En direct
Best of
Best of du 5 au 11 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Il aime le "jeune Adolf", Goebbels et Auschwitz. Et comme c'est du rap…

05.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

06.

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

07.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Beatrice Dalle & Anthony Delon épousent des jeunesses; Julie Gayet & Francois H. s’engueulent en regardant le foot; Angelina veut pourrir la vie de Brad Pitt, Jade Hallyday commence à pourrir celle de sa mère; Yannick Noah fait ses besoins dehors

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Nous avons tué Dieu. Et un autre a pris sa place : jeune, vigoureux, conquérant.

03.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

04.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

05.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 1 heure 44 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 4 heures 25 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 6 heures 47 min
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Religion
Ite missa est

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Science
Grrrrr

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

il y a 8 heures 16 min
décryptage > Politique
Socle électoral

LFI / EELV-PS : qui a vraiment le vent en poupe pour 2022 ?

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, même défauts opérationnels majeurs

il y a 9 heures 5 min
pépites > Santé
Luttre contre le coronavirus
Covid-19 : Olivier Véran a détaillé la nouvelle stratégie du gouvernement
il y a 23 heures 5 min
pépites > Terrorisme
ONG Acted
Niger : l'Etat islamique revendique l'assassinat des six humanitaires français et de deux Nigériens
il y a 1 jour 9 min
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 2 heures 11 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 6 heures 35 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 6 heures 49 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 7 heures 37 min
décryptage > Economie
Crise sociale

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

il y a 8 heures 8 min
pépites > Economie
Chrysanthèmes
2.000 fleuristes ont fermé définitivement leur magasin depuis le début de la crise sanitaire
il y a 8 heures 24 min
décryptage > Politique
Faillite en vue ?

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

il y a 8 heures 52 min
Piqure
Le frelon asiatique envahit la Bretagne
il y a 9 heures 42 min
light > Media
Présentatrice du "13 heures" de France 2
Marie-Sophie Lacarrau va officiellement remplacer Jean-Pierre Pernaut au JT de 13h sur TF1
il y a 23 heures 32 min
pépites > Histoire
Education
Deux tiers des jeunes Américains ignorent l'existence de la Shoah
il y a 1 jour 32 min
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

Pourquoi la remontée des taux est une bonne nouvelle

Publié le 12 juin 2015
Les taux que doivent payer les Etats de la zone euro pour s'endetter sont en train d'augmenter, ce qui est un indicateur de la reprise économique, contrairement à ce qu'annoncent de nombreux économistes.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les taux que doivent payer les Etats de la zone euro pour s'endetter sont en train d'augmenter, ce qui est un indicateur de la reprise économique, contrairement à ce qu'annoncent de nombreux économistes.

Cette semaine, les taux souverains - les taux que doivent payer les Etats pour s'endetter - de la zone euro sont entrain d'augmenter.

N'est-ce pas une mauvaise nouvelle ?

Le mécanisme de fonctionnement des taux souverains, coin absolument obscur de la finance jusqu'à la crise de l'euro, semble vraiment plonger nos commentateurs économiques (et même pas mal de nos économistes) dans la confusion.

Au sommet de la crise, les commentateurs ne comprenaient pas comment les taux de pays comme la Grèce ou l'Espagne pouvaient être aussi élevés, et ceux de la France, pourtant hyper-endettée, rester aussi bas. Et ensuite, ils ne comprenaient pas pourquoi les taux de la France, malgré sa dette et sa dépense publique et ses impôts, restaient toujours aussi bas.

Aujourd'hui, ils ne comprennent pas pourquoi ils remontent.

Il y a deux choses à savoir.

En temps de crise, ce qui détermine les taux, c'est la souveraineté monétaire. Un pays qui peut imprimer sa propre monnaie aura toujours des taux bas, car il pourra imprimer de la monnaie pour rembourser ses obligations, ce qu'un pays non souverain ne pourra pas faire. Ce critère - essentiel - était toujours oublié par les commentateurs. La crise de l'euro a commencé lorsque la BCE a signalé qu'elle refuserait de rembourser les dettes de la Grèce, ce qui a fait planer un doute sur les pays périphériques. A contrario, personne n'a jamais douté que la France serait sauvée le cas échéant, car l'expulsion de la France de l'euro serait à coup sûr la fin de la monnaie.

Hors situation de crise, ce qui détermine les taux (avec l'inflation, mais l'inflation étant nulle en zone euro, ce critère peut être ignoré) c'est la situation économique globale. Le mécanisme est le suivant : en cas de marasme économique, les investisseurs ont peur de prendre des risques avec leur argent ; au contraire, ils cherchent des placements sûrs ; ils ont donc une forte demande pour les obligations d'Etat ; les taux baissent. A contrario, quand l'économie repart, les investisseurs veulent prendre des investissement plus risqués (donc à rendement plus élevés) ; l'Etat doit payer plus cher pour attirer de l'argent.

Une fois qu'on a compris cela, on a compris que les taux souverains ne sont pas un “jugement du marché” sur la “capacité d'un Etat à rembourser”, mais un baromètre économique. Et donc on ne peut réprimer une certaine hilarité lorsqu'on voit quelques commentateurs économiques.

Ceux qui, quand les taux étaient au plus bas, annonçaient une bonne nouvelle, alors qu'au contraire ça indiquait la profondeur de la récession. (Mais pas assez bonne pour emprunter et faire une politique de relance !)

Et ceux qui, au contraire, aujourd'hui, s'inquiètent de taux plus élevés, alors que c'est l'indicateur de la reprise.

Maintenant, vous savez. Rions ensemble.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires