En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Les jeunes Français définissent leur génération comme "sacrifiée" ou "perdue".
Descente sociale
La génération Y ne croit plus à l'ascenseur social : pourquoi la réalité est probablement bien pire que tout ce qu'elle peut imaginer
Publié le 26 février 2014
Avec
L'enquête menée auprès de 210 000 jeunes de 18 à 34 ans pour France Télévisions dans le cadre de son opération "Génération quoi" révèle le pessimisme des jeunes. Interrogés sur leur devenir personnel, les jeunes répondants sont près des deux tiers à se déclarer plutôt ou très optimistes. En revanche, le regard qu'ils portent sur le destin de leur génération est extrêmement sombre. "Vingt ans n'est pas le plus bel âge de la vie", pensent-ils majoritairement (à 51 %).
Nicolas Goetzmann est stratégiste macroéconomique et auteur d'un rapport sur la politique monétaire européenne pour le compte de la Fondapol.Marie Duru-Bellat est chercheur à l'Observatoire sociologique du changement et enseigne à Sciences Po. Elle a...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est stratégiste macroéconomique et auteur d'un rapport sur la politique monétaire européenne pour le compte de la Fondapol.Marie Duru-Bellat est chercheur à l'Observatoire sociologique du changement et enseigne à Sciences Po. Elle a...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'enquête menée auprès de 210 000 jeunes de 18 à 34 ans pour France Télévisions dans le cadre de son opération "Génération quoi" révèle le pessimisme des jeunes. Interrogés sur leur devenir personnel, les jeunes répondants sont près des deux tiers à se déclarer plutôt ou très optimistes. En revanche, le regard qu'ils portent sur le destin de leur génération est extrêmement sombre. "Vingt ans n'est pas le plus bel âge de la vie", pensent-ils majoritairement (à 51 %).
Avec

Atlantico : L'enquête menée auprès de 210 000 jeunes de 18 à 34 ans pour France Télévisions dans le cadre de son opération "Génération quoi" révèle une jeunesse qui se définit comme "sacrifiée" ou "perdue". Cette génération fait le constat amer d'instruments de mobilité sociale qui ne fonctionnent pas. Ce constat est-il corroboré par les faits ? L'étude historique des phénomènes de mobilité sociale montre-t-elle que la situation s'est à cet égard dégradée ?

Nicolas Goetzmann : Les différentes études relatives à la mobilité sociale dressent à peu près le même tableau : la mobilité sociale est plutôt stable dans le temps, et reste marginale. Il s’agit plus d’un « incident » qu’autre chose. La problématique actuelle concernant la jeunesse est que la crise produit une sorte de sclérose supplémentaire sur cette mobilité qui est déjà faible structurellement. Un jeune qui s’apprête à voter pour la première fois en 2014 avait 12 ans en 2008, il ne connait que la crise, c’est son horizon. La dernière croissance forte en France, celle de la fin des années 90, n’est même pas un souvenir pour lui. La perception du monde n’est pas du tout la même que pour un aîné, si nous prenons en compte ces éléments.
La principale force de l’élévation économique est la croissance et celle-ci est inexistante depuis 6 ans, ce qui se provoque un phénomène encore plus violent : le déclassement. C’est-à-dire que même en renonçant à l’élévation de son niveau de vie, la situation est telle que la probabilité de chute sociale s’intensifie.

Marie Duru-Bellat : Ce qui est ridicule c’est de penser qu’avant il y avait beaucoup plus de mobilité sociale. C’est complètement faux, sauf pendant les années 1960, et éventuellement les trente glorieuses. Tout simplement parce qu’il y avait à la fois assez peu de diplômés et des opportunités d’emploi, notamment d’emplois qualifiés. Seuls les diplômés, c'est-à-dire peu de monde pouvaient monter dans l’échelle sociale. Nous sommes à l’heure actuelle dans un régime de croisière où il y a beaucoup de diplômés et des emplois qualifiés qui n’explosent pas. Mais ce n’est pas une panne momentanée, c’est un nouveau régime qui n’est pas très exceptionnel.

Plusieurs études économiques, notamment aux Etats-Unis, tentent de trouver de nouvelles explications à la persistance des inégalités sociales. Selon l'économiste Gregory Clarck, elles relèveraient avant tout de différences génétiques, et de leur perpétuation. Que faut-il en penser ? Quand bien même on n'adhérerait pas à l'intégralité de ses conclusions, en quoi cette approche peut-elle changer la donne ?

Nicolas Goetzmann : Gregory Clark a fait un travail considérable, aussi bien dans le temps, que géographiquement. De la Suède du XVIIe siècle, à la Chine du XXe, aux Etats Unis du XXIe siècle, le constat est le même : la mobilité sociale relève plus de l’anecdote que d’une quelconque réalité à grande échelle. Clark se base sur l’étude des noms de famille et constate que la perpétuation des inégalités traverse les siècles. Même Mao a échoué à effacer ces différences.
Après avoir éliminé les causes les unes après les autres, Clark conclue que la génétique est la principale force qui explique cette situation. Elle n’est pas la seule, le niveau économique, l’éducation etc. sont également des facteurs mais l’héritage génétique, génération après génération, serait le principal déterminant de nos vies. Comme le dit l’auteur; le constat est désagréable. Et il tente de corroborer son étude en analysant la situation des enfants adoptés. Le constat est que ces enfants ont tendance à reproduire le schéma social de leurs parents biologiques, et non de leurs parents adoptifs.

Marie Duru-Bellat : Un patrimoine génétique s’observe chez des gens âgés, qui ont déjà une certaine expérience sociale, c'est-à-dire chez des adultes. Chez l’être humain, on ne peut isoler le génétique, un gène s’exprime dans un milieu, tous les biologistes vous le diront. Si les milieux sociaux sont très différents dans la qualité de vie : la qualité de la nutrition, les soins dans l’enfance et toute la vie. En France, tous les biologistes sérieux diront qu’il est complètement ridicule d’imaginer qu’on puisse isoler le rôle du capital génétique chez l’adulte. Comment peut-on imaginer que les plus riches auraient un meilleur bagage génétique ? 

Faut-il comprendre que les explications socio-économiques ne suffisent plus à comprendre les mécanismes de perpétuation des inégalités sociales ? A-t-on sur-estimé les capacités des sociétés à lutter contre les mécanismes de l'héritage dans toutes ses dimensions ?


Nicolas Goetzmann : A mon sens cela ne remet rien en question sur ce qui peut être fait. Si la génétique est le principal facteur, et bien soit, mais on ne peut rien faire pour changer cela alors il faut se concentrer sur ce qui peut être fait. Même si nous avons constamment surestimé la capacité de nos sociétés à favoriser la mobilité sociale, cela n’est pas une raison pour baisser les bras. Car au-delà de la mobilité au sein de l’échelle sociale, le plus important est de permettre à ceux qui sont les moins favorisés de vivre correctement. En luttant contre la pauvreté, en luttant pour le plein emploi, nous n’arriverons peut être pas à rendre la société plus fluide, mais on améliorera le sort des plus pauvres. Clarck le dit lui-même, une société de mobilité à grande échelle est une utopie, mais une société qui lutte contre les effets de ces inégalités est un objectif.

Marie Duru-Bellat : Il est probable qu’on pense trop que l’école peut tout faire. Particulièrement en France, surtout en ce moment avec les questions de genres : on pense qu’on va lutter contre les préjugés en apprenant dans les écoles que ce n’est pas bien. On surestime les capacités de l’école, d’autant plus que les études de Thomas Piketty l’ont bien montré, le patrimoine a de plus en plus d’importance, parce qu’on est dans une phase de faible croissance, donc le revenu a moins de poids que le patrimoine. C’est sans doute plus difficile que prévu, et l’école est peut-être moins puissante que prévu.


Une récente étude du Brookings Institute "the glass floor" mettait en avant la plus grande influence de la richesse par rapport à l'intelligence dans le processus de la mobilité sociale. Les deux visions sont elles contradictoires ?


Nicolas Goetzmann : L’étude du Brookings, même si elle glissait un peu la question sous le tapis, confirme cette situation. La génétique n’est pas ignorée dans cette étude, mais elle traité de façon marginale car le politique n’a pas de prise sur ce point. La question n’est donc pas pertinente politiquement en termes de réformes. Le Brookings s’inquiétait plutôt de voir que malgré la plus grande proportion de gens avec des QI élevés dans les classes sociales supérieures, il n’était pas acceptable de voir que même lorsque cela n’était pas le cas, les inégalités persistaient. Ce phénomène est simplement dû au fait que les enfants favorisés sont protégés par un niveau d’éducation supérieur, et qui profite à des enfants qui ne le « méritent » pas toujours. Mais le Brookings se rend bien compte qu’il n’est pas possible de demander aux parents de ne pas aider leurs enfants…La question revient au point de départ : comment peut-on aider au mieux les enfants les moins favorisés ?

Marie Duru-Bellat : Aux Etats-Unis, il est probable que, notamment avec la montée des super riches, la richesse prend plus d’importance par rapport à l’éducation. Elle est moins articulée avec l’emploi contrairement à la France. Donc, on ne peut pas savoir si ce constat fait aux Etats-Unis va être aussi marqué chez nous. D’abord, parce qu’on a moins d’inégalités de revenus, et parce que les relations formation-emploi sont plus serrées. Mais, il est possible que des facteurs matériels prennent plus d’importance, notamment parce qu’on a beaucoup élevé le niveau d’éducation. Aujourd’hui, avoir un niveau d’éducation élevé fait moins la différence qu’avant.

Derrière ce constat pessimiste, y a-t-il des points d'espoir qui puissent nuancer ce tableau ?


Nicolas Goetzmann : Oui, bien entendu. Ce n’est pas parce que la mobilité sociale n’a pas évolué que le niveau de vie est resté le même. L’espérance de vie, le niveau de revenus, l’accès aux soins, l’accès à l’éducation, la sécurité, les conditions de travail etc…tous ces éléments ont accompagné l’évolution de la société, mais par contre l’ascenseur social est en panne, il n’a d’ailleurs jamais réellement existé.
Et pour que ce processus puisse se poursuivre dans le temps, il faut mettre en place des politiques de croissance, de plein emploi. Parce que cette situation de sclérose actuelle est un moteur contestataire, comme le démontre l’étude publiée par le monde qui souligne le fait que 61% des jeunes sont prêts à participer à une révolte de grande ampleur. Cela ressemble à un signal d’alarme pour tout le monde, ce n’est pas exactement une incitation à mettre en place une politique d’austérité.

Marie Duru-Bellat : Il ne faut pas exagérer, on est dans un pays riche. Les jeunes d’aujourd’hui ont en pouvoir d’achat beaucoup plus que les jeunes des trente glorieuses. La génération des années 1960-70 n’avait pas accès à toute la documentation qu’ils ont pour faire leurs études et à un panel de biens aussi important. Le pouvoir d’achat sur les dernières années n’a pas arrêté de s’élever. 


A la lumière de ces nouvelles approches, quelles solutions penser pour malgré tout encourager davantage de mobilité sociale ?


Nicolas Goetzmann : Renforcer les moyens éducatifs pour les tous petits. L’impact est le plus fort avant 3 ans, après le résultat est plus faible mais tout le secteur éducatif doit être une priorité.
Ensuite, une politique de plein emploi, ce qui n’est pas une utopie, c’est un choix politique réel. Une politique de plein emploi améliore considérablement les capacités des plus démunis à élever leur niveau de vie, même si la mobilité est réduite, la sortie de la pauvreté est favorisée. Le plein emploi c’est une situation on chacun peut quitter son travail du jour au lendemain en pouvant avoir confiance d’en trouver un autre le lendemain. C’est le renversement du pouvoir entre employeur et salariés. Ce qui signifie que la notion de mérite peut y prendre un peu plus de sens.

Marie Duru-Bellat : Ce qui contribuerait à développer la mobilité sociale, ce serait la formation en cours de vie active. Ce qui caractérise la France, c’est qu’on a très peu de formations continuées, et c’est un facteur de l’anxiété des jeunes. Ils ont l’impression qu’ils jouent toute leur vie à 20 ans, s’ils ratent leurs études, ils sont finis. Heureusement, ce n’est pas vrai bien sûr, mais c’est qu’on a assez peu de chances d’améliorer son sort grâce à des formations ultérieures.

Pour en savoir plus sur ce sujet, lisez le nouveau livre de Nicolas Goetzmann : Sortir l'Europe de la crise : le modèle japonais, (Atlantico éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Le Royaume-Uni champion des investissements en capital risque malgré le risque du Brexit
04.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
05.
Et encore des contacts "volés" à ses utilisateurs : l’heure de dissoudre Facebook est-elle venue ?
06.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
07.
Notre-Dame de Paris : l'entreprise en charge des travaux impliquée dans un autre départ de feu récent
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (37)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 26/02/2014 - 22:57
Je suis incapable de lire cet article qui se gargarise
avec l'adjectif "social" tous les trois mots et se fixe pour objectif, l'objectif de tous les socialo-communismes:
La fameuse et indetronable "réduction des inégalités", qui se traduit, en pensée unique gauchiste, par: "nivellement par le bas"...
J'avais un prof qui donnait un conseil salutaire à ceux qui ne réussissaient pas, car persistant dans leurs erreurs:
"Changez tout, faites exactement l'inverse!..."
Et je suis persuadé que si la France faisait l'inverse de son mantra gauchiste qui veut absolument réduire les inégalités, sans jamais parvenir à autre chose qu'à niveler par le bas, si elle cultivait ses différences et la complémentarité de ses idéaux, si elle sortait des discours binaires et acceptait la globalisation des savoirs et des passions, elle pourrait inverser la décadence!
Mais pour cela, elle devrait "tout changer, faire l'inverse de ce qui a toujours raté", et se dire " cultivons nos inégalités et même, renforçons-les, ne soyons plus jaloux de ceux qui gagnent plus, encourageons-les car ils nous entraîneront derrière eux!!"
Et peut-être aurons-nous une chance de "niveler par le haut", pour une fois...
boblecler
- 26/02/2014 - 21:40
zoe du raffio vaut 600 milliards d'euros
Elle omet de rappeler que SARKO a fait 600 milliards d'euros de dette, 125 milliards d'euros de déficit et un million de chômeurs supplémentaires, l'enfoiré a préféré 360 milliards aux banques quand la gauche sauvegarde l'emploi dans l'automobile avec seulement 800 millions d'euros dans le capital qui pourra être revendu sur le marché boursier. Alstom va aussi bénéficier de cette aide publique. Zoe devrait avoir honte quand les Monarchies du golf, les Chinois, les Indiens et les Brésiliens ont des fonds souverains, que l'Etat intervient chez eux et qu'on devrait faire le libéralisme au nom d'une propagande que même les USA n'appliquent pas avec FACEBOOK ou GOOGLE qui reçoivent des subsides de la NSA ou du Pentagone. On se fout de qui?
Satan
- 26/02/2014 - 20:13
France réveille toi!
Et devient une démocratie réelle! La jeunesse te réclame!