En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

07.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Alliés européens
Emmanuel Macron et onze ministres sont attendus à Naples ce jeudi dans le cadre du 35e sommet franco-italien
il y a 1 heure 26 sec
pépites > Politique
Aubaine ?
Anne Hidalgo ferait passer pour des HLM des logements loués aux classes moyennes
il y a 1 heure 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dark Waters" de Todd Haynes : un homme seul contre une toute puissante industrie chimique...

il y a 5 heures 46 sec
pépites > Santé
Médicaments efficaces ?
La chloroquine, un traitement contre le paludisme, pourrait-elle être efficace contre le coronavirus ?
il y a 6 heures 2 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Coronavirus : le patient français décédé à Paris était un enseignant dans l'Oise
il y a 7 heures 12 min
décryptage > International
Echelle planétaire

Le Coronavirus redistribue les cartes mondiales

il y a 8 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
"Peur comme fonds de commerce"
Gabriel Attal dénonce les critiques de Marine Le Pen sur la gestion du coronavirus par le gouvernement
il y a 9 heures 50 sec
décryptage > Europe
Hi hi *

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

il y a 9 heures 48 min
décryptage > Economie
Brouillard comptable

Ce rapport de la Cour des comptes à qui l’on fait trop souvent dire tout et n’importe quoi

il y a 10 heures 43 min
décryptage > Economie
Contamination de l'économie

Coronavirus : le COVID-19 va-t-il pousser la zone euro vers la récession ?

il y a 11 heures 20 sec
pépites > Justice
Enquête
Attaque à la préfecture de police de Paris : une recherche internet faite par Mickaël Harpon accrédite l'hypothèse terroriste
il y a 1 heure 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La mort n'est pas une solution, Asia Bibi condamnée à la pendaison pour blasphème" d'Anne-Isabelle Tollet : un récit poignant

il y a 4 heures 41 min
light > Culture
Réforme majeure
Académie des César : la productrice Margaret Menegoz est nommée présidente par intérim
il y a 5 heures 15 min
pépites > Education
Faits religieux à l'école
Mobilisation de soutien envers l'instituteur de Malicornay, Matthieu Faucher, suspendu pour prosélytisme après avoir utilisé des textes de la Bible
il y a 6 heures 40 min
décryptage > Religion
Moyens d'action

Lutte contre l’islam radical : comment le Maroc articule moyens sécuritaires et réponse "idéologique"

il y a 8 heures 12 min
décryptage > Environnement
WikiAgri

Salon de l'agriculture : ébauche d'un mouvement agricole de contestation contre les banques

il y a 8 heures 43 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Santé
Début du carême

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

il y a 10 heures 13 min
décryptage > France
Réalité derrière les chiffres

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 10 heures 56 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

il y a 11 heures 52 min
© Reuters
L'investisseur Jeremy Grantham estime que le gaz de schiste est un "dangereux gâchis de temps et d'argent".
© Reuters
L'investisseur Jeremy Grantham estime que le gaz de schiste est un "dangereux gâchis de temps et d'argent".
Schtroumpf grognon ou visionnaire ?

Ce gourou de la finance américain qui en vient à se poser la question de la rentabilité à long terme de l’exploitation du gaz de schiste

Publié le 15 février 2014
Avec
Si la position à adopter sur le gaz de schiste fait débat, elle ne pose plus question à Jeremy Grantham. L'investisseur britannique et co-fondateur de Grantham Mayo van Otterloo (OGM), une firme de gestion d'actifs qui a généré 97 milliards de dollar en 2011, estime qu'il s'agit d'une perte de temps autant que d'argent. Retour sur les possibles intérêts du gaz de schiste.
Jean-Louis Fellous est l'ancien responsable des programmes d’observation de la Terre du CNES et directeur des recherches océaniques de l’Ifremer. Aujourd'hui directeur exécutif du COSPAR (Comité mondial de la recherche spatiale), il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis Fellous est l'ancien responsable des programmes d’observation de la Terre du CNES et directeur des recherches océaniques de l’Ifremer. Aujourd'hui directeur exécutif du COSPAR (Comité mondial de la recherche spatiale), il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si la position à adopter sur le gaz de schiste fait débat, elle ne pose plus question à Jeremy Grantham. L'investisseur britannique et co-fondateur de Grantham Mayo van Otterloo (OGM), une firme de gestion d'actifs qui a généré 97 milliards de dollar en 2011, estime qu'il s'agit d'une perte de temps autant que d'argent. Retour sur les possibles intérêts du gaz de schiste.
Avec

Atlantico : Jeremy Grantham estime que le gaz de schiste est un "dangereux gâchis de temps et d'argent".  Pourquoi dire cela? L'exploitation du gaz de schiste est-elle compliquée et trop coûteuse ?

 Jean-Louis Fellous : Pour certains économistes, la vogue du gaz de schiste est analogue aux bulles financières des dernières années. Elle repose sur la spéculation à court terme permise aux États-Unis par les conditions particulières que les exploitants y ont rencontrées : droit minier, absence de législation environnementale contraignante, avantages fiscaux, prix élevé du gaz, disponibilité d’une puissante industrie du forage et d’un réseau important de transport et de distribution, bien davantage que sur la maturité des techniques d’extraction (forage horizontal, fracturation hydraulique). La baisse du prix du gaz amène déjà de nombreux groupes à baisser la garde et se retourner vers les huiles de schiste (pétrole). La rapidité avec laquelle les puits de gaz de schiste se tarissent (80 % de la production dans les deux premières années) et le faible rendement (au mieux 20 % du contenu) aboutissent à une fuite en avant destinée à assurer les profits à court terme des investisseurs tout en maintenant la production, d’où cette idée de gâchis de temps et d’argent pour les pays (comme la France et de nombreux autres pays européens) dans lesquels les conditions précitées ne sont pas remplies, et où les bénéfices mirifiques annoncés risquent de ne pas être au rendez-vous.

Stephan Silvestre : Jeremy Grantham défend une position hostile au gaz de schiste, mais aussi à tous les hydrocarbures, avant tout pour des raisons environnementales. Il reproche à l’exploitation de gaz de schiste aux États-Unis de provoquer un grand nombre de mini-séismes et des fuites de gaz qui ne sont pas maîtrisées. De son point de vue, il serait préférable de se concentrer sur les énergies renouvelables. Sur le plan économique, l’exploitation du gaz de schiste est actuellement rentable aux États-Unis, mais pas partout et surtout à la condition de forer continuellement de nouveaux puits. Néanmoins, les technologies se sont développées au cours de ces quinze dernières années et la rentabilité s’est améliorée, tandis que nombre annuel de puits baisse depuis 2008.

Plus qu'un gâchis, la recherche de nouvelles énergies ne représente-elle pas un investissement pour l'avenir, qu'il s'agisse du gaz de schiste ou de la méthanisation ?

 Jean-Louis Fellous : Le gaz n’est pas une énergie nouvelle. L’existence du gaz de schiste n’est pas une nouveauté. C’est la raréfaction des ressources énergétiques « conventionnelles » qui amène à se tourner vers les énergies non-conventionnelles (dont les gaz de schiste ne sont qu’un exemple – mais peut-être pas le pire). La sagesse serait plutôt de se tourner plus activement vers les énergies renouvelables, et d’y investir les rares financements publics disponibles plutôt que dans ce qui apparaît plus comme une impasse qu’un nouvel eldorado, comme le suggère le titre du livre que j’ai écrit avec Catherine Gautier, qui y apporte son expérience américaine. Pour ma part, je pense que le gaz de schiste doit être envisagé comme une « roue de secours » pour faire face à des besoins futurs et non comme un « fond de tiroir » des énergies carbonées. Dans cet esprit, il faut développer la recherche scientifique sur ces gaz et les méthodes « propres » d’extraction, tout en se dotant de législations protectrices, de façon à y recourir si besoin est dans quelques décennies. On apprend bien à se servir d’une roue de secours avant d’en avoir besoin !

Stephan Silvestre : Il faut bien comprendre que les hydrocarbures non conventionnels ne sont pas l’apparition miraculeuse de nouvelles ressources, mais la manifestation de l’émergence de nouvelles technologies. C’est un point fondamental. L’avenir de l’énergie n’est pas dans les ressources mais dans les technologies mises en œuvre pour l’exploiter ou la transformer. Cela est vrai pour les hydrocarbures comme pour l’électricité. De surcroît, dans ce domaine comme dans d’autres, les recherches conduisent souvent à des retombées inattendues dans d’autres secteurs. Interdire la recherche, c’est se priver de ces retombées.

Néanmoins, est-ce que cet investissement dont nous parlons sera rentable à l'avenir ? Économiquement parlant, qu'est-ce que le gaz de schiste peut apporter à la France, et combien de temps faudrait-il pour que cet apport porte ses fruits et soit fructueux ?

Jean-Louis Fellous : Je pense que lorsque l’on aura misé sur les économies d’énergie et les ressources renouvelables, il est possible que le compte n’y soit pas et que l’on ait encore besoin de combustibles fossiles pour un temps. Alors, plutôt que de recourir au charbon, encore présent en abondance, il vaudra mieux se tourner vers ce gaz : il sera encore là, il sera rentable, et surtout on aura appris à l’extraire sans trop de dégâts.

Maîtrise-t-on actuellement tous les facteurs qui permettent d'évaluer la rentabilité à plus long terme de cette énergie ? Que nous dit l'exemple américain sur ce point ?

Stephan Silvestre : La rentabilité de long terme ne peut être garantie car tôt ou tard la ressource s’épuisera. Mais les Américains ont montré que la technologie permet toujours d’aller plus loin et nul doute que de nouvelles ruptures technologiques permettront encore de repousser les limites de l’exploitation. Tant que les Américains y verront un bénéfice, que ce soit en termes de compétitivité ou en termes d’environnement (les émissions américaines de gaz à effet de serre baissent grâce à la diminution du recours au charbon), cela continuera.

Si, dans une logique économique pure, il paraît logique de se lancer dans l'exploitation du gaz de schiste, qu'en est-il écologiquement ? Quels sont les risques pour l'environnement et est-ce que cela en vaut la peine ?

Jean-Louis Fellous : Dans une logique économique pure, je ne crois pas qu’il soit « logique » de se lancer dans l’exploitation du gaz de schiste. Ce serait mettre la charrue avant les bœufs. Les profits ne seront pas aussi grands qu’on le prétend, les emplois annoncés à son de trompe ne seront sans doute pas si nombreux (même l’industrie pétrolière et gazière en France cite le chiffre de 10.000 emplois), et le coût individuel de ces créations d’emploi sera bien plus élevé que celui d’emplois dans d’autres secteurs, comme celui des économies d’énergie et des énergies renouvelables. Quant aux risques pour l’environnement, ils sont fonction de la rigueur avec laquelle les bonnes pratiques sont mises en œuvre, et des contraintes légales imposées aux exploitants. Il est regrettable que la Commission européenne ait renoncé à encadrer plus fermement l’exploitation des gaz de schiste, en estimant que les dispositions en vigueur sont suffisantes. Pour ma part, je crois que s’il est vrai que les excès dénoncés à juste titre aux USA ne sont pas réellement à craindre dans notre pays, je suis fermement convaincu que l’on doit favoriser la recherche scientifique (je ne parle pas de l’exploration des ressources – qui est l’affaire des industriels) afin de comprendre tous les aspects de cette exploitation et apprendre à la conduire dans les meilleures conditions environnementales – à la fois au niveau local (paysage, ressources en eau, nuisances, risques sismiques) et au niveau global (impact climatique des fuites de méthane).

Stephan Silvestre : Tout dépend ce que l’on inclut dans ces externalités. On peut toujours imaginer beaucoup de choses, pour cette filière comme pour toutes les autres. Les exploitants se conforment à la règlementation en vigueur dans les pays où ils opèrent. Leurs business plans incluent tout ce qui est chiffrable, y compris la  remise en état des sites. Si l’activité ne s’avère pas rentable, ils renoncent, comme cela s’est déjà vu à plusieurs reprises. En cas de sinistre grave, les assurances entrent en jeu, puis les réassurances, voire les États en dernier recours. Par nature, ces coûts ne peuvent être chiffrés, mais les plus grandes compagnies parviennent généralement à les surmonter.

Quelles sont aujourd'hui les projections en termes de rentabilité pour la France dans le cas où elle déciderait de se lancer dans l'exploitation du gaz de schiste ?

Stephan Silvestre : Aucune projection n’est possible tant que l’on ignore la taille des réserves. Mais il est certain que l’activité directe générée serait relativement modeste. L’activité indirecte – sous-traitants, bureaux d’études, cabinets d’avocats… - en bénéficierait certainement en France. Mais c’est à l’activité induite qu’il faut s’intéresser. On sait que l’industrie entraîne un effet démultiplicateur sur ces activités. Au-delà, c’est aussi un signal qui serait donné. À l’heure où François Hollande s’efforce de redorer l’image de la France auprès des milieux d’affaires américains, nul doute qu’un feu vert sur cette activité serait de nature à rassurer ceux qui ne voient plus émaner de la France que des feux rouges.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

07.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
pascalou2
- 16/02/2014 - 09:03
bonjour
finalement , le plus sage serai deja de faire une dixaine de sondage pour connaitre la nature des ressource qui son sous nos pied ....

c est seulement apres qu on pourrai debattre serieusement ...avant c est un peu du n inporte quoi....

pascalou
amateur de science
un_lecteur
- 16/02/2014 - 01:54
Au charbon !
http://la-chronique-agora.com/charbon-allier-bientot-a-la-pointe-de-la-revolution-energetique/
Ah la poésie des gueules noires.
Nous allons pouvoir relire les indes noires de Jules verne, et réécouter "les corons"
Verrons-nous les discoureurs sur le gaz de schiste et les écolos prendre la pioche et le marteau piqueur ?
Au charbon !
un_lecteur
- 16/02/2014 - 01:44
Il faut une vision globale sur l'énergie
Arretons avec ces articles du style " le méchant gaz de schiste ou les gentilles éoliennes"
L'énergie est au coeur de l'économie, et une vision globale est nécessaire.
L'arret des centrales nucléaires en Allemagne se traduit par une hausse du prix de l'énergie pour l'utilisation domestique - et pas pour les utilisations industrielles pour en maintenir la compétitivité - et par le développement de l'utilisation du charbon et surtout du lignite.
C'est a dire par le développement des sources d'énergie les plus polluantes.
C'est la situation réelle, et dans cette situation le gaz de schiste serait moins polluant.
http://geopolis.francetvinfo.fr/lenergie-verte-coute-cher-aux-allemands-9833
http://la-chronique-agora.com/lignite-charbon-allemagne/
En ce qui concerne la rentabilité du gaz de schiste, laissons cette question aux industriels et non a des fonctionnaires !