En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© GERARD JULIEN / AFP
Révolution ?
Les grandes lignes de la réforme constitutionnelle voulue par Emmanuel Macron
Publié le 04 mai 2018
Le projet de loi de réforme de la Constitution doit être présenté mercredi prochain en Conseil des ministres.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le projet de loi de réforme de la Constitution doit être présenté mercredi prochain en Conseil des ministres.

Le gouvernement d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe s'apprête à entamer un processus de réforme ambitieux. Cette nouvelle étape vise la révision de la Constitution. Le projet de loi constitutionnelle va être présenté mercredi prochain dans le cadre du Conseil des ministres. La Constitution de la Ve République n'a pas été révisée depuis dix ans maintenant. 

La rédaction des Echos a pu se procurer l'exposé des motifs du projet de loi. 
 
"Les évolutions que nous avons connues depuis une décennie nous imposent de reconsidérer certains modes de fonctionnement de nos institutions sans pour autant toucher à leur équilibre. Une actualisation des mécanismes de la Ve République, tout en préservant ses traits fondamentaux, est une nécessité pour notre pays".
 
Ce texte va donc dorénavant interdire aux ministres de cumuler leur poste avec une présidence ou des fonctions exécutives dans des collectivités territoriales. L'article 23 de la loi fondamentale sera ainsi transformé. Les anciens présidents de la République ne pourront plus siéger au Conseil constitutionnel.
 
Le projet de loi a également l'intention de modifier le travail parlementaire. Les conditions d'irrecevabilité d'une proposition de loi ou d'un amendement seront redéfinies dans le cadre de l'article 41. 
 
Le nouveau texte va renforcer les commissions parlementaires à l'Assemblée. A l'avenir, seuls les projets et les propositions "justifiant un débat solennel" seront examinés.
 
L'article 34 sera étendu. La Constitution va en effet fixer les principes fondamentaux de la loi en inscrivant dorénavant de la "lutte contre les changements climatiques". 
 
Les projets de loi de finances devront être également accélérés lors des examens en première lecture à l'Assemblée (25 jours seulement, contre 45 aujourd'hui). Le Sénat et l'Assemblée nationale auront donc 50 jours (contre 70 auparavant) pour examiner le projet de loi de finances. Le gouvernement pourra ainsi le présenter plus tardivement. 
 
Le gouvernement aura dorénavant la possibilité de mettre plus rapidement à l'ordre du jour les textes qu'il juge prioritaires dans les domaines sociaux, économiques et environnementaux. Seule la conférence des présidents des deux assemblées pourra s'y opposer. 
 
Les magistrats du parquet seront nommés après un avis conforme du Conseil supérieur de la magistrature. La Cour de justice de la République, qui juge les ministres pour des faits délictueux commis dans le cadre de l'exercice de leur fonction, sera supprimée. Suite à la révision, les ministres sont jugés par la cour d'appel de Paris.      
 
Le Conseil économique, social et environnemental (Cese) sera transformé en "Chambre de la participation citoyenne". Il sera en charge de la consultation du public à travers des pétitions. 
 
Les collectivités territoriales auront un "droit à la différenciation" et ne seront plus limitées au seul droit de l'expérimentation. 
 
Conformément à la promesse d'Emmanuel Macron, la Corse fait également son entrée dans la Constitution. Un cinquième alinéa de l'article 72 est donc crée. Il précise que "la Corse est une collectivité à statut particulier". Des taxes locales pourront être instaurées et de nouvelles règles seront mises en place.  
 
D'autres projets de loi organique et ordinaire visent à réformer les institutions. Les modalités d'application de la réduction du nombre de parlementaires, le non-cumul des mandats dans le temps et l'ajout d'une dose de proportionnelle sont notamment susceptibles d'évoluer comme le précise la rédaction du Figaro. Ils seront présentés lors de futurs Conseils des ministres d'après des précisions du Monde. 
 
"L'effectif de l'Assemblée nationale s'établira à 404 députés (contre 577 actuellement) et celui du Sénat à 244 (contre 348 actuellement)". 
 
La Constitution de la Ve République va fêter son soixantième anniversaire à la fin de l'année 2018.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
02.
Pourquoi la France est malade de son immobilier
03.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
04.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Sauver la France en travaillant plus, pourquoi pas… Pourquoi le diagnostic initial ne correspond que de loin à la réalité vécue par les Français
07.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
05.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
06.
Tous végétariens ou vegans ? Quand l’OMS met le hola sur les régimes universels écologiques
01.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
02.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
05.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 05/05/2018 - 16:52
La Constitution de 1958 était
La Constitution de 1958 était déjà catastrophique en donnant des pouvoirs illimités à un quelconque aventurier de la politique. Comptons sur Macron pour en rajouter une couche, au profit de ceux qui ont payé son élection.
l'enclume
- 05/05/2018 - 10:01
Que des nuls, que j'vous dis
Bande de connards, cela fait + de 150 ans que la Constitution américaine est en place, pas un seul changement depuis. Est-ce que les States ont eu besoin de manipuler cette dernière, que nenni, est-ce que les States en on souffert NON.
Anouman
- 04/05/2018 - 17:52
Constitution
Et il pense la faire passer avec l'aide de qui?