjoint de l'Ifop et directeur du pôle Opinion et Stratégies d’entreprise.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Parmi plusieurs personnalités politique à gauche, Emmanuel Macron et Manuel Valls arrivent en tête de celles qui seraient choisies par les Français au 1er tour de la présidentielle de 2017 s'ils étaient candidats, selon un sondage Ifop-Le JDD. Avec des disparités générationnelles importantes d'un candidat à l'autre cependant.

Atlantico : Dans un sondage Ifop-Le JDD paru ce dimanche, Emmanuel Macron apparaît comme le candidat le plus plébiscité chez les 65 ans et plus (44%), tandis que la popularité de Manuel Valls est la plus forte chez les 18-24 ans (44%). Le ressort de l'opposition entre les deux hommes serait-il donc essentiellement générationnel ? Comment expliquer cette fracture ? 

Frédéric Dabi : Manuel Valls et Emmanuel Macron ont le potentiel électoral le plus élevé aux deux extrêmes contraires du spectre générationnel. Il convient d’être prudent sur la génération  des moins de 25 ans où l’échantillon est plus petit que celui pour les 65 ans et plus. Il convient également de se demander s’il y a réellement rivalité entre les deux hommes. Certains disent oui, si l’on reprend certaines déclarations de Valls qui parle notamment de "l’égoïsme" de certains. A partir de là, il est facile de construire cette mythologie de la rivalité. D’un point de vue sondage et politique, cette place centrale de Macron dans l’univers politico-médiatique, pourrait peut-être, au final, rendre service à Manuel Valls par les prises de position très transgressives de Macron qui remettent ainsi Manuel Valls au centre de gravité du peuple de gauche et de ses attentes. Ceci peut donc lui être profitable dans une stratégie post-2017.

Je pense qu’il faut minorer cette fracture générationnelle, même si elle est réelle. Auprès des moins de 35 ans, cette fracture n’existe pas. Aussi bien la tranche des 18-24 ans que celle des 25-34 sont à égalité. Chez les personnes plus âgées, il y a effectivement un véritable plébiscite pour Emmanuel Macron. Mais est-il vraiment générationnel, ou bien plutôt politique ? Je pense qu’il est plutôt politique. Les 65 ans et plus constituent le cœur de cible de l’électorat de droite. On connait le ressort de la popularité des personnalités politiques dans l’opinion publique si l’on prend notre dernier sondage Ifop-Fiducial pour Paris-Match paru ce matin : le niveau de popularité le plus élevé pour Emmanuel Macron s’exprime chez les 65 ans et plus (70%). Manuel Valls, lui, atteint un score de 57% pour cette tranche d’âge. Si l’on considère maintenant les –moins de 25 ans, Manuel Valls réalisé un très bon score (54%) quand Emmanuel Macron est très en-dessous de sa moyenne, avec 43%. Je pense qu’il y a là un double effet politique : le score relativement faible de Valls chez les plus âgés relève d’un mécontentement de ce segment générationnel votant massivement  à droite ; l’impopularité de l’exécutif, surtout de François Hollande, et dans une moindre mesure de Manuel Valls, est fortement exprimée par cette population. Le score de Macron chez les plus jeunes traduit le sentiment chez eux qu’Emmanuel Macron n’est pas véritablement un homme de gauche, à cause notamment de ses prises de position souvent en faveur du patronat (la mise en avant notamment des difficultés des chefs d’entreprise au détriment de celles des salariés). Les –moins de 25 ans sont l’une clientèles électorales traditionnelles de la gauche ; c’est sur ce segment d’ailleurs que François Hollande réalise son meilleur résultat de popularité. On pourrait donc considérer cette double sanction.

Il y a un chiffre qui m’a tout particulièrement frappé : chez les sympathisants des Républicains, le « oui, certainement » est estimé à 10% pour Macron, quand il est de l’ordre  de 3 ou 4 % pour Valls. Le clivage générationnel recoupe en réalité un clivage partisan. 

Source : Ifop- Le JDD

N'est-il pas étonnant que Manuel Valls soit le plus plébiscité par l'électorat jeune (18-24 ans) alors qu'il est l'un des principaux défenseurs du projet de loi El Khomri, contre lequel des jeunes manifestent depuis plusieurs semaines ? Quels sont les moteurs politiques permettant d'expliquer cette popularité de Manuel Valls au sein de la jeunesse ?

Il faut encore une fois être très prudent. En termes de popularité, nous sommes sur le même mouvement : dans le sondage Ifop-Fiducial pour Paris Match, Valls est à 54 % chez les moins de 25 ans. En revanche, chez les 25-34 ans, la génération de l’insertion comme je l’appelle, sa position est beaucoup plus fragile. Cette tranche d’âge est beaucoup plus critique sur la politique de l’emploi du gouvernement, et notamment donc sur le projet de loi El Khomri ; c’est d’ailleurs dans cette tranche d’âge que le score d’Hollande est le plus faible dans le baromètre Ifop-Le JDD.  N’oublions pas également que c’est la catégorie où le FN a été au-dessus de sa moyenne. Lorsque l’on regarde la catégorie globale des moins de 34 ans, on constate que Macron rattrape son retard sur Valls ; ils sont quasiment à 1 point de différence.  

Dans les questions ouvertes, soit les verbatim du baromètre Ifop-Le JDD où les personnes s’expriment, on remarque davantage une appréciation de la personnalité de Manuel Valls depuis son arrivée au gouvernement ; en revanche du côté de son action, ça pêche plutôt. Aussi bien chez les – de 25 ans que les plus de 65 ans, on est plus sur l’incarnation, l’image personnelle de Valls basée sur l’autorité et l’énergie. Tout en étant prudent dans la comparaison, c’est un peu ce que l’on avait avec Nicolas Sarkozy : l’énergie, la détermination, le volontarisme, etc. Les autres tranches d’âge sont les plus critiques quant à l’action de Manuel Valls, notamment sur la déchéance de nationalité - qui n’est pas considérée comme une mesure de gauche - ou bien encore sur le projet de loi El Khomri et la politique économique d’une manière générale. 

Source : Ifop- Le JDD

Comment expliquer le paradoxe d'un Emmanuel Macron, symbole du renouveau politique alors que la frange de l'électorat qui lui est le plus favorable est aussi la plus âgée ? Cette situation paradoxale ne peut-elle pas également s'illustrer par les scores importants de Bruno Lemaire auprès des plus de 65 ans ?

Effectivement. En termes d’image, Emmanuel Macron incarne le renouveau, venant et souhaitant bousculer le sérail d’un système à bout de souffle, ce qui explique sa popularité appréciable chez les moins de 34 ans. Pour l’électorat de droite chez qui Emmanuel Macron fait de très bons scores, celui-ci est vu comme un ovni et non pas comme une personnalité de gauche même s’il se revendique ainsi. C’est peut-être là la force d’Emmanuel Macron : rassembler des personnes des deux rives du champ politique,  bien que cette tendance puisse changer dans les mois à venir. Ce qu’il faut surveiller, c’est le fait que le levier majeur de popularité se fait auprès de l’électorat ou de sympathisants périphériques de l’électorat de gauche. Pour reprendre les chiffres du baromètre Ifop pour Paris Match, Emmanuel Macron fait 48% chez les sympathisants de gauche et 64 % chez ceux du PS ; mais ses deux meilleurs scores sont réalisés chez les sympathisants de l’UDI (74%) et des Républicains (71%). 

Source : Ifop- Le JDD

 

Source : Ifop-Fiducail pour Paris-Match

Propos recueillis par Thomas Sila

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
karenotsoa
- 13/04/2016 - 14:31
selon Freud...
Valls comme figure paternelle structurante pour des jeunes en mal de repères et angoissés? Macron comme figure filiale idéale, en passe de réaliser le rêve de ses parents symboliques de plus de 60 ans?