En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© FRANCOIS GUILLOT / POOL / AFP
L'essentiel

Emmanuel Macron face à Plenel et Bourdin : les principales annonces à retenir

Publié le 16 avril 2018
Dans un entretien de presque trois heures ce dimanche au Théâtre national de Chaillot, face à la Tour Eiffel, le chef de l'Etat a abordé plusieurs sujets brûlants.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un entretien de presque trois heures ce dimanche au Théâtre national de Chaillot, face à la Tour Eiffel, le chef de l'Etat a abordé plusieurs sujets brûlants.
  • Sur la Syrie 

Interrogé sur l'efficacité des frappes de la coalition France-Royaume-Uni-Etats-Unis, menées dans la nuit de vendredi à samedi, Emmanuel Macron a répondu « Les capacités de production d'armes chimiques ont été atteintes et détruites. Il n'y a aucune victime aux dires des autorités syriennes ». Il a assuré avoir obtenu de Donald Trump qu'il reste "investi" sur le dossier syrien.

  • Sur la réforme SNCF

 "Est-ce que je peux faire l'économie de cette réforme? Non." Le chef de l’Etat, qui a annoncé qu’à partir du 1er janvier 2020, l'Etat reprendra la dette de la SNCF, a nié vouloir privatiser l'entreprise publique. "Je ne veux pas privatiser la SNCF, je pense que ça n'a aucun sens."

A LIRE AUSSI : Interminable match de catch sur BFM ...mais Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin seront-ils vraiment les adversaires d'Emmanuel Macron en 2022 ?

  • Sur une nouvelle journée de solidarité

Emmanuel Macron a confirmé que sa majorité réfléchit à la possibilité de mettre en place une deuxième journée de solidarité pour financer la dépendance, qui serait alors considéré comme le "cinquième risque" (aux côtés des branches maladies, accidents du travail, retraite et famille). "C'est une piste intéressante, je ne suis pas contre » a-t-il indiqué.

  • Sur la fraude fiscale et l’ISF

Concernant la fraude fiscale, le locataire de l’Elysée a souhaité être clair. "Nous serons intraitables en matière de fraude fiscale, je m'y engage devant vous, il n'y aura aucune complaisance". Il a en revanche concédé des problèmes concernant la spéculation. "L'ISF a été supprimé pour ceux qui investissent dans l'économie. Ceux qui spéculent? Je le regrette. Mais il est très difficile de séparer le bon grain de l'ivraie."

Vu sur : Lu sur le JDD
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 17/04/2018 - 00:18
Et elle coûtera combien, cette journée de solidarité?
Non, c’est pour savoir combien coûtera aux salariés cette nouvelle taxe déguisée...ah mais non, j’avais oublié: il n’y aura plus ni nouvel impôt, ni taxe nouvelle! Seulement des novelles journées de solidarité...quelle inventivité, ce Macrouille!
KOUTOUBIA56
- 16/04/2018 - 22:18
cela n'apporte strictement
cela n'apporte strictement rien de répondre au Moustachu qui approuve les attentats de Munich et ce gauchisant populiste de Bourdin qui se la pète dix fois trop haut.!!!!!!!!!! La france doit travailler un peu plus réduire sa dépense publique pour réduire ses impôts décourageants ouvrir un camp a Cayenne pour les crapules et stopper l'immigration, avec un effort sur l'école dès le plus jeune âge car tout commence la dans le bon ou le mauvais sens. le reste n'est que littérature. enfin envoyer chier comme il se doit Mélenchon et sa clique sectaire (Autain entre autre) chez Castro a Cuba ou chez Maduro il y a de la place
Anouman
- 16/04/2018 - 19:21
Annonces
A part l'histoire de la deuxième journée de solidarité (ça reportera la libération fiscale d'un jour, mais quand on arrive à six mois...) il répète toujours les mêmes âneries et je me demande vraiment pour qui il se fatigue. Car ses mesures sont comprises de tout le monde, et si beaucoup ne sont pas d'accord c'est parce qu'ils les comprennent très bien. Ce n'est pas de la pédagogie qu'il doit faire mais une politique intelligente ou, pas trop idiote, ce serait déjà un grand pas en avant.