En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Retour vers le futur
Royaume-Uni : Jeremy Corbyn et le retour de la "loony left" (ou la "gauche fofolle")
Publié le 13 septembre 2015
Les travaillistes britanniques, fatigués du plein-emploi et de la croissance, se donnent un Mélenchon pour patron. Les migrants de Sangatte, perplexes, finiront-ils par chercher un job à Calais ?
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les travaillistes britanniques, fatigués du plein-emploi et de la croissance, se donnent un Mélenchon pour patron. Les migrants de Sangatte, perplexes, finiront-ils par chercher un job à Calais ?

"Loony left", la gauche fofolle (pour rester poli), c'est l'expression employée chez nos voisins du dessus pour qualifier la fraction du parti travailliste se complaisant dans le souvenir d'une Grande-Bretagne qui ressemblait à la France, avec un chômage élevé et une croissance atone.

 

Elle vient pourtant de faire son grand retour avec l'arrivée de Jeremy Corbin, une sorte de Mélenchon mâtiné de José Bové, à la tête du Labour, éliminant toute chance d'alternance dans un futur proche. Peu de chances, en effet, et en cas de législatives anticipées, pour qu'une majorité d'électeurs soit séduite par un programme à base de nationalisations, de relance de la planche à billets, de sortie de l'Union européenne et d'abandon de la dissuasion nucléaire.

 

N'empêche, on peut trouver amusant que la gauche britannique se re-loonise au moment même où son homologue française fait le chemin inverse à coups de loi Macron et de désertions chez EELV. Chez les blairistes, ou du moins ce qu'il en reste, c'est la panique. Un peu comme si Marie-Noëlle Lienemann ou Benoît Hamon remportaient la primaire PS sur fond de plate-forme commune avec Podemos et Syriza...

 

Une inversion de nos fortunes respectives serait toutefois séduisante : les jeunes anglais traverseraient la Manche pour trouver du boulot à Paris, les retraités français s'installeraient dans le Kent pour profiter du prix dérisoire des villas victoriennes en bord de mer et de la transformation du Sterling en monnaie de singe. Mais bon, on peut toujours rêver.

 

Pays de transit

 

Si Jeremy Corbin est désormais le boss du Labour, il n'est pas encore celui de Westminster et croissance et plein-emploi se conjuguent toujours en anglais (ou en allemand, d'ailleurs). Même les migrants s'en sont rendu compte, qui n'envisagent plus la France que comme un pays de transit vers des cieux plus cléments.

 

On les comprend. Quitte à échapper à la barbarie et à l'enfer, autant ne pas se retrouver au chômage dans une cité administrée par des dealers entre une voie de RER et une friche industrielle. C'est un peu le sort du héros de Dheepan, la magistrale Palme d'or de Jacques Audiard, dont tant de critiques ont détesté le réalisme apparemment trop cru.

 

Personnellement, je me sentirais plus à l'aise dans un pays resté désirable du point de vue des malheureux de la planète, qui préfèrent la perspective d'un job et d'un avenir à celle d'une inscription à Pôle Emploi avec le reste de la troupe. Les Le Pen et autres Wauquier peuvent dormir sur leurs deux oreilles : nos fameuses allocations, plus personne n'en veut.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
05.
Cancer : Non, on ne peut pas affamer les cellules malades, mais il est possible d’optimiser son alimentation
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
07.
Une directrice de collège alerte sur "l'hypersexualité" des élèves de 6e et de 5e
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
06.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 13/09/2015 - 16:16
Vive Corbyn
comme ça on entendra plus parler des travaillistes, sauf dans les reconstitutions historiques marxistes.
LIBERAL44
- 13/09/2015 - 11:46
@ganesha
Et en France le RSA, le RMI qui me sont pas comptes comme chômeurs ce ne sont pas des minions déguisés ? Une différence cependant : en France le bénéficiaire ne donne rien en échange, au RU et en Allemagne il travaille...
Ganesha
- 13/09/2015 - 10:38
Invasions Barbares
De l'humour certes, mais aussi une tentative de propagande et de désinformation : l'Angleterre commence à en avoir marre des ''Zéro Hour Contracts'', de la précarité absolue… Les prolétariats anglais et allemands sont par nature plus soumis que les français, mais, au bout de quarante ans de Thatcherisme, ''trop, c'est trop'' ! En Allemagne plus de 6 millions de ''minijobs'' à 450 euros par mois, 12 millions de pauvres, un taux plus élevé qu'en France. Tout cela correspond plus à la réalité quotidienne, que le ''swinging London'' des traders de la City ou qu'Angela qui livre notre continent aux invasions barbares !