En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Facebook fête ses 10 ans.
L'Édito de Jean-Marc Sylvestre

Pourquoi la France est incapable de développer une entreprise comme Facebook

Publié le 03 février 2014
Mais pourquoi la France a-t-elle été incapable de développer une entreprise comme Google, Amazon ou Facebook, les parfaits modèles de cette économie d’offre désormais si chère au président de la République ?
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mais pourquoi la France a-t-elle été incapable de développer une entreprise comme Google, Amazon ou Facebook, les parfaits modèles de cette économie d’offre désormais si chère au président de la République ?

Demain, mardi 4 février, Facebook aura donc dix ans. Dix ans, pas plus. Les dirigeants fondateurs de Facebook vont fêter cet anniversaire en grande pompe. Dix ans pendant lesquels Facebook  a créé, avec Google et Amazon, les bases d’une nouvelle économie mondiale. Ces trois entreprises ont tout inventé. L’évolution dépasse tout ce qu’on a appris dans les écoles de management ou d’économie. Facebook est passé par toutes les étapes du développement  d’une entreprise, mais a fait en dix ans le chemin que l’automobile a parcouru en plus d’un siècle. C’est dire l’accélération vertigineuse. Sinon, les étapes sont les mêmes, soit la création, l’innovation et l’expansion mondiale. 

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz
  

Au départ, un processus d’offre d’un entrepreneur de génie dont l’intuition va créer un marché mondial et des revenus qui permettent de se diversifier pour aller plus vite et plus loin. Facebook touche aujourd’hui plus d’un milliard de personnes, ses clients. Facebook est devenu incontournable, indispensable. Comme l’automobile.

Marck Zuckerberg va fêter ses 30 ans cette année. Quand il a démarré, il était encore potache à Harvard et son projet était de créer un logiciel qui permette d’échanger via internet  des  photos de copains, des souvenirs, etc. Son projet, c’était aussi de draguer les filles… Son coup de génie est peut-être d’avoir piraté la base de données de son université. Ce qui lui a permis d’étendre sa toile très rapidement. Mais quand on raconte une légende on en oublie les points les plus sombres. Passons.

Cela n’enlève rien à la pertinence de l’intuition de départ. A savoir que dans ce monde éclaté, chacun a besoin de se retrouver dans une communauté d’amis. De chercher son identité. Le concept de réseau social allait donner naissance à une formidable entreprise commerciale. Une formidable vitrines pour tous ceux qui ont quelque chose à dire ou à vendre. La blague de potaches vaut aujourd’hui 150 milliards de dollars. Dix années pendant lesquelles les records se sont multipliés et les chiffres se sont superposés.

Avec des bugs parfois. Évidemment. Le plus gros, le plus dangereux s’est produit au moment de l’introduction en bourse. En mai 2012, la  plus grosse introduction a failli tourner à la catastrophe. Trop ambitieux, trop arrogants. Mal conseillés, enivrés par le succès, les dirigeants de Facebook se sont fait rappeler à l’ordre par les investisseurs. L’entreprise a mis un an à s’en remettre et à retrouver une ligne de croissance cohérente.

Premier point, la monétisation du succès. Faire comprendre au marché de la publicité que Facebook pouvait offrir des cibles d’amis homogènes autour d’un centre d’intérêt, une passion, une activité.

Deuxième point, s’adapter à l’évolution technologique et particulièrement à la mobilité. Le succès du smartphone a obligé les dirigeants à changer complètement et leur approche et leur technologie.

Troisième point, s’attaquer  aux marchés émergents.

Quatrième point, diversifier le produit en gamme. Brancher autour du réseau, d’autres réseaux plus spécialisés, et plus créateurs de richesse.

L’évolution de Facebook n’est donc pas différente de ce qui s’est passé dans l’automobile. Au départ, une offre de produits et de services qui ne correspond à aucune demande préexistante mais simplement à l’intuition et aux talents de quelques  ingénieurs.

Que les Ayatollahs de la demande, tous les amis de Jean-Luc Mélenchon et les autres qui viennent donner des leçons en permanence, ne  nous racontent pas  qu'il existait une demande de clients assoiffés de Facebook ! Idem dans l’automobile au 19ème siècle. Des ingénieurs se sont  amusés  à bricoler des petites engins qui roulent, puis  les ont vendu aux voisins, puis au pays tout autour, puis en Europe, et dans le monde entier.

Dans la technologie de la communication comme dans l’industrie automobile, on s’est adapté  aux évolutions technologiques, les moteurs ont changé, l’état des routes aussi. Puis enfin, on offre une gamme élargie de produits et de services.

Ce qui est différent, bien sûr, c’est la vitesse d’évolution. Ce qui est différent, c’est que les trois entreprises qui domine cette industrie aujourd hui ont quasiment le même âge. Facebook, Google et Amazon ont toutes dix ans. Ce qui est différent, c’est que leur dimension a été, dès le départ, mondialisée. En comparaison, l’automobile a mis plus d’un siècle pour commencer à conquérir les émergents. Enfin, ce qui est très diffèrent, c’est que les grands groupes automobiles  sont nés en Europe, en Grande Bretagne, en France et en Allemagne. 

Les trois grandes entreprises qui règnent sur l’industrie de la communication sont toutes nées aux États-Unis. Tout se passe comme si l’Europe, la vieille Europe obsédée par une demande interne de sécurité et de confort, avait perdu la recette de cette économie d’offre que le président de la république voudrait essayer de réécrire contre l’avis de ses amis. Ce qui est bien son problème.   

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Et si nous aussi on faisait nos camps décoloniaux ?

07.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Drumont
- 05/02/2014 - 03:33
simple
parce qu'il faut travailler plus de 35h, pour moins que le smic, et ne pas passer la moitié de l'année a faire gréve
ignace
- 03/02/2014 - 21:23
The Jester .............OK pour votre connaissance....patriick
et moi avons peut être exagéré....
il n'en reste pas moins que facebook...........c'est beaucoup d'intelligence au service de la spéculation (rappelez vous l'introduction en bourse).. et le PER 2014 supérieur a 100 ('admissible pour une start up et encore)
The Jester
- 03/02/2014 - 21:02
@ Patriiick
Si vous etes capable de créer un equivalent de Facebook en un mois je vous embauche ... Je rigole. Je mène des projets informatiques depuis 20 ans. La définition de l'ensemble des fonctions, la sécurité, la plateforme ... vous ne vous rendez vraiment pas compte de la somme de travail.
@Ignace ma compétence elle est dans carrière et dans ma société de service