En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Eurodéputés
Elections européennes 2019 : le RN de Jordan Bardella en tête devant LREM de Nathalie Loiseau
Publié le 26 mai 2019
Les citoyens français étaient appelés aux urnes ce dimanche 26 mai pour élire leurs eurodéputés. Le Rassemblement National devance la liste de La République en marche. Les Républicains sont en quatrième position derrière Les Verts.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les citoyens français étaient appelés aux urnes ce dimanche 26 mai pour élire leurs eurodéputés. Le Rassemblement National devance la liste de La République en marche. Les Républicains sont en quatrième position derrière Les Verts.
  • A 17 heures, le taux de participation était de 43,29% en France.
  • A la mi-journée, le taux de participation était de 19,26% à 12h en métropole.
  • En France, 47 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes. Ils vont désigner les 79 eurodéputés français.
  • Les électeurs français pouvaient voter pour l'une des 34 listes officielles lors du scrutin européen
  • La liste du Rassemblement National de Jordan Bardella devance celle de La République en marche de Nathalie Loiseau.

 

22h30 : Les difficultés des listes Gilets jaunes 

Le mouvement des Gilets jaunes mobilise des milliers de citoyens chaque samedi depuis le 17 novembre dernier. De nombreuses listes ont tenté de rassembler les Gilets jaunes comme le mouvement de Florian Philippot et de Nicolas Dupont-Aignan. 

Les véritables listes Gilets jaunes de Christophe Chalençon (Evolution citoyenne) et de Francis Lalanne (Alliance Jaune) n’ont pas obtenu un succès massif dans les urnes ce dimanche et ne seront pas en mesure d’envoyer des eurodéputés au Parlement européen. Les deux listes issues du mouvement de contestation sociale auraient recueilli près de 1% des suffrages aux européennes, selon les premières estimations. Alliance jaune, de Francis Lalanne, a remporté environ 0,5% et Evolution citoyenne, de Christophe Chalençon, moins de 0,5% des voix. 

Christophe Chalençon s’est exprimé auprès de l’AFP : 

"On nous vole le scrutin".

Il a annoncé qu'il déposerait des "recours" partout en France pour "faire invalider les élections", du fait du rejet, dans les bureaux de vote, des bulletins de vote Evolution citoyenne imprimés sur du papier 80 grammes.

Reste à savoir si des listes portées par Ingrid Levavasseur, Jacline Mouraud, Maxime Nicolle, Eric Drouet ou Priscilla Ludosky auraient réalisé un meilleur score et suscité un engouement plus important chez les citoyens proches des Gilets jaunes. 

 

22h15 : Les estimations en sièges au Parlement européen

Les projections en nombre de sièges au Parlement pour les listes françaises ont été dévoilées :

Rassemblement National – 22 sièges
LREM- MoDem – 22 sièges
Europe Ecologie Les Verts – 12 sièges 
Les Républicains – 7 sièges
Parti socialiste – 6 sièges
La France Insoumise – 5 sièges

 

22h10 : Vif échange et pluie d'insultes entre Daniel Cohn-Bendit et Gilbert Collard sur le plateau de TF1

22h : Le pari perdu de Manuel Valls aux municipales en Catalogne 

Lors de la soirée électorale diffusée sur France 2, la journaliste Patricia Issa, correspondante en Espagne, a fait le point sur les résultats des européennes et le bon score du parti de Pedro Sanchez (28%). En revanche, Manuel Valls serait en 4e ou en 5e position dans le cadre de la course aux élections municipales à Barcelone, organisées en parallèle des élections européennes. 

21h50 : une mauvaise nouvelle de plus pour Theresa May 

Les premières estimations ont été dévoilées au Royaume-Uni. Le Parti du Brexit de Nigel Farage arrive en tête (31,6%), devant le Parti travailliste (Labour) de Jeremy Corbyn (19,1%). Les libéraux-démocrates arrivent troisièmes (18,9%). Le Parti conservateur de Theresa May termine seulement quatrième (12,4%) et ne récolterait que dix sièges au Parlement européen.

21h40 : Les nouvelles estimations des résultats à 21h

Les résultats des élections européennes en France ont été affinés ce soir. L'écart se resserre entre le RN et la liste Renaissance de LREM. La "lutte" est rude à gauche entre la liste menée par Raphaël Glucksmann et celle de LFI de Manon Aubry.  

- Prenez le pouvoir, liste soutenue par Marine Le Pen (Jordan Bardella) : 23,7%
- Renaissance soutenue par la République en marche, le Modem et ses partenaires (Nathalie Loiseau) : 22,4%
- Europe Écologie (Yannick Jadot) : 13,2%
- Union de la droite et du centre (François-Xavier Bellamy) : 8,2%
- Envie d'Europe écologique et sociale (Raphaël Glucksmann) : 6,3%
- La France insoumise (Manon Aubry) : 6,3%
- Le courage de défendre les Français avec Nicolas Dupont-Aignan. Debout la France ! - CNIP (Nicolas Dupont-Aignan) : 3,5%
- Liste citoyenne du printemps européen soutenue par Génération.s et dème-diem 25 (Benoît Hamon) : 3,2%
- Pour l'Europe des gens contre l'Europe de l'argent (Ian Brossat) : 2,6%
- Les Européens (Jean-Christophe Lagarde) : 2,5%
- Urgence Ecologie (Dominique Bourg) : 1,9%
- Ensemble pour le Frexit (François Asselineau) : 1,1%
- Lutte ouvrière - Contre le grand capital, le camp des travailleurs (Nathalie Arthaud) : 0,7%
- Ensemble patriotes et gilets jaunes : pour la France, sortons de l'Union européenne ! (Florian Philippot) : 0,6%
- Alliance jaune, la révolte par le vote (Francis Lalanne) : 0,6%
- Autres listes : entre 0 et 0,5%

21h30 : La réaction de Nathalie Loiseau

Nathalie Loiseau s'est exprimée lors de la soirée électorale :

"Avec ce résultat, après six mois de crise sociale sérieuse, et à l’issue d’une campagne où tous avaient fait d’elle leur cible. La majorité présidentielle fait la démonstration de sa solidité. Avec l'apport de ses partenaires, La République en marche confirme son implantation durable dans la vie politique française. Nous ne sommes pas arrivés en tête et nous le regrettons. Le combat n'est pas terminé, nous le mènerons au Parlement pour empêcher les nationalistes de bloquer les progrès".

21h15 : Édouard Philippe : "Quand on termine deuxième, on ne peut pas dire qu'on a gagné"

Le Premier ministre Edouard Philippe s’est exprimé ce dimanche soir à l’issue des résultats. Selon lui, ils "confirment la dynamique du premier tour de l'élection présidentielle. Les deux partis qui ont gouverné la France totalisent chacun moins de 10% des suffrages. La recomposition initiée par l'élection d'Emmanuel Macron est une réalité durable et incontestable. Les anciens clivages ne sont plus. C'est sur ceux-là qu'il faut avancer: l'Europe, l'écologie, la croissance et la justice sociale".

Edouard Philippe souhaite néanmoins que les responsables "entendent le message des Français" :

"L'extrême droite consolide ses positions. Ce message est fort et nous l'avons reçu. […] L’heure est à l'action car les Français nous jugerons sur une seule chose: les résultats. Nous en avons obtenu, mais pas assez […] Pour ma part, j'accueille ces résultats avec humilité. Quand on termine deuxième, on ne peut pas dire qu'on a gagné. Dès demain je serais à pied d'oeuvre pour poursuivre le projet du président et de la majorité".

L’analyse de Jean-Luc Mélenchon 

Le leader de La France Insoumise s’est exprimé avec un ton grave ce dimanche. La liste menée par Manon Aubry est créditée de 6,20% selon les premières estimations : 

"Monsieur Macron semble avoir perdu le match qu’il avait voulu installer de façon irresponsable. La victoire de l’extrême droite et le niveau de l’abstention, élevée, montre que notre pays s’enfonce dans une crise profonde. Nul n’aperçoit à cette heure une issue positive. Dans ce contexte, notre résultat est très décevant. Il n’est pas à la hauteur de nos espérances. Mais je veux saluer Manon Aubry et ses colistiers. Je veux saluer les milliers de femmes et d’hommes qui ont jeté leurs efforts dans la bataille. Ce résultat assure la présence des insoumis au Parlement européen. Nous allons continuer la bataille contre les menaces écologiques qui s’avance et les injustices sociales qui s’aggravent". 

Les premiers mots de François-Xavier Bellamy 

La tête de liste des Républicains s’est exprimée devant la presse, ce dimanche soir. François-Xavier Bellamy a totalisé 8,5% des voix selon les premières estimations. La liste des Républicains est arrivée en quatrième position derrière EELV : 

"Sur le terrain, j'ai perçu les tensions profondes qui traversent notre pays. [...] La droite traverse une crise profonde, tout est à reconstruire. Lorsque Laurent Wauquiez m'a proposé cette mission, je savais que la tâche serait très difficile. [...] C'est le moment d'être courageux et fidèle. Je m'engagerai de toutes mes forces".

21h05 : Quelles conséquences à l'Elysée ? 

Selon des indiscrétions de BFMTV, les résultats des élections européennes ne devraient pas avoir de conséquences sur le plan national dans l'immédiat. Des proches du président auraient précisé à des journalistes de la chaîne qu'il n'y aura pas de "remaniement" notamment. Le cap devrait être maintenu. 

21h : Premières projections pour le Parlement 

Selon des informations de Franceinfo, les estimations réalisées par Kantar Public précisent les contours pour le Parlement européen. Le Parti populaire européen (la droite) reste en tête devant l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates (147, la gauche) et l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe (102), c’est ce groupe que vont rejoindre les députés LREM. Les écologistes passent de 50 à 71 eurodéputés.

20h50 : Mobilisation des détenus inscrits sur les listes électorales 

D’après des informations de BFMTV et selon le porte-parole du ministère de la Justice, 89,42% des 4.915 détenus inscrits sur les listes électorales ont participé au scrutin des Européennes ce dimanche 26 mai. 

20h45 : Le pari gagnant de Raphaël Glucksmann 

La liste menée par Raphaël Glucksmann a obtenu 6,20% des voix, selon les premières estimations. Benoît Hamon atteint de son côté les 3,20%. Raphaël Glucksmann lors de son discours ce soir a indiqué que "la gauche n'est pas morte. Mais le temps n'est pas à la fête quand le RN arrive en tête de ces élections".

Marine Le Pen exige la dissolution de l’Assemblée nationale

La présidente du Rassemblement National s’est exprimée ce dimanche après le succès de la liste menée par Jordan Bardella : 

"Les Français ont placé la liste du RN en tête. J’y vois la victoire du peuple, qui a repris avec fierté et dignité, le pouvoir. Vote du cœur ou de la raison, soyez assurés que le vote RN. La confiance que nous ont accordé les Français en nous désignant comme le premier parti de France mais surtout comme celui de la futur alternance est un honneur immense. Il revient au président de la République d’en tirer les conséquences, lui qui a mis son crédit présidentiel dans le scrutin". 

Marine Le Pen considère qu’Emmanuel Macron n’a d’autre choix, "au minimum", que de dissoudre l’Assemblée nationale et de provoquer une nouvelle élection, à la proportionnelle. 

20h30 : Les déclarations des Verts 

Yannick Jadot, le leader d'EELV, arrivé en troisième position devant Les Républicains de François-Xavier Bellamy, a été acclamé à son arrivé à la tribune. Il a évoqué la naissance d'une "vague verte européenne" avec les très bons scores des écologistes en Allemagne ou en Belgique.  

"Les Français veulent aussi que l'écologie soit au coeur de notre vie. Nous voulons que l'écologie devienne la matrice qui fasse évoluer notre société. La participation a déjoué une partie des estimations des sondages. Et je suis très heureux que les jeunes se soient emparés de ce scrutin plus que prévu. Et il n'est pas exclu que l'écologie soit la première force politique chez les jeunes. Ce message, il nous oblige. Il n’est plus question que l’Europe soit simplement un scrutin tous les 5 ans avec des députés qui ne rendent pas de compte pour la plupart. Pour nous l’Europe c’est le quotidien. Nous allons travailler à la faire évoluer. Nous prenons l’engament de mettre un comité citoyen de surveillance et d’initiative sur l’Europe, afin qu’ensemble nous évaluions en permanence l’action de l’Europe. Nous voulons que l’Europe devienne transparente démocratique et citoyenne. Chaque mois ce comité tiendra une conférence de presse. Nous ne pouvons pas nous résigner, élection après élection, à voir l'extrême droite dominer les scrutins et devenir une option concrète pour la conquête du pouvoir. Trop longtemps, on nous a fait croire que pour lutter contre l'extrême droite, il fallait voter contre elle. C'est faux, pour lutter contre l'extrême droite il faut agir et s'engager".

Les propos de Laurent Wauquiez :

Le président des Républicains, Laurent Wauquiez, s’est exprimé après les résultats. La liste menée par François-Xavier Bellamy n'a pas pu se hisser dans les trois premières positions :

"Je veux remercier tous ceux qui nous ont fait confiance dans cette élection. Emmanuel Macron a fait un choix lourd de conséquences en réduisant le débat européen à une croisade contre Marine Le Pen. Il a une lourde responsabilité. Il n'a pas été un rempart contre le RN mais l'artisan de leur progression. Nous n'avons pas pu faire entendre notre voix. Bien évidemment que le résultat n'est pas à la hauteur. Nous savons que la reconstruction sera longue et exigeante pour retrouver le chemin de la confiance".

20h15 : La réaction de Jordan Bardella – Rassemblement National  

La tête de liste du Rassemblement National, arrivé en tête selon les premières estimations, a tenu à saluer "tous ceux qui se sont battus" dans cette campagne.

"Cette mobilisation inédite dans une élection européenne depuis plus de 25 ans témoigne d'un sursaut populaire". Jordan Bardella a évoqué une "leçon d'humilité au président de la République" [qui] "a transformé ce scrutin en plébiscite. C'est lui et sa politique qui sont rejetés. […] Ce n’est pas seulement la politique et la personne de Macron qui a déçu, c’est l’Union européenne [...] Elle doit désormais réorienter sa politique sociale, économique et migratoire". 

Jordan Bardella compte maintenant constituer un "groupe puissant" de l'extrême droite au sein du Parlement européen.

20h : Voici les premières estimations :

- Prenez le pouvoir, liste soutenue par Marine Le Pen (Jordan Bardella) : 24%
- Renaissance soutenue par la République en marche, le Modem et ses partenaires (Nathalie Loiseau) : 22,5%
- Europe Écologie (Yannick Jadot) : 12,5%
- Union de la droite et du centre (François-Xavier Bellamy) : 8,5%
- Envie d'Europe écologique et sociale (Raphaël Glucksmann) : 6,5%
- La France insoumise (Manon Aubry) : 6%
- Le courage de défendre les Français avec Nicolas Dupont-Aignan. Debout la France ! - CNIP (Nicolas Dupont-Aignan) : 3,5%
- Liste citoyenne du printemps européen avec Benoît Hamon soutenue par Génération.s et dème-diem 25 (Benoît Hamon):3%
- Pour l'Europe des gens contre l'Europe de l'argent (Ian Brossat) : 2,5%
- Les Européens (Jean-Christophe Lagarde) : 2,5%
- Urgence Ecologie (Dominique Bourg) : 2%
- Ensemble pour le Frexit (François Asselineau) : 1%
- Lutte ouvrière - Contre le grand capital, le camp des travailleurs (Nathalie Arthaud) : 1%
- Ensemble patriotes et gilets jaunes : pour la France, sortons de l'Union européenne ! (Florian Philippot) : 0,5%
- Alliance jaune, la révolte par le vote (Francis Lalanne) : 0,5%
- Autres listes : entre 0 et 0,5%

 

19h45 : Selon des informations du Monde, en Allemagne, la participation serait en hausse d’environ 10 points par rapport à 2014. Le vote confirme un net recul des conservateurs de la CDU-CSU (28%) et des sociaux-démocrates du SPD (15,5%) au pouvoir, au profit des Verts (22%) et de l’extrême droite (10,5%).

En Grèce, le gouvernement de Syriza n’arriverait qu’en deuxième place, avec 27% des voix contre 34% environ pour le centre droit mené par Nouvelle Démocratie.

En Autriche, le parti conservateur du chancelier Sebastian Kurz arrive en tête avec autour de 34,5%. Les sociaux-démocrates (SPÖ) atteignent 24,1% et le FPÖ, le parti d’extrême droite touché récemment par le scandale de "l’Ibizagate" est crédité de 17,5.

19h30 : Les figures des principales formations politiques sont arrivées dans les différents QG afin de vivre la soirée électorale et pour découvrir les principaux résultats. De nombreuses personnalités politiques ont l'intention de s'exprimer quelques minutes après les résultats. 

19h15 : Les bureaux de vote fermaient à 18 heures, sauf dans les grandes villes, où il est encore possible de voter jusqu’à 20 heures. A 17 heures, le taux de participation était de 43,29% en France pour les élections européennes. Lors des précédents scrutins de ce type dans l'Hexagone, la participation à la même heure s’élevait à 43,29% en 2014 et 33,18% en 2009.

L’abstention pourrait donc être plus faible que dans les récents sondages. Les élections européennes sont traditionnellement les scrutins qui mobilisent le moins l'électorat.

La participation finale aux élections européennes en France, dimanche 26 mai, pourrait s'élever à 50,5%, selon une estimation Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France et France Médias Monde, diffusée à 17 heures.

21 des 28 Etats membres de l'Union européenne organisaient un scrutin européen dans leurs pays ce dimanche.

Les premières estimations seront dévoilées à 20 heures. 

Des résultats sont dévoilés en Allemagne et en Autriche. Les scores au Royaume-Uni, diffusés à 23 heures, seront suivis avec beaucoup d’attention suite à la crise politique liée au Brexit et à la démission de Theresa May. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Les ouvriers américains d'Ikea se rebellent
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
06.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 28/05/2019 - 14:42
paradoxe
BFMTV est réputé être macroniste ( ce qui est sûrement vrai), mais elle craint tellement de passer pour partiale, que c'est elle qui est la plus neutre dans ses analyses !
tubixray
- 27/05/2019 - 14:31
Médias manipulateurs
Décidément ceux qui ont permis qu'E. Macron devienne chef de l'état contre toute attente étaient bien à la manœuvre hier soir.
A les entendre, on aurait cru que LREM était arrivée en tête.
Les interviews étaient complaisantes ou agressives selon la couleur politique de l’intéressé (TF1).
Cette supercherie n'a pas échappé à G. Collard alors que Coudray / Bouleau osaient faire passer D. Cohn Bendit comme un "grand témoin" en présence du président LREM sur le plateau !
Son coup de gueule a permis de tirer les choses au clair.
Aux prochaines élection mieux vaudra suivre les commentaires de RT France.
Beredan
- 26/05/2019 - 20:45
La bâche ....
Après moult moulinets et rodomontades , il va être la risée de ses collègues européens : le petit chef a fait pchitt !