En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

07.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Stratégie de défense

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

il y a 7 min 17 sec
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 1 heure 5 min
décryptage > Société
Protection de l'enfance

Parents dangereux : ces violences contre les enfants dont on parle si peu

il y a 1 heure 44 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès
il y a 2 heures 24 min
pépites > Justice
"Acab land"
Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée
il y a 12 heures 2 min
pépites > Social
Marche de la colère Acte II ?
Grève du 5 décembre : la police pourrait rejoindre la mobilisation contre la réforme des retraites
il y a 13 heures 33 min
pépite vidéo > Media
Bras de fer médiatique
Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants
il y a 16 heures 6 min
light > Culture
Polémique
"J'Accuse" : la collectivité Est Ensemble renonce finalement à demander la déprogrammation en Seine-Saint-Denis du film de Roman Polanski
il y a 17 heures 7 min
pépites > Religion
Nouvelle polémique ?
Vesoul : une religieuse catholique privée de maison de retraite pour son voile
il y a 18 heures 22 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 1 min
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 32 min 6 sec
décryptage > Economie
Réalité des chiffres

Hôpitaux, retraites ou inégalités : la fiscalité, ce verrou français qui étrangle toute vraie réforme.

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Hong-Kong s’enflamme, sa jumelle historique, Singapour, récupère les flux de capitaux et redoute la contagion…

il y a 2 heures 6 min
décryptage > Politique
2022

Les Français tous prêts à la bataille retour Macron Le Pen… ou majoritairement orphelins de la politique…?

il y a 2 heures 34 min
light > Europe
Famille royale
Affaire Jeffrey Epstein : le prince Andrew décide de mettre fin à ses engagements publics
il y a 12 heures 48 min
pépites > Sport
Colère
JO 2024 à Paris : les hôteliers décident de suspendre leur participation à l'organisation des Jeux olympiques suite au partenariat avec Airbnb
il y a 14 heures 1 min
pépites > Justice
Lutte contre le terrorisme
Attentat déjoué dans le Thalys : le parquet national antiterroriste demande un procès pour Ayoub El Khazzani et pour trois autres suspects
il y a 16 heures 35 min
light > Culture
Oscar de la meilleure création du monde
Puy du Fou : le parc reçoit le prestigieux prix du Thea Award pour le spectacle "Le premier Royaume"
il y a 17 heures 42 min
pépite vidéo > Religion
A la rencontre des fidèles
Visite officielle du pape François en Thaïlande et au Japon
il y a 19 heures 20 sec
décryptage > Santé
Mesures

Plan d'urgence pour l'hôpital public : comment le gouvernement ménage dangereusement la chèvre et le chou

il y a 20 heures 7 min
© Reuters
La marge de manœuvre du gouvernement pour baisser les impôts dès 2015 s'amenuise.
© Reuters
La marge de manœuvre du gouvernement pour baisser les impôts dès 2015 s'amenuise.
Modélisation

Vers une baisse des impôts dès 2015 ? Ce qui serait possible (et pour qui) en fonction de ce qu'on peut anticiper de la croissance et des baisses de dépenses

Publié le 23 janvier 2014
Entre la prévision de croissance limitée du FMI à 1,5 % et l'engagement présidentiel de réduire les dépenses publiques de 50 milliards d'euros, la marge de manœuvre du gouvernement pour baisser les impôts dès 2015 s'amenuise.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre la prévision de croissance limitée du FMI à 1,5 % et l'engagement présidentiel de réduire les dépenses publiques de 50 milliards d'euros, la marge de manœuvre du gouvernement pour baisser les impôts dès 2015 s'amenuise.

Atlantico : A quelle ampleur de baisses d'impôts peut-on s'attendre en 2015 en fonction des promesses d'effort budgétaire et des perspectives de croissance attendues ? Le gouvernement aura-t-il les moyens de ses ambitions ?

Philippe Crevel : L'équation budgétaire doit prendre en compte la nécessité de ramener le déficit public de 3,6 % en 2014 à 3 % environ en 2015, avec le fait qu'une croissance de 1,5 % génèrera peu de ressources supplémentaires. Compte tenu de ces éléments, la promesse de François Hollande de baisser les impôts va être très difficile à tenir.

Le risque est donc que le gouvernement se contente d'annonces "d'impôt washing" c'est-à-dire de soi-disant baisses d'impôts en compensation d'autres hausses. Mais en revanche, il n'est pas sûr que le niveau des prélèvements obligatoires baisse globalement. Pour trouver des marges de manœuvres aussi rapidement sans modifier l'architecture budgétaire, le gouvernement devra ainsi s'appuyer sur les dotations aux collectivités locales. S'il accélère le désengagement débuté, cela aboutira à un transfert fiscal des prélèvements nationaux vers les collectivités locales qui devront augmenter leur propre imposition. Les contribuables locaux seraient donc amenés à compenser la diminution des contributions nationales. Mais ce n'est là qu'un jeu de bonneteau fiscal car ces contribuables sont les mêmes ! Le désengagement de l'Etat et le calendrier électoral penchent pourtant dans le sens de cette piste car, une fois les élections municipales passées, une hausse traditionnelle des impôts est à craindre, et les contribuables locaux risquent d'être fortement mis à contribution.

Seul un volant supplémentaire de baisse des dépenses publiques, permettrait un véritable changement d'équation budgétaire car le programme de réduction des déficits publics donné à l'UE impose de facto que toute réduction d'impôt soit compensée par une baisse équivalente des dépenses publiques. Mais là encore, où le gouvernement peut-il trancher dans le vif dans un délai aussi court ?

Sur quels impôts pourraient porter ces réductions ?

Ces deux dernières années, le gouvernement actuel a renforcé la pression fiscale avec l'augmentation de l'impôt sur le revenu, la diminution du quotient familial, une taxation accrue des revenus de l'épargne et des plus-values, une majoration des contributions exceptionnelles à l'impôt sur les sociétés (IS) et une hausse depuis le 1er janvier de la TVA. L’État devra donc soit revenir sur une ou plusieurs de ses augmentations récentes, soit réformer en profondeur la fiscalité. Jean-Marc Ayrault a engagé un tel processus mais celui-ci devra se greffer à la promesse de François Hollande de réduire les impôts en 2015. Or on peut se demander si ces mesures sont véritablement coordonnées ou concurrentes,  mais nul ne le sait.

Si une réforme globale de l'impôt sur le revenu (IR) est entamée, alors le gouvernement pourra réduire ses taux ou améliorer certains abattements pour les charges de famille ou encore, dans le cadre d'une fusion avec la CSG, revoir l'ensemble du dispositif et prévoir un prélèvement global moins important. Mais s'il est dans le rafistolage, de telles baisses deviendront complexe à mettre en place. L’État ne pouvant pas revenir sur la hausse de la TVA ni minorer les taux d'IR - ce qui n'est pas dans la philosophie socialiste - il se contentera alors probablement d'améliorer des dispositifs plus sociaux comme la refonte du RSA où la réduction de la pression fiscale sur les tranches basses de l'impôt sur le revenu.

Quels profils de contribuables peuvent espérer profiter de ces baisses d'impôts ?

Si l'on prend en compte ces hypothèses, des mesures ciblées sur les électorats modestes et les classes moyennes paraissent plus probables qu'une modification générale des taux. D'autant que les arrière-pensées politiques vont devenir présidentielles à partir de 2015. François Hollande voudra ainsi soigner les revenus modestes et moyens, les premiers étant attirés par le FN et les seconds tentés par l'abstention. Il faudra donc notamment trouver des mesures qui puissent corriger l'impact du quotient familial qui a pu pénaliser les revenus modestes. Enfin, j'imagine peu de nouvelles mesures en faveur des entreprises, même si une harmonisation européenne de l'assiette et un abaissement du taux de l'IS seraient souhaitables.

Propos recueillis par Pierre Havez

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

07.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Salaudepatron
- 23/01/2014 - 17:57
Paroles et paroles et paroles...
Le jour où Flamby baissera le moindre impôt, je me fais curé dans les Vosges !
Ce type est formaté depuis l’enfance pour ponctionner toujours plus, auprès de ceux qui le font vivre, donc on ne change pas aussi radicalement du jour au lendemain...
C’est comme pour la baisse de charge des entreprises, j’y croirai quand ça sera du concret et c’est pas demain la veille... donc pour les chômeurs, ne vous emballez pas trop vite !
walküre
- 23/01/2014 - 17:51
Inutile de gloser
A ce jour, il n'y a jamais eu de baisse des impôts. Pourquoi voulez-vous que ça se produise demain ?
smiti
- 23/01/2014 - 16:34
élections en avril, réduction des impôts en 2015
Connaissiez-vous ce nouveau dicton socialo ?