En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Pas contents !
Ce n'est pas l'idylle entre Michel Sapin et les associations de chômeurs
Publié le 15 mars 2013
Les associations de chômeurs sont ressorties vendredi en "colère" de leur rencontre avec le ministre du Travail Michel Sapin.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les associations de chômeurs sont ressorties vendredi en "colère" de leur rencontre avec le ministre du Travail Michel Sapin.
C'est ce qui s'appelle un rendez-vous manqué ! Les associations de chômeurs et Michel Sapin, le ministre du Travail, se rencontraient ce vendredi. Chose certaine : la réunion ne s'est pas déroulée comme prévue. En effet, à l'issue de celle-ci, les représentants des associations sont ressortis en "colère" et déçus de n'avoir obtenu aucune des mesures d'urgence qu'ils réclamaient. Des dispositions requises pour faire face à la "détresse profonde" des chômeurs, toujours plus nombreux.
 

Convoqué après l'immolation d'un chômeur, le 13 février à Nantes devant une agence Pôle emploi, ce rendez-vous n'a donné lieu à "aucune réponse", se sont indignés les représentants des associations (AC!, MNCP, Apeis, CGT chômeurs et SNC) en promettant une action commune dans les prochaines semaines. La réunion du "comité national de liaison" se tenait exceptionnellement au ministère et en présence de Michel Sapin, alors que le gouvernement est confronté à une hausse ininterrompue du chômage depuis 21 mois et que le nombre de demandeurs d'emplois sans activité approche du record de 1997 (3,19 millions de personnes).

Sept mesures d'urgence demandées

"Nous avons été traités avec un vrai mépris. On ne nous a rien proposé, hormis une nouvelle réunion avant la prochaine conférence sociale" prévue en juillet, a réagi Zalie Mansoibou, du MNCP. Alain Marcu (AC!) de son côté a évoqué un "dialogue de sourds" tandis que Malika Zediri (Apeis) s'est dite "très en colère". Soutenues par le Snu et SUD Pôle emploi, les défenseurs des "invisibles"réclament sept mesures d'urgence, dont un moratoire sur les indus, ces allocations versées par erreur par Pôle emploi puis réclamées aux chômeurs, et qui représentaient 300 millions d'euros à fin janvier 2013. Ils réclament aussi une réforme des règles régissant les radiations et le déclenchement "automatique" des aides de solidarité (RSA, ASS) pour les 90 000 chômeurs arrivant en fin de droits chaque mois.

Dans un communiqué, le ministère a affirmé que le "gouvernement avait pleinement conscience des difficultés économiques et sociales que traverse la France et de leurs conséquences pour les personnes les plus fragiles" et "rappelé l'ensemble des mesures de justice sociale et d'urgence adoptées dès juillet 2012", parmi lesquelles un renfort de 2 000 CDI pour Pôle emploi. De son côté, Jean Bassères, le directeur général de Pôle emploi a expliqué que la réunion avait permis "des échanges sur le fond avec les associations". La prochaine rencontre permettra d'"instruire des sujets un peu lourds", a-t-il ajouté. Seront sur la table, outre les préconisations du médiateur de Pôle emploi sur les radiations, les lois régissant les droits et devoirs des chômeurs, a précisé M. Bassères.

Pôle emploi vit "une période de tension"

De plus, les associations de chômeurs réclament un "régime unifié d'indemnisation". "Avec un système clair et des parapluies de revenus, les chômeurs seraient moins stressés pour se former ou chercher un travail", plaide Alain Marcu (AC!). Le porte-parole demande aussi à Pôle emploi de faire "marche arrière dans la dématérialisation" et de revenir aux "contacts humains". "Les chômeurs qui se voient réclamer par courrier ou SMS un indu sont laissés dans une grande détresse", souligne-t-il. Depuis l'immolation mortelle de Nantes, Pôle emploi vit "une période de tension", reconnaît son directeur général, avec "une cinquantaine de cas" où la police ou les secours ont été appelés par les agents.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
04.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
05.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
07.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
01.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
02.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
Déjà 10 ans de croissance record aux Etats-Unis : voilà les erreurs françaises et européennes qui nous en ont privé
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
SOS partis disparus : quand la démocratie française s’abîme dans une crise d’immaturité collective
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
06.
La droite après Les Républicains
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires