En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 2 heures 37 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 3 heures 57 min
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 5 heures 12 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 5 heures 49 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 8 heures 8 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 8 heures 55 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 9 heures 37 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 10 heures 17 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 10 heures 18 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 10 heures 19 min
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 3 heures 22 min
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 4 heures 32 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 5 heures 39 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 7 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 8 heures 46 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 9 heures 8 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 9 heures 52 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 10 heures 17 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 10 heures 19 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 10 heures 19 min
Atomes crochus

Dis-moi tes affinités géopolitiques, je te dirai pour qui tu votes

Publié le 30 juillet 2014
L'actualité internationale fourmille de prétextes à débats enflammés : les Israéliens en font-ils trop à Gaza ou se trouvent-ils en état de légitime défense ? Vladimir Poutine est-il à condamner sur toute la ligne, ou a-t-il tout de même certaines qualités ? Bien souvent l'opinion que l'on a de ces sujets est fortement influencée par ses propres affinités politiques.
Jérôme Sainte-Marie est président de la société d'enquête et de conseils PollingVox. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Sainte-Marie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Sainte-Marie est président de la société d'enquête et de conseils PollingVox. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'actualité internationale fourmille de prétextes à débats enflammés : les Israéliens en font-ils trop à Gaza ou se trouvent-ils en état de légitime défense ? Vladimir Poutine est-il à condamner sur toute la ligne, ou a-t-il tout de même certaines qualités ? Bien souvent l'opinion que l'on a de ces sujets est fortement influencée par ses propres affinités politiques.

Source : sondage Ifop pour le Figaro, juillet 2014

 

Atlantico : La gauche française est traditionnellement vue comme favorable à la cause palestinienne, ce qui se vérifierait moins à droite. D'où les tropismes "pro-palestinien" et "pro-israélien" viennent-ils, et pourquoi le premier est-il associé à la gauche, et le second à la droite ?

Jérôme Sainte-Marie : A l’origine, et jusqu’au début des années 60, seul le point de vue pro-israélien prévaut dans l’opinion française, avec en outre, mais seulement jusqu’en 1958, une alliance stratégique entre la France et Israël. Le socialiste Guy Mollet est celui qui incarne le mieux cette orientation, faite d’une opposition commune au nationalisme arabe et d’une admiration profonde pour le modèle de société initié par les travaillistes israélien. Les élites socialistes n’ont jamais vraiment rompu avec cet imaginaire, où le jeu d’une autre composante, celle de la mauvaise conscience historique, est allé croissant. Seulement, avec l’acceptation par l’OLP des accords d’Oslo d’une part, la dynamique de colonisation d’autre part, les sympathisants de gauche ont, eux, emprunté un autre chemin. Le sondage de l’IFOP le montre, après tant d’autres, les électeurs de premier tour de François Hollande sont assez proches de ceux de Jean-Luc Mélenchon sur ce dossier : si, comme le reste des Français, la plupart ne veulent pas choisir un camp, 24% ont plutôt de la sympathie pour Israël, contre seulement 8% pour les Palestiniens. Les proportions peuvent varier selon l’actualité, mais il demeure une contradiction constante entre les valeurs de gauche et ce qui est perçu de la politique israélienne. A l’inverse, à droite, alors que certains de ses leaders, comme Jacques Chirac, ont pu manifester une certaine compréhension pour les positions arabes, à la base on s’identifie davantage aux Israéliens, notamment dans le cadre du conflit face à l’islamisme. Autre constance, assez parlante, le penchant pro-israélien affirmé des sympathisants du Front national : à l’évidence, le cadre d’interprétation est ici celui de la guerre d’Algérie, comme d’ailleurs à l’extrême-gauche, mais avec une conséquence symétriquement opposée.

Source : sondage Ifop pour le Figaro, juillet 2014

 

71 % des Français disent ne soutenir aucun des deux camps. Aurait-on tendance à exagérer le phénomène "d'importation" du conflit  israélo-palestinien en France ?

C’est un cas d’école pour l’étude de l’opinion : les chiffres globaux n’ont pas une grande signification, dans la mesure où ils agrègent des points de vue très informés, souvent passionnés, voire identitaires, avec des avis qui ne sont guère plus qu’une réponse à un questionnaire. D’un côté nous trouvons des personnes qui considèrent que ce conflit pose des problèmes politiques essentiels, sur place mais aussi sur la politique étrangère française, de l’autre une large part de l’opinion qui se prononce d’autant moins facilement qu’elle constate l’incandescence des passions de ceux qui s’expriment sur le sujet. Il y a aussi une certaine timidité des interviewés redoutant, en exprimant une préférence, de subir une forme d’opprobe moral, par l’introduction dans le débat des thèmes du racisme et de l’antisémitisme. Au final, le débat existe dans l’opinion française, et de manière très significative pour un problème où l’implication de la France est assez faible. Le principal risque quant à cette prétendue "importation" serait de le traiter sur un axe essentiellement religieux, en minorant sa dimension politique.

Source : sondage BVA pour Le Parisien Aujourd'hui en France, janvier 2014

Si Vladimir Poutine est globalement assez mal vu en France, on constate que l'hostilité à son endroit est tout de même plus marquée chez les sympathisants de gauche. A quoi cela est-il dû ? Son caractère fait-il échos au mythe de "l'homme fort", ou "providentiel", cher à la droite ?

A tort ou à raison, Vladimir Poutine incarne toujours davantage un modèle de société fermée, hiérarchique et peu tolérante. En conséquence, même s’il s’oppose à l’Occident sur plusieurs dossiers internationaux, il connaît une moindre détestation à  droite qu’à gauche. De manière significative, les sympathisants du Front national rejoignent leurs dirigeants sur ce point, en étant les plus compréhensif à l’égard du président russe. Il y a donc une lecture politiquement évidente par l’opinion française de l’action et du style Poutine. Ce qui est plus intéressant est de constater la faible attractivité : voici qui incite à nuance le désir d’autorité si souvent prêté aux Français. La "verticale du pouvoir" a peu d’adeptes ici, où le compromis républicain demeure la référence.

Source : sondage Ifop pour Le Figaro, septembre 2013

Lorsqu'il avait été question d'une intervention en Syrie par les Occidentaux en 2013, on a constaté que les sympathisants de gauche y étaient nettement plus favorables que ceux de droite. La gauche n'étant pas "va-t-en-guerre" par nature, où se trouvait la raison profonde de cette adhésion ?

Il faut être très prudent, car le libellé de la question incluait longtemps l’idée d’une intervention sous pavillon de l’ONU. Or, les Français en général, et les sympathisants de gauche en particulier, sont attachés au respect de la légalité internationale, ce que la crise de 2003 avec les Etats-Unis a encore renforcé. De plus, le pouvoir, et notamment Laurent Fabius, a joué un rôle prescripteur important chez les sympathisants de gauche. Ceci a volé en éclat lorsque les Français ont compris que le Conseil de sécurité ne cautionnerait pas une telle intervention, qui serait alors celle des Occidentaux. Leur réaction a été aussitôt de retirer leur soutien à ce projet, ce que les images des exactions de certains groupes de rebelles ont ensuite amplifié.

Source : sondage BVA pour Le Parisien Aujourd'hui en France, janvier 2013

A l'inverse, l'intervention française au Mali a été soutenue de manière à peu près équivalente par tous les bords politiques. Qu'est-ce que cette indifférenciation sur ce dossier traduit des préoccupations profondes des Français ?

Le dossier semblait simple, l’intervention rapide, massive et apparemment efficace, ce qui a coupé court au débat. De plus, il y a une accoutumance de l’opinion française aux interventions militaires dans les anciennes colonies africaines. Enfin, les formes juridiques paraissaient respectées, avec une demande officielle formulée par le pouvoir malien. Nous étions alors dans un tout autre schéma que celui d’une intervention, sur le modèle de celle menée il y a onze ans par MM. Bush et Blair, pour renverser un régime en place.

Source : sondage Ifop pour Version Femina, août 2008

Les Etats-Unis, principale force d'intervention dans le monde, et notamment en Irak en 2008, suscitaient davantage de sympathies à droite qu'à gauche. Qu'est-ce que cela traduit des mentalités de part et d'autre ? Et pourquoi le FN fait-il figure d'exception à droite, en étant le plus critique vis-à-vis des Américains ?

L’image des Etats-Unis demeure façonnée chez de nombreux français, notamment ceux de plus de 45 ans, par la Guerre froide. Chez beaucoup à droite, au centre, et dans une bonne partie de la gauche, ils apparaissaient comme le recours indispensable face à la menace soviétique. Le gaullisme apparaît comme une nuance à cette image, et non comme une opposition frontale. Seul les 25% de Français influencés politiquement par le communisme s’inscrivaient dans une autre lecture. Il en reste des traces culturelles, mais il est tout à fait tendancieux de faire croire à un anti-américanisme majoritaire en France. Du côté du Front national, c’est comme souvent très compliqué, car parmi ses adhérents existent des courants idéologiques très différents les uns des autres, certains refusant violemment le "mondialisme" qu’ils imputent aux Américains, comme parmi ses électeurs, avec des strates successives apportant des cultures politiques diverses.

Au vu de ces différents résultats, selon que l'on est de gauche ou de droite en France à quelles causes est-on amené à donner son soutien ou, au contraire, à s'opposer ? Finalement, l'internationalisme a-t-il une couleur politique ?

L’internationalisme est une notion aujourd’hui très problématique. Ses défenseurs traditionnels, à gauche, sont souvent mal à l’aise avec la mondialisation libérale. Il n’y a plus la vision d’une solidarité sociale se jouant des frontières. A l’inverse, les abandons de souveraineté sont vécus comme profitant d’abord aux détenteurs de capitaux, économiques ou culturels. Enfin, le caractère multipolaire des relations internationales rend difficile l’identification à un camp ou à un autre. C’est une question intéressante, car la force politique qui sera capable de construire une relation logique entre des valeurs internationales et la défense des intérêts et valeurs français aura emporté une victoire stratégique décisive.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 31/07/2014 - 21:16
Concernant la Russie
1 - le communisme, dont Moscou était La Mecque (siège de l'internationale communiste Komintern) est mort et le cadavre de Lénine est soigneusement camouflé lors des cérémonies sur la Place Rouge (ou belle place, l'adjectif krasnii signifiant les deux, beau ou rouge)
2- La Russie est redevenue chrétienne pratiquante, y compris Poutine et Medvedev, elle a rebâti ses églises ou les a restaurées. Elle a renoué avec son passé impérial et réhabilité les généraux de l'Armée Blanche dont l'amiral Kolchak.
3- entre deux empires, les USA et la Russie, la seconde est plus proche de nous et elle a participé, jusqu'à 1917, à notre Histoire et à nos conflits, depuis les Congrès de Vienne, la marquise de Ségur née Rostopchine, Alexandre III qui a son pont à Paris et l'alliance franco-russe qui fut une réussite de la politique étrangère de la III° république.
Nous avons tort de privilégier les USA à la Russie et nous nous en mordrons les doigts dans peu de temps.
Benino
- 31/07/2014 - 09:52
L'occasion manquee
Quand le rideau de fer est tombe l'occident a rate ses chances de faire un grand Empire Occidental avec les naufrages de l'URSS.
Mitterand n'avait rien vu, comme DAB il avait tout faux. Les ricains ont une intelligence politique infantile. Tous ces nains qui aujourd'hui bavassent entre pro Poutine et anti Poutine feraient mieux de se taire et de réfléchir : entre une Amérique décadente, une Chine conquérante, un Islam ravageur, n'est il pas temps d'arrêter les bêtises et de créer, avec la Russie, la super puissance qui mettra tous les cons d'accord ?
Anguerrand
- 31/07/2014 - 08:09
À vangog
Auriez vous honte de la proximité du FN avec la gauche? N'oubliez pas que sympathisant FN, vous n'êtes pas le FN, pas décideur, alors si jamais MLP venait au pouvoir, peut être seriez vous déçu par rapport à ce que vous affirmez à longueur d'intervention. Elle ne vous demanderait pas votre avis. Vous ne seriez pas le premier, regardez ceux qui ont voté de bonne foi Hollande. Pour les banques le renforcement des fonds propres est salutaire et sécurisent leurs clients.
L'inconvénient c'est que comme elles ne peuvent pas tout faire à la fois beaucoup de prêts et le renforcement des fonds propres, elle sélectionne beaucoup plus les dossiers. Ce renforcement des fonds propres éviterait au FN de devoir nationaliser les banques, surtout que cela a un coût pour l'état qui n'en a pas.