En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

07.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 2 heures 2 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 5 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 7 heures 47 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 8 heures 48 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 9 heures 50 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 10 heures 42 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 11 heures 12 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 11 heures 22 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 11 heures 23 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 11 heures 24 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 4 heures 29 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 6 heures 16 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 8 heures 27 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 9 heures 8 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 10 heures 35 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 10 heures 53 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 11 heures 21 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 11 heures 22 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 11 heures 26 min
© Reuters
De nombreux conservateurs annoncent la mort de l'exceptionnalisme américain.
© Reuters
De nombreux conservateurs annoncent la mort de l'exceptionnalisme américain.
La mort de l'oncle Sam

Les Etats-Unis en plein doute existentiel : l'exceptionnalisme américain est-il mort ?

Publié le 12 février 2014
Le National Journal titre dramatiquement "The End of American Exceptionalism", concept selon lequel les États-Unis seraient une nation unique. Vraiment mort, l'exceptionnalisme américain...? Pas sûr !
André Kaspi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Kaspi, est agrégé d'histoire, spécialiste de l'histoire des États-Unis. Il a été professeur d'histoire de l'Amérique du Nord à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et directeur du Centre de recherches d'histoire nord-américaine (CRHNA). Il a...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le National Journal titre dramatiquement "The End of American Exceptionalism", concept selon lequel les États-Unis seraient une nation unique. Vraiment mort, l'exceptionnalisme américain...? Pas sûr !

Atlantico : Comment définir l'exceptionnalisme américain ? Ce phénomène propre aux Etats-Unis et qu'on ne trouve nulle part ailleurs, d'où tire-t-il ses origines ?

André Kaspi : Les Etats-Unis ont été fondés à la suite d'une révolution contre l'Angleterre. Mais ils ne se sont pas contentés de dire qu'ils étaient hostiles à leur métropole : ils ont défini un certain nombre de principes, dans la déclaration d'indépendance de 1776 et dans leur Constitution, de 1787, qui est toujours en vigueur. Ces principes s'appliquent à l'ensemble de l'humanité. Ils considèrent être porteurs de valeurs universelles ; valeurs qui ont été reprises, ou en tout cas défendues, par la Révolution française. Il y a donc un exceptionnalisme américain ; complété (ou concurrencé) par un exceptionnalisme français.

Les Américains considèrent qu'ils ont une mission universelle à remplir ; qui correspond aux principes énoncés tant dans la Déclaration d'indépendance que dans la Constitution.

Désormais de nombreux conservateurs annoncent la mort de cet exceptionnalisme et font porter la faute à Barack Obama. En quoi l'exceptionnalisme américain est-il menacé ?

L'exceptionnalisme n'est pas menacé, je ne le crois pas. Je pense d'ailleurs que les conservateurs continuent à défendre les valeurs universelles qu'il représente. Simplement, ils estiment que Barack Obama va au-delà de ces principes. Il est, à leurs yeux, un homme qui trahit les idéaux américains, une sorte de socialiste, qui plutôt que de défendre la liberté individuelle s'orienterait vers un Etat collectiviste. Ce qui peut paraître surprenant, vu d'Europe, signifie quelque chose vu des Etats-Unis.

L'Amérique, aujourd'hui, est profondément divisée. Pas sur la défense des valeurs contenues dans les deux documents que j'ai mentionnés auparavant, mais sur l'application de ces valeurs. Sur la manière dont Barrack Obama pourrait s'en servir et transformer, somme toute, l'idéologie américaine en une sorte d'idéologie plus moderne et donc plus contestable aux yeux des conservateurs.

L'exceptionnalisme a-t-il perdu de sa justification, est-il devenu anachronique ?

Il n'y a pas de déclin de l'exceptionnalisme, il y a deux possibilités. Ou bien, il est limité aux frontières des Etats-Unis, ou bien cet exceptionnalisme est exportable. Soit il est réservé aux Américains, et les autres nations du monde se débrouillent comme elles peuvent ; soit les Américains sont porteurs d'une mission universelle et doivent faire partager aux autres les valeurs qu'ils défendent eux même. La vraie césure est là. Il y a, aujourd'hui, une réflexion nouvelle sur la portée de cet exceptionnalisme.  Est-il uniquement américain ou a-t-il vocation à être universel ?

Que signifierait la mort de cet exceptionnalisme ? Pour les États-Unis et pour le monde ?

Ce serait une perte énorme. Cela voudrait dire que les Américains se replient entièrement sur eux même, avec tout ce que cela signifie. Cela signifierait que les Etats-Unis se désintéressent de la défense des valeurs essentielles telles que la liberté de presse, d'opinion, de culte ; de la nécessité d'une justice indépendante du pouvoir politique et même de la démocratie. Cela signifierait une remise en question des fondements même de la démocratie occidentale. Tout cela n'affecterait pas que les USA, mais toutes les démocraties occidentales, y compris la nôtre. Ce compagnonnage que j'évoquais plus tôt disparaîtrait. La Révolution française et la Révolution américaine sont au pire des cousines germaines, au mieux des sœurs, mais dans tous les cas elles sont de la même famille. Et comme dans toute les familles, la perte d'un des membres principaux est une mutilation très difficile à supporter ; avec les conséquences désastreuses qu'on peut imaginer.

D'avantage que de poser Barrack Obama en responsable, le National Journal préfère accuser les conservateurs. Qu'elle est la part de responsabilité de tout un chacun dans ces évènements ?

Il y a actuellement une division profonde dans la société américaine. Un fossé entre deux Amériques, qui s'opposent sur des questions concernant aussi bien les armes à feu, que les droits des homosexuels ou les dépenses publiques. Ces deux Amériques se font face, et font appel aux mêmes valeurs universelles.

Prenons l'exemple de la religion. Le conservateur se dira fidèle à la liberté de culte ; et Barack Obama en dira autant. La différence réside en l'interprétation que se font les conservateurs, et les libéraux (au sens américain du terme). Si les conservateurs appliquent ce principe de fidélité à la religion en rejetant la contraception ou l'avortement, les libéraux en tirent d'autres conséquences. Eux aussi favorables à la liberté de culte, ils estiment néanmoins que la religion doit s'adapter aux évolutions de la société.

Pour autant, tout est toujours référence aux valeurs universelles.

Propos recueillis par Vincent Nahan

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
EREC56
- 12/02/2014 - 23:03
Division profonde :crise passagère ou aboutissement libéral ?
1 – il y eu à l’origine deux projets de société américaine, celle de la gentry du sud conservatrice et celle religieuse et messianique (puritaine et franc-maçonne) au nord. Une guerre fratricide et 600 000 morts après (sécession), un seul projet dominait.

2 – les USA sont un pays guerrier : 1 intervention militaire tous les 4 ans en moyenne depuis l’existence du pays.

3 – le libéralisme promeut la liberté individuelle tout azimut et érode progressivement le socle des valeurs communes. Le ciment du « rêve » américain et les valeurs « fondamentales » encore transmises à l’école ralentissent les forces centrifuges mais pendant combien de temps encore le vivre ensemble tiendra ?
Nana de la falaise
- 12/02/2014 - 16:47
Cousines ou sœurs ?
Il semble que la société française connaît actuellement une fracture similaire.
Djelmé
- 12/02/2014 - 11:43
Amérique urbaine, Amérique profonde
Mon impression est qu'il y a un fossé grandissant entre l'Amérique urbaine (un peu au-delà sur les côtes) et l'Amérique "profonde", celle du vieux Sud, des grandes plaines, du centre Nord (y compris dans leurs grandes villes somme toute moins "urbaines" qu'ailleurs").
Ce qu'on aperçoit des USA de l'extérieur c'est l'Amérique urbaine, et les débats existentiels y sont en effet une source de discussions quotidiennes. L'Amérique profonde, celle majoritairement ancrée sinon dans l'exceptionnalisme du moins dans la tradition, a moins d'états d'âme, mais aussi et ceci explique cela, une vision quasi absente du multilatéralisme : l'Européen moyen en sait bien plus sur le monde, Amériques comprises, que l'Américain moyen "non-urbain", lequel vit encore plus que nous autres Européens tout ce qui est extérieur au pays via clichés, idées reçues et approximations parfois étourdissantes.
Comme quoi, "quand on n'est jamais sorti de son patelin" se décline dans toutes les cultures.