En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© ARIS OIKONOMOU / AFP
Budget

L'Italie s'étonne de voir que la France est autorisée à avoir un déficit plus important que le gouvernement transalpin

Publié le 26 septembre 2018
Le document de cadrage du budget italien (le DEF) de Giovanni Tria sera adopté par le Parlement jeudi. Luigi di Maio souhaite pouvoir obtenir des enveloppes budgétaires suffisantes pour mener à bien les réformes. Le leader du Mouvement 5 étoiles en a profité pour pointer du doigt la politique budgétaire d'Emmanuel Macron.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le document de cadrage du budget italien (le DEF) de Giovanni Tria sera adopté par le Parlement jeudi. Luigi di Maio souhaite pouvoir obtenir des enveloppes budgétaires suffisantes pour mener à bien les réformes. Le leader du Mouvement 5 étoiles en a profité pour pointer du doigt la politique budgétaire d'Emmanuel Macron.

Giovanni Tria pourrait provoquer la colère de Bruxelles et générer des incertitudes sur les marchés financiers cette semaine à la suite des annonces sur les objectifs de dépenses et d'emprunts pour l'Italie. 

L'ancien professeur d'économie politique va devoir concilier les exigences de la coalition populiste italienne avec l'impérieuse nécessité de calmer les nerfs des européens sur la question de la dette publique. 
 
Les pressions sont fortes de la part de l'Europe envers l'Italie. 
 
Cet économiste chevronné a été critiqué par de nombreux politiciens en Italie. Luigi Di Maio s'est notamment interrogé sur le déficit beaucoup plus important que ce que Giovanni Tria avait proposé. Le Mouvement 5 étoiles aurait menacé de lancer une "vendetta" contre des fonctionnaires du ministère des Finances s'ils refusaient de financer les plans du parti.   
 
Giovannia Tria, avant d'être nommé, avait souligné, dans une article d'Il Sole 24 Ore, la nécessité pour l'Europe de se réformer afin que l'Italie puisse dépenser de l'argent dans les investissements publics. 
 
"Ceux qui invoquent une sortie de l'euro comme panacée n'ont pas raison mais Mario Draghi, le président de la BCE, n'a pas non plus raison lorsqu'il dit que l’euro est irréversible, s’il ne précise pas le moment et les conditions des réformes nécessaires à sa survie".
 
Le gouvernement italien est opposé aux mesures visant à renforcer le partage des risques dans la zone euro sans plus de soutien pour les économies les plus faibles.
 
Le "revenu citoyen", la mesure phare du Mouvement 5 Etoiles, figurera bien dans le projet de budget pour 2019, selon Bloomberg qui cite le ministre italien des Finances, Giovanni Tria.
 
Le leader du Mouvement 5 Etoiles, Luigi Di Maio avait menacé hier de ne pas approuver les objectifs budgétaires du gouvernement si ses principales revendications, et notamment celle d’un revenu citoyen, n’étaient pas satisfaites. 
 
Luigi Di Maio s'est étonné de la manière dont la France est autorisée à un plus large déficit que l'Italie. 
 
"Macron porte bien le déficit de la France à 2,8 %. Nous en ferons autant. Nous sommes un pays souverain".
 
Le document de cadrage du budget italien (le DEF) sera adopté par le Parlement jeudi. Il comporte le chiffre de 1,6 % du PIB comme cible du déficit public pour 2019. C'est sur ce plafond que le ministre italien de l'Économie s'est entendu avec la Commission européenne. Il ne souhaite pas en déroger afin de ne pas raviver les attaques des marchés. 
 
Matteo Salvini et Luigi Di Maio veulent que la prochaine loi de finances dégage des ressources suffisantes pour mettre en œuvre leurs promesses électorales. Les chantiers sont nombreux (la réforme des retraites, la réforme fiscale, le revenu citoyen, des économies pour contenir la TVA). 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

Les régimes spécieux

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires