En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Le Crédit Agricole a pris des risques inconsidérés à l’étranger, notamment en Grèce, où il a perdu plus de 10 milliards d’euros.
Pour

Pourquoi les banques françaises sont dans une situation particulièrement délicate

Publié le 11 février 2014
Une étude controversée révélée par l'hebdomadaire allemand WirtschaftsWoche estime à 84 milliards d'euros l'insuffisance de capitaux propres des banques européennes, dont 31,5 milliards d'euros pour le seul Crédit agricole.
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude controversée révélée par l'hebdomadaire allemand WirtschaftsWoche estime à 84 milliards d'euros l'insuffisance de capitaux propres des banques européennes, dont 31,5 milliards d'euros pour le seul Crédit agricole.

Longtemps, les banques françaises ont été les principales sources de revenus pour la presse papier. Grâce à leurs budgets publicitaires, elles ont pu acheter le silence des grands médias non seulement sur leurs turpitudes, mais aussi sur leurs difficultés. Elles ont pris l’habitude de considérer que l’information leur appartenait et qu’elles pouvaient disposer comment elles le souhaitaient de ce qui était dit ou tu au public.

>>>>>>> A lire également : Les banques européennes sont-elles vraiment sous capitalisées ? La réponse est non

C’est de cette façon que les Français n’ont jamais su quels profits les banques dégageaient grâce à la surfacturation de l’assurance emprunteur qu’elles imposaient aux accédants à la propriété. Il s’agissait pourtant de plusieurs milliards chaque année, pris sur le prix de l’immobilier, à l’abri de toute véritable concurrence.

Peu de Français savent que l’un des principaux acteurs de ce marché captif est le Crédit Agricole, qui avait même envisagé à une époque de délocaliser sa filiale au Luxembourg pour des raisons d’optimisation fiscale. Fort de cette rente, le Crédit Agricole a pris des risques inconsidérés à l’étranger, notamment en Grèce, où il a perdu plus de 10 milliards d’euros.

Avec la publication, en janvier, d’une étude menée pour le compte de l’OCDE par deux économistes néerlandais, selon laquelle le Crédit Agricole était sous-capitalisé à hauteur de 31 milliards et la polémique qui s’en est suivie avec Marine Le Pen, les Français ont reçu une information cruciale à nouveau démentie d’un arrogant revers de main par les dirigeants de l’entreprise. Jusqu’ici, le Crédit Agricole a toujours mené une guerre féroce contre tous ceux qui le soupçonnaient d’être en difficulté. Mais cette fois, les informateurs sont un peu trop puissants pour être intimidés, même si la banque continue à agiter le spectre de la poursuite judiciaire à tout crin.

Ce spectre n’est d’ailleurs pas que fantasme. Le blogueur Jean-Pierre Chevallier en a personnellement fait les frais en recalculant les fonds propres de la Société Générale. Il a constaté de fortes différences avec les chiffres officiels et l’Autorité des Marchés Financiers l’a condamné à 10.000 euros d’amende.

C’est bien la manie des banquiers de croire que, parce qu’ils ont l’argent, ils ont le pouvoir de communiquer ou d’interdire la liberté d’expression.

On comprend cette nervosité. L’Allemagne a imposé un superviseur bancaire unique, qui va mener des tests auprès des principales banques européennes pour vérifier leur solidité. Pour le premier exercice du genre conduit par ce nouvel acteur de l’Union, l’engagement est de tester sans concession et sans aménité. L’opération doit commencer en mai. Elle suscite beaucoup d’inquiétudes.

Pour aller vite, on sait que les banques françaises seront à la peine, tout particulièrement le Crédit Agricole et la Société Générale. Il leur manque, à tous deux, des fonds propres. Le problème est qu’on voit mal comment sortir de l’impasse, car une augmentation de capital se traduirait par une perte de contrôle de ces banques.

Dans le même temps, les banques françaises sont rattrapées par des réglementations qu’elles sont parvenues à canaliser en France. On se souvient que François Hollande avait promis de séparer les activités bancaires. Il en est sorti une appendicectomie quand on attendait une amputation en bonne et due forme. Du coup, c’est le commissaire Barnier qui propose une réforme européenne bien plus drastique et qui déplait souverainement aux banques françaises.

De façon assez curieuse, plus personne dans la classe politique française ne semble ni s’en soucier, ni y comprendre un traître mot. Alors que, partout, on parle du retour des risques systémiques, les élus français s’occupent comme d’habitude des micro-problèmes qu’ils imaginent maîtriser, comme les lois sur la famille, et demeurent désespérément muets sur les questions économiques qui déterminent l’avenir du pays.

Face à ce silence des élus, ce sont les fonctionnaires qui prennent la parole en outrepassant allègrement leur rôle. Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, a tenu des propos sur la réforme Barnier, qui ne sont pas ceux d’un commis de l’Etat. Ils sont d’ailleurs presque injurieux pour la Commission Européenne. Certains s’en sont émus et ont lancé une pétition pour protester contre ce débordement.

Nous touchons ici au visage le plus caractéristique du mal français. La classe politique fait profession de quelque chose, mais de quoi ? Certainement pas d’économie ni de droit bancaire. Dès que le sujet est abordé, il est donc confié à une technocratie conservatrice qui réclame que rien ne bouge, que rien ne contrecarre l’avis des banquiers. Les technocrates ont une bonne raison à se montrer serviles: ils espèrent tous être recrutés par une banque.

Ce qui manque à la France pour s’adapter au monde de demain, qui commence aujourd’hui, c’est une technostructure imaginative, ouverte, intelligente, innovante, qui renonce à cette langue de bois et à cette pensée unique qui étouffe le pays. Esprit critique, liberté d’expression, impertinence, devraient être les valeurs les mieux chéries de l’élite française. Seules ces valeurs garantissent une adaptation sans heurts aux nouvelles conditions mondiales.

Notre technostructure est l’exact contraire ce ce portrait-robot : endogamique, conformiste, obsédée par le formalisme, par l’étiquette de la Cour, l’élite française persécute la différence et adore la platitude et la soumission. Faute de lanceurs d’alerte, d’éveilleurs et de novateurs, il ne faudra pas se plaindre si la catastrophe annoncée se réalise.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

06.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

07.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
walküre
- 11/02/2014 - 15:48
Oui préparez vos biffetons
C'est pour fin 2014 voire 2015.
Baskerville
- 11/02/2014 - 12:18
Open bar
Tout cela n'est pas grave, les contribuables paieront. Préparons nos portefeuilles.
vent_nouveau123456
- 11/02/2014 - 09:39
Il y a la crise pourquoi, ne faites-vous pas comme les Américain
Il y a la crise pourquoi, ne faites-vous pas comme les Américains

Les États-Unis ont donné un ultimatum aux banques suisses jusqu'au 31 décembre 2013 ... pour s'autodénoner d'avoir aider des citoyens américains échapper au fisc .
Ainsi, les banques suisses doivent se déclarer dans 4 catégories .. la première très coupable.
La seconde avec des circonstances atténuantes .. Etc .

Et la quatrième catégorie où il n'y aurait jamais eu de citoyens américains ! Les banques suisse doivent également fournir toutes les données de ces années de fraudes ! Les États-Unis vont récupérer avec cette méthode certainement des dizaines de milliards..!

En fait, il y aura des amendes et les riches Américains devront rembourser toutes les années non payées .. ! Cela fais tellement peurs que UBS la plus grande banque suisse envisage sérieusement de vendre ça divisions affaires.. !

Donc, si les États-Unis font cela, pourquoi la France et l'europe ne font-elle pas la même chose.. ?

Peut-être parce que les gens qui nous gouvernent ont eu même évadé le fisc .. ?

Pourquoi ne pas demander à nos politiciens de faire comme les Américains..?

Ce serait certainement mieux .. !