En direct
Best of
Best Of
En direct
© GERARD JULIEN / AFP
réforme constitutionelle
L'Assemblée nationale fait disparaître le mot "race" de la Constitution
Publié le 12 juillet 2018
Les députés viennent de décider, à l’unanimité, de supprimer le mot "race" de la Constitution. Ce vote s'est effectué, ce jeudi 12 juillet, dans le cadre de l'examen du projet de réforme constitutionnelle soumis aux députés.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les députés viennent de décider, à l’unanimité, de supprimer le mot "race" de la Constitution. Ce vote s'est effectué, ce jeudi 12 juillet, dans le cadre de l'examen du projet de réforme constitutionnelle soumis aux députés.

Les députés viennent donc de lancer une "petite" révolution. Le texte de la Constitution pourrait être prochainement modifié. Une nouvelle formulation pourrait être prochainement valable pour la Constitution. Les députés ont supprimé, ce jeudi 12 juillet, à l'unanimité, le mot "race" figurant à l'article 1er du texte fondateur de la Ve République. 

Cette partie est dorénavant associée à une garantie d'égalité des citoyens sans "distinction de sexe". 
 
L'amendement doit encore être voté par le Sénat. 
 
Voici donc la nouvelle version : 
 
"La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction de sexe, d'origine ou de religion." 
 
Le mot "race" était initialement présent entre l'origine et la religion dans l'énumération.
 
La quasi totalité des groupes parlementaires avaient déposé des amendements pour considérer que la persistance du terme "race", introduit dans la Constitution en 1946 pour rejeter les théories racistes après le nazisme, était aujourd'hui mal comprise et infondée.
Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (26)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 15/07/2018 - 20:05
Chouette. Maintenant il n'y a
Chouette. Maintenant il n'y a plus de racisme. Mais il va rester quoi pour emmerder les "blancs" ?
antidote
- 15/07/2018 - 15:28
Quels bande d'abrutis !!!
Au lieu de dire race africaine nous seront obligés de les désigner par couleur !!!
GP13
- 15/07/2018 - 10:52
La quintescence du racisme
Le plus grave de cette réforme n'est pas qu'en cassant le thermomètre on nie l'existence de la fièvre.
C'est la négation de l'identité des personnes qui constitue le fin du fin du racisme.
Nos députés ont-ils conscience que le crime contre l'esprit peut exister ?