En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© ERIC PIERMONT / AFP
Du pain sur la planche
SNCF : Guillaume Pepy annonce une "opération de reconquête"
Publié le 11 mai 2018
Le patron de la SNCF a également expliqué que la grève des cheminots "va coûter probablement plus de 300 millions d'euros".
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le patron de la SNCF a également expliqué que la grève des cheminots "va coûter probablement plus de 300 millions d'euros".

Face à la grève qui dure, Guillaume Pepy a sorti le bleu de chauffe. Le patron de la SNCF était invité ce vendredi matin de franceinfo où il a évoqué le mouvement social et l’avenir de la compagnie ferroviaire. "La grève va coûter probablement plus de 300 millions d'euros, y compris les mesures commerciales qu'on prend" a-t-il notamment affirmé. Alors qu’il avait déjà prédit qu’il n’y aurait pas de grèves cet été "car les cheminots sont des gens responsables", le responsable de 59 ans a renchéri : "Je ne pense pas que les cheminots aient la tentation d'assumer de perturber les vacances des Français. Franchement, les Français nous en voudraient très longtemps".

L’offensive médiatique de Guillaume Pepy est également passée par une interview au Parisien où il a annoncé une opération de "reconquête" envers les usagers. "Entre le 15 mai et le 31 août, nous proposerons 3 millions de billets de TGV à moins de 40 euros sur toutes les destinations et tous les jours. Ces billets seront mis en vente à partir du 15 mai."  "L'objectif est que toutes les places disponibles durant cette période soient proposées à environ moitié prix". Mais aussi les "cartes de réduction seront vendues au même prix, 29 euros du 23 mai au 15 juin, au lieu de 50 euros pour la carte Jeune, 60 euros pour la carte Senior+ et 75 euros pour les cartes Enfant+ et Week-End".  

Interrogée sur la légitimité du référendum que veut organiser l’intersyndicale, il répond : "Aucune. C’est aussi brutal que ça. La réforme ferroviaire est un sujet qui ne concerne pas que l’entreprise mais tous les Français".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La vraie raison qui pousse Apple à multiplier le nombre d’Iphones qu’ils veulent lancer chaque année
02.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
03.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
07.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 11/05/2018 - 13:13
Le con-tribuable va éponger les 62 milliards de dette...
C’est donc, déjà, le con-tribuable qui paie ces réductions, pour sauver les meubles...à propos de meubles...la capital immobilier de RFF est immense, probablement très supérieur à ces 62 milliards et largement inemployé...n’y aurait-il pas moyen de vendre certains meubles pour atténuer cette facture sur le con-tribuable Français?..
jc0206
- 11/05/2018 - 10:31
Soldes à la SNCF
On remise, on rembourse, on offre des places à perte dans des trains qui ne rouleront sans doute jamais .... On n'est plus à une connerie près et surtout on s'en fout, c'est le contribuable qui paiera qu'il prenne ou non le train.
assougoudrel
- 11/05/2018 - 09:13
L'usager aura l'air fin
quand il se retrouvera sur les quais avec sa ristourne, alors qu'il n'y a pas de train. Les ristournes c'est quand le conflit est terminé. Cela s'appelle "mettre la remorque du camion avant le tracteur".