En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

03.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

04.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 1 heure 35 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 2 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 5 heures 12 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 5 heures 23 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 6 heures 23 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 7 heures 30 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 8 heures 50 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 9 heures 12 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 9 heures 16 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 9 heures 16 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 2 heures 6 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 3 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 5 heures 15 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 5 heures 52 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 7 heures 5 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 8 heures 20 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 8 heures 58 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 9 heures 13 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 9 heures 16 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 9 heures 16 min
© Reuters
 Alors que les négociations sur le Pacte de responsabilité se poursuivent, le gouvernement espagnol de Mariano Rajoy vient lui-même d'annoncer une baisse des charges sur les entreprises.
© Reuters
 Alors que les négociations sur le Pacte de responsabilité se poursuivent, le gouvernement espagnol de Mariano Rajoy vient lui-même d'annoncer une baisse des charges sur les entreprises.
Chacun son pacte

Guerre des baisses de charges en Europe : ce à quoi il faut s'attendre

Publié le 04 mars 2014
François Hollande s'est engagé sur la voie d'un pacte de responsabilité qui prévoit des baisses de cotisations sociales pour les entreprises. A peine arrivé au pouvoir en Italie, Matteo Renzi s'est dit prêt à une "réduction à deux chiffres" de la pression fiscale "avec des mesures sérieuses, irréversibles", assurant "des résultats immédiats dès 2014". De son côté, Mariano Rajoy, le Premier ministre espagnol, a proposé il y a deux jours une cotisation unique de 100 euros mensuels pour tout nouveau CDI d'une durée d'au moins trois ans. Une "guerre fiscale" européenne qui s'accélère.
Olivier Passet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Passet est directeur des synthèses économiques chez Xerfi. Il est notamment en charge du suivi des politiques économiques et des mutations de l’appareil de production.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande s'est engagé sur la voie d'un pacte de responsabilité qui prévoit des baisses de cotisations sociales pour les entreprises. A peine arrivé au pouvoir en Italie, Matteo Renzi s'est dit prêt à une "réduction à deux chiffres" de la pression fiscale "avec des mesures sérieuses, irréversibles", assurant "des résultats immédiats dès 2014". De son côté, Mariano Rajoy, le Premier ministre espagnol, a proposé il y a deux jours une cotisation unique de 100 euros mensuels pour tout nouveau CDI d'une durée d'au moins trois ans. Une "guerre fiscale" européenne qui s'accélère.

Atlantico : Alors que les négociations sur le Pacte de responsabilité se poursuivent, le gouvernement espagnol de Mariano Rajoy vient lui-même d'annoncer une baisse des charges sur les entreprises. Peut-on s'inquiéter plus largement d'une "guerre fiscale" entre les différents pays d'Europe ? Quelle forme pourrait-elle prendre ?

Olivier Passet : La guerre fiscale est en fait engagée depuis longtemps en Europe. Elle était déjà très intense avant-crise. Mais elle a continué depuis, en dépit de la crise des finances publiques des pays européens. En moyenne, les taux de cotisations patronales ont baissé de près d’un point chez nos partenaires et le taux de l’IS de 2 points. Depuis 2007, près de 14 pays de l’UE ont mené, à des degrés divers, une stratégie de dévaluation fiscale. J’entends par dévaluation fiscale une baisse de la fiscalité pesant sur les entreprises, assortie ou non d’une hausse de la TVA. C’est le cas de l’Allemagne, en début de crise, puis ensuite, des pays d’Europe du Nord (Finlande, Suède, Danemark), du Royaume-Uni, mais aussi de l’Italie (qui avait baissé de près de 6 points son taux de l’IS en 2008), de l’Espagne qui a déjà baissé ses cotisations chômages et son taux de l’IS à l’aube de la crise. Même la Grèce, dont la fiscalité reste très instable, a baissé son imposition sur les sociétés. C’est le cas également, notamment en début de crise, de presque tous les PECO, de la Bulgarie, de la Hongrie, de la Slovénie, de la République tchèque et de la Lituanie.

L’unification monétaire a en effet déplacé l’instrument traditionnel de la dévaluation par le change sur les salaires (dévaluation salariale, dite "interne"), ou sur la fiscalité (dévaluation fiscale). Avec la monnaie unique la fiscalité reste finalement le seul instrument discrétionnaire mobilisable rapidement pour améliorer l'attractivité et la compétitivité d’un territoire. Mais même des pays comme le Royaume-Uni ou la Suède, en dehors de la zone, ne sont pas privés d’utiliser l’instrument en plus de celui de la baisse du change.  L’ajustement fiscal a en fait été configuré dans de nombreux pays de sorte à ralentir la demande intérieure et à accroître la profitabilité des entreprises résidentes.

Il est clair dans ce contexte, que les annonces françaises ne sont pas passées inaperçues. Une baisse de 30 milliards de cotisations dans la seconde économie européenne ne peut pas laisser de marbre l’Italie ou l’Espagne notamment. Il y a bien un risque de jeu de domino qui peut affaiblir in fine l’efficacité du pacte de responsabilité.

 

Qui sont les plus engagés dans ce type de politiques actuellement ? Les mesures proposées sont-elles similaires ?

Ce sont maintenant les pays du Sud, qui avaient les poings liés par la crise de leurs finances publiques qui entrent dans le jeu, selon des modalités très diverses. La récente annonce portugaise confirme le "jeu de domino fiscal" qui se met en place au sein de la zone et qui ne semble pas prêt de prendre fin. Alors même que le pays demeure assez éloigné des cibles de déficit qu’il s’était fixé, le gouvernement a annoncé l’an dernier son souhait de faire passer l'impôt sur les sociétés de 31,5 % en 2013, à 29,5 % en 2014, puis à 17-19 % en 2018.

C’est au tour aujourd’hui de l’Espagne et de l’Italie, après la France, de faire monter les enchères. Autrement dit, les pays qui ont un train de retard dans la guerre fiscale, comptent rattraper le temps perdu.

La cotisation patronale unique à 100 euros proposée par Mariano Rajoy ne porte que sur 2 ans et ne s’applique qu’aux nouvelles embauches sur un CDI d'au moins 3 ans. Le tout nouveau Premier ministre italien, Matteo Renzi se fixe de son côté un objectif de 10 milliards de réductions de charges dès 2014. On attend quand même de voir. En Espagne d’abord, car les baisses de charges ciblées sur les nouvelles embauches sont une mesure séduisante (la contrepartie en emploi est automatique), mais très difficile à mettre en œuvre. En effet, dans un pays de petites entreprises, elle peut encourager des pseudo-faillites, des pseudo-licenciements pour faire le plein de la mesure. Il introduit aussi une concurrence déloyale entre les anciennes et nouvelles structures. En Italie, les modalités ne sont pas précisées. Mario Monti a déjà échoué dans une précédente tentative.

 

En quoi cela pourrait-il minimiser l'impact du Pacte promis par l'Elysée ?

Il faut avoir en tête que la France avait déjà un problème de compétitivité en 2008. Les options fiscales de ses partenaires l’ont aiguisé. Et le pacte n’est qu’un contrefeu tardif. Il permet à la France de rétablir plus ou moins la situation qu’elle avait en début de crise, notamment vis-à-vis de l’Allemagne. C’est-à-dire de neutraliser les effets de la grosse dévaluation fiscale à laquelle a procédé l’Allemagne entre 2006 et 2009 en baissant de près de 2 points ses cotisations chômage et de 10 points son IS. Mais elle doit encore remonter tout le handicap qu’elle a accumulé dans la première moitié des années 2000. Le fait que les pays du Sud, qui ont déjà procédé à des dévaluations salariales sévères, entrent dans le jeu complique bien entendu les choses. Il y a bien sûr le risque de neutraliser les effets attendus.

En définitive, le contexte fiscal mouvant, offensif, déséquilibré et déséquilibrant qui vient d’être décrit, est une des dimensions essentielle à prendre en compte lorsque l’on pense à une "mise-à-plat" de notre fiscalité. Par ignorance d’un environnement de "déflation fiscale", la France pourrait courir après sa cible. Le CICE et le Pacte apparaissent certes plus que jamais nécessaires, mais déjà insuffisant. Ils rétablissent au mieux le statuquo déjà insatisfaisant d’avant-crise. Alors même, que le gouvernement, dans le sillage du rapport Gallois, entendait une offensive positive en faveur de la compétitivité, en remontant le handicap accumulé sur l’ensemble de la décennie 2000.

Ce "jeu de domino", où chaque pays conquiert dans la douleur un avantage provisoire et participe à la déflation fiscale et sociale européenne, qui doit être au cœur des préoccupations.

 

Quelles seront les premières victimes de cette confrontation ?

Dans ce contexte, les pays dont situations de finances publiques sont les plus dégradés, risquent d’être les premières victimes d’une telle confrontation. Cette concurrence favorise bien-sûr la rationalisation des dépenses publiques. Mais dans la course aux économies budgétaires, on sait que ce ne sont pas uniquement les mauvaises dépenses qui seront sacrifiées. La dégradation des infrastructures ou des dépenses d’avenir peut avoir de lourdes conséquences sur la compétitivité à long termes de ces économies. A ce jeu, il est probable que la divergence réelle sorte encore renforcée. En gros, les pays du Sud sont acculés aujourd’hui dans des stratégies défensives. La France peut se retrouver ce cas de figure, même s’il faut reconnaître que le gouvernement maintient pour l’heure, avec la BPI et le CGI, le cap des dépenses d’avenir.

Il faut aussi noter qu’à ce jeu, même l’Allemagne s’affaiblit. Elle voit depuis peu à peu ses parts de marché s’éroder. C’est peut-être un signe que l’Europe dans sa globalité est perdante à ce jeu, même si ses excédents commerciaux record voilent le problème.

 

Secteurs économiques 

A ce jeu non coopératif, ce sont les industries de positionnement intermédiaires qui sont les plus pénalisées. La compression des marges en France en est la traduction la plus évidente. Mais l’on voit aussi que la pression sur les salaires et la dynamique de déflation qui se diffuse à l’ensemble du marché intérieur pénalise maintenant tous le secteur des services : le commerce, l’hôtellerie, la restauration, les services aux particuliers.

 

Ces rivalités ne risquent-elles pas d'endommager la solidarité européenne ? Ainsi que son économie dans son ensemble ?

Oui, bien entendu. C’est un problème majeur et même prioritaire qu’il ne faut pas minimiser. Le problème principal des dévaluations internes, c’est qu’elles ne sont pas concertées ou encadrées comme les dévaluations de change. C’est un jeu dans lequel des pays comme l’Allemagne ou la Suède, commercialement excédentaires de près de 7 % du PIB en 2007, ont exercé l’option de la dévaluation. Une option qui a renforcé la divergence européenne, puisque ces pays bénéficiaient déjà de la dynamique de polarisation industrielle au sein de l’espace européen. Il paraît dès lors plus que jamais indispensable de progresser en matière de coopération et d’harmonisation fiscale. Les tentatives passées concernant l’IS, pour instaurer des fourchettes de taux ou des taux plancher, ou même encore une base commune, sont toujours restées lettre morte. La conquête d’un cadre fiscal compétitif et stable en France, ne prendra toute sa portée, que si l’UE et la zone euro progressent sur la voie de l’harmonisation.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
yavekapa
- 04/03/2014 - 22:15
ça fait des années que la guerre fiscale existe
mais beaucoup plus d'année avec la guerre économique, que les français livrent avec la fleur au fusil, une cartouchière de balles à blanc, et un boulet pesant à chaque pied.
au fur et à mesure que les années avancent, les français reculent, et vont bientôt être rattrapés par la voiture balai du sous-développement.
mich2pains
- 04/03/2014 - 19:40
Pour épargner votre sensibilité ......
ils ne vous parlent QUE .....du dumping social et fiscal prévus par l'Espagne , l'Italie et le Portugal !
Quand on sait de quoi ils sont capables en ce domaine , les nouveaux entrants de l'U.E , du côté des ex pays de l'Est , avec leurs "TRAVAILLEURS DETACHES " , on ne peut plus se rassurer à si bon compte !
Les faits sont têtus et sinistres mais pas irréversibles !
Seul , un vote FN aux Européennes pourra remettre leurs pendules à l'heure de .....PARIS ! (adieu Bruxelles , adieu KIEV et ANKARA )
kim yong zéro
- 04/03/2014 - 15:33
a voir...
Matheo Renzi promet...quant on voit la situation des PMe en italie,on se rend compte que toutes les déclarations des précédents gouvernements étaient de la fumée ,visant a faire plus de cadeaux aux plus grosses entreprises.En france il n'y aura pas de baisse de charges sociales pour les petites sociétés.Ne faire confiance qu'aux politiciens qui AGISSENT en premier,au lieu de déblatérer