En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Le Nettoyeur
Deux vérités sur les agences de notation et la dette de la France
Publié le 19 septembre 2014
L’agence de notation Moody’s aurait informé hier matin le gouvernement de la dégradation de la note française, qui passerait de Aa1 à Aa2, selon le journal de "l’Opinion".
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’agence de notation Moody’s aurait informé hier matin le gouvernement de la dégradation de la note française, qui passerait de Aa1 à Aa2, selon le journal de "l’Opinion".

Certains disent que l'agence Moody's risque de dégrader encore une fois la note de la France. On a posé la question à François Hollande lors de sa dernière conférence de presse et il a donné la bonne réponse : il ne faut pas s'en inquiéter, parce que les taux d'emprunts de la France sont au plus bas.

Beaucoup de mythes circulent à ce sujet, et il est bon de les dissiper. C'est ce à quoi je vais m'évertuer ici.

Mythe N°1 : les notes des agences de notation ont une importance sur la dette

Non, c'est faux. Comme je l'expliquais déjà la première fois que la France a perdu son AAA, les agences de notation n'ont aucune espèce d'importance. C'est un fait universellement constaté : de fait, il n'y a pas de corrélation entre les pertes de notes des taux souverains et les taux d'emprunts des Etats. C'était déjà le cas pour les Etats-Unis, ça a été le cas du Japon pendant plus d'une décennie, et ce fut le cas de la France.

Et encore heureux : les agences de notation n'ont, après tout, qu'accès aux mêmes données que tous les autres. Sur un marché comme le marché de dette souveraine, il y a des milliers d'acteurs. Tous ces acteurs ont aussi accès aux mêmes données sur la solvabilité (ou non) d'un emprunteur. Il n'y a aucune raison pour qu'un acteur ait plus d'influence qu'un autre. Les centaines d'acteurs financiers qui, tous les jours, achètent et vendent de la dette souveraine ont eux-mêmes leurs équipes d'analyse crédit tout aussi compétentes que celles des agences de notation. Les agences de notations ne font qu'exprimer une opinion parmi des millions d'autres. Moi, ici, j'exprime une opinion. C'est peut être intéressant pour vous. Mais il n'y a aucune raison que ça fasse bouger les marchés.

Pourquoi tant d'importance accordée aux agences de notation, alors ?

En partie, c'est du plus pur flan médiatique : le vrai business des agences de notation, c'est la notation de la dette des entreprises privées ; là, elles peuvent parfois avoir une utilité, parce qu'elles ont parfois accès à des données que n'ont pas le reste du marché et donc leurs notes transmettent de la vraie information. C'est aussi là qu'elles gagnent leur argent. Pour les agences de notation, noter la France ou l'Allemagne ou les Etats-Unis, c'est de la pure com : personne ne parlera de la note d'un fabricant de tracteurs du Midwest, mais dégrader la note des Etats-Unis, comme l'a fait Standard & Poor's, ça fait parler dans la presse (même si ça n'a aucun impact sur les marchés).

En partie, c'est parce que les agences de notation sont un oligopole. Les réglementations imposent un rôle aux agences de notation, puisque certains acteurs réglementés ne peuvent détenir certains actifs que dans une quantité déterminée en fonction de leur note. C'est ça qui crée l'importance des agences de notation, qui sinon ne serait qu'un analyste parmi d'autres. Ce rôle n'a pas de raison d'exister, mais il existe.

Mythe N°2 : la France a des taux faibles à cause de la BCE / C'est bien que la France ait des taux faibles

Il s'agit de deux mythes, mais pour les dissiper il faut les prendre ensemble, ce que je fais. On entend parfois que la seule raison pour laquelle la France a des taux d'emprunts faibles, c'est parce que la BCE fait tourner la planche à billets.

C'est faux. A part dans une situation de panique, comme on a pu voir sur la Grèce, où la BCE peut avoir un rôle stabilisateur, ce n'est pas la BCE qui décide les taux d'emprunt. Comment en être sûr ? C'est constaté : aux Etats-Unis, à chaque fois que la Banque centrale a annoncé des nouveaux emprunts, les taux souverains des Etats-Unis ont augmenté, ils n'ont pas baissé.

Quel est le mécanisme ? Voici la réponse : ce qui détermine la valeur des taux souverains (hors contexte d'inflation ou de panique), c'est la santé de l'économie. Le mécanisme est le suivant : si le marché pense que l'économie va bien aller, les investisseurs préfèrent mettre leur argent dans des actifs à risque, en attendant un rendement plus élevé. Pour pouvoir emprunter, les Etats doivent donc proposer un taux plus élevé pour attirer les investisseurs.

A contrario, si le marché pense que l'économie va mal, ils préfèrent se réfugier sur des actifs sûrs, à commencer par la dette souveraine ; les taux baissent donc.

C'est pour ça que les achats de dette par la Fed ont fait augmenter les taux américains : comme la Fed montrait sa volonté de stimuler l'économie, le marché a eu une vision plus optimiste de l'avenir et a donc demandé des taux plus importants.

Les taux si faibles de la France sont donc le signe d'une profonde maladie : tout le monde pense que la France va mal et va aller mal, et donc a peur d'investir dans autre chose que des emprunts d'Etat.

Ca montre aussi que la “planche à billets” de la BCE, loin de tourner en sur-régime, tourne en sous-régime. Il y a un seul moyen, très simple, de savoir si la quantité de monnaie dans l'économie est trop importante : y a-t-il de l'inflation ? C'est axiomatique : s'il n'y a pas d'inflation, c'est qu'il n'y a pas de sur-quantité de monnaie. Or, dans la zone euro, il n'y a pas d'inflation du tout - ni de croissance. Ça veut dire que la quantité de monnaie est insuffisante.

Bref : ça ne va pas bien. Vous le saviez déjà. Mais les raisons ne sont peut-être pas celles que vous croyiez. Maintenant vous savez.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
04.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
05.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
06.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
07.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
Déjà 10 ans de croissance record aux Etats-Unis : voilà les erreurs françaises et européennes qui nous en ont privé
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
SOS partis disparus : quand la démocratie française s’abîme dans une crise d’immaturité collective
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
06.
La droite après Les Républicains
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 21/09/2014 - 23:57
Pas mal raisonné!
On pourrait dire aussi que les taux d'intérêt sont une affaire d'offre et de demande. Peu de demandes d'emprunts privés, mais grosse offre d'emprunts obligataires= faibles taux d'emprunt...