En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Mobilisation du 17 novembre
Malgré la grogne, Emmanuel Macron justifie et assume la taxation du carburant
Publié le 05 novembre 2018
Le chef de l'Etat s'est confié à de nombreuses rédactions régionales, en marge de ses premiers déplacements pour le 11 novembre. Emmanuel Macron a précisé qu'il préfère "la taxation du carburant à la taxation du travail".
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le chef de l'Etat s'est confié à de nombreuses rédactions régionales, en marge de ses premiers déplacements pour le 11 novembre. Emmanuel Macron a précisé qu'il préfère "la taxation du carburant à la taxation du travail".

Le président de la République va se déplacer tout au long de la semaine dans le Grand Est et dans les Hauts-de-France dans le cadre des cérémonies pour la Première Guerre mondiale. 

En marge de ses premiers déplacements à Strasbourg et en Moselle, le chef de l'Etat a accordé des entretiens dans la presse quotidienne régionale. 

Lors de ces entretiens avec la presse, Emmanuel Macron a notamment abordé des sujets majeurs. 

"J'assume parfaitement que la fiscalité due au diesel soit au niveau de celle de l'essence et je préfère la taxation du carburant à la taxation du travail. (...) Les mêmes qui râlent sur la hausse du carburant, réclament aussi qu'on lutte contre la pollution de l'air parce que leurs enfants souffrent de maladies. (...) La hausse du prix à la pompe qu'on constate aujourd'hui est liée à 70 % à celle des cours du pétrole. On nous a expliqué pendant des décennies qu'il fallait acheter du diesel et maintenant c'est le contraire. C'est normal que ce soit mal compris".

Une très forte mobilisation est attendue pour la journée du 17 novembre prochain dans le cadre de la grogne chez les Français sur les questions du pouvoir d'achat et de la hausse du prix du carburant.

Emmanuel Macron a indiqué qu'il comprenait la colère et le sentiment des Français : 

"Je les respecte et je ne dis pas comme par le passé: «Souffrez en silence, ça va aller mieux".

Le président de la République a indiqué qu'il avait une part de responsabilité. 

"Je parle aux Français avec mon caractère, avec ma façon de faire. Quand ils sont inquiets, j'ai une part de responsabilité: c'est que je n'explique pas assez bien. Mais j'ai été élu sur un projet clair, sans ambiguïté et j'aurai des comptes à rendre pour longtemps. On ne peut pas prétendre tout changer en quinze mois, ça prend du temps. En attendant, il faut laisser la fatalité à ceux qui cèdent à la facilité". 

La mobilisation du 17 novembre pourrait être un obstacle dans la volonté du gouvernement et du chef de l'Etat de maintenir le cap des réformes.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
03.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
04.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
05.
Pourquoi la fonte du permafrost pourrait avoir des conséquences encore pires que prévues
06.
Notre-Dame : quand du recueillement on passe au cirque !
07.
Les vrais objectifs de la sulfureuse ONG Qatar Charity
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
05.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
06.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires