En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Mal des transports
Pilotes Air France, dockers marseillais, même combat ?
Publié le 04 octobre 2015
Inspirés par leurs cousins dockers du port de Marseille, les pilotes d'Air France scient la branche sur laquelle 3 000 de leurs collègues sont assis. Crash en vue.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Inspirés par leurs cousins dockers du port de Marseille, les pilotes d'Air France scient la branche sur laquelle 3 000 de leurs collègues sont assis. Crash en vue.

Pilote à Air France en 2015, c'est un peu comme docker à Marseille en 1990 : après moi, le déluge. Rien ne ressemble plus, en effet, à la descente par paliers de l'ex-grande compagnie aérienne que la noyade progressive de l'ex-grande plateforme portuaire. Dans les deux cas, une grosse minorité de seigneurs repus et vindicatifs, décide de saborder l'outil de travail d'une majorité de soutiers au nom du refus du changement et de la défense de leurs privilèges.

 

On aurait pu imaginer que les premiers aient plus de hauteur de vue que les seconds, ne serait-ce que parce qu'ils travaillent en altitude, mais non : uniforme et salopette, même combat. Il y a vingt-cinq ans, les dockers avaient bloqué la modernisation du port et sa réorientation sur les trafics de conteneurs, arc-boutés sur un statut et des méthodes dépassées. Résultat, les boîtes en métal qui charrient l'essentiel du fret maritime mondial sont allées se faire manutentionner ailleurs, à Rotterdam à Anvers ou même à Barcelone, où les dockers sont désormais plus nombreux et mieux payés qu'à Marseille.

 

Aujourd'hui, les pilotes d'Air France, qui ne semblent pas avoir remarqué que la croissance de leur secteur était portée par le low cost et la hausse de la productivité snobent l'un et l'autre et préfèrent voir la compagnie fermer des lignes et virer 3 000 de leurs collègues "rampants" plutôt que de l'aider à réduire des coûts supérieurs de 25% à ceux de la concurrence en volant quelques heures de plus chaque mois…

 

D'un cynique point de vue de voyageur, on peut s'en moquer : il y aura toujours des avions à Roissy ou à Marignane si Air France disparaît ou se marginalise. Ryanair et EasyJet ne sont pas faites pour les chiens. D'un angoissé point de vue de citoyen, c'est une autre paire de manche : le déclin du port de Marseille a entraîné celui de tout son "hinterland" et la disparition (ou la non-création) de milliers d'emplois induits dans les services logistiques et dans l'industrie. Salariés des hubs du pavillon aérien national, attachez vos ceintures et remontez vos tablettes, ça va turbuler…

 

-----------------------

 

P.S. (bête et méchant) : un ami qui a le sens de l'humour noir suggère que la fin d'Air France n'est pas une si mauvaise chose au moment où l'on nous promet un "11-Septembre à la française". S'il n'y a plus d'avions à détourner sur la tour Eiffel ou les buildings de La Défense, les djihadistes en seront pour leurs frais.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
02.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
06.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 08/10/2015 - 11:50
On a déjà donné des créneaux horaires à la Qatar machin
en échange de l'achat de rafales.

Vous avez touts oublié ???

Allez y, voyagez sur des low costs, vous aurez bientôt des salaires low cost..
Philippe34
- 04/10/2015 - 21:34
Une productivité catastrophique !
Les pilotes d'Air France travaillent moins que leurs homologues et sont payés davantage .
Aucune entreprise ne peut survivre dans un univers concurrentiel avec un tel handicap.
Leur comportement et leurs remarques illustrent tout à fait le peu de respect qu'ils ont pour l'entreprise qui les emploie .
Ils manquent singulièrement d'humilité et se comportent comme des enfants trop gâtés !...
Pessimiste actif
- 04/10/2015 - 19:40
Déçu de lire ça dans Atlantico...
Merci à Llorbott pour avoir rappelé ces quelques vérités pas bonnes à dire par les journalistes: ceux des principaux médias ont été achetés par qui on sait, et leur confondante unanimité dans le dénigrement de salariés qui résistent, non pas au changement, mais à la destruction programmée de leur outils de travail n'est pas étonnante, mais j'ignorai qu'ils étaient aussi à Atlantico... Qui a rappelé l'augmentation importantes de ses taxes à Roissy et Orly par ADP (donc l'état), en situation de monopole sur ces aéroports, contrairement à AF? Qui rappelle qu'un salarié d'un secteur aussi concurrentiel que l'aérien doit être payé deux fois par sa compagnie pour payer des charges que l'état français continue à prélever lourdement vu que lui se réforme manifestement très peu!?
Bref, un article de bas niveau qui n'honore pas la profession de journaliste, la seule sur 120 à avoir gardé ses 30% d'abattement fiscal il y a quelques années. Le prix de son "objectivité", sans doute...