En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

06.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

07.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 8 heures 31 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 10 heures 56 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 12 heures 9 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 13 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 14 heures 46 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 15 heures 45 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 16 heures 29 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 17 heures 1 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 17 heures 25 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 18 heures 5 sec
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 10 heures 33 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 11 heures 21 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 13 heures 21 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 14 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 16 heures 25 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 16 heures 46 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 17 heures 18 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 17 heures 31 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 18 heures 31 sec
© Reuters
Distributeur de billets à Riga.
© Reuters
Distributeur de billets à Riga.
Les dessous de Riga

La Lettonie, élève modèle de l'austérité… mais à quel prix ?

Publié le 14 janvier 2014
En accédant à l'euro le 1er janvier dernier, les Lettons ont rejoint les quelque 330 millions d'Européens utilisateurs de la monnaie unique. Pas toujours de gaieté de cœur, pour une population qui a déjà payé sa contribution à la crise et craint que son entrée dans l'Europe monétaire ne brise sa croissance.
Pascal de Lima
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal de Lima est un économiste de l'innovation, knowledge manager et enseignant à Sciences-po proche des milieux de cabinets de conseil en management. Essayiste et conférencier français  (conférences données à Rio, Los Angeles, Milan, Madrid,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En accédant à l'euro le 1er janvier dernier, les Lettons ont rejoint les quelque 330 millions d'Européens utilisateurs de la monnaie unique. Pas toujours de gaieté de cœur, pour une population qui a déjà payé sa contribution à la crise et craint que son entrée dans l'Europe monétaire ne brise sa croissance.

Atlantico : Entre 2008 et 2010, après deux ans d'une intense politique de réduction des dépenses publiques, (salaires publics coupés de 25 %, fermetures d'écoles...), la Lettonie a retrouvé le chemin d'une certaine croissance et le gouvernement de l'époque a été largement réélu. Est-ce le signe qu'une politique d'austérité peut constituer un modèle efficace à la fois économiquement et politiquement, ou faut-il y voir un trompe-l'œil ?

Pascal de Lima : En théorie une politique d’austérité, si elle est qualitative et ciblée sur certaines dépenses et certains impôts bien réfléchis plutôt que d’autres, si elle est lissée dans le temps (4 ou 5 ans), et si elle ne démarre pas par le volet impôt de façon brutale, est viable économiquement dans le sens où elle peut ne pas ponctionner la croissance. Mais ce n’est certainement pas une politique d’austérité qui stimule la croissance et il faut l’accompagner par un volet structurel. Disons qu’elle peut être indolore moyennant certaines conditions. Si le contexte économique international lui est favorable on peut même croire que c’est la politique d’austérité qui a légèrement contribué à accroître le PIB. Pour le cas de la Lettonie on peut parler d’un exploit. Ce pays de 2,2 millions d’habitants a connu deux ans d’austérité et une sévère récession en effet, la plus forte au monde au moment de la crise financière. Mais le plan d’austérité était très focalisé sur les coupes dans les dépenses improductives, 15 % du PIB ! Le gouvernement a imposé des baisses de salaires dans la fonction publique et a coupé dans les dépenses (le nombre de fonctionnaires était alors passé de 78 000 à 62 000). En même temps, il a relevé les prélèvements obligatoires.

Aujourd’hui la Lettonie a renoué avec la croissance et, avec 4% de croissance, elle peut même prétendre à une sensible baisse du chômage à terme. Il y a eu aussi un certain consensus national ce que nous ne connaissons pas nous en France. Les lettons ont accepté le principe de la dévaluation interne par la baisse des salaires. Nous avons quand même pas mal de conditions réunies pour faire de cette austérité une politique économique assez indolore dans un premier temps sur la croissance : bon étalement de 2008 jusqu’à 2012, avec un temps fort dans les deux premières années, mais aussi équilibre "coupe dans les dépenses – hausse des impôts". Le petit bémol est la fermeture des écoles. Elle pourrait payer ce point mais un peu plus tard, c’est encore trop tôt pour le dire. C’est aussi une économie sous perfusion du FMI et de l’UE depuis 2008 ce qui allège encore le poids de l’austérité (ce n’est pas le cas de la France !). Placé sous tutelle du FMI et de l'UE depuis 2008, le gouvernement letton s'est engagé à restructurer et ramener le déficit de 10% en 2009, à 3 % en 2012, visant l'entrée dans la zone euro en 2014, en échange d'une aide de 7,5 milliards d'euros. Les investissements ont repris et le chômage diminue.

Aujourd'hui, la Lettonie connaît effectivement la plus forte croissance de la zone euro (+4,0 % en 2013). Ce pays est-il véritablement le bon élève que l'on présente ?

La Lettonie connaît en effet une croissance de 4 %, oui, la Lettonie est bien en tête des pays de l’UE en 2011, en 2012, et en 2013. Donc la réponse est "oui", selon cet indicateur. Mais ce n’est pas tout car la dette publique, elle, représente 40 % du PIB, soit la moitié de la moyenne de la zone euro. En 2014 d’après les prévisions de la CE, la Lettonie devrait connaître un déficit public 1 % ! Maintenant comme toujours tout n’est pas tout blanc ou tout noir. Le point faible du pays reste son taux de chômage qui, lui, avoisine constamment les 14 %. C’est aussi ce qui explique son émigration importante.

Émigration élevée (10 % de la population lettone), chômage toujours important, recul du PIB national (d'environ 30 % depuis la crise) ou bulle spéculative, à quoi sont dus ces coûts cachés de l'austérité lettone ?

Les coûts cachés sont liés au fait que ce succès reste somme toute relatif. Il y a d’abord un doute sur le succès réel de la dévaluation interne : si en effet, la Lettonie a connu de nouveau un excédent de sa balance courante, c’est finalement davantage lié à un recul des importations qu’à une stimulation des exportations. Plutôt que d’un coût caché ici, il s’agit plutôt d’un faux gain réel ! Dans une étude publiée en décembre 2011, Mark Weisbrot et Rebecca Ray, deux chercheurs américains du CEPR de Washington, montrent qu’en 2009 et 2010 il n’y aurait pas vraiment eu d’austérité budgétaire "troïkaisée" avec une austérité de grande ampleur à tous les étages, et surtout sur les impôts. Le vrai gain ou le moindre coût est là. Le pays aurait donc pu sortir plus rapidement de la récession. Selon eux, la contribution du commerce extérieur à la croissance lettonne est très faible. "La principale chose que les Lettons ont fait, c'est qu'ils n'ont pas fait ce qu'ils avaient promis au FMI et aux autorités européennes", écrit Mark Weisbrot dans le Guardian. Autrement dit, la Lettonie serait l'anti-Grèce, elle n'a pas suivi la politique mortifère de la troïka pour pouvoir sortir de la récession. Du reste, ce que même Valdis Dombrovskis a dû reconnaître, c'est que l'euro est très impopulaire aujourd'hui en Lettonie.

Avec l'accession à l'Euro, quels nouveaux risques pèsent en effet sur l'économie Lettone ? Ceux-ci peuvent-ils infléchir sa croissance ?

Il existe ici un vrai coût caché : la perte de la démocratie  de Riga. Le président de l'Association des économistes lettons Ivar Brivers, prévenait à la radio Baltcom que "toutes les déclarations affirmant que le passage à l'euro sera bénéfique pour la Lettonie sont mensongères". De toute manière, les objectifs véritables des autorités lettones et européennes ne sont pas tant économiques que politiques. A Riga, il s’agit d’arrimer définitivement l’ancienne république socialiste soviétique à l’Europe occidentale. A Bruxelles, le symbole de l’entrée dans la zone euro d’une nouvelle économie, si petite soit-elle, est le bienvenu pour faire passer le message que l’euro est toujours une monnaie attractive. En réalité l’adoption de l’euro par la Lettonie est révélatrice d’un retournement politique européen qui s’est accéléré sous l’effet de la crise. Suite à leur rejet de la Constitution européenne de 2005, les peuples français et hollandais avaient alors vécu l’adoption de ce traité comme un camouflet antidémocratique. Pire, depuis le début de la crise des dettes souveraines européenne, la troïka ignore les protestations de désespoir de millions de Grecs, d’Espagnols ou encore de Portugais qui défilent tous les jours dans les rues pour dénoncer le saccage de leurs économies et de leurs sociétés. Ici, on a imposé à Riga l’euro alors que personne n’en veut (en Lettonie). Vaste sujet.

Propos recueillis par Pierre Havez

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Equilibre
- 14/01/2014 - 16:16
@ignace
Rien que de très normal selon moi.
Enfin, analyse effectuée après coup, ne voyant pas forcément bien les positions des uns et des autres à l'époque...
PS et UMP sont sur la même longueur d'onde sur ce sujet.
Les syndicats, ouvriers et patronaux, aussi, pour la plupart.
Grands "décideurs" ou relais d'opinion diverses et variés, au moins les plus influents, sont tous pour l'UE.
Il y a bien les "chieurs" à gauche et à droite, divisés donc, qui sont contre.
Pas de quoi faire une manif.
Et je suppose que les dissidents des grands partis se sont faits calmer, au pire convaincre. Même s'il était pourri, l'UE ne pouvait rester dans l'état actuel.
De plus, c'était 2 ans plus tard.
ignace
- 14/01/2014 - 15:27
bon article merci
@equilibre....je suis toujours étonné qu’après avoir voté NON au
referendum a 55% et que Sarko ai décidé OUI a Lisbonne, il n'y ait pas eu de manifs GIGANTESQUES
Equilibre
- 14/01/2014 - 12:57
Vive l'UERSS
"Bienvenue" aux lettons.
Plus on est de fous à contester le truc UE, plus il y a des chances que celui-ci disparaisse.
Il n'y a rien d'économique dans le neuro, juste du politique; c'est d'ailleurs pourquoi celui-ci est inefficace.