En direct
Best of
Best of du 14 au 20 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

05.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

06.

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

07.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

05.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

06.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Pas d'hommes, pas de problèmes
La saleté à Paris ? "Un problème d'éducation" pour Anne Hidalgo
il y a 5 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Contre l'écologisme" de Bruno Durieux : Contre l'écologisme, Pour une croissance au service de l'environnement

il y a 7 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L’homme à la tête de chou" : Un hommage à Gainsbourg proche de la perfection, mais qui pèche là où on ne s’y attendait pas...

il y a 7 heures 46 min
pépites > Politique
Immigration et personnes âgées
Sibeth Ndiaye : Le débat sur l'immigration souffre de "trop de passions"
il y a 10 heures 27 min
décryptage > Société
Les yeux ouverts

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

il y a 12 heures 17 min
décryptage > Social
La chair est faible, l'esprit aussi

Etude sur les conditions de travail : pourquoi la pénibilité a changé de camp

il y a 12 heures 29 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment le nouvel Ipod touch réhabilite un support parfois jugé obsolète
il y a 12 heures 53 min
décryptage > Religion
Repentance

Abus sexuels dans l’Eglise : ce renouveau spirituel qui devrait accompagner l’appel au témoignage

il y a 13 heures 12 min
décryptage > Politique
Division des droites ?

LR face à la Convention de la droite : deux droites différentes ou deux générations ?

il y a 13 heures 28 min
light > Culture
Héritage
Plus de 12 millions de visiteurs ont participé aux Journées du patrimoine en France
il y a 1 jour 1 heure
pépites > International
Rapatriement
10 000 Français bloqués à l'étranger après la faillite de Thomas Cook
il y a 6 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Le cours classique" : L'éducation continue de faire parler ... au théâtre aussi

il y a 7 heures 35 min
light > Histoire
Fiesta loki
Comment les berserkers vikings entraient en transe avant le combat
il y a 9 heures 25 min
décryptage > Société
Blindhunter

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

il y a 11 heures 38 min
décryptage > Sport
Se queda

LYON/PSG: O/1 : Grâce à Neymar, les Parisiens s'imposent sans trembler et marquent les esprits

il y a 12 heures 24 min
décryptage > Finance
Ca va tweeter

Pour Trump, la Fed et Jerome Powell n’en font jamais assez… pour compenser les effets de sa politique !

il y a 12 heures 42 min
décryptage > Société
Profit

Comment les géants du porno en ligne profitent du "revenge porn" malgré leurs dénégations

il y a 12 heures 59 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

il y a 13 heures 22 min
décryptage > Economie
En même temps

Martin Wolf 1 - Thomas Piketty 0 : ou comment comprendre les dérives du capitalisme financier sans renoncer au libéralisme

il y a 13 heures 42 min
light > Culture
Chiffres pharaoniques
1,42 million de personnes ont visité l'exposition Toutânkhamon
il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
  D'après une théorie développée sur le site de Project Syndicate (voir ici), les relations entre dépenses d'investissements et résultats de ces investissements deviennent de moins en moins directes.
© Reuters
  D'après une théorie développée sur le site de Project Syndicate (voir ici), les relations entre dépenses d'investissements et résultats de ces investissements deviennent de moins en moins directes.
Nouvelle donne

L'autre (surprenante) raison pour laquelle les entreprises n'investissent plus

Publié le 05 mars 2014
Et s'il existait une autre donnée que celle des perspectives économiques moroses ou des politiques budgétaires incertaines pour expliquer le refus des entreprises à investir ? Les relations entre dépenses d'investissements et résultats de ces investissements deviennent en effet de moins en moins directes.
Jean-Pierre Corniou est directeur général adjoint du cabinet de conseil Sia Partners. Il est l'auteur de "1,2 milliards d’automobiles, 7 milliards de terriens, la cohabitation est-elle possible ?" (2012).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Corniou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Corniou est directeur général adjoint du cabinet de conseil Sia Partners. Il est l'auteur de "1,2 milliards d’automobiles, 7 milliards de terriens, la cohabitation est-elle possible ?" (2012).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et s'il existait une autre donnée que celle des perspectives économiques moroses ou des politiques budgétaires incertaines pour expliquer le refus des entreprises à investir ? Les relations entre dépenses d'investissements et résultats de ces investissements deviennent en effet de moins en moins directes.

Atlantico :  D'après une théorie développée sur le site de Project Syndicate (voir ici), les relations entre dépenses d'investissements et résultats de ces investissements deviennent de moins en moins directes, comment l'expliquer ?

Jean-Pierre Corniou : Après avoir connu une convalescence souvent spectaculaire, dont elles sont ressorties à la fois plus robustes et plus agiles, les entreprises américaines sont nombreuses à afficher un taux record de rétention de liquidités. Elles choisissent soit de les conserver sous forme de cash très faiblement rémunéré aux taux courants du marché, soit de racheter leurs propres actions. Aux États-Unis, les entreprises ont ainsi racheté, en 2013, 600 milliards de leurs propres actions. Le meilleur exemple est Apple qui dispose d’une trésorerie de 158 milliards $ pour une capitalisation de 343 milliards $. Pourquoi des entreprises performantes conservent-elles un niveau de cash si élevé ce qui paraît à la fois improductif et inquiétant sur leur capacité d’usage de leurs résultats ? Il faut souligner que pour des raisons fiscales, pour reprendre l’exemple d’Apple, seuls 34 milliards $ sont détenus aux États-Unis, le reste, 124 milliards $, étant détenu off-shore, ce qui rend l’usage pertinent de ces liquidités moins évident.

Ainsi, l'hésitation des entreprises à investir pourrait s'expliquer non pas seulement par des perspectives économiques moroses, des budgets ou des politiques budgétaires incertaines mais aussi par une autre donnée. Les entreprises préféreraient ainsi l'investissement sur des idées ou des projets très prometteurs, des "gagnants qui raflent tout", à des investissements dans de l'innovation dite "normale" ? Pourquoi ?

La situation économique est le résultat de l’action de forces complexes et désormais mondiales dont l’analyse est éprouvante pour les dirigeants. Aucune certitude durable n’émane des signaux du marché. Le risque de tout investissement s’accroît. Dans un domaine aussi crucial que les carburants pour l’automobile, la valse hésitation entre le solaire, les bio-carburants, le gaz naturel ou l’électricité rend les investissements dans ces techniques trop sensibles à des facteurs exogènes non maîtrisables, comme la réglementation et la fiscalité. Par exemple parmi les pays émergents, les BRIC, n’apparaissent plus comme l’Eldorado encore promis il y a quelques mois. Le ralentissement de leur croissance, la fragilité de leurs systèmes politiques, les tensions internes, sociales ou environnementales, n’épargnent aucun pays émergent et l’investissement y est donc aléatoire. Comme par ailleurs les pays matures connaissent des marchés atones et un vieillissement structurel, les opportunités d’investissement sûr se raréfient. En fait, nous sommes dans une période de transition entre un monde conventionnel, fondé sur la consommation individuelle et l’énergie abondante, et un monde plus frugal fondé sur la créativité, l’imagination, l’usage limité des ressources naturelles. Le "cerveau d’œuvre" devient plus crucial que la "main d’œuvre" dans la compétitivité mais c’est un processus progressif. L’investissement dans les techniques du futur ne peut plus seulement provenir d’entreprises isolées mais de réseaux collaboratifs partageant les risques, les compétences et les gains. C’est un changement majeur dans la logique de l’entreprise que mettent en œuvre sans tabou la plupart des start-up.

 Quelles en sont les conséquences sur l'économie globale ?

Cette inquiétude ralentit de façon sensible l’émergence de nouveaux éco-systèmes plus performants et plus novateurs. L’investissement sur des technologies nouvelles, dans tous les secteurs, est par nature risqué. Or le champ des nouvelles technologies de l’information, des bio-technologies, des énergies alternatives, de la recherche de nouveaux matériaux, de nouvelles filières chimiques ou pharmaceutiques est aléatoire, échappe aux classifications traditionnelles, impose de nouvelles combinatoires de techniques et de compétences. Le risque est élevé, les gains difficiles à projeter et à financer dans des plans classiques. Ceci conduit donc à prolonger sans enthousiasme les techniques et les organisations anciennes et à différer le rythme de la transformation.

L'exemple de Microsoft qui peine à concurrencer Apple malgré des dépenses d'investissements supérieures est frappant, peut-on citer d'autres exemples ?

La réussite sur les marchés n’est pas seulement liée aux dépenses de recherche-développement. D’ailleurs le niveau d’investissement nécessaire pour réussir dans les programmes et techniques informatiques est beaucoup moins élevé que dans les activités industrielles fortement capitalistiques. C’est donc bien l’idée qui l’emporte sur les moyens. Le succès de Facebook est un excellent exemple. Les marchés sont sensibles à de multiples facteurs et cette alchimie est rendue complexe par la diffusion immédiate à travers le web de toutes les analyses. Un échec peut se décider en quelques heures si les commentaires pour un produit sont simplement sceptiques. Le droit à l’échec pour une entreprise leader est très limité alors que les start-up osent tout pour se faire repérer. Les conséquences d’une déception sur un produit nouveau sont beaucoup plus graves que le simple effet comptable d’un échec partiel. Il y a donc un avantage considérable pour les petites structures innovantes au détriment des grandes sociétés établies.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

05.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

06.

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

07.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

05.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

06.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
totor101
- 06/03/2014 - 10:31
C'est tout simple ! Les
C'est tout simple !

Les entreprises ont tout un même désir : pouvoir éviter l'emprise des banques…
Les grosses réussissent, les petites crèvent.
kiki08
- 05/03/2014 - 22:51
retraite
je viens de prendre la retraite . je regrette d'avoir travaillé comme
un fou toute ma vie . j'aurais du faire comme beaucoup,
le rmi quelques bricoles, et j'aurais exploité le système plutôt que
le contraire , j'aurai été un profiteur, j'aurai voté socialiste mais je
me serais bien moins fatigué et j'aurai été moins pris pour un con
par mon pays .
kiki08
- 05/03/2014 - 22:24
des raisons simples
en france ,ce gouvernement et les syndicats sont responsables
du plus gros des problèmes.
il ne faut pas être une lumière pour voir que les grosses
entreprises mettent leur argent a l'abri.
la plus part des pme et tpe réduisent la voilure en attendant un
changement de gouvernance.
les artisans et commerçants en solo , quelque uns abandonnent,
ceux qui sont prés de la retraite arrêtent leur activité a la seconde
ou ils le peuvent .
ceux qui résistent fonctionnent a minima, pour réduire leurs
charges.
beaucoup sont prêts a mettre la clef sous la porte par
manque de travail.
a part les grosses entreprises , pour le reste c'est un constat
sur le terrain (collègues , marchands de matériaux)
je ne parle pas de chiffres, ceux que nous donnent le
gouvernement sont tous faux et ceux qui concernent les
prévisions sont catastrophiquement irréalistes .
il faut se préparer a des années difficiles et surtout pas conter
sur l'europe .