En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Dehors

Destitution du chef de l'Etat : le Conseil constitutionnel valide la loi

Publié le 19 novembre 2014
Cette loi organique prévoit les conditions dans lesquelles un chef de l'État peut être destitué par la Haute Cour (Assemblée et Sénat).
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette loi organique prévoit les conditions dans lesquelles un chef de l'État peut être destitué par la Haute Cour (Assemblée et Sénat).

Et si François Hollande était destitué ? La loi en donne désormais la possibilité. En effet, le Conseil constitutionnel a validé ce mercredi cette loi qui prévoit les conditions dans lesquelles un chef de l'État peut être destitué par la Haute Cour (Assemblée et Sénat).

Les Sages ont procédé à une modification puisque pour que la procédure soit enclenché, il faut que 10% des sénateurs ou 10% des députés signent une résolution. D'autre part, alors que le texte d'origine prévoyait une seule demande possible de destitution, le Conseil constitutionnel a autorisé la proposition de plusieurs résolutions. Selon plusieurs sources, "ils ont aussi demandé un règlement pour l'organisation des débats de la Haute Cour". 

En 2007, cette loi avait été voulue par Jacques Chirac mais sa mise en forme avait traîné au fil des présidences successives. Sous l'impulsion de Gérard Larcher, les sénateurs ont fini par l'adopter le 22 octobre. Le président continue à ne pas pouvoir être poursuivi pénalement pendant son mandat (article 67), mais il peut désormais être destitué "en cas de manquement manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 20/11/2014 - 00:19
En Socialie...l'incompétence n'est pas un
"manquement manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat".
Pour Flamby, c'est mort, donc!...
Gilly
- 19/11/2014 - 18:39
Bizarre
"Les Sages ont procédé à une modification". Comme ça, de leur propre chef ? Je ne savais même pas que le Conseil Constitutionnel pouvait changer un texte de loi à sa guise. Atlantico peut nous dire si c'est déjà arrivé par le passé ?
C1iD
- 19/11/2014 - 15:59
Enfin!!
Ca y est, on peut enfin commencer à engager une procédure!! Nous n'avons plus le luxe d'attendre 2.5 ans.