En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 9 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 11 heures 3 min
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 13 heures 17 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 15 heures 37 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 15 heures 56 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 16 heures 10 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 16 heures 22 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 1 jour 4 heures
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 10 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 11 heures 9 min
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 14 heures 57 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 15 heures 20 min
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 15 heures 47 min
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 16 heures 3 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 16 heures 18 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 16 heures 33 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 1 jour 6 heures
© Reuters
© Reuters
Pot aux roses

Welcome to Paris : la diffusion du film sur DSK annonce-t-elle la fin de l'omerta à la française ?

Publié le 22 mai 2014
Parce qu'il faisait trop peur à la nomenklatura socialo-médiatique soucieuse d'ériger une dernière digue contre le rappel inopportun des frasques d'un puissant, le film de Ferrara n'a pas réussi à être distribué dans les salles obscures. Heureusement, Internet est là pour desserrer la camisole sur la liberté d'expression.
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Parce qu'il faisait trop peur à la nomenklatura socialo-médiatique soucieuse d'ériger une dernière digue contre le rappel inopportun des frasques d'un puissant, le film de Ferrara n'a pas réussi à être distribué dans les salles obscures. Heureusement, Internet est là pour desserrer la camisole sur la liberté d'expression.

1 - Reductio ad Dieudonnum

Après le reductio ad Hitlerum et le reductio ad Stalinum, qui consistent à renvoyer ceux qui nous dérangent à une affinité nazie ou communiste pour dénier leur droit à l'expression, allons-nous connaître, en France, le reductio ad Dieudonnum ?

On pourrait le craindre en découvrant la prose de l'insurpassable Roger-Petit sur le Nouvel Obs.com, qui explique doctement que le film de Ferrara sur DSK est une oeuvre conçue pour ... les partisans de Dieudonné !

L'affaire DSK aura marqué plus profondément qu'on le pense la vie intellectuelle et politique française de ces dernières années. Non pas, bien sûr, par la révélation en place publique des séances de sport collectif auxquelles s'adonnait l'ex futur président de la République promis par la gauche à la France. Mais par l'incroyable et nauséabonde entreprise de déni, menée par les médias dominants et une large fraction des politiciens, pour tenter de protéger un cacique. On vit des grandes consciences autoproclamées se distinguer en expliquant que les faits n'étaient pas si graves, qu'il n'y a pas mort d'homme quand il n'y a que viol allégué. Et combien se précipitèrent pour décréter que puisque cette pauvresse, cette femme de ménage, était entrée aux Etats-Unis en mentant sur un formulaire, elle inventait forcément l'agression de toute pièce. Pensez-vous, une femme, une noire, ancillaire, que dis-je, presque clandestine ! Ces gens du commun n'ont droit à la compassion de l’oligarchie progressiste que lorsqu'ils n'incommodent pas ses princes.

Le film de Ferrara, bien qu'il soit tourné par un réalisateur de renommée internationale, interprété par la plus grande star masculine du cinéma français, qu'il traite d'un sujet ayant déchaîné les passions et qu'il soit promu par des hommes d'affaires roués, n'a pas réussi à être distribué dans les salles obscures. Il faisait trop peur. Avec roublardise, Vincent Maraval, le producteur, a surfé sur cette omerta pour créer un désir d'interdit et jouer à saute moutons en se passant d'une diffusion standard. Tant mieux pour lui. A Cannes, les plumitifs de la presse rebelle et subventionnée ont dénoncé, outrés, un scandaleux parasitage du festival officiel. Il faut avoir du respect pour les noeuds papillons quand même ! Surtout quand on ne porte que cela comme vêtement.

On verra bientôt le résultat commercial de cette agitation de palmiers. Quel qu'il soit, le buzz a triomphé de l'autocensure, la libre parole sur l'interdit.

Mais la nomenklatura socialo-médiatique n'avait pas dit son dernier mot. Puisqu'il faut bâtir une dernière digue contre le rappel inopportun des frasques d'un puissant, voilà qu'on convoque l'ultima ratio : le procès en antisémitisme. On fait tourner dans l’air un gros marteau pour écraser la vilaine mouche.

Deverreau plutôt que Strauss-Kahn ... pourquoi, a contrario, ne pas avoir accusé Ferrara de philosémitisme excessif pour n'avoir pas donné à son anti-héros débauché un patronyme juif, contrairement à la réalité ? Dire, sans en faire le sujet central du film loin de là, qu'Anne Sinclair est juive et soutient Israël, est-ce être antisémite ? Cela ne la rend ni antipathique ni sympathique, sauf précisément pour ceux qui n'aiment ni les Juifs ni Israël.

Elle est riche et dispose de solides connexions, ce qui arrive aussi à des "goys" figurez vous. Cette puissance était une des clés de la contre-offensive menée par le camp DSK pour nier les évidences, escamoter Banon, le Carlton et le Sofitel tout à la fois. Il était donc nécessaire que Ferrara aborde de front la question. Un pauvre, juif ou pas, ne se serait pas trouvé dans une suite à New-York et n'aurait pas eu droit à un tel déchaînement médiatique, que voulez-vous.

Quant aux allusions à la fortune des Rosenberg/Schwartz/Sinclair, recouvrée peu ou prou en 1945, elles sont peut être diffamatoires pour cette famille en particulier : libre à Anne Sinclair d’engager une action en justice si elle le pense. Mais elles ne sont pas antisémites en général.

Ce sont deux penseurs juifs, Leo Strauss et George Steiner, qui forgèrent et dénoncèrent naguère la "reductio ad Hitlerum", procédé rhétorique consistant à disqualifier les arguments d'un adversaire en les associant à Hitler ou tout autre personnage malfaisant du passé. Scribouillards bien-pensants et potentats à la dérive, liés les uns aux autres sur le radeau d'une France qui tangue, sont les petits pagayeurs de ce genre d'esquive, ils agitent l’antisémitisme comme un leurre.

Welcome to New-York", malgré les obstacles, a été tourné, produit et distribué. Quand bien même ce serait un navet, peu importe. Vous pourrez vous faire une opinion en le visionnant. Son existence est la preuve heureuse que la camisole sur la liberté d'expression se desserre, largement grâce à Internet que l’exception culturelle française elle-même ne parvient pas à museler.

2 - Trajectoire de conflit

Pour justifier les mesures électoralo-clientélistes annoncées en rafale ces derniers jours notamment la baisse des cotisations sociales pour les salaires du privé et les traitements des fonctionnaires compris entre 1 et 1,3 fois le Smic, le gouvernement prétend qu'elle s'inscrit dans une mystérieuse "trajectoire des finances publiques" et ne remet pas en cause les 50 milliards d'économies prévues pour 2015 à 2017 non plus que le mirifique objectif de réduction du déficit. En réalité, il s'agit d'une baisse de cotisations qui consiste en l'annulation d'une hausse prévue laquelle vient s'imputer sur une économie qui tient à une augmentation qui n'aura pas lieu. Vous me suivez ? Une telle rouerie, cela mériterait quand même mieux qu'un taux de popularité à moins de 20 %. Les Français sont des ingrats.

3 - Molitor non partagé

Serait-elle remplie de vin de champagne, comme la baignoire de Marilyn, pour justifier une trempette à 180 euros la journée ? La nouvelle piscine Molitor, portée sur les fonts municipaux par les socialistes, ne ressemblera guère à un melting pot, c'est certain. Au passage, le bassin d'hiver, qui devait être ouvert au bon peuple à des conditions raisonnables, sera réservé lui aussi à l’apnée ploutocratique. Sarkozy n'a pu s'y baigner car il y a trop de chlore et Lang ne le veut pas car elle est trop chère. Grâce à Molitor, gauche et droite sont unies et réconciliées. A sec.

 
 
 
 
 
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lerat
- 23/05/2014 - 17:55
Welcome to New-York
Pas terrible à vrai dire. Depardieu est à la limite de l'obscénité, ce n'était vraiment pas nécessaire à mon sens. Jacqueline Bisset campe une Anne Sinclair un peu décalée et un peu irréelle aussi. Le tout nous laisse un goût amer avec le sentiment d'avoir perdu notre temps.