En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
Coup de gueule
Christian Estrosi se rebiffe contre la SNCF et prépare l'ouverture à la concurrence
Publié le 06 octobre 2016
Le président de la région PACA a dénoncé "un service intolérable" et "de mauvaise qualité".
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président de la région PACA a dénoncé "un service intolérable" et "de mauvaise qualité".

La région Provence-Alpes-Côte D’Azur fera-t-elle des infidélités à la SNCF ? C’est en tout cas la menace proféré mercredi 5 octobre par Christian Estrosi dans une déclaration tonitruante où il a estimé que la SNCF fournissait "un service de mauvaise qualité pour 300 millions d'euros par an", ce qui était "intolérable".

Christian Estrosi condamne notamment un devis de 291 millions d'euros établi par la SNCF que la région rejette, estimant qu'il y a "36 millions de trop" au vu des "86 trains en grève, annulés ou en panne de conducteur" depuis janvier

"Je romps toute négociation avec la SNCF pour la reconduction d’une convention qui avait été signée il y a dix ans et qui voyait son terme arriver en décembre prochain", a-t-il lancé lors d’une conférence de presse. "J’engage l’accélération de l’ouverture à la concurrence dès 2019", et "même avant si l’Etat le permet".

Le président de la région a expliqué qu’il s’agissait d’une "première en France" et qu’il voulait faire de PACA une "région pilote" en la matière. ll a évoqué une collaboration possible avec la société italienne Thello, qui opère déjà des trains entre la France et l'Italie en concurrençant la SNCF. "Le train n'est pas toujours le plus adapté, des offres alternatives sont à l'étude", a ajouté le premier adjoint au maire de Nice, évoquant notamment les "cars régionaux" et les "bus à haut niveau de service".
 

Vu sur : Lu sur LCI
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
06.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
07.
Près d'un milliard d'euros de dons pour Notre-Dame : une occasion en or pour repenser le lien entre sens de la dépense publique et consentement à l'impôt
01.
Procès Chirac
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 07/10/2016 - 01:15
Lamentable SNCF dirigée par les syndicalistes
CGT et SUD-rail, qui poursuivent avec elle le même but qu'avec la construction navale et les compagnies de transport maritime: l'auto-destruction! Le socialiste Guillaume Pepy est complice de ce syicide. Christian Estrosi est bien trop faible pour s'attaquer à cette machine gigantesque. Ses solutions trouvées de faire appel à des societes de cats ou à Thello ne sont pas compatibles avec les intérêts français. Pendant trente ans les gouvernements UMPS (auxquels a participé Estrosi) ont mis au pouvoir de la S'CF des syndicats d'ultra-gauche. Seul le Front National saura rendre ce pouvoir au peuple de France.
sphynx17
- 06/10/2016 - 17:18
La SNCF,
est un état, lourdement déficitaire, dans l’Etat. On y est salarié de pères en fils, voire su 3 ou 4 générations ; la gamelle des avantages sociaux y est bonne et généreuse, ainsi que l’âge de la retraite. On la défend donc avec becs et ongles, que sont les cartes de la CGT et du PC. Ce qui était compréhensible en 1950, l’est beaucoup moins 65 ans plus tard. Les cheminots actuels ne sont pas maquisards et ne sont plus exposés à des tâches manuelles lourdes ou dangereuses, vu la mécanisation. Confronter cet univers clos, à la concurrence est sain dans l’intérêt des usagers qui paient trop cher en renflouements et en billets.
zouk
- 06/10/2016 - 16:19
...CGT toute puissante à la
...CGT toute puissante à la SBCF, et particulièrement en PACA; dirigée par des fous encore plus irresponsables que Ph. Martinez