En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 7 heures 27 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 8 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 10 heures 35 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 11 heures 21 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 12 heures 45 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 14 heures 8 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 14 heures 46 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 15 heures 4 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 15 heures 8 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 15 heures 9 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 8 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 10 heures 31 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 10 heures 40 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 11 heures 54 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 13 heures 49 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 15 heures 8 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 15 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 23 heures 38 min
Le Nettoyeur

Pourquoi les Grecs doivent voter "non" au référendum

Publié le 03 juillet 2015
On veut faire rembourser leurs dettes aux Grecs à titre d'exemple, mais le problème, c'est qu'ils n'y arriveront jamais. Car dans le cas d'un Etat, le forcer à restructurer ses dettes déprime son économie, ce qui veut dire qu'il n'arrive pas à générer les rentrées fiscales pour rembourser la dette. Donc ça ne sert absolument à rien.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On veut faire rembourser leurs dettes aux Grecs à titre d'exemple, mais le problème, c'est qu'ils n'y arriveront jamais. Car dans le cas d'un Etat, le forcer à restructurer ses dettes déprime son économie, ce qui veut dire qu'il n'arrive pas à générer les rentrées fiscales pour rembourser la dette. Donc ça ne sert absolument à rien.

Le gouvernement grec a décidé de soumettre le dernier accord avec l'Eurogroup à un référendum. C'est une bonne idée, et les Grecs doivent voter "non".

>>>>> A lire également : La crise grecque, dernier épisode d’une guerre luthériens contre catholiques ? Comment les divisions séculaires de l’Europe sont en train de reprendre le pas sur ce qui l’unissait depuis 1945

On veut faire rembourser leurs dettes aux Grecs. Le problème, c'est qu'ils n'y arriveront jamais. Dans le monde réel, lorsqu'une personne ou une entreprise ne peut pas rembourser ses dettes, on la restructure. Ce n'est jamais joyeux, mais c'est comme ça - quand on peut pas on peut pas.

C'est d'autant plus vrai dans le cas d'un Etat, où le forcer à restructurer ses dettes déprime son économie, ce qui veut dire qu'il n'arrive pas à générer les rentrées fiscales pour rembourser la dette. Donc ça ne sert absolument à rien.

On rétorquera qu'il faut faire rembourser leurs dettes aux Grecs, parce qu'ils se sont engagés, parce qu'ils sont irresponsables, parce qu'ils ont beaucoup de problèmes, parce qu'ils doivent réformer et que c'est le seul moyen de leur faire réformer.

Cet argument était peut être audible en 2009 ou en 2012. Aujourd'hui, ça fait 7 ans que les Grecs vivent l'équivalent d'une grande dépression. Jusqu'à quand faire souffrir un peuple dont presqu'aucun n'est individuellement responsable, juste pour renforcer un point moralisateur ?

Est-ce que la Grèce a encore besoin de réformes ? Oui, mais ça ne veut pas dire qu'on doit faire souffrir des millions de gens pour les forcer à le faire, au mépris de la démocratie et de la souveraineté. Et le gouvernement grec actuel n'a d'ailleurs jamais dit qu'il ne voulait faire aucune réforme, bien au contraire.

Et puis, surtout, aujourd'hui la Grèce a fait d'énormes progrès. Leur budget est en excédent primaire, c'est-à-dire que l'Etat arrive à se financer par l'impôt sans s'endetter si n'étaient les intérêts de la dette - la France aimerait pouvoir en dire autant. Les Grecs ont fait d'énormes progrès sur des sujets clés comme la corruption et la lutte contre la fraude fiscale.

Ce qui ne doit que renouveler la question : jusqu'à quand poursuivre dans cette lancée qui ne mène à rien et qui ne fait que faire souffrir des gens innocents ?

Un vote "non" ne garantira pas une sortie de crise. Mais il ouvrira une porte.

Car une chose est certaine : un vote "oui" garantit que la situation actuelle perdurera éternellement. Et elle ne peut plus durer.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gwirioné
- 04/07/2015 - 00:54
Et nous, et nous?
Entièrement d'accord. Et on supprime aussi toutes les dettes individuelles des Français. Ouais!
Anouman
- 03/07/2015 - 22:01
Dans le monde réel?
Dans le monde réel quand une entreprise est en cessation de paiement et qu'on ne peut la redresser on la liquide. Et c'est ce qu'il faudrait faire avec la Grèce la vendre aux plus offrants, avec ses dettes. Je suis certain qu'on trouverait preneur.
cloette
- 03/07/2015 - 19:22
S'ils votent oui
il n'y aura pas de cadeau car le Portugal et d'autres demanderaient la même chose , donc il y aura austérité et troubles et printemps grec , il vaut mieux que ce soit non pour que le grexit se fasse friendly