En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Le spectre de l'autocar
43 morts sur la route, Noël Mamère en vautour
Publié le 24 octobre 2015
Le cynisme en politique, c'est un peu la norme. On n'y fait même plus attention. Mais c'est lorsqu'il veut passer pour de la compassion qu'il devient vraiment détestable.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Ses derniers livres : Petit dictionnaire (modérément) amoureux de Marseille (Gaussen, 2018), Les heures les plus sombres de notre histoire (L'Aube, 2016)  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Ses derniers livres : Petit dictionnaire (modérément) amoureux de Marseille (Gaussen, 2018), Les heures les plus sombres de notre histoire (L'Aube, 2016)  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le cynisme en politique, c'est un peu la norme. On n'y fait même plus attention. Mais c'est lorsqu'il veut passer pour de la compassion qu'il devient vraiment détestable.

L'autocar, du moins jusqu'à ce qu'Emmanuel Macron ne décide d'en stimuler l'usage, passait plutôt pour un mode de transport sympathique. Il évitait aux usagers de prendre leur auto, appartenait à l'univers du collectif et on l'associait plus spontanément à l'acheminement de séniors en vadrouille et de gamins en partance pour une classe verte qu'à l'ultra-libéralisme cupide des banquiers de Wall Street.

 

L'autocar, en fait, et jusqu'à la loi Macron, était naturellement "de gauche". 

 

Mais ça, c'était avant, comme on dit, et l'autocar est mystérieusement devenu "de droite" en quelques mois, l'idée même qu'on puisse le préférer au train (lequel perd toutefois son statut progressiste lorsqu'il est privé, rapide ou anglo-saxon) donnant des sueurs froides à ses ennemis tout neufs.

 

Cette métamorphose de l'autocar en symbole de la dérive droitière d'un parti socialiste vendu au grand capital, pour grotesque qu'elle soit, permettait aux uns et autres de s'étriper sur les plateaux de télé à la française et, pour être honnête, ça ne dérangeait pas grand monde. On continuait à prendre le bus, quoi... Noël Mamère, un ancien chanteur de variétés reconverti dans la politique, vient pourtant de faire passer la dispute convenue à une autre échelle, décidant, en apprenant la mort de 43 personnes dans un terrible accident de la route, d'en rendre le ministre de l’Économie responsable.

 

Que cette tragédie n'ait, d'ailleurs, absolument aucun rapport avec l'ouverture de nouvelles lignes intercités (il s'agissait d'un club de troisième âge en excursion), peu lui chaut. La nouvelle est trop bonne, puisqu'elle permet d'intervenir à la radio dans la minute et d'ouvrir le bal de la récupération politique au nom de la compassion et de la solidarité. Ce n'est même plus du cynisme - ça on connaît  -, plutôt du pillage de cadavres sur le bord de la route. Et là, c'est comme ça, on n'est pas encore complètement habitué...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
L'ancien garde du corps de Lady Di s'inquiète pour la sécurité de Meghan Markle
05.
Grand Débat à Souillac : le Président qui mouillait sa chemise (jusqu’à risquer de la perdre ?)
06.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
07.
10% des oeuvres d'art de l'Etat portées disparues
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bulldozer
- 25/10/2015 - 04:50
...
Pour un gauchiste il n'y a pas de façon trop vile ni trop abjecte de dézinguer l'adversaire. Bon par contre Mamère n'a pas le talent dans la bassesse de ses illustres prédécesseurs.
Maredesbobos
- 24/10/2015 - 23:56
des abrutis finis
Quant je l'ai entendu sortir ses conneries, je me suis demandé comment ça type a se faire élire maire. Il a du choisir le coin de France qui concentrait la crème des abrutis.
Texas
- 24/10/2015 - 21:07
Vautour..!?
...c' est trop d' honneur pour Mr Mamère ! . Plus proche de l' écologie du bousier et de ses boulettes travaillées .