En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
Caucus-pocus
Primaires PS-LR, des élections pour de rire ?
Publié le 14 février 2016
Si les primaires sont devenues populaires en France, c’est sans doute parce qu’elles sont désormais le seul moyen de voter « pour » plutôt que « contre » de temps en temps. Ça ne sert à rien mais c'est toujours ça de pris.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si les primaires sont devenues populaires en France, c’est sans doute parce qu’elles sont désormais le seul moyen de voter « pour » plutôt que « contre » de temps en temps. Ça ne sert à rien mais c'est toujours ça de pris.

Je n’ai pas encore vraiment compris ce qui poussait la gauche du PS à exiger des primaires avec autant d’énergie. D’abord, c’est un concept directement importé des États-Unis, ce qui devrait le rendre suspect, et, ensuite, les deux socialistes les plus populaires d’après les sondages – Valls et Macron – sont justement ceux que les sinistres extrêmes rêvent de dégommer.

 

Mais c’est sans doute qu’à l’instar de tous les Français, quel que soit leur pied d’appel, les tenants de la gauche authentique se sont rendu compte que ces élections pour de rire étaient devenues la seule occasion de voter « pour » plutôt que « contre ».

 

Et un second tour de présidentielle Hollande-Le Pen ou Sarkozy-Le Pen, comme d’hab désormais, ça ne doit plus faire rêver grand monde.

 

Du coup, s’il y a moyen de s’épargner ça…

 

Personnellement, j’envisage très sérieusement de voter dans les deux camps (à un ou deux euros le bulletin, même en période de disette, je peux encore me permettre ça). Chez les réacs, j’irai sans doute soutenir Juppé. Il est sympathique, pas collet monté, n’aime pas le FN, peut peut-être nous débarrasser de l’ex-maire de Neuilly une bonne fois pour toutes et on dit qu’il a fait du bon boulot à Bordeaux même si c’est peut-être juste de l’intox parce que je n’ai pas refichu les pieds dans ce patelin depuis des années.

 

Mais est-ce qu’il saurait effectivement remettre le pays en route ? Rien n’est moins sûr : il fait de la politique depuis le haut Moyen-âge et, s’il avait servi à quelque chose de concret depuis, ça se saurait. Pas grave. I can live with that.

 

Chez les progressistes, je miserai plutôt sur Macron. Il a tout un tas de bonnes idées sociales-libérales sur lesquelles je ne reviendrai pas ici, n’a pas le petit côté psychorigide de Valls et garde cette capacité à mettre les pieds dans le plat que l’on finit par perdre à force d’éviter de désespérer Billancourt. Est-ce qu’il pourrait, lui, nous rendre un peu du lustre perdu ? Disons qu’il essaierait au moins de passer le chiffon ici et là. Ça serait déjà pas mal. A l’impossible nul n’est tenu.

 

Dans les deux cas, en tout cas, j’aurais effectivement l’impression de ne pas seulement voter par défaut. Allez, pour Macron, on pourrait même parler d’un certain enthousiasme. Pourquoi pas. Soyons fou.

 

Le hic, c’est que Juppé, isolé dans sa province, a en réalité aussi peu de chances de mettre le propriétaire de l’ex-UMP au tapis que Macron en a de passer les barrages de la légendaire synthèse socialiste, Hollande étant bien fichu de se requalifier (lui ou Aubry, son clone sans le sens de l’humour et avec plus de cheveux). Résultat des courses, primaires ou pas : un second tour Sarkozy-Le Pen. Ou Hollande-Le Pen. Mais bon, qu'est-ce que vous voulez que je vous dise... On revotera contre. Comme d’hab.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
04.
Retraites : ça coince. Santé : ça bloque. Protection sociale : ça n’avance pas. Macron n’aura aucun résultat durable s’il n’a pas le courage d’inviter le privé dans le jeu.
05.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
06.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
07.
Manifestante blessée : les phrases méprisantes et odieuses de Macron. Mais ce n'est pas vraiment de sa faute. Car il ne peut pas faire autrement.
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Mandataire
- 15/02/2016 - 12:01
Merci d’écrire… LRPS, s’il vous plaît!
À lire "l'herpès" et non pas "Les Ripoublicains & Parti Socialiste"_Car c’est la maladie qui gangrène le Pays de l'escargot lancé au galop vers le mur politico-économique depuis… 40 ans! :-(
Camtom
- 14/02/2016 - 17:03
Affligeant!
Raisonnement idiot...il n'est pas interdit de se faire une idée un peu plus précise des postulants pour voter en conscience! Et à ma connaissance on n'a pas l'habitude d'avoir MLP au deuxième tour...
vangog
- 14/02/2016 - 16:32
Macron, le rejeton Rotschild...
et Juppé, l'islamocompatible...putain Vous n'avez pas honte, Serraf? Vous êtes en pleine crise de mysticisme communautariste, ou quoi?...