En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

06.

L'arrestation du fils d'El Chapo entraîne des affrontements violents entre la police et le cartel de Sinaloa

07.

Yassine Belattar décide de démissionner du Conseil présidentiel des villes

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Catalogne
Grève générale : très forte mobilisation des indépendantistes catalans dans les rues de Barcelone
il y a 12 heures 32 min
pépites > Justice
EI
La justice française a émis un mandat d'arrêt international contre Abou Bakr al-Baghdadi
il y a 13 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Surface" d'Olivier Norek : la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 14 heures 35 min
pépite vidéo > International
Culiacan
L'arrestation du fils d'El Chapo entraîne des affrontements violents entre la police et le cartel de Sinaloa
il y a 15 heures 40 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand on fait mieux que le superlatif et quand on s’illumine comme une éclipse : c'est l’actualité des montres en veille de Brumaire
il y a 16 heures 46 min
pépites > France
Casse-tête budgétaire
L'Assemblée nationale valide la suppression de la taxe d'habitation
il y a 17 heures 31 min
pépites > France
TER
Un mouvement social "inopiné" à la SNCF perturbe la circulation
il y a 17 heures 57 min
décryptage > Société
Bonne gouvernance

Pour sortir (enfin) de la crise des services publics

il y a 20 heures 24 min
rendez-vous > France
Géopolitico-scanner
Destin méditerranéen, immigration, communautarisme, délinquance : Marseille sans fatalisme mais sans langue de bois, entretien avec un homme politique qui monte, Bruno Gilles
il y a 20 heures 59 min
décryptage > Economie
Règle commune

Taxation des multinationales : l’OCDE fait un petit pas sur un très grand chemin

il y a 21 heures 28 min
pépite vidéo > International
Meilleur président ?
Donald Trump ironise sur le bilan d'Emmanuel Macron sur la question du chômage
il y a 12 heures 58 min
light > Politique
Lettre ouverte
Yassine Belattar décide de démissionner du Conseil présidentiel des villes
il y a 14 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Avant que j'oublie" de Anne Pauly : un magnifique roman sur le deuil

il y a 15 heures 26 min
pépites > Justice
Blanchiment aggravé
Patrick Balkany condamné à 5 ans de prison et à 10 ans d'inéligibilité, 4 ans de prison ferme sans mandat de dépôt pour son épouse Isabelle
il y a 16 heures 13 min
pépites > Terrorisme
Lutte antiterroriste
Un projet d'attentat "inspiré du 11 septembre" a été déjoué en France
il y a 17 heures 2 min
décryptage > Société
Laïcité

Sur le voile, Jean-Michel Blanquer a dix longueurs d’avance sur Emmanuel Macron

il y a 17 heures 46 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 18 heures 55 min
décryptage > France
Effets

Loi alimentation : le gouvernement persiste malgré les effets pervers

il y a 20 heures 48 min
décryptage > Europe
Brexit

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

il y a 21 heures 10 min
décryptage > Consommation
Non on ne vous parle pas d’Apple

Cosmic Crisp, la nouvelle pomme américaine qui part à l’assaut du monde

il y a 21 heures 58 min
© Reuters
De nombreux conservateurs annoncent la mort de l'exceptionnalisme américain.
© Reuters
De nombreux conservateurs annoncent la mort de l'exceptionnalisme américain.
La mort de l'oncle Sam

Les Etats-Unis en plein doute existentiel : l'exceptionnalisme américain est-il mort ?

Publié le 12 février 2014
Le National Journal titre dramatiquement "The End of American Exceptionalism", concept selon lequel les États-Unis seraient une nation unique. Vraiment mort, l'exceptionnalisme américain...? Pas sûr !
André Kaspi, est agrégé d'histoire, spécialiste de l'histoire des États-Unis. Il a été professeur d'histoire de l'Amérique du Nord à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et directeur du Centre de recherches d'histoire nord-américaine (CRHNA). Il a...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Kaspi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Kaspi, est agrégé d'histoire, spécialiste de l'histoire des États-Unis. Il a été professeur d'histoire de l'Amérique du Nord à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et directeur du Centre de recherches d'histoire nord-américaine (CRHNA). Il a...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le National Journal titre dramatiquement "The End of American Exceptionalism", concept selon lequel les États-Unis seraient une nation unique. Vraiment mort, l'exceptionnalisme américain...? Pas sûr !

Atlantico : Comment définir l'exceptionnalisme américain ? Ce phénomène propre aux Etats-Unis et qu'on ne trouve nulle part ailleurs, d'où tire-t-il ses origines ?

André Kaspi : Les Etats-Unis ont été fondés à la suite d'une révolution contre l'Angleterre. Mais ils ne se sont pas contentés de dire qu'ils étaient hostiles à leur métropole : ils ont défini un certain nombre de principes, dans la déclaration d'indépendance de 1776 et dans leur Constitution, de 1787, qui est toujours en vigueur. Ces principes s'appliquent à l'ensemble de l'humanité. Ils considèrent être porteurs de valeurs universelles ; valeurs qui ont été reprises, ou en tout cas défendues, par la Révolution française. Il y a donc un exceptionnalisme américain ; complété (ou concurrencé) par un exceptionnalisme français.

Les Américains considèrent qu'ils ont une mission universelle à remplir ; qui correspond aux principes énoncés tant dans la Déclaration d'indépendance que dans la Constitution.

Désormais de nombreux conservateurs annoncent la mort de cet exceptionnalisme et font porter la faute à Barack Obama. En quoi l'exceptionnalisme américain est-il menacé ?

L'exceptionnalisme n'est pas menacé, je ne le crois pas. Je pense d'ailleurs que les conservateurs continuent à défendre les valeurs universelles qu'il représente. Simplement, ils estiment que Barack Obama va au-delà de ces principes. Il est, à leurs yeux, un homme qui trahit les idéaux américains, une sorte de socialiste, qui plutôt que de défendre la liberté individuelle s'orienterait vers un Etat collectiviste. Ce qui peut paraître surprenant, vu d'Europe, signifie quelque chose vu des Etats-Unis.

L'Amérique, aujourd'hui, est profondément divisée. Pas sur la défense des valeurs contenues dans les deux documents que j'ai mentionnés auparavant, mais sur l'application de ces valeurs. Sur la manière dont Barrack Obama pourrait s'en servir et transformer, somme toute, l'idéologie américaine en une sorte d'idéologie plus moderne et donc plus contestable aux yeux des conservateurs.

L'exceptionnalisme a-t-il perdu de sa justification, est-il devenu anachronique ?

Il n'y a pas de déclin de l'exceptionnalisme, il y a deux possibilités. Ou bien, il est limité aux frontières des Etats-Unis, ou bien cet exceptionnalisme est exportable. Soit il est réservé aux Américains, et les autres nations du monde se débrouillent comme elles peuvent ; soit les Américains sont porteurs d'une mission universelle et doivent faire partager aux autres les valeurs qu'ils défendent eux même. La vraie césure est là. Il y a, aujourd'hui, une réflexion nouvelle sur la portée de cet exceptionnalisme.  Est-il uniquement américain ou a-t-il vocation à être universel ?

Que signifierait la mort de cet exceptionnalisme ? Pour les États-Unis et pour le monde ?

Ce serait une perte énorme. Cela voudrait dire que les Américains se replient entièrement sur eux même, avec tout ce que cela signifie. Cela signifierait que les Etats-Unis se désintéressent de la défense des valeurs essentielles telles que la liberté de presse, d'opinion, de culte ; de la nécessité d'une justice indépendante du pouvoir politique et même de la démocratie. Cela signifierait une remise en question des fondements même de la démocratie occidentale. Tout cela n'affecterait pas que les USA, mais toutes les démocraties occidentales, y compris la nôtre. Ce compagnonnage que j'évoquais plus tôt disparaîtrait. La Révolution française et la Révolution américaine sont au pire des cousines germaines, au mieux des sœurs, mais dans tous les cas elles sont de la même famille. Et comme dans toute les familles, la perte d'un des membres principaux est une mutilation très difficile à supporter ; avec les conséquences désastreuses qu'on peut imaginer.

D'avantage que de poser Barrack Obama en responsable, le National Journal préfère accuser les conservateurs. Qu'elle est la part de responsabilité de tout un chacun dans ces évènements ?

Il y a actuellement une division profonde dans la société américaine. Un fossé entre deux Amériques, qui s'opposent sur des questions concernant aussi bien les armes à feu, que les droits des homosexuels ou les dépenses publiques. Ces deux Amériques se font face, et font appel aux mêmes valeurs universelles.

Prenons l'exemple de la religion. Le conservateur se dira fidèle à la liberté de culte ; et Barack Obama en dira autant. La différence réside en l'interprétation que se font les conservateurs, et les libéraux (au sens américain du terme). Si les conservateurs appliquent ce principe de fidélité à la religion en rejetant la contraception ou l'avortement, les libéraux en tirent d'autres conséquences. Eux aussi favorables à la liberté de culte, ils estiment néanmoins que la religion doit s'adapter aux évolutions de la société.

Pour autant, tout est toujours référence aux valeurs universelles.

Propos recueillis par Vincent Nahan

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

06.

L'arrestation du fils d'El Chapo entraîne des affrontements violents entre la police et le cartel de Sinaloa

07.

Yassine Belattar décide de démissionner du Conseil présidentiel des villes

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
EREC56
- 12/02/2014 - 23:03
Division profonde :crise passagère ou aboutissement libéral ?
1 – il y eu à l’origine deux projets de société américaine, celle de la gentry du sud conservatrice et celle religieuse et messianique (puritaine et franc-maçonne) au nord. Une guerre fratricide et 600 000 morts après (sécession), un seul projet dominait.

2 – les USA sont un pays guerrier : 1 intervention militaire tous les 4 ans en moyenne depuis l’existence du pays.

3 – le libéralisme promeut la liberté individuelle tout azimut et érode progressivement le socle des valeurs communes. Le ciment du « rêve » américain et les valeurs « fondamentales » encore transmises à l’école ralentissent les forces centrifuges mais pendant combien de temps encore le vivre ensemble tiendra ?
Nana de la falaise
- 12/02/2014 - 16:47
Cousines ou sœurs ?
Il semble que la société française connaît actuellement une fracture similaire.
Djelmé
- 12/02/2014 - 11:43
Amérique urbaine, Amérique profonde
Mon impression est qu'il y a un fossé grandissant entre l'Amérique urbaine (un peu au-delà sur les côtes) et l'Amérique "profonde", celle du vieux Sud, des grandes plaines, du centre Nord (y compris dans leurs grandes villes somme toute moins "urbaines" qu'ailleurs").
Ce qu'on aperçoit des USA de l'extérieur c'est l'Amérique urbaine, et les débats existentiels y sont en effet une source de discussions quotidiennes. L'Amérique profonde, celle majoritairement ancrée sinon dans l'exceptionnalisme du moins dans la tradition, a moins d'états d'âme, mais aussi et ceci explique cela, une vision quasi absente du multilatéralisme : l'Européen moyen en sait bien plus sur le monde, Amériques comprises, que l'Américain moyen "non-urbain", lequel vit encore plus que nous autres Européens tout ce qui est extérieur au pays via clichés, idées reçues et approximations parfois étourdissantes.
Comme quoi, "quand on n'est jamais sorti de son patelin" se décline dans toutes les cultures.