En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

03.

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

04.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

07.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Justice
"Dépression sévère"
Julian Assange serait confronté à des tendances suicidaires suite à son emprisonnement
il y a 10 heures 33 min
pépites > France
Prévention du risque
Incendie de Lubrizol à Rouen : un appel à manifester a été lancé pour ce samedi 26 septembre
il y a 13 heures 8 min
décryptage > Culture
Série télévisée

Grand Hôtel : ces riches qu’on adore détester sur TF1

il y a 14 heures 20 min
pépite vidéo > Europe
Mauvaise surprise
Brexit : vers une fermetures de comptes bancaires pour les Britanniques au sein de l'UE ?
il y a 16 heures 57 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

il y a 17 heures 14 min
light > Justice
Internet
Harcèlement en ligne : le YouTubeur français Marvel Fitness condamné et incarcéré
il y a 17 heures 24 min
décryptage > Environnement
Climate week

Emission de CO2 : à calculs irrationnels, conclusions (volontairement) biaisées

il y a 18 heures 4 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : début de saturation dans certains services hospitaliers en Île-de-France
il y a 18 heures 22 min
pépites > Santé
Fragiles
Emmanuel Macron dans un Ehpad du Loir-et-Cher
il y a 18 heures 44 min
pépites > Terrorisme
Danger immédiat
Menacée : une collaboratrice de Charlie Hebdo obligée de quitter son domicile
il y a 19 heures 5 min
pépite vidéo > Politique
LFI
Jean-Luc Mélenchon se félicite de la "créolisation" au coeur de la société française
il y a 12 heures 12 min
light > Justice
FFR
Bernard Laporte et Mohed Altrad ont été placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour conflit d'intérêts
il y a 13 heures 32 min
pépites > Société
Religion
Le Vatican condamne à nouveau toutes les formes d'euthanasie et de suicide assisté
il y a 16 heures 5 min
pépites > Justice
Business
Airbnb : la justice européenne valide la législation française sur la location de résidences secondaires
il y a 17 heures 5 min
décryptage > Politique
LREM (La République en Miettes)

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

il y a 17 heures 23 min
décryptage > Mode
Impact du confinement

Fahion week de Milan : la mode est en train d'opérer un grand virage

il y a 17 heures 47 min
décryptage > Société
Vie en société

Sos civilité : le Coronavirus a malmené les bonnes manières. Voilà pourquoi nous avons besoin de les sauver

il y a 18 heures 20 min
décryptage > Politique
Naufrage de LREM

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

il y a 18 heures 34 min
décryptage > Justice
Justice

Réforme de l’ENM : les ambitions à la baisse d’Eric Dupond-Moretti

il y a 18 heures 57 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bridgestone : tout le monde ment et l’État paie très cher pour faciliter le mensonge partagé

il y a 20 heures 12 min
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

Démission d'Arnaud Montebourg : la France déclare forfait face à l'Allemagne

Publié le 29 août 2014
Arnaud Montebourg n'a pas eu raison sur tout, loin de là, mais il a su mettre le doigt sur l'une des causes de nos problèmes : l'austérité budgétaire et monétaire imposée depuis l'Allemagne.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Montebourg n'a pas eu raison sur tout, loin de là, mais il a su mettre le doigt sur l'une des causes de nos problèmes : l'austérité budgétaire et monétaire imposée depuis l'Allemagne.

L'Allemagne n'a même pas eu besoin d'envahir. C'est la conclusion un peu acide mais pas injustifiée qu'on pourrait tirer de ce qui est arrivé au gouvernement cette semaine.

Qu'Arnaud Montebourg critique la politique d'austérité budgétaire et monétaire imposée par Francfort et Berlin, et c'est tout le gouvernement qui démissionne. Montebourg est immédiatement congédié comme un malpropre, et est remplacé par une caricature de jeune technocrate (nous y reviendrons).

Evidemment, pour Arnaud Montebourg, le calcul politique est évident. Son passage à Bercy rajoute une ligne à son CV qui le rend présidentiable. Pour le meilleur et pour le pire, il a montré très clairement quelle serait sa “ligne” directrice comme président : un volontarisme économique corporatiste “à l'ancienne”, avec l'Etat comme chef d'orchestre de grands groupes industriels. Le gouvernement est carbonisé, et Montebourg n'a plus qu'à perdre en y restant. En critiquant le gouvernement par la gauche, il s'allie à la gauche de la gauche qui a toujours été son camp, et s'ouvre le chemin le plus honoré vers l'Elysée pour un socialiste, en commençant par prendre le PS par la gauche. En partant avec éclat, il est fidèle à son image, et celle d'homme d'Etat qu'il veut se donner. Il se pose comme le recours du PS en cas de défaite cinglante en 2017 (surtout si François Hollande n'est pas au second tour).

Arnaud Montebourg a été un ministre spectaculairement incompétent, et sa compréhension de l'économie est d'une ignorance encyclopédique. De plus, les nombreuses péripéties qui jalonnent son parcours, ainsi que l'idée très clairement exaltée qu'il a de lui-même, mènent à s'inquiéter sérieusement de sa capacité psychologique à exercer des responsabilités importantes. Ce serait un désastre s'il devenait un jour président de la République.

Cela dit, les crises ont cela de particulier que c'est souvent les prophètes, ceux qui ont tort sur presque tout, qui ont aussi raison sur le problème le plus important de la crise, problème que les gens si raisonnables ne peuvent concevoir, puisque c'est leur raisonnabilité qui a mené à la crise. Les Churchill et les de Gaulle étaient des fous jusqu'à ce que les événements leur donnent raison. (Ce qui ne veut pas dire que tous ceux à qui les événements donnent raison sont un de Gaulle ou un Churchill...)

Et Montebourg a raison sur le point essentiel de notre crise présente : l'austérité budgétaire et monétaire imposée depuis l'Allemagne. Et il est absolument estomaquant que la République française laisse sa politique imposer depuis l'étranger. Et il est désastreux et désespérant qu'une remise en question de cette doxa destructrice mène à la chute d'un gouvernement.

Ce qui nous amène donc au personnage d'Emmanuel Macron, qui symbolise tout autant que Montebourg la maladie française. Montebourg, c'est le socialisme à l'ancienne, des grands groupes industriels dirigés depuis Bercy. Macron, c'est le socialisme moderne, de Bercy dirigé depuis les grands groupes financiers. Les études brillantes, l'ENA, l'inspection des finances, Rothschild, puis l'Elysée : c'est ce moule de l'élite française qui crée le corporatisme qui étouffe l'économie française.

La nomination de Macron, c'est un signal de François Hollande de la ligne “libérale” ou “social-libérale” du gouvernement. Si seulement !

Ceci oublie deux choses : premièrement, les “réformes de structure” dont on parle tant n'apporteront aucun effet dans un contexte de marasme économique provoqué par un bridage de la demande par la politique budgétaire et monétaire ; deuxièmement, la politique du gouvernement n'est qu'un liberalisme de façade, qui n'effectue aucune des réformes de profondeur dont le pays a besoin.

L'avenir est donc parfaitement prévisible : le président mènera sa politique “libérale”, qui ne changera rien au chômage et à la croissance ; et après, on nous dira “Vous voyez, le libéralisme, on a essayé, ça n'a pas marché.”

Et, toujours, rien ne changera.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 29/08/2014 - 20:11
La Question
De la poule et de l' oeuf . Les réformes structurelles indispensables pour faire synergie doivent être faites avant , pendant , ou après une inflexion monetaire ? . Les Teutons ont compris qu' avec nos bobos du 7° arrondissement , ce sera jamais !
quesako
- 29/08/2014 - 19:30
La Terre entière a tord, seule la France a raison !
Et un article de plus qui met en cause l' Europe (où d'ailleurs le chômage diminue) ! Mais ces discours vont toujours dans le "sens du poil" du "béret basque /baguette". C'est ce genre de discours qui déculpabilise la politique économique abérante du FN de MLP/Philippot. Mais c'est peut-être voulu, comme à Mediapart on n'a jamais des articles qui donnent raison à Sarkozy (ni à Juppé d'ailleurs !)
Fredja
- 29/08/2014 - 15:58
Pourquoi toujours les autres ?
Que l'Europe mène une politique monétaire qui n'est pas brillante, soit. On voit le résultat : la zone euro est complètement à la rue, comparée aux autres économies mondiales. Mais par contre, la France doit d'abord balayer devant sa porte, et faire les réformes de structure. Je ne partage pas l'avis de l'auteur, qui précise que les réformes structurelles ne porteront pas leurs fruits en période de marasme. C'est précisément ce que font les entreprises quand elles sont dans une situation délicate, sur un marché saturé : elles restructurent (ah ! Ca, ça fait hurler les gauchos). Au niveau d'un pays, cela signifie bien arrêter de remplacer les départs en retraite des fonctionnaires, supprimer le statut de fonctionnaire sauf pour les fonctions régaliennes, pousser l'age de départ à la retraite à 62 ans pour TOUT le monde, y compris les régimes spéciaux... Ca m'étonnerait que des mesures comme ça ne fassent pas d'effet, même dans le contexte actuel. Et si l'Europe se décide enfin à changer le mandat de la BCE pour qu'elle modère l'inflation ET le chômage, cela ne pourra qu'accélérer le redressement... Mais ça, c'était dans mes rêves !