En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Vox populi

Réforme des institutions : Emmanuel Macron pourrait recourir au référendum pour contourner le blocage du Sénat

Publié le 04 mars 2018
Le projet de réforme prévoit notamment la limitation à trois mandats successifs pour les députés, les sénateurs et les présidents à un exécutif local, ce qui provoque la colère des sénateurs.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le projet de réforme prévoit notamment la limitation à trois mandats successifs pour les députés, les sénateurs et les présidents à un exécutif local, ce qui provoque la colère des sénateurs.

Le JDD détaille dans son édition du 4 mars le projet de réforme des institutions que porte Emmanuel Macron, et qu'il veut appliquer "coûte que coûte, quitte à provoquer un affrontement avec le Sénat".

Alors que le Premier ministre Edouard Philippe en présentera les grands axes à partir de mardi aux chefs des groupes parlementaires, le bras de fer avec le Sénat a déjà commencé.

Pour rappel, durant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait promis la réduction d‘un tiers du nombre de parlementaires, l'introduction d’une dose de proportionnelle aux élections législatives et la limitation à trois mandats successifs pour les députés, les sénateurs et les présidents d’un exécutif local. Sur ce dernier point, "l’Elysée a décidé d’octroyer une exception aux maires des communes de moins de 3500 habitants, mais pas aux sénateurs, pourtant vent debout contre cette disposition", explique le JDD. Gérard Larcher, président LR du Sénat, a menacé de bloquer toute la réforme si cette exception ne leur est pas accordée.

Un proche du président a assuré au JDD que face au "vieux monde, nos parlementaires veulent mettre un coup de pied dans la fourmilière" et que faute d'accord avec les sénateurs, l'exécutif pourrait utiliser la voie du référendum. Une voie "complète ouverte", commente un proche du chef de l’État. Du côté de l'Élysée, on assume la confrontation : "le Sénat devra décider s’il veut parler à l’opinion publique ou s’il veut parler aux sénateurs".

 
Vu sur : Lu dans Le JDD
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

06.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

07.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 05/03/2018 - 18:28
Le sénat utile et inutile à la fois
Nous avons besoin de personnes expérimentées. Les Romains l'avaient compris. Si le Sénat devait disparaître, il faudrait compenser à la Chambre par un quota de vétérans. Ce qui éviterait au mieux ces partis de « godillots » ou de blancs-becs, qui suivent pour conserver leur poste.
Claude D
- 05/03/2018 - 17:50
Quelque soit le contenu de ce référendum...
... je voterai ''NON''. En effet, M.Macron et ses médias transformeront l’éventuel succès en une approbation massive de toute sa politique passée, présente et future. Déjà que ''Monsieur 20%'' est considéré par tous les médias comme le meilleur représentant de la très grande majorité des français!...Et puis n'ayant jamais voté pour lui et et celles et ceux qui le suivent comme les moutons de Panurge, je ne vois pas pourquoi je devrais commencer.
markina
- 05/03/2018 - 15:07
référendum
Macron ferait bien de faire attention avec la hausse de la GSG et la limitation à 80 km/h !
Les Français en tant que descendants dans leur majorité des Gaulois ont parfois des réactions épidermiques et le référendum sur sa réforme constitutionnelle pourrait bien en pâtir, puisqu'il ne pourra pas la faire passer au congrès, faute de majorité des 3/5.
Qu'il se rappelle que la suppression du lundi de pentecôte n'était pas pour rien dans l’échec de Raffarin en 2005 au référendum sur la constitution européenne.