En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

05.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

06.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

07.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

01.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

04.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 11 heures 6 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 12 heures 3 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 12 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 13 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Jonas Fink, le libraire de Prague" : romance dérisoire, triste printemps, mais très bonne BD

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Environnement
Transition

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

il y a 16 heures 25 min
décryptage > Politique
Monde d'après

Le "rebranding" de la "marque"Macron, opération à risque

il y a 17 heures 1 min
décryptage > High-tech
Bienfaits

Pourquoi les jeux vidéo sont (aussi) un moyen essentiel pour les enfants de garder des liens sociaux

il y a 17 heures 31 min
décryptage > Economie
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

il y a 17 heures 57 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

il y a 18 heures 20 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 11 heures 36 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 12 heures 25 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 13 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Sapiens", un livre formidablement intéressant et enrichissant

il y a 14 heures 48 min
décryptage > Economie
Rien ne change

L’épuisement du petit patron français devant la relance de l’activité…

il y a 16 heures 15 min
décryptage > International
Civilisation des algorithmes

Trump contre la Silicon Valley : la guerre culturelle féroce qui nous concerne beaucoup plus qu’on ne le croit

il y a 16 heures 48 min
décryptage > Politique
Angles morts

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

il y a 17 heures 16 min
décryptage > International
Nouvelle guerre froide ?

Le plan secret de la Chine pour tenter de restaurer son image (et gagner la bataille de la propagande)

il y a 17 heures 45 min
décryptage > Santé
Équation à inconnues multiples

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

il y a 18 heures 10 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne
il y a 18 heures 21 min
info atlantico
© Reuters
© Reuters
Politico scanner

30% des Français pensent que François Hollande ne reformera plus d’ici l’élection de 2017, 46% qu’il ne le fera qu’à la marge

Publié le 11 novembre 2015
En dépit des nombreuses réformes annoncées par le gouvernement, la majorité des Français reste très sceptique vis-à-vis de la capacité (et de la volonté !) de l’exécutif à réformer le pays. Si la France parait irréformable, c'est peut-être plus en raison d'un gouvernement qui promet monts et merveilles mais fait toujours volte-face.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En dépit des nombreuses réformes annoncées par le gouvernement, la majorité des Français reste très sceptique vis-à-vis de la capacité (et de la volonté !) de l’exécutif à réformer le pays. Si la France parait irréformable, c'est peut-être plus en raison d'un gouvernement qui promet monts et merveilles mais fait toujours volte-face.

Atlantico : Seuls 6% des Français semblent croire que le gouvernement mènera des réformes importantes d’ici 2017. Qu’est-ce que cela traduit de cette image réformiste que François Hollande cherche à se construire ? Pourquoi n’y parvient-il pas ?

Jérôme Fourquet : Dans un soucis d'objectivité, il convient de préciser que si 6% des Français pensent que le gouvernement mènera des réformes importantes d'ici 2017, 18% estiment que les réformes menées seront "assez importantes". On peut donc dire qu'un quart des Français font ce constat, jugeant le gouvernement réformiste. C'est un score très faible, mais il faut garder à l'esprit qu'il reste encore un an et demi avant la fin du mandat de François Hollande. Or, on sait que ce n'est pas en dernière partie de mandat que l'ardeur réformatrice est la plus forte. En rassemblant les réformes "importantes" et les réformes jugées "assez importantes", le gouvernement ne parvient à convaincre qu'un quart des Français. Cela s'inscrit effectivement en décalage avec le crédo gouvernemental tenu à l'Elysée, à Matignon où à Bercy. Emmanuel Macron est récemment monté au créneau pour défendre une nouvelle loi Macron II, sur l'univers des start-ups, de l'économie numérique et digitale. De nombreux ballons d'essais ont également été envoyés en matière de fiscalité, sur l'impôt à la source... La fusion entre l'impôt sur le revenu et la CSG revient comme un serpent de mer (et, pour le coup, il s'agirait d'une réforme majeure). Autres ballons d'essais : ceux concernant une éventuelle réforme du marché du travail.

Le crédo gouvernemental, officiel, c'est celui-ci. Les mois et les semestres qui nous séparent aujourd'hui de l'élection présidentielle ne seront pas des mois et des semestres perdus : le gouvernement continuera à adapter la France à l'économie d'aujourd'hui. Concrètement, cela implique que le gouvernement mènera les réformes qui s'imposent et c'est vers ce but que convergent les différentes annonces qui se sont succédées à échéances rapprochées. Or, notre sondage pour Atlantico.fr montre qu'une grande partie des Français reste très dubitatif sur la réalité et l'intensité de cette intention. C'est également le cas vis-à-vis de la détermination du gouvernement à poursuivre sur cette voie, mettre en pratique leurs annonces. De la même façon que les Français n'avaient pas cru à la baisse du chômage, que la hausse de la fiscalité épargnerait 90% d'entre eux, ils sont aujourd'hui très sceptiques sur la détermination du gouvernement à poursuivre.

Comme c'est attendu, ce scepticisme atteint son paroxysme dans les rangs de l'électorat de droite et du Front National. Il touche cependant l'électorat du Parti Socialiste : 40% des sympathisants du PS pensent que le gouvernement se contentera de réformes à la marge et 12% d'entre eux estiment qu'il ne réformera plus du tout. Un électeur socialiste sur deux pense donc que des réformes vont encore advenir.

A gauche comme à droite, on peine à croire à la capacité du Président à réformer. Le fait que seul 14% des sympathisants PS soient convaincus aujourd’hui indique-t-il une régression de la portée de sa voix au sein même de sa famille politique ?

Il ne s'agit pas uniquement de remettre en doute la capacité du Président à réformer, mais aussi sa volonté à le faire.

Ce gouvernement et ce Président ont mené un certain nombre d'annonces, souvent fortes et implicantes, qu'il s'agisse de la fiscalité ou du chômage. Jusqu'à présent, les Français n'ont pas été convaincu par les faits. Le chômage a baissé le mois dernier, mais en l'absence d'une confirmation de cette tendance sur la durée, cela fait des mois et des mois que le Président de la République se prend en retour de bâton cette promesse, à chaque fois que l'Insee dévoile les chiffres du chômage. Idem concernant le matraquage fiscal et la non-hausse des impôts, supposée être uniquement cantonée aux familles les plus aisées. En outre, les pataquès, auxquels nous avons assisté la semaine passée, sur la hausse de la fiscalité pour toute une partie des retraités, la suppression de la baisse des dotations aux collectivités locales et la diminution de l'Allocation Adulte Handicapé (AAH)... Tous ces éléments ne contribuent pas à donner le moindre crédit au gouvernement. Cela ne légitime pas sa parole, pas plus que cela ne la valide. Force est de constater, aujourd'hui, que cette parole est très fortement dévaluée. Notamment quand on la met en regard avec des faits objectifs. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, il est logique que les Français (y compris une bonne partie des sympathisants du PS) doutent des propos de membres éminents du gouvernement. Particulièrement quand ceux-ci annoncent que l'adaptation de notre pays à une économie contemporaine et moderne va bon-train et qu'ils y travaillent.

Au fond, nous faisons face au même phénomène que celui concernant les cotes de popularité. La popularité de Manuel Valls, celle de François Hollande... Toutes deux sont aujourd'hui à de très faibles niveaux.  Ce dernier s'explique en partie par des promesses non tenues, certes, mais aussi parce que tout une frange de la base électorale du Parti Socialiste est mécontente, insatisfaite. C'est ce qui explique la faiblesse de cette cote de popularité de François Hollande, mais également la défiance vis à vis de sa parole.

François Hollande joue aujourd’hui son quinquennat et il semble avoir opté pour une ligne réformiste, en opposition à une ligne plus à gauche. A-t-il fait le bon choix ? Laquelle de ces deux lignes semble la plus porteuse, électoralement parlant ?

Je ne suis pas sûr que l'alternative se pose en ces termes. Dans la mesure où beaucoup de Français (y compris à gauche) savent désormais que la marge de manoeuvre est extrèmement réduite, la grille de lecture qui s'impose à eux n'est plus forcément idéologique ; plus ou moins à gauche... La question n'est plus forcément d'avoir plus ou moins de redistribution, si celle-ci est payée à crédit et qu'il faudra rembourser plus tard. Ca n'est ni souhaitable, ni viable.

Ce que les Français attendent, notamment à gauche, c'est que le gouvernement soit en capacité de démontrer une amélioration objective de la situation au moins sur un certain nombre de sujets. Chômage, fiscalité, comptes publics, industrialisation... sur tous ces sujets-là, l'électorat s'intéresse davantage aux résultats qu'aux moyens. Or, l'électorat n'en voit pas aujourd'hui. Je pense que, par soucis de cohérence, François Hollande n'avait pas d'autre choix que celui de suivre la ligne qu'il suit aujourd'hui. La clarté et la lisibilité de son action impliquaient de poursuivre dans cette voie, à partir du moment où il s'y est engagé, via le pacte de compétitivité, les nominations de Manuel Valls ou Emmanuel Macron. Son champ d'action, qui manque déjà de lisibilité, en aurait manqué plus encore s'il avait fait volte-face et par conséquent François Hollande est condamné à aller jusqu'au bout dans cette logique. Il n'est plus possible de faire machine arrière et ce qu'il faut absolument pour valider cette ligne, c'est que l'économie se redresse ; qu'il puisse présenter des chiffres valorisants aux Français.

Donner un grand coup de barre à gauche, aujourd'hui, cela passerait pour de l'électoralisme. De plus, pour les mêmes raisons qui poussent les Français à être très sceptiques vis-à-vis des baisses d'impôts, ceux-ci auraient probablement tendance à demander "avec quel argent" cette politique serait menée. Le septicisme à l'égard de cette ligne est important, et le bénéfice attendu est loin d'être énorme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

05.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

06.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

07.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

01.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

04.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 14/11/2015 - 22:00
Réformes
Mal fait le questionnaire, il aurait fallu parler de réformes pertinentes ou pas. Personnellement, je pense que tant qu'ils auront la majorité (et ils l'ont) ils feront passer tout ce qui leur fait plaisir. C'est toujours comme ça dans ce pays: "on a le pouvoir absolu pour cinq ans et on vous emmerde". C'est ça la démocratie Française.
winnie
- 12/11/2015 - 06:54
Vous souvenez vous ?
D'un certain 21 avril, ou devant tous les média, la classe politique au grand complet declamait qu'elle avait compris, qu'elle allait tout mettre en oeuvre pour contrer le FN.
Depuis a t ont répondu aux craintes des Français: immigration débridée, desindustrialisation, chômage en perpétuelle croissance, laxisme de la justice,terrorisme islamique ,impunité des délinquant ... ?
C'était il y a combien d'année ? Croit on que ces gens qui tiennent le manche depuis fort longtemps soient capable d'audace surtout un Hollande qui c'est retrouver président par le plus grand des hasard.
Texas
- 11/11/2015 - 22:32
A la marge ...?
Parce qu' en dehors de la marge depuis son élection , j' aurais raté quelque chose de plus consistant ? . Ou alors en s' acharnant plutôt sur la marge de Droite , que celle de Gauche d' ailleurs .