En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 2 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 2 heures 31 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 4 heures 2 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 7 heures 56 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 9 heures 1 sec
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 9 heures 36 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 10 heures 2 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 10 heures 58 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 2 heures 19 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 3 heures 19 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 5 heures 7 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 8 heures 27 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 9 heures 5 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 9 heures 34 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 9 heures 57 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 10 heures 41 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 11 heures 11 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 11 heures 44 min
© Reuters
Limiter les stagiaires, une bonne mesure pour relancer les emplois ?
© Reuters
Limiter les stagiaires, une bonne mesure pour relancer les emplois ?
Fais le café !

Pourquoi lutter contre les abus en matière de stages ne contribuera pas à créer davantage d’emplois

Publié le 01 mars 2014
Le ministère du Travail entend prendre des mesures pour encadrer et limiter la sur-utilisation des stagiaires, dans l'espoir de relancer la création d'emplois.
Gilles Saint-Paul
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Saint-Paul est économiste et professeur à l'université Toulouse I.Il est l'auteur du rapport du Conseil d'analyse économique (CAE) intitulé Immigration, qualifications et marché du travail sur l'impact économique de l'immigration en 2009.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministère du Travail entend prendre des mesures pour encadrer et limiter la sur-utilisation des stagiaires, dans l'espoir de relancer la création d'emplois.

Atlantico : Économiquement parlant, empêcher une entreprise de recruter un stagiaire peut-il la convaincre d'employer quelqu'un à la place ? Pourquoi cela ? 

Gilles Saint-Paul : L'idée est que les entreprises abusent des stagiaires et en embauchent pour pouvoir des postes qui pourraient être remplis par des salariés sur CDI. La mesure s'inscrit dans la logique de la loi de sécurisation de l'emploi qui pénalise les formes précaires de travail: taxation des CDD, pénalisation du temps partiel, etc.

Bien entendu il est plus coûteux de recruter un travailleur sur CDI et certains postes tenus par des stagiaires ne seront simplement pas renouvelés. Mais dans d'autre cas, l'entreprise sera contrainte de se plier à la nouvelle réglementation et un CDI sera effectivement créé. 
 

Plus largement, quelles peuvent être les conséquences de telles mesures sur le marché de l'emploi ? Seront-elles positives ou négatives ?

Même si à court terme le nombre de CDI devrait augmenter, je pense qu'à long terme les effets seront négatifs. D'une part parce que ces mesures vont grever la profitabilité des entreprises, qui est déjà fort basse, et donc l'investissement. D'autre part parce que les stages constituent un point d'entrée important sur le marché du travail pour les jeunes, et que la réduction de l'offre de stages devraient en laisser un certain nombre sur le carreau, avec des effets négatifs sur le chômage de longue durée. De plus les politiques de l'emploi du gouvernement n'ont aucune lisibilité. D'un côté on prétend réduire le coût du travail avec des allégements de charges. De l'autre on réduit la marge de manœuvre des entreprises dans la gestion de leurs effectifs. Le gouvernement ne comprend pas que s'il est perçu comme hostile et opportuniste cela risque de réduire sensiblement les embauches en dépit des efforts consentis sur le coût du travail. En effet les entreprises en concluront que ces efforts ne sont que transitoires et dus à la mauvaise conjoncture, et que les mesures d'allégement de charges seront retirées insidieusement lors du prochain retournement conjoncturel.

Limiter le recrutement des stagiaires ne risque-t-il pas paradoxalement d'aggraver la situation de ces derniers en limitant le recrutement et en faisant peser une charge de travail plus importante sur ceux qui seront engagés ? 

En principe cela n'est pas légal et la marge pour augmenter la charge de travail des stagiaires est faible. Le principal effet négatif sera sur la possibilité pour les étudiants de trouver des stages.

Comment serait-il possible d'améliorer globalement la situation de l'emploi, y compris des stagiaires ? Par plus de souplesse dans un sens comme dans l'autre ?

ll est évident qu'un marché du travail flexible conduirait au remplacement de nombreux stagiaires par des emplois de longue durée. Les stages illustrent parfaitement comment l'excès de protection des uns favorisent la précarité des autres. Pour une entreprise, un poste tenu par des stagiaires qui se succèdent est une option. En cas de coup dur il est facile de supprimer le poste.  Il est aussi facile de se débarrasser du stagiaire si celui-ci s'avère peu productif. Pour conserver cette option, les entreprises préfèrent renouveler les stagiaires à ce poste, au prix d'avoir des gens peu formés et/ou de voir leurs efforts de formation rendus inutiles par le départ du stagiaire, plutôt que d'embaucher un travailleur sur CDI. S'il était plus facile de licencier les travailleurs sur CDI, les entreprises seraient moins frileuses, et, paradoxalement, l'emploi tenu par le stagiaire serait moins précaire. 

A mon avis on ne fera pas l'économie d'une souplesse accrue, la stratégie visant à verrouiller toutes les marges de flexibilité des entreprises risquant de s'avérer catastrophique pour l'emploi. L'usage généralisé des CDD et stages nous montrent à quel point l'entreprise valorise la flexibilité.

 Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
nok
- 02/03/2014 - 08:05
REGLEMENTATION OU PAS,
Il y a des sociétés où effectivement les stagiaires sont pris pour des bons à tout faire et particulièrement pour effectuer régulièrement les basses besognes, dans le but de tout savoir faire, tâches qui n'ont rien à voir avec leur études : il faut se retourner vers les directeurs ripoux, insouciants et profiteurs de la situation ; Et d'autre part, faut - il notifier que l'école ou centre de formation du stagiaire doit être présente pour surveiller et éviter ces abus mais parfois le centre se montre totalement inexistant et inefficace, et dans ces pauvres conditions, le stagiaire ne peut que rater et faire qu'un stage merdique ! (désolé pour l'expression)
petilu
- 01/03/2014 - 21:16
@moramanga
"Moi, j'ai un enfant de 21 ans en stage pendant 5 mois qui, grâce ces études, gère plutôt très bien le travail d'un technicien payé 2 500€ par mois."
Vous ne croyez pas que vous rêvez un peu trop. Pour avoir eu à gérer des centaines de stages, je crains que vous ne connaissiez pas bien le sujet. Qu'il y ait des abus, évidemment. Mais dans l'immense majorité des cas, ce que vous dites ne correspond pas à la réalité.
fentreti
- 01/03/2014 - 20:31
Bin oui
Je suis d'accord avec vous , je me demande ce qu'un prof peut comprendre de l'économie , sans jamais avoir mis une seule fois les pieds dans une entreprise . Mais je respecte les professeurs .