En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Dialogue de sourds ?

Réforme de la SNCF : Unsa et la CFDT acceptent l'invitation d'Elisabeth Borne prévue vendredi

Publié le 09 mai 2018
Les syndicats Unsa et la CFDT vont donc participer à une réunion avec la ministre des Transports Elisabeth Borne, organisée ce vendredi.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les syndicats Unsa et la CFDT vont donc participer à une réunion avec la ministre des Transports Elisabeth Borne, organisée ce vendredi.

La CFDT et l'Unsa vont donc répondre présent à l'invitation d'Elisabeth Borne, la ministre des Transports.  Une réunion est prévue ce vendredi 11 mai afin de pouvoir échanger sur les amendements que les syndicats pourraient proposer avant le passage de la loi de réforme ferroviaire au Sénat. 

Elisabeth Borne a confirmé que cette réunion aurait bien lieu, lors d'une prise de parole mercredi à l'Assemblée nationale. 
 
"Je recevrai vendredi prochain les syndicats qui le souhaitent. Deux organisations syndicales ont indiqué vouloir proposer des amendements (…) Nous ne reviendrons pas sur les grands principes de la réforme adoptée très largement par votre assemblée le 17 avril dernier. Il reste des champs de discussion. L'Etat s'engagera pleinement pour que les négociations aboutissent ".
 
L'Unsa ferroviaire (le deuxième syndicat à la SNCF) se rendra à cette réunion vendredi, selon des précisions de son secrétaire général Roger Dillenseger, auprès de l'AFP. Le secrétaire général-adjoint de la CFDT Cheminots, Sébastien Mariani, aurait également répondu favorablement à l'invitation. 
 
Selon Laurent Berger, au micro de France Info, la CFDT a préparé "42 amendements". L'organisation syndicale espère que le gouvernement "étudie" et "introduise dans la loi" de réforme ferroviaire ces différentes propositions. 
 
Les syndicats de cheminots refusaient de participer aux réunions orchestrées par la ministre des Transports Elisabeth Borne depuis trois semaines. Les organisations syndicales estimaient qu'il n'y avait rien à négocier auprès du gouvernement qui restait inflexible. 
 
Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 10/05/2018 - 23:36
Canossa
Sur le papier le gouvernement pourra dire "mission accompli", mais en réalité les syndicats pourront chanter: "non, non, rien n'a changé"!
Pipeau et enfumage sont les 2 mamelles de LREM!