En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

03.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

04.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

05.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

07.

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 15 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 16 heures 6 sec
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 16 heures 45 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 18 heures 33 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 19 heures 41 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 20 heures 32 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 21 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 1 jour 11 heures
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 1 jour 12 heures
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 15 heures 23 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 16 heures 19 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 17 heures 21 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 19 heures 25 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 20 heures 4 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 21 heures 12 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 22 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 1 jour 11 heures
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 1 jour 12 heures
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 1 jour 14 heures
© Reuters
La marge de manœuvre du gouvernement pour baisser les impôts dès 2015 s'amenuise.
© Reuters
La marge de manœuvre du gouvernement pour baisser les impôts dès 2015 s'amenuise.
Modélisation

Vers une baisse des impôts dès 2015 ? Ce qui serait possible (et pour qui) en fonction de ce qu'on peut anticiper de la croissance et des baisses de dépenses

Publié le 23 janvier 2014
Entre la prévision de croissance limitée du FMI à 1,5 % et l'engagement présidentiel de réduire les dépenses publiques de 50 milliards d'euros, la marge de manœuvre du gouvernement pour baisser les impôts dès 2015 s'amenuise.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre la prévision de croissance limitée du FMI à 1,5 % et l'engagement présidentiel de réduire les dépenses publiques de 50 milliards d'euros, la marge de manœuvre du gouvernement pour baisser les impôts dès 2015 s'amenuise.

Atlantico : A quelle ampleur de baisses d'impôts peut-on s'attendre en 2015 en fonction des promesses d'effort budgétaire et des perspectives de croissance attendues ? Le gouvernement aura-t-il les moyens de ses ambitions ?

Philippe Crevel : L'équation budgétaire doit prendre en compte la nécessité de ramener le déficit public de 3,6 % en 2014 à 3 % environ en 2015, avec le fait qu'une croissance de 1,5 % génèrera peu de ressources supplémentaires. Compte tenu de ces éléments, la promesse de François Hollande de baisser les impôts va être très difficile à tenir.

Le risque est donc que le gouvernement se contente d'annonces "d'impôt washing" c'est-à-dire de soi-disant baisses d'impôts en compensation d'autres hausses. Mais en revanche, il n'est pas sûr que le niveau des prélèvements obligatoires baisse globalement. Pour trouver des marges de manœuvres aussi rapidement sans modifier l'architecture budgétaire, le gouvernement devra ainsi s'appuyer sur les dotations aux collectivités locales. S'il accélère le désengagement débuté, cela aboutira à un transfert fiscal des prélèvements nationaux vers les collectivités locales qui devront augmenter leur propre imposition. Les contribuables locaux seraient donc amenés à compenser la diminution des contributions nationales. Mais ce n'est là qu'un jeu de bonneteau fiscal car ces contribuables sont les mêmes ! Le désengagement de l'Etat et le calendrier électoral penchent pourtant dans le sens de cette piste car, une fois les élections municipales passées, une hausse traditionnelle des impôts est à craindre, et les contribuables locaux risquent d'être fortement mis à contribution.

Seul un volant supplémentaire de baisse des dépenses publiques, permettrait un véritable changement d'équation budgétaire car le programme de réduction des déficits publics donné à l'UE impose de facto que toute réduction d'impôt soit compensée par une baisse équivalente des dépenses publiques. Mais là encore, où le gouvernement peut-il trancher dans le vif dans un délai aussi court ?

Sur quels impôts pourraient porter ces réductions ?

Ces deux dernières années, le gouvernement actuel a renforcé la pression fiscale avec l'augmentation de l'impôt sur le revenu, la diminution du quotient familial, une taxation accrue des revenus de l'épargne et des plus-values, une majoration des contributions exceptionnelles à l'impôt sur les sociétés (IS) et une hausse depuis le 1er janvier de la TVA. L’État devra donc soit revenir sur une ou plusieurs de ses augmentations récentes, soit réformer en profondeur la fiscalité. Jean-Marc Ayrault a engagé un tel processus mais celui-ci devra se greffer à la promesse de François Hollande de réduire les impôts en 2015. Or on peut se demander si ces mesures sont véritablement coordonnées ou concurrentes,  mais nul ne le sait.

Si une réforme globale de l'impôt sur le revenu (IR) est entamée, alors le gouvernement pourra réduire ses taux ou améliorer certains abattements pour les charges de famille ou encore, dans le cadre d'une fusion avec la CSG, revoir l'ensemble du dispositif et prévoir un prélèvement global moins important. Mais s'il est dans le rafistolage, de telles baisses deviendront complexe à mettre en place. L’État ne pouvant pas revenir sur la hausse de la TVA ni minorer les taux d'IR - ce qui n'est pas dans la philosophie socialiste - il se contentera alors probablement d'améliorer des dispositifs plus sociaux comme la refonte du RSA où la réduction de la pression fiscale sur les tranches basses de l'impôt sur le revenu.

Quels profils de contribuables peuvent espérer profiter de ces baisses d'impôts ?

Si l'on prend en compte ces hypothèses, des mesures ciblées sur les électorats modestes et les classes moyennes paraissent plus probables qu'une modification générale des taux. D'autant que les arrière-pensées politiques vont devenir présidentielles à partir de 2015. François Hollande voudra ainsi soigner les revenus modestes et moyens, les premiers étant attirés par le FN et les seconds tentés par l'abstention. Il faudra donc notamment trouver des mesures qui puissent corriger l'impact du quotient familial qui a pu pénaliser les revenus modestes. Enfin, j'imagine peu de nouvelles mesures en faveur des entreprises, même si une harmonisation européenne de l'assiette et un abaissement du taux de l'IS seraient souhaitables.

Propos recueillis par Pierre Havez

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Salaudepatron
- 23/01/2014 - 17:57
Paroles et paroles et paroles...
Le jour où Flamby baissera le moindre impôt, je me fais curé dans les Vosges !
Ce type est formaté depuis l’enfance pour ponctionner toujours plus, auprès de ceux qui le font vivre, donc on ne change pas aussi radicalement du jour au lendemain...
C’est comme pour la baisse de charge des entreprises, j’y croirai quand ça sera du concret et c’est pas demain la veille... donc pour les chômeurs, ne vous emballez pas trop vite !
walküre
- 23/01/2014 - 17:51
Inutile de gloser
A ce jour, il n'y a jamais eu de baisse des impôts. Pourquoi voulez-vous que ça se produise demain ?
smiti
- 23/01/2014 - 16:34
élections en avril, réduction des impôts en 2015
Connaissiez-vous ce nouveau dicton socialo ?