En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

07.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 15 heures 22 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 16 heures 31 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 17 heures 29 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 20 heures 2 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 20 heures 41 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 21 heures 51 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 22 heures 11 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 22 heures 29 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 22 heures 36 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 22 heures 55 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 16 heures 11 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 17 heures 10 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 17 heures 50 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 20 heures 13 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 21 heures 28 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 22 heures 2 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 22 heures 18 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 22 heures 30 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 22 heures 46 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 23 heures 6 min
Atlantico bourse

Pourquoi la dévaluation n'est pas la solution miracle à tous les maux de la zone euro

Publié le 10 novembre 2014
L’euro a baissé de 8% depuis ses plus hauts par rapport au dollar en quelques mois, ce qui donne une bouffée d’air économique appréciable. Néanmoins, l’impact positif d'une dévaluation massive serait réel mais plus limité que beaucoup l’espère.
Alain Pitous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’euro a baissé de 8% depuis ses plus hauts par rapport au dollar en quelques mois, ce qui donne une bouffée d’air économique appréciable. Néanmoins, l’impact positif d'une dévaluation massive serait réel mais plus limité que beaucoup l’espère.

Panne de croissance, chômage et endettement excessif… à tous ces maux, une des solutions miracles consisterait à dévaluer pour créer un choc de compétitivité : sortir de l’euro, recréer le franc et le dévaluer de 20% par exemple.

Le problème de cette solution est assez simple à comprendre : la création du franc et sa dévaluation immédiate arriveraient après la disparition ou la sortie de l’euro. Or cela provoquerait un désastre sur les marchés : explosion du marché obligataire (donc hausse des taux), effondrement de la valeur des actions du fait des sorties des investisseurs internationaux, ruée des particuliers pour sortir des capitaux de leur banque et récupérer des devises, arrêt de l’investissement des entreprises françaises et internationales en France, incapacité de l’Etat de faire face à ses engagements sociaux, arrêt de l’économie, perte massive de pouvoir d’achat.

Restons dans le cas où c’est simplement l’euro qui est "dévalué". Notons d’abord que l’euro a baissé de 8% depuis ses plus hauts par rapport au dollar en quelques mois, ce qui nous donne déjà une bouffée d’air économique appréciable.

L’impact positif est réel mais plus limité que beaucoup l’espère.

Un euro à 1,24 contre le dollar profite à nos entreprises exportatrices qui peuvent regonfler leurs marges et rentrer dans un cercle vertueux d’investissements et d’embauches.

Hélas, la désindustrialisation de la France limite l’impact positif sur l’ensemble de l’économie française. En effet, la France compte finalement peu d’entreprises exportatrices et la compétitivité de la France ayant baissé dans beaucoup de domaine, une baisse des prix de quelques pourcent ne suffit pas à améliorer véritablement la situation. La baisse mesurée vécue actuellement est donc salutaire mais n’exonérera pas la France de profondes évolutions pour réellement sortir du marasme actuel.

La BCE doit elle tenter de mettre en œuvre des mesures "à la japonaise" pour faire baisser l’euro plus fortement ?

Les Japonais ont mis en œuvre des injections massives de liquidités qui ont pour but de faire baisser le yen et relancer l’économie. Mise en œuvre depuis 2012, cette politique n’a pas pour le moment porté ses fruits : les effets négatifs de la dévaluation du yen sont apparus rapidement. Les consommateurs japonais dont les gains salariaux ont été absorbés par le renchérissement des importations et par des hausses de taxes ont finalement vu leur pouvoir d’achat baisser ! L’inverse de ce qui était recherché.

Inutile de dire que cet exemple n’est pas suffisamment probant pour que la BCE s’aventure dans une politique du même genre.

Tout au plus peut-on envisager une poursuite de la politique menée actuellement.

En fait, la méthode "allemande" est mise en œuvre : comme dans les années 70 en Allemagne, c’est la stabilité de l’euro qui est privilégiée. Si on en juge par les résultats à l’époque, cette politique a été pertinente, l’Allemagne a nettement mieux traversé les chocs pétroliers que la France et ses multiples dévaluations.

De plus, les "guerres des changes" par les incertitudes qu’elles génèrent conduisent à des tensions sur le plan économique et freinent les investissements. La BCE ne s’engagera pas sur cette voie.

Le problème français ne sera donc pas résolu par un choc de dévaluation seul mais aussi par des efforts et des réformes visant à rétablir la compétitivité globale de l’économie française.

Enfin, n’oublions pas que pour l’épargnant, une dévaluation massive est une catastrophe. Sans aller jusqu’à un retour au Franc qui conduirait à une baisse de 30 à 40% de l’épargne constituée, une baisse massive de l’euro conduirait à une perte de pouvoir d’achat équivalente de l’ensemble de l’épargne des Européens… et comme les Français sont de grands épargnants, ils seraient les plus pénalisés.

Finalement, la politique menée actuellement par la BCE est à la fois la plus réaliste et la plus raisonnable pour l’économie et l’épargne des Européens.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 12/11/2014 - 01:15
Egoïsme à Courte Vue
Une bonne partie des lecteurs et des commentateurs d'Atlantico sont des retraités, ils ont des loisirs... Cet article leur est destiné, et le message est tout à fait explicite : ''si vous votez pour Marine Le Pen, vous serez ruinés''! D'abord, Marine nous a bien expliqué ici que sa venue au pouvoir ne signifierait en aucun cas le passage immédiat au Franc. Mais plutôt dans une négociation avec nos partenaires européens sur la façon de sortir du désastre catastrophique pour tout le continent où a mené la politique absurde du couple Merkel-Barroso ! Vous ne sortez presque plus jamais de chez vous, mais, au moins, regardez-vous de temps en temps par la fenêtre (ou la télé) ce qui se passe au dehors ? Vous êtes égoïstes et avares pour vos petites économies, c'est assez naturel. Mais vous avez des enfants ! Que la France et l'Europe s'effondrent, cela n'a vraiment aucune importance, du moment que vous passiez les quelques années qui vous restent à vivre dans le plus complet immobilisme ? Le spectacle qu'offre actuellement l'UMP : Copé disparu, Fillon qui s'adresse à un traitre UMPS pour assasiner Sarko : ce sont sur ces crétins là que vous comptez pour redresser votre pays ?
vangog
- 12/11/2014 - 00:52
@Alain Pitous Les effets négatifs ne l'emporteront sur
les effets positifs, qu'en cas de crise de confiance dans la nouvelle monnaie. Si les investisseurs, au vu des premières réformes de Marine Le Pen, estiment qu'elle a des chances de reindustrialiser progressivement la France, de la remettre au travail et de combattre toutes les inégalités créés par la gauche (UMP et UDI inclus) et qui sont de multiples freins à la croissance, alors, les investisseurs retrouveront le chemin de la France, la consommation en berne repartira, les PME et TPE retrouveront leurs marges et réemployeront...
Si vous préférez continuer à vous enfoncer dans les sables mouvants gauchistes, sans réagir, libre-à-vous, mais n'entrainez pas la France avec vous!
La valeur d'une monnaie n'est pas dépendante de son évaluation par rapport au marché, mais de la confiance qu'inspirent ses dirigeants. Notre monnaie, l'Euro, malgré sa chute provisoire (en attendant le prochain QE américain...), est faussement évaluée, sur la base du Mark, et cette surévaluation, ainsi que notre dépendance à notre garant allemand, sont très préjudiciables à la croissance. Voilà pourquoi les investisseurs quittent la France! Combien de temps croyez-vous que tiendra la France?...
AlainPitous
- 11/11/2014 - 17:17
Rien à faire ...
Effectivement je partage votre remarque : elles indiquent aussi que les solutions "toutes faites" ou "importées" ne peuvent pas s'appliquer systématiquement en France.
En tout cas je pense vraiment que la France n'est pas actuellement en mesure de supporter un double choc : sortie de l'Euro, création du Franc avec dévaluation immédiate. Les effets négatifs l'emportent largement sur des bénéfices hypothétiques étant donné que moins de 300000 entreprises exportent en France, l'effet compétitivité serait quasi nul à l'échelle de la France. Par contre le prix des matières importées exploserait, l'épargne serait sanctionnée et le cout de la dette exploserait (à moins que l'on décide de ne pas rembourser !)
Merci en tout cas pour votre commentaire "Outre-Vosges".