En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

03.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

04.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

05.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

07.

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 7 min 52 sec
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 35 min 1 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 18 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 19 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 19 heures 56 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 21 heures 44 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 22 heures 52 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 23 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 1 jour 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 1 jour 14 heures
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 19 min 18 sec
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 1 heure 9 min
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 18 heures 34 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 19 heures 30 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 20 heures 32 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 22 heures 36 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 23 heures 15 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 1 jour 23 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 1 jour 14 heures
© Reuters
© Reuters
Politico scanner

Le retour, 2 mois après : ce que disent vraiment les sondages de l’impact Sarkozy sur la droite

Publié le 21 novembre 2014
Le positionnement idéologique de l'électorat de droite a contraint Nicolas Sarkozy à se focaliser sur sa frange plus droitière. Un revirement par rapport à son discours rassembleur initial, accentué par la double échéance électorale à laquelle il doit faire face : primaires UMP et élection présidentielle. Mais un stratagème qui, in fine, pourrait payer.
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le positionnement idéologique de l'électorat de droite a contraint Nicolas Sarkozy à se focaliser sur sa frange plus droitière. Un revirement par rapport à son discours rassembleur initial, accentué par la double échéance électorale à laquelle il doit faire face : primaires UMP et élection présidentielle. Mais un stratagème qui, in fine, pourrait payer.

 

Paysage idéologique de l'électorat de droite

Le centre de gravité idéologique de la droite s'est nettement déporté sur la droite ces dernières années. Pour preuve, à l'élection interne des courants à l'UMP, la droite forte, populaire et sociale de Laurent Wauquiez ont capitalisé à elles seules 2/3 des voix, reléguant très loin derrière, la France moderne et humaniste de Jean-Pierre Raffarin. Pourtant, ce dernier pouvait compter sur le soutien de très nombreux parlementaires. La droite "d'en bas" s'est donc fortement droitisée.

Cela est également perceptible à l'aune des enquêtes d'opinion qui montrent qu'un électeur de droite sur deux est favorable à des accords au niveau local avec le Front national, alors que ce niveau se situait entre 30 et 40% du temps du quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Alors que Nicolas Sarkozy n'avait pas annoncé son retour officiel en politique, les sympathisants de droite se prononçaient déjà à hauteur de 57% pour que ce dernier (en cas de retour) adopte une ligne politique "décomplexée", contre 34% en faveur d'une ligne "modérée".

 

Sondage Ifop pour Valeurs Actuelles Juin 2014 - Cliquez sur l'image pour agrandir

 

Nicolas Sarkozy, l'évolution de son positionnement politique et son impact sur la droite

Après les cafouillages et hésitations du début de campagne, il a fait le pari tardif de reprendre les intonations de l'entre-deux tours de la présidentielle 2012 : la ligne Guaino-Buisson, sans Patrick Buisson, cette fois-ci.

Les propositions et les discours étaient assez musclés dans les fédérations du Sud de la France (Toulon, Marseille et Nice). Dernier avatar de ce durcissement de la campagne : les propos tenus devant l'assemblée au meeting de "sens commum". Il prend le pari de répondre à la droitisation de son corps électoral, en sachant qu'il y a une forte pression de la part du Front national.

Sa première communication à la télévision s'axe sur une volonté de dépassement du clivage gauche-droite et d'un rassemblement large. Il a donc changé son fusil d'épaule en route. En bon animal politique, il a pris le poul de sa base militante et s'est rendu compte que son positionnement initial était en décalage avec les attentes. Un décalage d'autant plus marqué que Nicolas Sarkozy fonctionne un peu comme une marque : s'il est toujours largement en tête dans les enquêtes d'opinion auprès des sympathisants de droite concernant leur souhait pour 2017 (52% contre 33% pour Alain Juppé), c'est parce qu'il a satisfait la frange importante et majoritaire qui le soutient sur des thématiques comme la fête du vrai travail, la renégociation de Schengen, l'éloge des frontières, etc.

Sondage Ifop pour Ouest France Novembre 2014 - Cliquez sur l'image pour agrandir

 

Nicolas Sarkozy, la double course : primaires UMP et présidentielle

La correction de trajectoire a été opérée rapidement. Il est d'autant plus sur cette ligne, car contrairement à Alain Juppé, il a deux courses à mener de front.

La première, avec la présidence de l'UMP, qui se gagne à droite, comme une élection au congrès du PS se gagne à gauche. Il n'y a pas de secret. C'est la base militante qui le force à droitiser son discours. L'actualité de ce week end le confirme. Rien n'indique que dans son fort intérieur Nicolas Sarkozy était un farouche défenseur de l'abrogation de la loi Taubira, mais il y avait des militants à convaincre qui occupaient des positions très dures sur le sujet.

En même temps, il lui faut se positionner pour les primaires à la présidentielle de 2017, d'où son discours plus polissé lors de l'officialisation de son retour en politique sur le plateau télévisuel de France 2 du 21 septembre 2014. Il n'est question que de dépasser le clivage gauche - droite et rassembler au-delà de sa famille politique. Il oublie à ce moment là que la première formalité est d'être largement élu par les militants à la présidence de l'UMP. Des militants qui sont peut être même davantage à droite que ce dont il se souvenait.

 

Alain Juppé, un pari au centre assez hasardeux

Juppé s'adonne à un calcul différent, même si certaines de ces propositions sont assez droitière, malgré son image assez consensuelle. Témoin, son discours en matière économique concernant l'immigration. Mais l'habillage du discours est davantage modéré.

Le pari est assez hasardeux et peut surprendre. Nicolas Sarkozy souhaite d'abord rassembler son camp par la droite et élargir ensuite. C'est un peu l'idée de 1995 qui se rejoue, à l'époque entre Jacques Chirac et Edouard Balladur. Tout n'est pas transposable, mais certains ingrédients y sont : Nicolas Sarkozy, même s'il ne le voulait pas, reprend une position droitière, presque anti establishment, quand Alain Juppé serait dans une posture plus consensuelle, à la faveur des médias (cf. la couverture des Inrocks). L'histoire a toutefois montré qu'à chaque fois, c'est le tenant de la ligne politique la plus fidèle à son camps qui l'emporte.

Pourquoi Alain Juppé est-il tenté d'adresser des clins d'oeil au centre droit (le soutien de François Bayrou) et gauche (par exemple avec Manuel Valls et Emmanuel Macron) ? Il pense que la situation et configuration politiques sont en fait inédites : avec un Front national très haut dans les sondages et une gauche tombée en charpie. Le pari qui est le sien est de miser sur une situation nouvelle et inédite qui laisse à penser qu'il peut rassembler une partie de la droite, du centre et au-delà en jouant sur l'effondrement globalisé du paysage politique. En creux, il n'adresse rien d'autre comme message que le fait qu'il est un recours à une droite ultra droitière ou Marine Le Pen. Par ailleurs, Alain Juppé sait très bien que Nicolas Sarkozy n'est pas prenable sur son électorat de droite.

Habituellement, la stratégie d'Alain Juppé est une impasse assurée : si vous n'êtes pas maître de votre couloir politique, difficile de l'emporter auprès de vos sympathisants. Il est toutefois tout sauf sot. S'il adopte ce positionnement, c'est pour s'assurer une forme de cohérence avec son parcours et son image politique (impossible pour lui de singer Nicolas Sarkozy). Attention toutefois au discours des médias qui consiste à répéter que la primaire sera très ouverte à l'UMP, aux centristes et même aux socialistes, du fait d'une menace frontiste. En effet, les dernières primaires socialistes ont démontré que ce n'était pas le cas. La droite n'est pas allée voter aux primaires avec en tête des billards à quinze bandes pour déstabiliser le parti socialiste...

Une analyse objective, mais aussi une bonne dose de wishful thinking. Hasardeux et risqué. Mais au moins Alain Juppé a le mérite de la constance.

 

François Fillon, l'effet boomerang de son opposition à Nicolas Sarkozy

Il au départ LE challenger de Nicolas Sarkozy. Il essaie d'ailleur de le prendre sur le terrain de la réforme en durcissant sur le régalien : un Alain Juppé survitaminé en matière économique, mais pas de course à l'électorat de droitier de droite. Et ce jusqu'à l'été 2013.

Il observe toutefois qu'en dépit de la multiplication d'ouverture d'affaires à l'encontre de Nicolas Sarkozy, rien ne bouge dans les baromètres et il reste très loin de son ancien président de la République. Ce faisant, il décide de changer de posture : il tire à boulets rouge sur Nicolas Sarkozy et se permet une sortie sur le sectarisme au PS/FN, en assurant qu'il voterait pour le moins sectaire des deux. Une catastrophe pour lui à deux points de vue : il brise son passif en termes d'image et de parcours.

Il traîne quelque part comme un boulet le fait d'avoir accompagné Nicolas Sarkozy jusqu'au terme du quinquennat. Pour un électeur UMP lambda, ses sorties critiques sur Nicolas Sarkozy sont donc vécues comme un problème de crédibilité. Il est identifié comme celui qui crache dans la soupe. Quelque soit les efforts qu'il fournit, il ressort donc marqué du quinquennat. Ses attaques anti Nicolas Sarkozy lui sont revenues en pleine figure, en effet boomerang.

Deuxième élément de passif : son image d'homme d'Etat gaulliste, très carré sur son positionnement face au FN. Sa sortie FN/PS ne choque pas l'électeur de droite en tant que telle, ce qui le choque c'est que ce soit François Fillon qui le dise. On lui repproche alors son manque de colonne vertébrale politique. A partir de septembre, il décroche encore davantage dans les sondages pour la présidentielle 2017. Et c'est à ce moment là qu'Alain Juppé s'intercalle. Il reprend le créneau modéré anti Nicolas Sarkozy.

François Fillon est dans une fuite en avant droitière parce que le créneau modéré est pris, et le seul créneau possible est l'opposition frontale à Nicolas Sarkozy. D'où l'interprétation par certains que les propos supposés tenus à M. Jouyet soient plausibles, car son seul recours serait un désistement judiciaire de Nicolas Sarkozy.

Méthodologies des sondages

 

Ce document présente les résultats d’une étude réalisée par l’Ifop. Elle respecte fidèlement les principes scientifiques et déontologiques de l’enquête par sondage. Les enseignements qu’elle indique reflètent un état de l’opinion à l’instant de sa réalisation et non pas une prédiction.

Aucune publication totale ou partielle ne peut être faite sans l’accord exprès de l’Ifop.

 

Cliquez sur l'image pour agrandir

 

Cliquez sur l'image pour agrandir

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 25/11/2014 - 21:10
Droite
Ce n'est pas le retour de Sarkozy qui nous dit quelque chose sur la droite (qui est d'ailleurs un concept aussi creux que la gauche mais passons). C'est la droite qui nous dit quelque chose sur le retour de Sarkozy. Prêt comme en 2012 à raconter n'importe quoi pour se faire élire. Pas plus crédible qu'autrefois mais pourtant ça semble fonctionner (en tous cas auprès des militants). Dans ce pays le vrai problème n'est pas la qualité de la classe politique mais la qualité de l'électorat qui la met au pouvoir.
clclo
- 20/11/2014 - 21:03
et moi
je doute encore davantage de la sincerité de Juppé, Fillon, Lemaire and co

Leur energie très parcimonieuse lors de la campagne de 2012 est très révélatrice de leur contribution à tuer le Boss
jean-marc.fournier@oobien.com
- 20/11/2014 - 10:44
Je doute toujours de la sincérité de N.Sarkozy...
Nous l'avons déjà vu à l'oeuvre dans son précédant mandat. J'ai du mal à croire qu'il maintienne, une fois élu à la tête de l'Etat, ses propositions et les mette en place. La tentation, encore une fois, sera trop grande de copiner avec ses adversaires. Il nous considère, les modérés de droite, mais de droite quand même, comme captifs de son aura. Ni lui, ni Juppe ne sont à la hauteur de mes espérances et de besoins du pays. Pour moi, un ticket Le Maire et Mariton sera plus probant.