En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 6 heures 39 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 7 heures 42 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 8 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 9 heures 24 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 11 heures 8 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 12 heures 15 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 13 heures 34 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 14 heures 11 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 14 heures 47 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 16 heures 10 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 7 heures 4 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 8 heures 8 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 8 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 9 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 11 heures 43 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 12 heures 44 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 13 heures 55 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 15 heures 47 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 1 jour 7 heures
© Reuters
© Reuters
Feuille de route

Réforme du Code du Travail : Muriel Pénicaud dévoile les grands axes du projet gouvernemental

Publié le 28 juin 2017
"La modernisation de notre modèle a six aspects. Le premier volet, c'est le code du travail. Il y aura la formation professionnelle, l'apprentissage, l'assurance chômage, le pouvoir d'achat", a expliqué la ministre du Travail lors d'une conférence de presse.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"La modernisation de notre modèle a six aspects. Le premier volet, c'est le code du travail. Il y aura la formation professionnelle, l'apprentissage, l'assurance chômage, le pouvoir d'achat", a expliqué la ministre du Travail lors d'une conférence de presse.

Au lendemain de l'appel lancé par la CGT pour une mobilisation de grande ampleur le 12 septembre, contre la réforme du Code du Travail, Muriel Pénicaud a dévoilé ce mercredi les grands axes du projet que le gouvernement veut mettre en place dès l'été. 

"On ne peut pas réformer le Code du travail tout seul. Il y a le socle de la loi, ce qui se fait dans les branches, et ce qu'il se passe dans l'entreprise. Il faut renforcer le dialogue social et économique (…) La modernisation de notre modèle a six aspects. Le premier volet, c'est le code du travail. Il y aura la formation professionnelle, l'apprentissage, l'assurance chômage, le pouvoir d'achat (…) C'est l'ensemble qui va libérer les énergies", a tout d'abord déclaré la ministre du Travail.

>>>> À lire aussi : Pourquoi la nouvelle loi travail s’annonce surtout comme une simple restauration de la version originale de la Loi El-Khomri

"Nous sommes au tiers d'un cycle de 48 réunions de concertation" avec les organisations patronales et syndicales. "Nous avons fait le pari d'une concertation approfondie et inédite. Tous ont fait des propositions. C'est cette concertation qui va enrichir les ordonnances (…) Une loi d'habilitation est une vraie loi, ce n'est pas un chèque en blanc. On aura plusieurs semaines de débat intense au Parlement", a assuré Muriel Pénicaud

"Au cours de l'été, nous allons mixer la démocratie sociale et la démocratie politique. Le juge de paix, c'est de savoir si, à la fin, cela permet plus d'efficacité économique et de progrès social (...) "Il y a trois grands axes : la bonne articulation entre la négociation par branche et dans l'entreprise, la simplification et le renforcement du dialogue social dans l'entreprise ; la sécurisation juridique du travail", a-t-elle poursuivi.

La ministre a également évoqué le projet de barème des indemnités prud'homales : "En France 150 000 contentieux vont aux prud'hommes chaque année. Il faut donner plus de confiance, plus de droit à l'erreur, pas à faire n'importe quoi... Condamner pour vice de forme quelqu'un qui va créer de l'emploi, je ne vois pas en quoi cela serait utile à l'emploi".

>>>> À lire aussi : Loi travail : le projet Macron est encore plein de flou et pour les syndicats, plus c’est flou, plus il y a de loups

"Il n'est pas question de toucher aux indemnités de licenciement, fixées par la loi et par négociations de branche. On parle du troisième étage, celui des dommages-intérêts en cas de condamnation aux prud'hommes", a expliqué la ministre. 

Quant à la clarification des responsabilités entre la branche et l'entreprise, Muriel Pénicaud assure que le gouvernement a "retenu des choses de la concertation". 

"Il faut renforcer l'accord d'entreprise mais aussi la négociation de branche. À chaque niveau pertinent, il faut du dialogue social". 

"Il y a des sujets qui doivent être réservés à la branche : les salaires minimaux, les classifications, l'égalité homme-femme, la mutualisation des fonds de formation professionnelle. Nous envisageons d'étendre la branche au financement du paritarisme et à la gestion de la qualité de l'emploi (…) (rémunération minimale des temps partiels...) ; le handicap ; les conditions et moyens de l'exercice du mandat syndical", a-t-elle ajouté. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 29/06/2017 - 09:33
Pénicaud, soliste du concert de pipeaux
Langue de bois, expressions creuses, verbe emphatique, promesses démagogiques: ça promet !